Pirates des Caraïbes : Barbossa revient sur l'évolution de son personnage

Alexis Vielle | 29 mai 2017
Alexis Vielle | 29 mai 2017

William Turner, Sparrow, c'est le retour des Pirates les plus cool de la terre ! Et le plus cool c'est Barbossa !

Six ans après la Fontaine de Jouvence, La Vengeance de Salazar est dans les salles depuis mercredi dernier et apporte, selon nous et même s'il n'est pas exempt de défauts un certain vent de fraîcheur et un retour aux sources dont la saga avait grand besoin. (notre critique ici)

Si Jack Sparrow est la figure majeure de la saga des Pirates des Caraïbes, Geoffrey Rush vole la vedette à Johnny Depp sur chaque scène. Il est indiscutablement l’un des personnages les plus complexes de la franchise, celui dont l’arc narratif est le plus abouti. Et qui de mieux pour parler d'Hector Barbossa que son interprète lui-même. Et là du coup on vous prévient : 

 

spoiler

 

C'est bon ? Alors aujourd'hui on parle du pirate le plus charismatique de la saga. Jusqu’à son sacrifice pour sauver sa fille, un des moments les plus poignants des Pirates des Caraïbes. Si le film est une énième illustration du fossé entre la critique et le public, il y a bien un personnage qui met tout le monde d’accord depuis sa première apparition sur le Black Pearl, c’est bien ce vieux Hector. 

 

Photo Geoffrey Rush

 

L’acteur oscarisé revient sur ce retour tant attendu par les fans :

"C’est un peu comme les romans de Dickens où, épisode sur épisode, sur une longue période, les lecteurs pouvaient apporter une réelle implication. J’ai aimé le fait qu’il y ait un secret qui surgisse du passé, qu’il ait cherché à enfouir depuis toutes ces années.  Quand je regarde les quatre précédents volets, tout fait sens en réalité ! De son comportement, de ses interactions avec les autres, son attitude, tout est cohérent !"

Pour l’acteur, la raison pour laquelle le twist Barbossa/Carina marche est parce que tout fonctionne par rapport à la ligne conductrice de la saga. A l’instar du Dark Vador/Luke Skywalker 'Je suis ton père', l’idée n’est pas vue comme un gros WTF. L’australien explique ensuite que le singe est une tentative pathétique de combler l’absence de sa progéniture.

 

Photo Kaya Scodelario

 

 

L’acteur poursuit :

"Barbossa est tellement transformiste. Il est politicien, a travaillé pour le roi, et maintenant un PDG. Avoir un personnage aussi déterminé et impitoyable cachant une réelle vulnérabilité était vraiment formidable à jouer."

 Il nous manquera... 

 

barbossa

Tout savoir sur Pirates des Caraïbes 5 : La Vengeance de Salazar

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire