Ben Affleck pense que les films indépendants ne passeront plus au cinéma après la Covid

Gael Delachapelle | 29 septembre 2020 - MAJ : 29/09/2020 17:06
Gael Delachapelle | 29 septembre 2020 - MAJ : 29/09/2020 17:06

L'acteur Ben Affleck est très inquiet pour le cinéma indépendant américain, après la Covid-19.

Si Ben Affleck est très en vogue en ce moment avec son retour en Batman dans le DCEU, pour The Flash, mais aussi pour le Snyder Cut de Justice League, où il s'est dévoilé avec une nouvelle photo, l'acteur est aussi connu pour une autre facette de sa carrière, en tant qu'acteur et cinéaste dans le cinéma indépendant américain. 

Avec des succès critiques comme Gone Baby GoneThe Town ou encore Argo (Oscar du meilleur film), l'acteur s'est imposé comme un cinéaste plutôt brillant, s'inscrivant dans la veine d'un cinéma indépendant, où l'acteur s'est dévoilé comme un véritable auteur qui pose un regard politique sur l'Amérique actuelle.

Avant d'être un très bon Bruce Wayne/Batman chez Zack Snyder, Ben Affleck s'est également illustré en tant qu'acteur dans le cinéma d'auteur, que ce soit dans À la merveille de Terrence Malick, Gone Girl de David Fincher ou plus récemment, dans The Way Back de Gavin O'Connor.

 

photo, Ben AffleckBen Affleck dans Gone Girl de David Fincher  

 

Et justement, l'acteur s'est exprimé sur son inquiétude concernant le cinéma indépendant, que ce soit en tant qu'acteur ou réalisateur, comme il a pu en témoigner dans une interview auprès d'Entertainment Weekly, où il s'est confié sur ce qu'il pouvait penser à propos de l'avenir des films à petits budgets :

"Je ne sais pas ce qu'il en sera de la réalité post-Covid, qui sait à quoi ressemblera l'activité des salles de cinéma ? Ce que j'en pense, c'est que les gens se sont habitués pendant cette période à regarder les films chez eux. Cela a été bénéfique pour The Way Back, j'en suis sûre. Il venait juste de sortir, alors je pense que la possibilité de voir un nouveau film à la maison nous a permis d'attirer beaucoup plus de téléspectateurs que ceux qui seraient venus au cinéma payer pour voir un film triste sur un alcoolique confronté à la mort de son enfant. Les gens ont maintenant été habitués à regarder des films en streaming à la maison alors qu'ils ne l'étaient pas auparavant, ce qui a probablement accéléré une tendance qui était déjà en cours.

 

photo, Ben Affleck, Ben Irving, Melvin GreggBen Affleck dans The Way Back de Gavin O'Connor 

 

Je pense qu'après la Covid, des films comme The TownArgo, tous les films que j'ai réalisés, finiraient effectivement sur des plateformes de streaming. Il y aura probablement entre 20 et 25 films par an qui seront distribués en salles et ce seront tous des films de grosses firmes, que ce soit le type de films que fait Disney comme Aladdin ou Star Wars ou Avengers, quelque chose où vous pouvez compter faire un demi-milliard de dollars au box-office facilement. Et je pense que ce sera très, très difficile pour les drames et les films à petits budgets [comme The Town à l'époque] d'obtenir une distribution en salles. Je pense que c'est pour le meilleur et pour le pire, et vous pouvez en tirer vos propres conclusions, mais j'ai le sentiment que c'est la direction que prend l'industrie cinématographique selon ce que je vois maintenant et des expériences que j'ai pu avoir."      

La vision de l'acteur/réalisateur sur l'avenir du cinéma indépendant est donc assez pessimiste, mais pas franchement irréaliste. L'acteur est bien placé pour voir que l'avenir de l'industrie hollywoodienne se joue actuellement dans les blockbusters super-héroïques et les franchises à succès. Espérons cela dit que Ben Affleck ne perdra pas l'envie, face à ce constat, de revenir à la réalisation, avec son prochain projet, Ghost Army, dont on sait peu de choses. Son dernier film en date, en tant que cinéaste, Live by Night, est sorti en 2017.  

 photo, Ben AffleckBen Affleck dans Argo... de Ben Affleck  

 

D'ici là, l'acteur sera dans le prochain film de Ridley ScottThe Last Duel, aux côtés de son ami Matt Damon, qu'il retrouve à l'écran et au scénario, après Will Hunting de Gus Van Sant (qui leur a valu l'oscar du meilleur scénario original en 1997). Le film historique de Scott a vu son tournage impacté par la pandémie et aux dernières nouvelles, le cinéaste prépare aussi activement son biopic sur la famille Gucci avec Lady Gaga au casting. 

En attendant d'avoir des nouvelles du prochain Ridley Scott, on pourra retrouver Ben Affleck dans la peau de l'homme chauve-souris dans The Flash, prévu pour le 3 juin 2022 dans nos salles. Mais surtout dans le Snyder Cut de Justice League, prévu pour une diffusion en mini-série de quatre épisodes, sur la plateforme HBO Max, en 2021. Et vous pouvez également découvrir notre avis sans concessions sur la version cinéma de Joss Whedon, avec notre critique par ici.

commentaires

Kyle Reese
01/10/2020 à 09:57

Je serai plus de l’avis d’ethan que d’Affleck.
Les blockbusters ne vont pas sauver les salles.
Trop cher pas assez rentable et puis trop de super héros qui sauvent le monde.

Ethan
29/09/2020 à 23:21

Il dit des conneries. Au contraire les sociétés préfèrent misés sur des films d'auteur car les films à gros budget ne sont plus rentables

Pseudonaze
29/09/2020 à 22:06

Aaah ARGO... quel excellent film, une véritable déclaration d'amour pour le cinéma et plus particulièrement le cinéma de genre avec en point d'orgue cette magnifique série de plans sur les figurines de personnages de science fiction dans la chambre du fils du personnage de Ben Affleck

Matrix R
29/09/2020 à 20:39

Analyse trop pessimiste

Marvelleux
29/09/2020 à 20:08

Je suis allez voir Digimon Adventure Last Evolution Kizuna, nous etions que quatre personnes dans la salle... En espérant que la situation change.

Capitaine Badass
29/09/2020 à 19:49

Sacré Benny, toujours à défoncer les portes ouvertes !

Où et quand aurait-on vu que le cinéma indépendant et les films à petit budget sont mis à l'honneur et distribués comme il faudrait au moment de leur sortie ?!

Et qui pourrait prétendre que les films dits d'art et d'essai ou le cinéma underground aient jamais bénéficié de la même promotion qu'une superproduction ?

Demandez donc à Eric Cherrière ce qu'il en pense. Ou bien encore à Melvin Van Peebles. Etc.

fedor85
29/09/2020 à 19:22

Film indépendant, d'auteur, blockbuster , etc... ne sont qu'une catégorisation de film. Quand un film est bon et qu'il y a une bonne stratégie commerciale, assez de moyens mise en œuvre pour faire connaitre le film, il n'y a pas de raison que les films ne s'en sortent pas.

Quelques soit sont budget , un film il faut le faire connaitre (personnes n'attend les films, ils faut donner envie aux gens) et l'une des meilleurs pub, c'est un client satisfait.

Traitez moi de naïfs, mais je considère que l'on a un écran de fumé de médiocrité (producteur, distributeur, patron de salle), il suffirais que des talents le dissipe pour qu'il n'y ais plus de débat idiot: "la mort des films d'auteur" et compagnie

Batman is gay and love Robin
29/09/2020 à 19:22

et bien les gros films genre qui necessite du volume comme Tenet et tout ceux a 100, 200, 300 millions de dollars, les Wonder woman, DCu, Marvell, Star Wars etc;;peuvent flipper à l'avenir, pas que les petits films indés, je me demande bien ce qui va rester en fait...
je suis alle voir tenet, on porte le masque, on se lave les mains à l'entrée etc, ambiance Pompe Funebre..MAIS, une fois dans la salle, l'exploitant nous a dit qu'on pouvait retirer le masque,
Bon, la moitie l'avait deja enleve, moi le premier car la premiere vague covid fut une intox, a aprt pour les gens de 80 qui douillent et la salle était remplie a 10%, 10 ou 15 spectateurs sur salle de 200 places...j'avais la rangéé rien que pour moi, donc niveau distanciation sociale , c'est genereux!
Mais si les prochaines vagues de covisd deviennent teigneuses pour de vrai, alors masque ou pas, je fous plus les pieds au cinoche
et je crains que Tenet soit mon dernier film Cinoche vus en salle debut septembre 2020, et qu'il n'y ait rien en 2021

Eddie Felson
29/09/2020 à 18:55

J’ai bien peur qu’il n’ait raison. Beaucoup moins de films à sortir en salles et pour l’essentiel des blockbusters. Et le reste en streaming rejoint par les blockbusters quelques semaines ou mois plus tard selon les pays!
« This is the way.. »

Birdy
29/09/2020 à 17:40

Ce que ce serait triste... Je ne suis pas encore convaincu. On peut tous aussi se boire un coup à la maison, mais on aime sortir et s'amuser dans un pub. Espérons que ces besoins de vivre ensemble des émotions, de s'amuser, l'emportera sur la facilité à se procurer du contenu chez soi dans des conditions de qualité suffisante.

Plus

votre commentaire