Films

Adieu les cons : Albert Dupontel enrage contre la sortie « bâclée » de son film au cinéma

Par La Rédaction
21 octobre 2020
MAJ : 23 octobre 2020
13 commentaires
photo, Albert Dupontel, Virginie Efira

C’est ce mercredi 21 octobre que sort au cinéma Adieu les cons d’Albert Dupontel. Une situation qui ne plaît pas au réalisateur. 

Pandémie, Covid, couvre-feu… les cinémas traversent actuellement une crise brutale, démultipliée par une fréquentation historiquement basse, et des distributeurs qui décalent massivement leurs films programmés, espérant pouvoir les préserver pour une période plus favorable. Cette situation entre funambulisme et auto-cannibalisme engendre des effets pervers redoutables, qu’illustre parfaitement Adieu les cons

Tandis que les salles ont pu survivre jusqu’à présent grâce à l’engagement de nombreux distributeurs indépendants, qui ont maintenu, avancé ou retravaillé leur catalogue pour permettre une programmation différente, inattendue et souvent attractive, elles sont, pour un grand nombre d’entre elles, susceptibles de se précipiter vers un long-métrage identifié comme ayant un grand potentiel public. C’est le cas de Adieu les cons (dont notre critique est juste), qui va bénéficier massivement d’écrans sur tout le territoire. 

 

photoUn public encore craintif ?

 

En effet le couvre-feu dans plusieurs villes de France a privé les exploitants de salles des séances de 20h et 21h, les plus remplies et lucratives (elles représentent parfois jusqu’à 40% des tickets vendus quotidiennement). Craignant de ne plus pouvoir toucher un public suffisant pour pouvoir rentrer dans leurs frais, plusieurs distributeurs, comme SND dans le cas de Kaamelott – Premier Volet, ont fait le choix de repousser la date de sortie de leurs produits. Face à cette situation, de nombreux cinémas craignent de ne pas pouvoir proposer aux spectateurs (dont la fréquentation, de par la crise sanitaire, à déjà diminué de 50% par rapport à la même période en 2019) des films capables de les faire venir dans leur salles.

C’est la raison pour laquelle ils sont nombreux à programmer massivement Adieu les cons, souvent en lui octroyant un grand nombre d’écrans au sein d’un même cinéma… Ce qui prive d’accès aux salles d’autres films.

 

Si à partir de mercredi vous vous demandez où sont les films indep qui étaient à l’affiche, ne cherchez pas ils ont été « sauvés » par les sauveurs du cinéma. Circulez y a plus de place. C’est affligeant ! Mais bon tout le monde a l’air content. Enjoy ! https://t.co/AWrBGJXmRb

— EUROZOOM ???? CINEMA ???????????????????? (@AmelEUROZOOM) October 19, 2020

 

Au détriment des distributeurs indépendants qui ont permis jusqu’alors aux salles de proposer quelque chose au public. Une situation absurde, soulignée notamment par Eurozoom (qui a récemment sorti Ip Man 4 : Le Dernier Combat, Akira ou encore Lupin III : The First, qui avait déjà signalé la contre-productivité pour le secteur de ce type de tropismes lors de la sortie de Tenet. En effet, beaucoup de « petits » films, comme le rappelle le tweet ci-dessus, vont être déprogrammés, en faveur d’Adieu les Cons, dans l’espoir de faire tourner la billetterie.

Une situation violente, qui va mettre en péril économique les distributeurs les plus audacieux et les moins fragiles. La situation est d’autant plus complexe que si les premiers chiffres remontés avant la sortie d’Adieu les cons le 21 octobre semblent indiquer une fréquentation moins catastrophique que redoutée, rien n’indique que le métrage d’Albert Dupontel, aussi attendu soit-il, saura aguicher suffisamment le public pour remplir les salles.

Et manifestement, Albert Dupontel n’est pas ravi non plus des conditions de sortie de son dernier long-métrage, comme il l’a fait savoir au Parisien

“Pour ne rien vous cacher, nous aurions voulu sortir en août, parce qu’on sentait bien le coup venir à l’automne. Mais ça nous a été sinon refusé, en tout cas vivement déconseillé par la Gaumont, qui distribue le film.” 

Et le cinéaste ne mâche pas ses mots. 

 

photo, Albert Dupontel, Virginie Efira« Non, mais qu’est-ce qui se passe là ? »

 

“Bref, je suis frustré et triste de cette sortie bâclée, voilà.”

Une logique commerciale à courte vue, qui est, pour le réalisateur, le cœur du problème. 

“Les arguments qui m’ont été avancés sont malheureusement triviaux-économiques, ce qui est le mal de la planète depuis quelques décennies. Il faudrait apprendre à raisonner autrement, me semble-t-il. Je me sens découragé par cette attitude. Je demandais juste un délai d’attente, mais aujourd’hui, on n’a même plus envie de s’arrêter pour réfléchir. Il faut aller vite coûte que coûte. C’est du gâchis.” 

En tout cas, pour redonner un peu le sourire à Albert Dupontel, on vous conseille vivement d’aller voir le film en salles. Notre critique est disponible.

Rédacteurs :
Tout savoir sur Adieu les cons
Abonnez-vous à notre youtube
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
Trier par:
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
icon arrow down
Pictogramme commentaire 13 commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sébastien

Pourtant le titre de son film convient parfaitement au gouvernement.

Latribu13

Film genialissime ; Du grand DUPONTEL à voir absolument ! Merci pour cette petite claque jouissive ????????????????????

Rafe54

A croire qu’ils veulent couler l’industrie du cinéma, ce gouvernement d’incapables..

Sasakikojiro

Très bon article bien rédigé, clair et plaisant à lire. Merci

Fox

Et cerise sur le tas de gâteau : ce pauvre Dupontel qui n’a rien demandé à personne, qui se retrouve à truster une bonne partie du parc des écrans avec son film au détriment des autres. Merci Gaumont ! Passer pour l’ogre qui bouffe la plus grosse part, quand on connait un peu l’état d’esprit du monsieur, ça ne doit pas du tout lui faire plaisir.