Mulan vs Tenet : Disney vient-il de tout écraser pour le business ?

Geoffrey Crété | 18 septembre 2020 - MAJ : 23/09/2020 17:29
Geoffrey Crété | 18 septembre 2020 - MAJ : 23/09/2020 17:29

Warner Bros. a joué un gros coup avec Tenet au cinéma, mais Disney aurait ramassé plus avec Mulan, sur Disney+.

Le match entre les deux géants n'est pas fini, mais les premiers coups ont bien été portés. Car derrière Tenet et Mulan, quelque chose de très gros s'est joué dans l'industrie. D'un côté, le studio Warner Bros. a sorti le premier la carte blockbuster, prenant un réel risque après une longue traversée du désert pour le cinéma à grand spectacle depuis le début de la pandémie. L'idée était claire : relancer la machine, rouvrir la voie, accompagner le retour dans les salles.

De l'autre, Disney a joué la carte de la sécurité en basculant le remake du dessin animé culte sur Disney+ dans de nombreux pays. En créant un événement VOD Premium avec ce blockbuster aux États-Unis, mais en maintenant une sortie salles en Chine, le studio a affiché une stratégie claire. Les critiques n'ont pas tardé à arriver au royaume enchanté : pendant que Warner se jetait à l'eau, Mickey restait au bord de la piscine, laissant les exploitants se noyer si besoin.

Mais la réalité semble donner raison à Disney. Alors que Tenet se prend gentiment le mur de la réalité au box-office, avec un score trop modeste pour être réellement positif, Mulan aurait bel et bien été un carton aux États-Unis.

 

photo, Yifei LiuEn garde, haters

 

Yahoo Finance a dressé un premier bilan grâce aux chiffres de 7Park Data : après une semaine, près de 29% des abonnés américains à Disney+ ont acheté Mulan pour 30 dollars, ce qui en a fait un énorme succès sur la plateforme.

(A noter que 7Park Data a depuis nuancé ce résultat, pour préciser qu'il était de l'ordre de l'estimation statistique, et devait donc en réalité être jusqu'à... trois fois inférieur, soit environ 10% d'abonnés, et une centaine de millions de dollars).

Selon un récent bilan business du studio, Disney+ a plus de 60 millions d'abonnés dans le monde. Il n'y a pas (encore) de détail sur la proportion des États-Unis, mais au premier trimestre 2020, ils représentaient plus de 26 millions, alors qu'il y avait moitié moins d'abonnés dans le monde - en d'autres termes, le public américain représente la large majorité. L'étude considère donc qu'il y a désormais 30 millions de foyers américains, au minimum.

Ce qui signifie que 9 millions d'Américains se sont payé Mulan, soit environ 270 millions de dollars dans la poche de Mickey. De quoi aider vu que la Chine boude le film, avec un démarrage très mou d'environ 23 millions.

Le poids du public américain dans la balance des abonnés explique certainement pourquoi Mulan a d'abord été sorti en VOD Premium aux États-Unis, et arrivera directement sur Disney+ en décembre un peu partout dans le monde (dont la France).

 

photoDisney guidant le peuple, 2020

 

Pourquoi c'est un très beau coup business pour Disney ? Plusieurs raisons.

La première : tout cet argent va dans les poches du studio, contrairement aux recettes du box-office, partagées avec les exploitants (le studio récupère en gros la moitié des recettes sur le territoire américain). C'est tout l'enjeu d'une plateforme de SVoD maison, qui permet de maîtriser toute la chaîne, de la production à la distribution. Mulan a récolté environ 270 millions, et tout va à Disney.

La deuxième : au-delà de Mulan, cette sortie a évidemment bénéficié à Disney+. En basculant une partie des univers Star Wars et Marvel sur cette plateforme payante, avec des séries inédites et majeures pour les fans, le studio a affiché une grande ambition pour la stratégie des prochaines années. Le sacrifice de la sortie cinéma a donc été malin, pour gonfler le nombre d'abonnés et donc, de fidèles.

 

photo, Gong LiDans les griffes du mandarin, version Disney

 

Mulan a coûté dans les 200 millions, soit un gros budget, inférieur au Roi Lion (plus de 250 millions), mais supérieur à Aladdin (185 millions), deux films qui ont atteint le milliard au box-office. Sans oublier un budget marketing qui avait déjà été largement dépensé : la sortie du film prévue fin mars a été reportée au dernier moment, si bien que la promo était dans sa dernière ligne droite.

Nul doute que Disney a lâché au moins 100 millions en promo, comme pour tout blockbuster digne de ce nom. Une grosse somme qui n'a pas été dépensée pour rien, puisque c'est en partie grâce à cette promo que Mulan a attiré tant de monde sur Disney+.

La comparaison avec Tenet est sans équivoque : pendant que Mulan aurait encaissé plus de 270 millions sur les petits écrans américains, le film de Christopher Nolan lutte pour atteindre les 30 millions au box-office domestique. Dans le monde, il est aux alentours de 210 millions. Warner a beau avoir négocié sévère avec les salles pour récupérer plus que la normale sur les recettes, c'est loin d'être encourageant.

Le report de Wonder Woman 1984 en décembre, et la rumeur de Black Widow décalé à son tour, le confirment : sortir un gros film en salles est encore suicidaire. Et Disney s'y était préparé.

 

photo, Robert Pattinson, John David Washington, Himesh PatelLe plan était presque parfait

commentaires

Opale
20/09/2020 à 09:55

@Thejhi qui a dit le contraire? Pas la peine de sortir ces arguments bateaux du genre Bisounours ou Père Noel. Le cinéma tel que nous le connaissons va mourir, pour moi c'est une certitude à plus ou moins long terme, c'est le cinéma qui va aller chez les gens et non l'inverse, je l'ai déjà écrit à plusieurs reprise sur des articles traitant de Netflix. Est-ce que c'est bien, faut-il s'en réjouir? Ma réponse est clairement: non, surtout pas. Que Tenet soit décevant en terme de BO ça me fait clairement ch..., non pas pour Nolan, non pas pour la Warner, pour l'industrie tout simplement et les gens qui en vivent. Que Disney soit le fossoyeur du cinéma actuel: oui, et oui. Les exploitants ont-ils une part de responsabilité? Oui, et là encore je me suis exprimé plus d'une fois sur la vente de bouffe dans les salles de ciné, où l'on a l'impression d'être dans un fast food! Vaste débat comme je l'écrivais, mais une fois de plus je ne donne que mon avis et je n'ai pas besoin de sermons ou de poncifs usés si l'on n'est pas d'accord avec ce que j'écris, on peut simplement en discuter. Un débat quoi.

Thejhi
20/09/2020 à 00:13

"une fois de plus c'est la facilité et la médiocrité qui gagne" ...! mais arrêtez les gars !
c'est vous qui êtes à Disneyland et qui croyez au père Noël! Le cinéma (et j'en suis conscient tous les jours pour y travailler -autant dire que je dis cela avec inquiétude personnelle et financière) est une Industrie. Ce n'est qu'une industrie, clairement et simplement.
Le septième art à la française, l'exception culturelle... bullshit, terminé, bye bye, ciao! Les gentils exploitants de salles (à quelques exceptions près) qui pleurent dans les médias parce que leurs boutique va fermer sont avant tout des vendeurs de Limonade. Ils se sont goinfré pendant des années en ramollissant le cerveau des spectateurs et en vendant n'importe quelle daube pourvu que ca rapporte.
Ce n'est même pas une injure, c'est vrai. Depuis le début des salles, le cinéma a toujours été une attraction, foraine à ses débuts, un produit de curiosité pour les premiers exploitants qui étaient des cafetiers, pour faire consommer autre chose. C'est intrinsèque à l'activité. Vous n'y pouvez rien, c'est comme ça. Aux USA, c'est assumé et même respecté. Le commerce, c'est le commerce. Ici en France, on a du mal parce qu'on a deux ou trois réalisateurs qui se le pètent encore, parce qu'on se croit au-dessus de cela par nature et tempérament. Mais c'est faux. La preuve? absence de films américains à gros budget = 80 % de fréquentation en moins. Derrière, le cinéma français peut toujours courir. A lui seul, il est incapable d'entretenir une fréquentation suffisante pour permettre aux salles de survivre. Donc oui, même le cinéma français recherchera bientôt des plateformes de streaming pour l'accueillir. Et, de toute façon, soyons honnêtes un peu, ça ne changera pas grand chose : la plupart des films français sont à peine des téléfilms, qualitativement. Il y a souvent plus de créativité dans certaines séries Netflix que dans la production cinéma nationale d'une année!
Alors arrêtons ce discours franco-français absurde. Souvenons nous que, contrairement au Théâtre qui a 5000 ans d'histoire et qui lui est un vrai "rendez-vous" entre des comédiens présents et des spectateurs, tous vivant un moment unique et non reproductible du fait de cette présence, le cinéma n'a lui "que" 100 ans d'âge. Souvenons nous que ce n'est finalement que de la conserve, une nature morte, qui peut être "consommé" sur n'importe quel écran, et que rien n'empêche d'apprécier un film ailleurs qu'enfermé dans une salle de râleurs et de bouffeurs de pop-corn insupportables. Regarder un film sur son smartphone est parfois une expérience intime, proche de la lecture : même geste, même concentration. Il faut aussi le reconnaître, les gens qui vont au cinéma ne s'aiment pas les uns les autres, en fait, ils se dérangent même de plus en plus. Ils ne supportent pas de ne pas pouvoir contrôler le volume sonore, ils ne supportent pas ceux qui rient trop fort, ou pas assez... en fait, ils ont déjà et depuis longtemps des comportements de téléspectateurs, dérangés par les intrus que sont les autres dans "leur" salle (leur salon, devrais-je dire).

J'imagine que je vais faire hurler mais pourtant, il suffit de fréquenter le cinéma de près et quotidiennement et en coulisse pour se rendre à cette évidence : Peut être que le cinéma en salle n'aura été qu'une brève étape dans l'histoire et que les autres écrans (qui sont d'ailleurs d'aussi bonne ou même de meilleure qualité) doivent maintenant prendre le relais.
Et qu'on ne me parle pas de taille d'écran comme ultime argument: c'est ridicule/ La taille est relative à la distance. Bien souvent, regarder un film sur une bonne tablette proche de soi , revient à voir un film avec un bien meilleur contraste et une taille relative plus grande que bien des petites salles.

AffreuxSaleEtMechant
19/09/2020 à 12:13

@Opale
Faut pas exagérer non plus, la salle de ciné est loin d’être morte. Le cinéma ne se résume pas à des blockbusters à plus de 150 millions. Il y a encore des films qui marchent en salles, toute proportion gardée. Évidemment, il y aura sûrement des exploitants indépendants qui risquent de fermer, mais de la à dire que la salle va disparaître, ça me parait aller vite en besogne.

Eddie Felson
19/09/2020 à 09:16

@Opale
Eh oui, consternant, et tellement d’accord avec toi! Néanmoins, n’allons pas trop vite en besogne, n’enterrons pas nos salles trop vite.... je ne suis pas si pessimiste!

Opale
19/09/2020 à 08:51

C'est un vaste débat mais de nos jours avoir un AVIS tranché on dirait que c'est mal... Si le cinéma tel que nous le connaissons disparait ça ne me va pas, je trouve ça désolant, triste, insupportable. Si l'avenir du cinéma, et on y va droit, c'est Netflix et Disney+ c'est juste horrible. Ciné et plateformes sont, pour moi, complémentaires, c'est juste une question d'équilibre. Du coup quand je vois des débiles, je n'ai pas d'autres mot, se réjouir des résultats de Tenet c'est juste absurde parce que dans ce cas pourquoi Ecran Large? Il faudra débaptiser le site les gars! Pourquoi venir ici discuter de cinéma puisqu'au final nous risquons de nous retrouver à mater des films chez nous comme au temps des VHS et des DVD? Et Disney en froids calculateurs comme d'hab' s'en sortent, c'est eux l'avenir du cinéma? Les fossoyeurs, oui, avec leurs produits manufacturés tirés vers le bas pour masses peu regardantes. C'est ça le futur de ce média? Et il faut donc s'en réjouir car ils ont été "malins"? Le public, lobotomisé et gavé de sous-programmes sucrés, de pop-corn et de télé-réalité, continue et continuera a gaver l'industriel Disney au détriment des autres acteurs de ce secteur. En cette période plus que bizarre et anxiogène je trouve cela désolant. Parce que bouffer du Disney non stop, parce que la souris va devenir hégémonique si l'on n'y prends pas garde, moi je ne veux pas. Finalement au final, heureusement il reste les bouquins parce que le cinéma et bien, ça sent le roussi...

AffreuxSaleEtMéchant
19/09/2020 à 02:38

270 millions en 2 semaines, qui vont intégralement dans la poche de Disney. On ajoute à cela entre 15 et 20 millions (sur la quarantaine) rapportées dans les pays où le film est sorti en salles. Et voilà comment en deux semaines, Mulan s'est intégralement remboursé. Comme dit dans l'article, on ajoute à cela le fait que Mulan devient un produit d'appel pour Disney +, et la firme aux grandes oreilles engrange ainsi de nouveaux abonnés, avec surement un pic de nouveaux abonnés début décembre quand le film devient un film sans paiement supplémentaire. Finalement, Disney adopte une stratégie à la Netflix avec des gros films exclusifs. Qui sera le prochain ? Soul ? Black Widow ? Par les temps actuels, quand on investit entre 200 et 300 millions et qu'on les récupère avec un petit bénef, on est content.
Au mois d'aout, il y a eu un sondage terrible qui disait que 85% des américains préféraient voir un film chez eux plutôt que d'aller au cinéma. Disney l'a vite compris, contrairement à Warner.
Cela fait près de 3 semaines que je le dis, tant qu'il y aura la crise sanitaire, les gros blockbusters en salles, c'est fini. C'est terrible pour les exploitants, mais on se retrouve avec un marché inversé où les gros films seront sur les plateformes et les films plus modestes en salles. Il y aura des alternatives, par exemple Greenland, compte tenu de son budget modeste a plutôt pas mal marché dans les rares pays où il est sorti. Je suis curieux de voir ce qu'il fera en Italie, Angleterre, Allemagne, Espagne, Chine, Corée, Japon et... USA.

JackieBoy19
19/09/2020 à 00:21

Mais, niveau qualité du film, Tenet écrase solidement Mulan.

Jean louis Kevin
18/09/2020 à 20:18

Et oui, n'en déplaise à certains le cinéma, ou la SVOD, ça reste une industrie, et pour le coup, c'est encore Disney qui s'est montré le plus habile et le plus malin, Warner va sans doute perdre de l'argent sur Tenet, Disney peut-être aussi avec Mulan, mais beaucoup moins que la Warner.

Matrix R
18/09/2020 à 18:21

A la fin, c'est le mec aux grandes oreilles qui gagne n'en déplaise à beaucoup d'entre nous. Le cinéma est vu tel un business pour les majors, et personne ici ne l'ignore. La Warner a pris un risque, dommage pour eux,tant Tenet est un OVNI artistique. Disney a joué la carte de la prudence, et c'est tant mieux pour eux.
Comme dit le dit le célèbre dicton : L'homme prudent voit le mal de loin.
Sinon Warner peut toujours édité son film en streaming, afin de s'éviter un désastre économique cuisant.
Après tout, cela ne reste que du business

Opale
18/09/2020 à 17:41

Une fois de plus c'est la facilité et la médiocrité qui gagne, et puis ça fait des émules: il n'y a qu'a voir les messages de Rayan Montreal...

Plus

votre commentaire