Sans surprise, Assassin's Creed ne serait que le premier volet d'une trilogie

Christophe Foltzer | 19 décembre 2016
Christophe Foltzer | 19 décembre 2016

Nous en sommes donc arrivés à un point où le moindre blockbuster ne peut plus exister uniquement pour lui-même et doit obligatoirement s'inscrire dans une histoire plus grande. Et Assassin's Creed n'y fait pas exception.

Tout ça, c'est la faute du Seigneur des Anneaux et des films de super-héros. Avant eux, on pouvait regarder un gros film, prendre son pied avec un malin plaisir et attendre fébrilement l'annonce d'une possible suite. Mais les choses ne fonctionnent plus comme ça de nos jours. Oh que non, maintenant on sait d'avance combien de films sont prévus et limite ce qui nous attend des années en avance.

 

Photo Michael Fassbender

 

Cependant, cela comporte néanmoins un certain nombre de risques pour les productions qui se lancent dans la bataille. En effet, le concept de trilogie préprogrammé est un jeu dangereux qui peut pousser certains studios à lever quelque peu le pied sur la cohérence dramaturgique du premier film de la série en se disant que, de toute façon, ce n'est pas grave, il y en a encore deux qui suivront et ils trouveront bien le moyen de combler les trous du scénario. Une manière de faire directement héritée des séries télés qui peut parfois aboutir à une grande déception, voire une terrible frustration chez le spectateur.

 

trailer 2

 

Et Assassin's Creed, qui sort chez nous dans deux jours, n'y fera probablement pas exception puisque depuis une semaine nous entendons l'équipe parler déjà d'une hypothétique suite. Après que Justin Kurzel ait révélé son intention de faire du numéro 2 un film noir dans l'Amérique des années 30, c'est au tour de Michael Fassbender d'expliquer au micro de Cinema Blend qu'il ne faut pas voir son film autrement qu'une origin story :

"C'est en quelque sorte l'origine de l'histoire. Nous avons une idée et nous savons où elle va dans les deux films suivants. Nous avons fait en quelque sorte un arc scénaristique sur trois films. Nous allons attendre de voir comment les gens réagissent au premier, mais de façon certaine, nous avons déjà une idée pour la suite."

Et Fassbender vient de mettre le doigt sur le noeud du problème : C'est bien joli de préparer trois films et de dire qu'on sait déjà ce que l'on veut raconter, mais encore faut-il que le public soit d'accord pour en voir plus. Assassin's Creed réussira-t-il son pari ? Réponse mercredi prochain.

 

Photo Michael Fassbender

Tout savoir sur Assassin's Creed

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Hasgarn
19/12/2016 à 14:40

Effectivement, j'aurai pu être plus précis en parlant du public dans mon message initiale.
Je ferai le nécessaire pour avoir un vrai avis ;)

Joko
19/12/2016 à 13:55

@Hasgarn

Ca n'a pas été dit mais clairement sous-entendu quand même dans vos messages... Comme si quelqu'un était venu dire "ok les fanboys de la licence ont déjà préparés leurs arguments pour dire que celui qui n'aime pas est un hater et un mouton". On sent l'énergie latente...
C'est régulièrement un problème de voir les débats se polariser avec deux camps caricaturés, des avis simplifiés, et des discussions laissées au second plan pour jouer une guerre ridicule et déverser sa petite colère.

Mais bon, tant mieux si c'est pas le cas.

Hasgarn
19/12/2016 à 13:50

@ Joko : rassure-toi, quand je parle des rageux, je parle bien des rageux, pas de ceux qui ont un avis construit et qui expliquent pourquoi il n'aime pas ;)
Avec une franchise de fan (et de fanboyz &fangirlz qui ont déjà commencé avec les "touches pas à ma licence que j'aime !" et "il est ou, Ezio ?"), c'est une évidence que ça va gueuler.
Le plus dur sera de faire le tri dans les trolls, les rageux et les avis sans intérêt pour parler du film et seulement de ça.

Ça va être dur, ça va hurler dans tous les sens, mais on va y arriver :)
Perso, j'aime beaucoup l'univers de la licence mais je n'y joue pas : je regarde ma femme (ultra-fan) faire les jeux comme si je regardais un bon film. Et comme elle joue bien, c'est souvent un régal.

Je pense que quand colloc1 parle des pisse vinaigres programmés, il parle de gens dont l'avis est déjà préconçu et ne manquera pas d'énerver tout le monde.

Personne n'a jamais dit ici que ceux qui n'aimeront pas sont des emmerdeurs. Mais on sait qu'on sera bien servi en emmerdeurs sauf si le film est assez bon pour faire consensus et c'est ce que je souhaite.

Joko
19/12/2016 à 13:12

Donc la manière d'élever le débat face aux soit-disant enragés qui détestent par principe et sans arguments, c'est de dire que ceux qui n'aimeront pas sont des pisse vinaigres et de simples haters incapables de penser ?

Cool, ça promet des discussions de haut vol et pas du tout caricaturales.

colloc 1
19/12/2016 à 12:27

Plus 1OOO avec toi Hasgarn ! Les pisse vinaigre programmés sont malheureusement légion ! J'y serais mercredi !

Joko
19/12/2016 à 12:26

@Hasgarn

J'espère du coup que tu sauras accepter les critiques de ceux qui pourraient détester le film si toi tu l'apprécies :)
Parce que catégoriser les autres en rageux, et dire que le problème serait plus le spectateur que le film, ça n'est pas toujours bien intéressant...

Hasgarn
19/12/2016 à 12:17

"C'est bien joli de préparer trois films et de dire qu'on sait déjà ce que l'on veut raconter, mais encore faut-il que le public soit d'accord pour en voir plus. "

Pour que ça marche, il faudrait que le public arrête de vouloir voir un un film que son psychisme lui aura fait voir et qu'il apprécie de voir le film qu'on lui présente.
Une chose est sure : même si le film est bon, on aura droit à un shit-storm de rageux. Normalement, je vais le voir mercredi soir. Je repasserai lire votre critique après ;)

Geoffrey Crété - Rédaction
19/12/2016 à 11:32

@Broly

Quelle impatience.
On respecte simplement l'embargo. Critique demain.

Broly
19/12/2016 à 11:24

Et toujours pas de critique pour ce film... Navet en vue?

Skyno
19/12/2016 à 09:13

Pas tout

votre commentaire