Logan plus fort que Rogue One : les incroyables doublures numériques que personne n'a vues

Jacques-Henry Poucave | 7 mars 2017
Jacques-Henry Poucave | 7 mars 2017

Tout le monde a noté la réussite de Logan, mais il y a un domaine dans lequel le film a accompli un exploit, que peu de commentateurs ont relevé…

Et il s’agit des doublures numériques. Vous vous souvenez sans doute des trillions d’articles (et de la polémique un peu artificielle qui a suivi) au sujet de Rogue One et de la doublure virtuelle du grand Moff Tarkin. S’il s’agissait là d’un remarquable tour de force, ce dernier vient d’être outrepassé par la performance technique du film de Mangold, où de très nombreuses cascades ont usé de doublures numériques.

dafne Keen Hugh Jackman doublure numérique

dafne Keen Hugh Jackman doublure numérique

dafne Keen Hugh Jackman doublure numérique

 

 

dafne Keen Hugh Jackman doublure numérique

 

 

Le résultat est tout simplement bluffant. Pour tout dire, on avait bien noté lors de la projection que certaines scènes possédaient (notamment lorsque X-23 s’accroche à la limousine de Hugh Jackman) des doublures de synthèses d’un très très haut niveau, mais on était loin de soupçonner la fréquence de leurs usages, et le degré de photoréalisme atteint.

Ces créations sont l’œuvre d’Image Engine, société basée à Vancouver et du superviseur d’effets visuels Chas Jarrett. Nos confrères de Cartoon Brew viennent de publier un excellent article très détaillé sur la réalisation de cette discrète prouesse, que vous pouvez lire ICI. Si vous êtes anglophones, jetez-vous là-dessus, et sinon, voilà une excellente raison d’apprendre la langue de Shakespeare.

 

dafne Keen Hugh Jackman doublure numérique

dafne Keen Hugh Jackman doublure numérique

 

 

En gros, cette technologie a d’abord été utilisée comme méthode de prévisualisation, afin de déterminer en amont du tournage le temps, les techniques et nombre de plans nécessaires pour réaliser les séquences en question. Ensuite des cascadeurs, ou acteurs « d’appoint » ont été maquillés à l’aide de marqueurs rouges, afin de permettre aux équipes d’Image Engine de remplacer plus aisément leurs visages par les copies numériques des comédiens.

Pour des raisons de temps (et parce que les séquences en question ne contenaient pas de dialogues) les doublures n’ont pas utilisé de matériel de motion capture à proprement parler, ce qui laisse imaginer le travail phénoménal pour « caler » image par image, les visages numériques ainsi que leurs expressions.

Comme quoi, Logan n’en finit pas de nous étonner.

 

Dafne Keen

Dafne Keen

 

commentaires

titipinup
08/03/2017 à 11:41

les raccords moumoute sont pourtant visibles, comment ça se fait ?? par moment la touffe de wolvie est ébouriffée et le plan suivant la coupe est en brosse bien drue et coiffée...

postman
08/03/2017 à 09:05

Dans Civil War Charles !
Retourne couper du bois...

C. Ingalls
07/03/2017 à 23:20

Je ne sais plus dans quel Marvel, mais il y a une sceine où l'on voit Robert Doney Jr adolescent parlant avec ses parents.... Là j'ai été bluffé....

Revan
07/03/2017 à 22:58

La comparaison entre Logan et Rogue One est complètement hors de propos.
Dans Logan, l'équipe en charge des effets spéciaux a eu tout loisir de pouvoir numériser les vrais acteurs en chair et en os puis aurait très bien pu faire usage de la performance capture des-dits acteurs si besoin pour les intégrer, dans des scènes d'ACTION sans dialogue au cours desquelles on aura pas le temps de se focaliser sur le rendu des personnages.
Dans Rogue One, l'équipe a du recréer les modèles numériques d'un acteur décédé depuis 20 ans et d'une actrice qui en avait 40 de plus puis faire appel à la performance capture d'acteurs tiers, pour des scènes de dialogues où on se focalise beaucoup plus sur les personnages, leur visage, leurs expressions.
Alors si dans Rogue One c'est très visible et imparfait, le travail effectué n'en reste pas moins bien plus impressionnant.

Metre capéleau, garent de la lengue fransséze
07/03/2017 à 19:24

C'est "que personne n'a vu" et pas "vues", les enfants. (Enfin, je crois, vous me foutez le doute, du coup.)

votre commentaire