Monsieur Link : après le terrible bide du film, son réalisateur se demande si Netflix peut sauver l'animation indépendante

La Rédaction | 6 février 2020 - MAJ : 06/02/2020 18:25
La Rédaction | 6 février 2020 - MAJ : 06/02/2020 18:25

Depuis une quinzaine d’années, le studio Laika est un des pionniers de l’animation. Mais un de ses artisans s’inquiète de la survie de la firme dans le contexte économique actuel.

Depuis Coraline, le studio a su impressionner avec des pépites telles L'Étrange pouvoir de Norman ou encore Kubo et l'armure magique. Mais Laika, en dépit d’une forte reconnaissance critique et de propositions esthétiques fortes qui ont su trouver leur chemin vers le public au cours du temps, pourrait bien ne pas survivre très longtemps. En effet, le box-office reste maître, et un maître capricieux pour une société de production indépendante, qui peut avoir le plus grand mal à exister à côté des acteurs les plus massifs de l’industrie.

En témoigne le récent échec de Monsieur Link (voir notre dossier consacré aux gros bides de l’année passée), qui n’a pas réussi à s’imposer au box-office américain, empochant seulement 6 millions de dollars le week-end de sa sortie, pour achever sa carrière aux environs de 16 millions. Interrogé par Collider, le réalisateur Christopher Butler est longuement revenu sur ce flop, qui a mis en danger l’entreprise.

 

photoMonsieur Link s'est un peu retrouvé à poil

 

Pour Butler, il ne fait aucun doute que le système actuel aboutit à étouffer les indépendants et la diversité. Une situation que les plateformes de streaming pourraient bien faire voler en éclat.

« Je ne pense pas qu’on puisse y arriver dans ce système, où le box-office dépend du nombre de sièges occupés durant le premier week-end. Dans ce système, nous ne pouvons pas gagner. Par conséquent, je crois que nous devons initier un débat au sujet de l’avenir. Le paysage évolue, et c’est intéressant. Le streaming transforme tout radicalement.

Si vous étudiez la sélection des Oscars cette année, il s’agit probablement de la sélection la plus variée de leur histoire. Et c’est grâce à Netflix. Je crois néanmoins qu’il serait erroné d’appréhender Netflix comme un studio indépendant, parce qu’ils ne le sont pas, mais ils permettent au contenu de se diversifier et je pense qu’au bout du compte, on y gagne un peu en liberté créative.

 

photoUne espèce en voie de disparition ?

 

Si vous regardez Klaus, J'ai perdu mon corps, ces films ne pourraient pas être produits en vue d’une sortie en salles. Ils ne survivraient pas. Et donc je pense que c’est merveilleux que le streaming permette cette diversité. Quelle est notre place dans ce paysage ? Je ne sais pas encore. »

Attention toutefois, si le public hors de France a découvert le brillant J'ai perdu mon corps via Netflix, le film n’a pas été produit pour la plateforme, mais par la société Xilam et Marc du Pontavice. Reste à savoir maintenant qui remportera l'Oscar du meilleur film d'animation le 9 février prochain.

 

Affiche

Tout savoir sur Monsieur Link

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Myst
07/02/2020 à 19:57

Malheureusement la promo pour ce film a été inexistante... Et sans promo, pas de recette au box office. Et ce n'est pas avec quelque recompense que cela va attirer le public de ce genre de film.

Opale
07/02/2020 à 12:19

L' Animation est un genre rendu moribond par Disney (mais pas que) car le studio de Mickey a vidé ce média de toute forme de subversion, poésie, subtilité ou même intelligence, pour laisser place à des "shows" consensuels, vides, creux mais tout jolis à regarder, pleins d'immondes chansons pour princesses, véhicules indispensable à la vente de peluches, jouets et disques.
Netflix malgré tous ses défauts reste un endroit où il est possible de dénicher quelques perles de l'Animation et rien que pour ça...

Karlito
07/02/2020 à 09:23

Vivant hors de France, Netflix est un service qui me permet au moins de voir des films d'animation sans oreilles de souris. Disney et autre 3d insipides bouffent tous les écrans de cinéma. J'ai vu récemment "J'ai perdu mon corps". Superbe film. Je viens de revoir "Monsieur Link", superbe animation, mais l'histoire est une déception. Red Turtle est un film poétique, sans compter "Lîle aux chiens" et il y a les courts métrages que l'on trouve sur Vimeo par exemple. Après des années a ingurgiter des film 3D sans saveur et dont les scénarios sont calibrés au millimètre près pour ne pas froisser qui que soit, les gens ont perdu cette curiosité. Malheureusement je ne vois plus que les services comme Netflix pour proposer cette diversité...

Sinople
07/02/2020 à 00:09

"si le public hors de France a découvert le brillant J'ai perdu mon corps via Netflix"...
Est-il prévu que le public français puisse le découvrir sur Netflix ?

Hunter Hanté
06/02/2020 à 21:23

City Hunter et les animations d'ankama n'ont pas rencontrer le public en france et dans le monde, alors que des centaines de milliers de personnes sont fans des mangas et des jeux d'ankama, le public à part les disney et pixar ils ne vont plus voir d'animé, faut dire que disdis a bien formater le public façon patron de tf1 avec son temps de cerveau dispo

Bugnon
06/02/2020 à 20:00

Oui clairement.

Hors Disney, Pixar et grosses productions les public se fiche de l'animation . Alors independante...

La le proposer "gratuitement" sur Netflix peut faire passer le cap à beaucoup et les decider à en voir plus en salle.

ced
06/02/2020 à 19:13

Au vu de la très grande qualité de Klaus. Il a tout à fait raison de se tourner vers Netflix.

Zedd
06/02/2020 à 19:01

Ce film là m'a l'air nul et inintéressant, Big Foot ça m'a jamais intéressé et je ne trouve pas ça passionnant du tout. Déso pas déso


06/02/2020 à 18:35

C'est vraiment ahurissant que les films Leîka ne rencontre pa le succès qu'ils méritent, tellement il survole le genre.

votre commentaire