Césars 2021 : le triomphe d'Adieu les cons , la déconfiture d'Été 85 et la mauvaise soirée de Mme Bachelot

Mathias Penguilly | 13 mars 2021 - MAJ : 13/03/2021 18:44
Mathias Penguilly | 13 mars 2021 - MAJ : 13/03/2021 18:44

La cérémonie des Césars avait une saveur très particulière cette année à cause de la pandémie de Covid-19. La soirée a offert son lot de moments forts.

L'année dernière, la quarante-cinquième cérémonie des Césars avait été particulièrement mouvementée. Le sacre de Roman Polanski avait été vertement critiqué par une partie du public présent, notamment les actrices Adèle Haenel et Aïssa Maïga, qui avaient alors décidé de quitter la salle et de boycotter la fin de la soirée. Cette révolte avait provoqué un grand remue-ménage à la tête de l'Académie des Césars et la quarante-sixième édition promettait d'être plus apaisée.

C'était sans compter bien sûr, sur la pandémie de Covid-19 et la fermeture des salles de cinéma ordonnée par le gouvernement. Cette année, les exploitants n'ont pu travailler que pendant quatre mois, les salles obscures étant closes depuis la fin du mois d'octobre. L'ambiance n'était donc pas vraiment à la fête - cela a d'ailleurs eu un impact sur les audiences : seul 1,6 million de spectateurs ont suivi la cérémonie. Les discours en soutien à l'industrie se sont succédés et Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture en a pris pour son grade.

 

photo, Albert Dupontel Roselyne Bachelot réagissant aux piques de Marina Foïs

 

Dans son discours d'introduction d'abord, Marina Foïs s'est attaquée directement à elle en déplorant qu'elle ait eu le temps d'écrire et de publier un livre dans cette période troublée. Beaucoup ont également déploré la fermeture des salles de cinéma et des théâtres alors qu'une partie des grandes surfaces sont encore ouvertes. Le gouvernement maintient sa position : ouvrir ces lieux de convivialité faciliterait la propagation du virus.

On doit à Corinne Masiero l'intervention la plus marquante de la soirée. Alors qu'elle s'apprêtait à remettre la statuette des Meilleurs costumes, l'actrice est arrivée sur scène déguisée en Peau d'âne couverte de sang. Elle a ensuite retiré sa cape pour laisser voir une robe rouge, inspirée de Carrie, l'héroïne de Stephen King. Elle s'est alors complètement dénudée pour dénoncer la mise au ban des artistes (littéralement "à poil" tant qu'ils ne peuvent pas exercer leur art"). Sur son dos nu, on pouvait également lire le slogan "Rends-nous l'Art, Jean", à l'adresse du Premier ministre. Très engagée, l'actrice de Capitaine Marleau et d'Effacer l'historique, s'était rendue au théâtre de l'Odéon l'après-midi même, pour soutenir les artistes qui l'occupent depuis une dizaine de jours.

 

Photo Corinne MasieroComme une petite idée derrière la tête...

 

Côté palmarès, Adieu les cons est sans conteste le grand vainqueur de la soirée. Le film d'Albert Dupontel a récompensé de sept statuettes dont les deux récompenses suprêmes : celles de Meilleur film et de Meilleure réalisation. Nicolas Marié a également remporté le César de Meilleur acteur dans un second rôle. Virginie Efira en revanche, nommée pour la troisième fois dans la catégorie Meilleure actrice, n'a pas été récompensée : c'est Laure Calamy, la star de Dix pour cent qui a été sacrée pour Antoinette dans les Cévennes de Caroline Vignal.

Sami Bouajila a été nommé Meilleur acteur pour Un Fils, tandis que l'actrice belge Émilie Dequenne a obtenu le César de Meilleure actrice dans un second rôle pour Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait, d' Emmanuel Mouret.

 

photo, Laure CalamyLaure Calamy a troqué l'âne pour le César

 

Été 85 de François Ozon repart complètement bredouille. Ses deux jeunes acteurs, Félix Lefebvre et Benjamin Voisin étaient tous deux nommés dans la catégorie Meilleur espoir masculin, mais la statuette a finalement été attribuée au comédien Jean-Pascal Zadi, qui avait réalisé un très bon score au box-office cet été avec Tout Simplement Noir. Mignonnes a aussi été salué : sa jeune interprète, Fathia Youssouf a été nommée Meilleur espoir féminin.

Deux Césars d'honneur ont également été attribués, le premier saluant la mémoire de Jean-Pierre Bacri et le second célébrant les quarante ans dela troupe du Splendid.

 

photo, Benjamin Voisin, Félix LefebvreQuand tu repars bredouille...

 

LE PALMARES COMPLET :

Meilleur film : Adieu les cons d'Albert Dupontel

Meilleur réalisateur : Albert Dupontel pour Adieu les cons

Meilleure actrice : Laure Calamy pour Antoinette dans les Cévennes

Meilleur acteur : Sami Bouajila pour Un Fils

Meilleure actrice dans un second rôle : Emilie Dequenne pour Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait

Meilleur acteur dans un second rôle : Nicolas Marié pour Adieu les cons

Meilleur espoir féminin : Fatiha Youssouf pour Mignonnes

Meilleur espoir masculin : Jean-Pascal Zadi pour Tout Simplement Noir

Meilleure adaptation : La Fille au bracelet de Stéphane Demoustier

Meilleur scénario original : Adieu les cons d'Albert Dupontel

Meilleur premier film : Deux de Filippo Meneghetti

Meilleur film d'animation : Josep de Aurel

Meilleur film étranger : Drunk de Thomas Vinterberg

Meilleur documentaire : Adolescentes

Meilleure musique originale : Rone pour La Nuit venue

Meilleure photographie : Alexis Kavyrchine pour Adieu les cons

Meilleur montage : Tina Baz pour Adolescentes

Meilleurs costumes : Madeline Fontaine pour La Bonne épouse

Meilleurs décors : Carlos Conti pour Adieu les cons

Meilleur son : Jeanne Delplancq, Yolande Decarsin, Fanny Martin et Olivier Goinard pour Adolescentes

Meilleur court-métrage : Qu'importe si les bêtes meurent de Sofia Alaoui

Meilleur court-métrage d'animation : L'Heure de l'ours d'Agnès Patron

César d'honneur : Jean-Pierre Bacri

César anniversaire : La troupe du Splendid ( Josiane Balasko, Michel Blanc, Marie-Anne Chazel, Christian Clavier, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Bruno Moynot)

Tout savoir sur Adieu les cons

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Pog
17/03/2021 à 11:32

@Jean-Marc

C'est pourtant clair je crois : ces "petits acteurs" ne parlent pas de leur confort, mais de tous ceux qui sont dans l'ombre et pas sur scène aux César. Tous ces métiers de plateau, de scène, et notamment ceux qui commencent leur carrière et voient eux aussi leurs ambitions écrasées, avec reconversion et défaites à la clé. Dommage donc de réduire ça à des "stars" qui pleurnichent, et d'opposer la détresse pour faire le jeu des puissants.

Jean-Marc
17/03/2021 à 11:22

J'ai du vendre mon commerce et me reconvertir. Pauvre petits acteurs. Vraiment petits.

Birdy rassuré
17/03/2021 à 08:30

@captp : merci, tu me redonnes foi en l'humanité... Enfin qq'un qui utilise ses cellules grises.
Je crois que le pire à lire c'est ceux qui te vendent le cinéma à domicile parce qu'ils sont trop fiers de leur homecinema sans bouffeurs de popcorn au téléphone. Le truc qui a du m'arriver 1x en 10 ans. Et le gars est sur paris hein, mais il a pas eu l'idée de changer de salle pour être plus tranquille. Essaye le mk2 Bibliothèque (populaire mais classieux) , ou l'ugc 19 (vide et donc calme).
Et effectivement sur le foot, comment dire... Le gars doit être à sa 5e pinte pour oser dire ça.

rebelle33
16/03/2021 à 17:27

On nous annonçait après l'affaire POLANSKI une équipe des Césars renouvelée et ouverte à la diversité...En réalité, on a assisté à une cérémonie absolument pitoyable où la vulgarité le disputait au ressentiment....Je pense que je ne regarderai pas l'année prochaine....Et, pourtant, j'aime le cinéma...Roman POLANSKI doit se marrer!!!!

rebelle33
16/03/2021 à 17:10

@Ragatonne
POLANSKI, mon cher, a un peu plus de classe que a Corinne MASIERO...Et, même avec ses dérapages ,la précédente Cérémonie des césars a té moins PITOYABLE!!!!

Fanny
15/03/2021 à 20:32

surtout triste de voir se transformer ce qui devrait être une fête, on en a tous besoin,en règlement de compte vulgaire et scato....On a connu de beaux cesars qui donnaient du rêve et du rêve,on en demande en cette période.
Quand la médiocrité remplace le talent, on a du souci à se faire!

Ragatonne
15/03/2021 à 17:45

@rebelle33

Vous eussiez sûrement préféré que sieur polanski déniaise une enfant sur scène.

rebelle33
15/03/2021 à 17:38

La Corinne MASIERO, je ne l'aimais pas beaucoup...Et, de plus ,je ne lui trouvais pas beaucoup de talent en tant qu'actrice...Mais, depuis sa pitoyable exhibition , je ne pourrais plus la voir!!!!

Marc
15/03/2021 à 17:12

Ce que je retiens de la Cérémonie l'hommage aux Comédiens qui nous ont quitté cette année 2020 l'hommage au Maestro Ennio Morricone .
Des revendications oui mais sans humour. On peux passer des messages des actions devant les Cinéma sans tomber dans le Trash.
Vive le Cinéma !

François
15/03/2021 à 14:31

Corinne Maseiro, plus syndicaliste qu'actrice, aussi difficile à entendre qu'à regardre,a réussi à faire honte à la cérémonie. Un adjectif lui va bien: épouvantable. Avec elle on est vraiment l'exception culturelle. Il semble que le cinéma français ait parfois le goût du laid.
Heureusement Sami Bouajila, Roschdy Zem et d'autres ont rappelé qu'en France on peut avoir une certaine classe .Ils ont évité que la cérémonie soit clochardisée (Maseiro aux chiottes).
Merci à Fanny Ardant pour son discours à la faveur des hommes, ça faisait longtemps qu'on n'avait pas entendu des choses gentilles sur eux.

Plus
votre commentaire