Cruella : le réalisateur pense déjà à une suite pour la méchante Disney d'Emma Stone

Déborah Lechner | 2 juin 2021
Déborah Lechner | 2 juin 2021

Le réalisateur Craig Gillespie a encore des idées pour le prequel de Disney sur la méchante Cruella d'Enfer, campée par Emma Stone.

Si Disney s'est lancé depuis quelques années dans une refonte frénétique de son catalogue animé avec des remakes en prises de vues réelles sans grand intérêt narratif (Le Roi LionLa Belle et la BêteLa Belle et le Clochard ou Le Livre de la Jungle), le studio avait déjà tenté le coup en 1996 avec Les 101 Dalmatiens. Cette version en live action présentait alors la formidable Glenn Close en tortionnaire de chiots hystérique, avec des résultats suffisamment encourageant au box-office mondial (320 millions hors inflation) pour proposer une suite intitulée 102 dalmatiens en 2000.

 

photo Glenn CloseFuyez, pauvres toutous !

 

Si Glenn Close, par ailleurs productrice exécutive pour Cruella, a confié en mai dernier qu'elle était également prête à reprendre le rôle, c'est désormais au tour d'Emma Stone d'enfiler le manteau de fourrure et la perruque bicolore dans Cruella. Pour essayer de changer un peu, le film reviendra sur la jeunesse de cette méchante iconique et tentera de justifier sa cruauté, ainsi que son obsession pour le noir et blanc qu'elle tient vraisemblablement de son ennemie la baronne von Hellman d'Emma Thompson.

 

photo CruellaUne certaine idée du bon goût

 

Pour autant, le réalisateur Craig Gillespie n'a pas encore l'impression d'avoir fait le tour du personnage et a encore de la suite dans les idées, comme il l'a récemment expliqué lors d'une interview avec Collider :

"J'ai l'impression qu'on vient à peine de la rencontrer. J'aimerais maintenant voir la véritable Cruella, à part entière. Elle a réussi à trouver du soutien autour d'elle et peut vraiment développer sa marque. J'aimerais voir où tout ça peut la mener et comment tout ce pouvoir pourrait presque la détruire de l'intérieur si elle ne fait pas attention."

 

photo, Emma StoneToujours un poil excentrique

 

Collider a également demandé au cinéaste s'il était prêt à repasser derrière la caméra pour cette potentielle suite et la réponse paraît assez évidente :

"Si on le fait avec la même équipe [ndlr : je le ferais]. C'était une telle joie de travailler avec tout le monde. Tony McNamara l'a écrit et Disney nous a beaucoup soutenus. Ils ont vraiment nourri ce sentiment de sécurité qui nous a permis de nous lancer sans craindre les répercussions. On était tout le temps en train de se demander si Disney allait être d'accord avec telle ou telle chose, mais ils étaient toujours d'accord."

Si la presse américaine s'est montrée plutôt positive, il va tout de même falloir attendre le 23 juin prochain en France pour assister à la naissance de la cruelle diablesse. D'ici, la dernière bande-annonce est par là.

Tout savoir sur Cruella

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
CINETIM
02/06/2021 à 12:18

Le film se suffit à luo-même. Arrêttez de détruire les chefs d'oeuvres mias un autre film dans cette veine par Craig Gillespie, je dis oui.

Diskor
02/06/2021 à 08:35

J'ai une super idée pour une suite :

À Londres lors de sa promenade quotidienne, un dalmatien nommé « Pongo » tombe éperdument amoureux d'une belle dalmatienne répondant au nom de « Perdita ». Leur maître et maîtresse respectifs, nommés « Roger » et « Anita », connaîtront d'ailleurs un coup de foudre identique...

Et c'est ainsi que, quelques mois plus tard, ils se retrouvent tous réunis sous le même toit pour voir Perdita donner naissance à quinze chiots.

Ce moment de bonheur aurait pu être parfait si Cruella d'Enfer, une créatrice de mode obsédée par la fourrure, ne faisait pas kidnapper les chiots avec la ferme intention de s'en faire un manteau.

Diskor
02/06/2021 à 08:33

J'ai une super idée pour eux pour la suite:

"À Londres lors de sa promenade quotidienne, un dalmatien nommé « Pongo » tombe éperdument amoureux d'une belle dalmatienne répondant au nom de « Perdita ». Leur maître et maîtresse respectifs, nommés « Roger » et « Anita », connaîtront d'ailleurs un coup de foudre identique...

Et c'est ainsi que, quelques mois plus tard, ils se retrouvent tous réunis sous le même toit pour voir Perdita donner naissance à quinze chiots.

Ce moment de bonheur aurait pu être parfait si Cruella d'Enfer, une créatrice de mode obsédée par la fourrure, ne faisait pas kidnapper les chiots avec la ferme intention de s'en faire un manteau."

votre commentaire