Perdus dans l'espace : la nouvelle série de SF de Netflix est un gros plaisir old school

Mise à jour : 25/04/2018 19:42 - Créé : 10 avril 2018 - Geoffrey Crété
Photo Maxwell Jenkins
477 réactions

Perdus dans l'espace, la nouvelle superproduction Netflix, est arrivée.

Après Stranger ThingsDarkBlack Mirror, ou encore Sense8Perdus dans l'espace est la nouvelle entrée de Netflix au rayon science-fiction. Remake d'une série télévisée des années 60 elle-même transformée en film en 1998, elle raconte l'histoire d'une famille d'explorateurs qui se crashe sur une planète inconnue, avec son lot d'aventures et surprises.

Notre avis sur cette première saison de 10 épisodes, disponible le 13 avril sur Netflix.

ATTENTION MINI-SPOILERS !

 

 

RETOUR VERS LE FUTUR

Si la série originale Perdus dans l'espace, diffusée aux Etats-Unis entre 1965 et 1968, a été quelque peu perdue dans l'ombre du phénomène Star Trek qui a commencé en 1966, la légende veut que la chaîne CBS ait refusé la série de Gene Roddenberry pour lui préférer les Robinson spatiaux. Monument du kitsch apprécié de nombreux amateurs de science-fiction old school, la série créée par Irwin Allen racontait ainsi les aventures d'une famille d'explorateurs qui, en route vers une colonie loin de la Terre, se crashait sur une planète inconnue et hostile.

Perdus dans l'espace a eu plusieurs visages : une première saison en noir et blanc avant de passer à la couleur, un humour qui a peu à peu écrasé le côté aventure des débuts, un virage de plus en plus extrême vers la fantaisie, et un traitement des personnages qui a peu à peu déplacé le centre de l'histoire. Entre le pilote et le dernier épisode diffusé, la série a profondément changé de couleur, pour notamment s'adapter à la concurrence.

 

PhotoPerdus dans l'espace des années 60 

 

En 1998, il y a eu le film Perdus dans l'espace avec William HurtMimi RogersMatt LeBlancHeather Graham et Gary Oldman, relecture sous forme de blockbuster sérieux et finalement bas de gamme qui a vite écopé du statut de navet à 80 millions. Puis, en 2004, une nouvelle série a été développée, avec un pilote réalisé par John Woo, mais sans aller plus loin.

En 2018, c'est Netflix qui donne une seconde jeunesse aux Robinson avec une superproduction créée par Matt Sazama et Burk Sharpless, un duo de scénaristes a priori pas bien rassurant puisque derrière Dracula UntoldLe Dernier Chasseur de sorcièresGods of Egypt ou encore Power Rangers. Mais avec un casting fort intrigant (notamment Molly Parker et Parker Posey), Neil Marshall (The Descent) réalisateur du double pilote en plus d'un crédit de producteur exécutif, ou encore Vincenzo Natali (Cube) à la barre d'un épisode, il y avait quelques raisons d'être plus que curieux.

 

Photo Matt LeBlancPerdus dans l'espace du blockbuster de seconde zone

  

VERS L'INFINI ET AU-DELÀ

Perdus dans l'espace version 2018 reprend le même argument : pour trouver un avenir plus lumineux que sur une Terre devenue un peu laide et sombre, la famille Robinson part avec de nombreuses autres familles volontaires en direction d'une autre planète. Mais une mystérieuse catastrophe va provoquer le crash de leur vaisseau, Jupiter 2, sur une terre inconnue.

Ce pitch aussi simple qu'efficace est parfaitement à l'image du pilote, qui plonge le spectateur sans attendre un seul instant dans l'action. Que la série s'ouvre avec le crash et s'emballe immédiatement pour suivre les problèmes plus ou moins insurmontables des Robinson, affiche la note d'intention : Perdus dans l'espace sera axé sur l'action, l'aventure, l'exploration. Celui qui craignait une entrée en matière molle, avec une exposition interminable autour de la petite famille avant le décollage, sera ainsi vite ravi par le programme.

La crainte d'une banale construction avec des flashbacks sur le passé des héros, ficelle usée jusqu'à la corde par Lost durant six saisons, sera elle aussi balayée tant les scénaristes en usent avec parcimonie, évitant de plomber le rythme et tromper sur la marchandise après une introduction musclée. Le traitement de certains éléments, comme l'adoption de Judy, se révèle même étonnamment simple, et loin d'occuper un premier plan politiquement correct qui aurait été si facile.

 

Photo Molly ParkerUne famille en or, menée par Molly Parker et Toby Stephens

 

Car Perdus dans l'espace a d'autres choses à gérer. Crash de vaisseau, lutte contre la glace et les éléments, sauvetage périlleux, blessure grave, sans oublier l'incontournable robot et l'insaisissable Smith, majeurs dans la série originale et bien évidemment de retour : dès les deux premiers épisodes réalisés par Neil Marshall, la série promet des sensations. Et la suite confirmera que l'offre n'était pas rassemblée sur le lancement pour amadouer le spectateur, la saison étant construite autour de nombreux moments épiques - grosses bestioles, grosse anomalie spatiale, grosses scènes catastrophe, grosses décisions, grosses trahisons et mensonges.

La famille ne se perd pas : elle est déjà perdue, dès la première scène, et la série sera un enchaînement de petites et grandes catastrophes, alignées pour compliquer leur survie pour le plus grand plaisir des spectateurs. Force est de constater que les scénaristes exploitent le décor sous bien des angles, pour renouveler l'action et la tension, et composer une aventure parfaitement divertissante et souvent rondement menée.

 

Photo Mina Sundwall, Taylor Russell, Perdus dans l'espace Saison 1Mina Sundwall, Taylor Russell et Max Jenkins : les enfants Robinson, plus que débrouillards

 

PLANÈTE TERREUR

Et Perdus dans l'espace déploie clairement beaucoup d'énergie et de moyens pour emporter le spectateur et lui offrir un spectacle à la hauteur des ambitions actuelles de Netflix, qui se place gentiment sur le créneau des films. Du monstre reptilien, de la bestiole gluante et peu ragoutante, de la tempête spectaculaire, du vaisseau précipité dans le vide au bord d'une falaise monumentale, de la secousse qui déchire la terre, des escapades spatiales, des visions larges et amples de la planète et des étoiles, sans oublier le robot au cœur de l'intrigue : la série ne rechigne pas à déballer les effets pour y parvenir, comme en témoigne le climax sous forme de gros hommage à Aliens - Le retour.

Autour des parents interprétés par Molly Parker (excellente, l'actrice a été vue dans Deadwood et House of Cards) et Toby Stephens (Black Sails), les enfants incarnés par Mina SundwallTaylor Russell et Max Jenkins offrent un tas de possibilités aux scénaristes pour créer et résoudre les obstacles, donnant à la série des allures de grosse aventure Disney, familiale et simple à consommer, aussi agréable que gentillette.

 Photo Molly Parker, Perdus dans l'espace Saison 1Molly Parker, leader des Robinson, bien plus que dans la série originale

 

Du mauvais côté du spectacle familial bien calibré, il y a des éléments attendus. Entre les petites pirouettes humoristiques, les dialogues gentillets, les résolutions parfois accélérées (une histoire de carburant traitée à toute vitesse), et la mort tenue un peu trop à distance, Perdus dans l'espace ne s'aventure jamais trop loin des rails du divertissement consensuel. La petite famille Robinson est une grosse carte postale qui relève du fantasme, avec des enfants surdoués aussi forts qu'un héros lambda de blockbuster, tandis que la maman scientifique et MacGyver en puissance, et le papa soldat warrior, cochent d'autres cases pour créer une grille de parfaits talents parfaite.

Si la série a clairement de vraies ambitions, et affiche souvent une direction artistique séduisante avec des décors très bien exploités et des effets bien gérés (mention spéciale au robot très réussi), il y a l'impression dès les premières images d'une production en toc, certes agréable à l'œil mais bien installée dans une esthétique très lumineuse, qui renforce l'artificialité de certains décors. C'est particulièrement frappant dans le pilote, où la patte du réalisateur de The Descent et Dog Soldiers n'est pas évidente à retrouver. Par ailleurs, la musique est très décevante, abusant des symbales et n'offrant aucun vrai grand thème.

Là encore, c'est loin d'être un vrai problème tant la série assume parfaitement cet aspect un peu old school qui participe pour beaucoup au plaisir procuré par ces gentils Robinson de l'espace. Surtout qu'elle offre régulièrement des images spectaculaires, voire même très jolies, comme avec ce champ violet, cette aurore boréale de créatures phosphorescentes ou ces plantes qui réagissent au son.

 

PhotoLa planète mystérieuse 

 

LE FACTEUR POSEY

Au-delà de l'efficacité indéniable de l'ensemble, il y a un élément non négligable : Parker Posey, qui reprend le rôle du docteur Smith, tenu par des hommes dans les précédentes versions (Jonathan Harris dans la série originale, Gary Oldman dans le film). Egerie du cinéma indépendant passée chez Hal Hartley ou Gregg Araki, vue récemment chez Woody Allen, elle a souvent interprété des rôles hauts en couleur lors de ses rares incursions dans le cinéma grand public - l'alliée de Kevin Spacey en Lex Luthor dans Superman Returns, la vampire de Blade : Trinity ou l'actrice hystérique géniale de Scream 3.

Dans le rôle du docteur Smith, élément perturbateur ultime au passé et aux motivations troubles, elle est excellente. Elle est clairement l'un des personnages les plus intéressants, et probablement le seul qui échappe aux schémas habituels face à une famille aux conflits stéréotypés (le couple qui se déchire et se rabinoche en silence, les enfants en compétition et en pleine puberté). Elle change de visage pour des raisons qui échappent souvent au spectateur, apportant une touche d'imprévu et de bizzarerie fort utile.

 

Photo Parker PoseyLa géniale Parker Posey

 

L'écriture a beau ne pas être très fine, avec un peu trop de moments où elle regarde d'un œil de sociopathe silencieuse les autres, Smith apporte un côté délicieusement amusant à l'aventure, qui flirte sinon avec le niais autour des Robinson. La voir s'enfoncer dans les mensonges, les improviser et les empiler avec une petite larme émouvante pour contrer ses éventuels adversaires, relève d'un vrai plaisir. La voir planter les petites graines du chaos avec une perversité évidente, est jouissif.

Parker Posey avance dans ce paysage et programme un peu classiques, avec une liberté et une malice irrésistibles. Son personnage agit comme un outil des scénaristes, utilisé pour semer le trouble et animer la fiction, provoquant de petites crises de tous les côtés. Et l'actrice lui apporte suffisamment d'étrangeté lunaire pour la maintenir sur une ligne humaine, et la tirer vers une pauvre femme désespérée et inconsciente, plutôt qu'un Machiavel ridicule.

 

PhotoTapie dans l'ombre, qui tire les ficelles : l'imprévisible docteur Smith

 

I, ROBOT

L'autre élément très réussi est le robot au centre de l'intrigue, dont il faudra taire la nature, le rôle et l'importance pour en conserver la force. En plus d'être un bel objet à l'écran, énorme bloc d'acier au rendu très beau qui rappelle Le Jour où la Terre s'arrêta, il offre les touches les plus émotionnelles de Perdus dans l'espace. La fin de l'épisode 6, notamment, est un beau moment qui confirme que, contre toute-attente, la petite parade amicale entre Will et lui fonctionne.

Quoique très discrète, la mythologie autour du robot est particulièrement intrigante, et offre de nombreuses pistes très excitantes pour la suite. C'est clairement un angle qui est majeur dans l'intrigue et sera au coeur d'une deuxième saison si, par chance, elle devait se concrétiser. La conclusion de cette première saison est d'ailleurs particulièrement enthousiasmante, ouvrant une superbe porte et confirmant une chose : Perdus dans l'espace porte bien son nom.

 

 

Photo

 

Excellent divertissement parfaitement calibré, Perdus dans l'espace version 2018 est un concentré de spectacle, d'aventure et de petites émotions gentillettes plus que satisfaisantes. Emballée avoir une grande efficacité, la série se pose comme un voyage old school assumé, avec une dose d'humour, de sensations et d'effets spéciaux bien maîtrisés. Sitôt la saison 1 terminée, une seule envie : continuer à suivre le voyage des Robinson.

Perdus dans l'espace sera disponible en intégralité sur Netflix le 13 avril 2018.

 

Photo , Perdus dans l'espace Saison 1

commentaires

adel10 24/04/2018 à 12:33

charles ingals dans l'espace très moyen

Sky 24/04/2018 à 10:59

lol, il n'y a que les commentaires positif qui s'affichent? Quoi penser de cette série? A vrai dire, Netflix cherche à attirer un public familial du genre "on regarde la TV tous ensemble" comme dans les années 90. L'histoire générale semble intéressante mais il y a beaucoup d'incohérence, scénarios bidon et des narrations brouillon. Il y a carrément un manque d'imagination, de la pub dans les premiers épisodes (OREO), Il y trop de références (star wars, "famille Robinson cruzoé", E.T). Dès le début, la famille Robinson enlèvent leurs casques pour respirer, mis appart l'oxygène, y-a-t-il des bactéries, virus qui pourraient tuer? S1:E1 à 4:40 Will Robinson passe à travers l'espace d'une trappe qui est bien trop petite pour lui et sa combinaison, S1:E1 à 48:40 la famille brûle du magnésium pour libérer Judy Robinson de la glace, soudain, il commence à pleuvoir, je ne suis pas MC Guyver mais j'aurai mis la tente pour protéger de la pluie, S1:E2 il y a une pluie de cristaux qui ne fait pas plus mal que de la grêle, un faux raccords constaté: S1:E4 à 32:24 Penny Robinson tiens une lettre dans sa main qui disparait et réapparait. Bref quelques spoils mais qui résument bien mes propos.

lio 22/04/2018 à 17:18

Un navet.

Alex 22/04/2018 à 00:41

Un pur plaisir cette série. On attend la saison 2 avec impatience ! : )

Marco 20/04/2018 à 11:26

Un précision pour Eowya (et d'autres) : considérer que ceux qui n'aiment pas cette série n'aiment pas Spileberg est erroné.

J'ai adoré (entre autres) le dernier Spielberg (Ready Player One), que j'ai vu en 3D. Le film est très créatif, visuellement beau, a de l'humour, un bon rythme, une bonne BO, et les références aux années 80 sont bien amenées tout en étant modernisées.

Cette série manque cruellement d'humour (les rares blagues tombent souvent à plat) et se prend trop au sérieux (entre autres avec des explications pseudo scientifiques), alors que les inepties et impossibilités les plus évidentes sont permanentes. Cela ôte d'ailleurs toute tension ou émotion quand des personnages sont soit disant menacés d'une mort imminente, puisque l'on sait très bien que dans cette série les personnages sont toujours sauvés au dernier moment (et de manière absurde et impossible).

Le film Lost in Space, et son côté un peu déjanté, n'était pas toujours plausible, mais son humour et auto-dérision font que je l'ai apprécié.

Par ailleurs, cette série souffre parfois (épisode 7 notamment) de scènes cul cul la praline et gnan gnan (que j'ai zappé), avec par exemple des amourettes de jeune fille. (Et en quoi est-ce Spielbergien ?).

Avec moins d'eau de rose (on ne regarde pas cette série pour cela), plus d'auto-dérision et d'humour, la série serait bien meilleure pour ma part.

jaroh 20/04/2018 à 10:44

Très surpris par la D.A. et la cohérence de son univers, c'est vraiment une série plaisante et maline tant que le plan visuel qu'au rythme apporté au récit.

Ca faisait longtemps qu'une série SF ne m'avait pas autant enthousiasmé. Petit bonus on peut la regarder avec les enfants sans tomber dans la mièvrerie, respect.

Eowya 19/04/2018 à 23:54

Excellente série, un vrai coup de cœur, que les blasés passent leur chemin, cette série transpire l'univers Spielbergrien et nous rappelle l'age d'or de ce grand réalisateur. J'imagine que ceux qui trouvent la série "niaise" ont du détester les films de Spielberg, ET, les Goonies, etc, pendant leur jeunesse...

Marco 19/04/2018 à 11:34

Après avoir vu 6 épisodes, cette série est attachante à condition de passer outre 1) la constante litanie d'absurdités et inepties et 2) les personnages clés plutôt sans saveurs et assez antipathiques (pour ma part).

Même si toutes les oeuvres de science fiction (et autres) incluent des éléments pas nécessairement crédibles, la série accumule à l'excès les inepties totales et évidentes, ce qui m'insupporte. Par exemple, alors que la famille atterrit sur une planète totalement inconnue située dans une très lointaine galaxie, ils ont accès à des images satellite très nettes et précises (mais bien sur), des cartes détaillées, la localisation d'une grotte peu visible et difficile d'accès, et peuvent se géolocaliser quand ils se déplacent. Dans le premier épisode, la "mini marre" où s'échoue leur vaisseau se gèle à cause d'une sévère chute du thermomètre, mais à l'extérieur et à quelques dizaines de centimètres à peine, les personnes n'ont pas plus froid et la température ne baisse pas. L'enfant se retrouve à un moment donné dans un feu de forêt, mais il garde son gros parka d'hiver, ne transpire pas, et son visage et corps ne montrent aucun signe de surchauffe...

Cette planète sensée être très loin de la Terre y ressemble comme deux gouttes d'eau, au point que 95% du temps, il est impossible de croire que nous sommes sur une autre planète que la Terre.

Les personnages me sont apparus tellement antipathiques -surtout au début, moins au fil des épisodes- que leur mort aurait été parfaite. Mais il me fut clair qu'étant donné les totales absurdités de la série, et notamment l'incroyable capacité des personnages à échapper aux situations mortelles toujours au dernier moment, qu'aucun ne mourrait.

Toutefois, le rythme est rapide, les rebondissements s'enchainent, de nouveaux personnages apparaissent, des problèmes à gérer se multiplient, ce qui pousse à regarder. Le role de la fausse psy manipulatrice est indispensable à cet effet primordial.

Le procédé narratif avec des flash backs est intéressant et permet de lever le voile petit à petit en conservant le suspense et ménageant l'intrigue.

Bakus 19/04/2018 à 09:11

Ne pas tenir compte des avis des personnes qui ne comprennent pas grand chose... Cette série est vraiment très sympathique certes elle n est pas parfaite et on a la petite touche d exagération américaine mais je la recommande et les acteurs sont bons pour la plupart. Foncez :) j espère que la saison 2 arrivera rapidement

yellow submarine 18/04/2018 à 10:25

série très agréable à regarder même si ça m'agace de voir qu'une série de sf a encore été tournée au canada.

Mis à part ça j'avoue que c'était une bonne introduction et l'intrigue devrait vraiment décaler lors de la saison 2.

Vivement

Plus

votre commentaire