Once Upon a Time in... Hollywood : Emmanuelle Seigner, femme de Polanski, s'énerve contre le film de Tarantino

Déborah Lechner | 28 mai 2019
Déborah Lechner | 28 mai 2019

Emmanuelle Seigner n'a pas apprécié l'apparition de son mari, Roman Polanski, dans Once Upon a Time in... Hollywood, le nouveau film de Quentin Tarantino.

Emmanuelle Seigner n'a pas fini de défendre son mari et réalisateur controversé, Roman Polanski. Après sa gueulante contre l'Académie des Oscars l'année dernière, l'actrice s'attaque cette fois-ci à Quentin Tarantino et plus particulièrement à son dernier film : Once Upon a Time in... Hollywood.

Les événements du film se déroulent à Los Angeles en 1969 avec comme toile de fond les atrocités commises par les fanatiques de Charles Manson (Damon Herriman) dont le meurtre de l'actrice Sharon Tate (Margot Robbie), la deuxième épouse de Polanski assassinée alors qu'elle était enceinte.

 

Photo Margot Robbie, Robert RichardsonMargot Robbie dans le rôle de Sharon Tate

 

Même si Roman Polanski, incarné par l'acteur polonais Rafał Zawierucha, ne tient pas un rôle principal et que le projecteur est braquée sur Sharon Tate, Emmanuelle Seigner s'est indignée sur Instagram de l'utilisation de l'image de son mari. Elle a déclaré :

"Comment peut-on se servir de la vie tragique de quelqu’un tout en le piétinant. À méditer (je parle du système qui piétine Roman). [...] Je ne critique pas le film. Je dis juste que cela ne les dérange pas de faire un film qui parle de Roman et de son histoire tragique et donc de faire du business avec ça, alors que de l'autre côté, ils en ont fait un paria. Et tout cela sans le consulter bien-sûr. Que le film soit bien, heureusement, j‘ai envie de dire. Mais le concept me dérange."

 

Photo Leonardo DiCaprioLeonardo DiCaprio dans Once Upon a Time in... Hollywood

 

Pour rappel, le réalisateur ne peut plus se rendre aux Etats-Unis depuis son inculpation de viol sur une mineur de 13 ans en 1977, Roman Polanski ayant profité d'une extradition en France pour échapper à la justice américaine. De son côté, Quentin Tarantino a expliqué lors de la conférence de presse cannoise du film que son long-métrage voulait venger le meurtre de Sharon Tate dont il vante la grâce, l'aura et la présence.

Si le film a été présenté au Festival International du Film, mais n'est reparti avec aucun prix du palmarès, les critiques presses, elles, ont été très emballées. En attendant sa sortie en salles le 14 août en France, notre critique de Once Upon a Time in... Hollywood est juste .

 

commentaires

Chandler Bing
03/08/2019 à 15:13

... cependant, lorsque que l'on connait bien 'l'affaire Polanski" et bien que je ne cautionne en aucun cas ce qu'il a fait, il y a eu des torts des deux côtés ; d'où l'insistance de la victime à ce qu'on arrête les poursuites.

Chandler Bing
03/08/2019 à 15:11

Emmanuelle ne critique en aucun cas le film. Cependant cette histoire tragique, datant d'il y a 50 ans entre dans le domaine du public. D'autres films et biopic ont déjà été tournés sur la vie de la très jolie Sharon et personne ne s'en est insurgé parce que Roman n'y apparaît pas.

Brocoli
29/05/2019 à 12:04

Qui a vraiment quelque chose a faire de l'avis de cette pimbêche ? ????

Enfin !
29/05/2019 à 09:49

Merci Tom's et Steve de remettre quelques pendules à l'heure.
+1

2flicsamiami
29/05/2019 à 09:46

Certes, le film a du raviver chez Polanski la douleur de ce passé tragique. C’est humain. Cependant, que Seigner s’insurge contre son utilisation m’apparaît malhonnête. Qu’elle parle dans ce cas de toutes ces histoires vraies dont s’est emparée l’industrie du cinéma et dont les adaptations ont pu affecter les personnes concernées.

STEVE
29/05/2019 à 07:48

D'accord avec tom's

Mais les gens ne connaissent rien à l'affaire et beuglent.
Ils se prétendent "humanistes" mais ce n'est qu'un prétexte car la victime a supplié en larmes sur un plateau tv de cesser de parler de cette affaire.
Bien la preuve que les gens s'en foutent complètement de la victime. Seul compte l'expulsion de leur haine et frustrations.

zoom7
29/05/2019 à 03:48

Polanski n'a qu à rentrer aux usa pour se défendre. J oubliais il peut pas pcq il y a un mandat d arrêt contre lui pour détournement de mineur

Chewie52
29/05/2019 à 01:19

Pas grave, ce n'est pas la première fois que Tarantino doit faire face à une accusation stupide, et il n'en arrêtera pas pour autant de faire des bons films.
Pfff....
"Le concept me dérange".
Pour parler sans langue de bois, j'ai envie de dire qu'au bout d'un moment, qui peut bien se soucier de ce que dit une actrice française sur un réalisateur de génie tel que lui ?

Schéman
28/05/2019 à 22:02

Ça fait beaucoup de jeux avec l'histoire ces derniers temps chez Tarantino. Dans "Inglorious", les juifs torturaient les nazis en leur gravant des croix gammées sur le crâne, dans "Django", les noirs se révoltaient contre les blancs esclavagistes, et maintenant les victimes de serial killer vont avoir droit à leur petite vengeance elles aussi. Il a trouvé sa petite formule, on dirait.

Sigi
28/05/2019 à 18:44

Pauvre Roman. Tu fais l'erreur de sodomiser une gamine de 13 ans une fois, et, malheur! ça te suit toute ta vie...
Emmanuelle Seigner, elle, fait et dit tout ce que l'on attend d'une femme qui épouse un pédophile: de la m@rde.

Plus

votre commentaire