Lars von Trier a repris l'alcool pour pouvoir refaire des films

Jacques-Henry Poucave | 22 avril 2015
Jacques-Henry Poucave | 22 avril 2015

Lars Von Trier avait déclaré il y a quelques mois de cela avoir arrêté de boire pour préserver sa santé, au risque de mettre en danger son inspiration. Après avoir angoissé des milliers de cinéphiles, le cinéaste vient de rassurer ses fans : il va mieux il a repris la bouteille.

On craignait de ne plus pouvoir visionner en festival ses créations provocantes et agressives, où les mutilations succédaient aux scènes de sexe gentiment cradingues voire franchement malaisantes, heureusement il n’en sera rien. En effet, le réalisateur de Nymphomaniac a confirmé au Guardian qu’il buvait à nouveau.

« J’ai recommencé à boire un petit peu. Pour pouvoir travailler. Quand on tourne un film, c’est très intense, alors on boit davantage. »

Plus sérieusement, Lars Von Trier a expliqué en quoi la consommation d’alcool était pour lui un moyen de gérer un sentiment d’angoisse permanent.

« Je crois que quand on est un artiste, et qu’on est alcoolique, on est plus sensible. C’est ma sensibilité qui cause mon anxiété. Parfois, j’arrive à la contrôler, mais quelques fois c’est impossible. »

Quoi qu’il en soit, on espère voir l’artiste retourner rapidement derrière la caméra, pour des projets aussi radicaux que ses récents Melancholia ou Antechrist. Tout au plus lui souhaite-t-on de s’apaiser un peu et de ne pas retomber dans les travers amers et la subversion de pacotille qui ont un peu diminués ses dernières créations.

À ta santé Lars !

Tout savoir sur Lars von Trier

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
sebnutt
23/04/2015 à 13:18

Et les spectateurs devront se remettre à l'alcool pour voir ses films.

Dirty Harry
23/04/2015 à 11:51

Depuis Dogville il est devenu un de mes cinéastes favoris. Sa série The Kingdom et sa relative folie qu'il insuffle à ses sujets me touchent à chaque fois (surtout depuis Dogville). Il est de loin le plus audacieux et le plus insolent de son époque (revoir Manderley qui ringardise tout un prêt à penser anti-raciste). Bon qu'il fasse gaffe à sa santé aussi, des cinéaste européens pas idiots et radicaux comme lui ne sont pas légion.

votre commentaire