Michael B Jordan emboîte le pas de Frances McDormand sur la clause d'inclusion (inclusion rider)

La Rédaction | 8 mars 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 8 mars 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Lors de son discours d'acceptation de l'Oscar de la meilleure actrice, Frances McDormand avait défendu la clause d'inclusion. Michael B. Jordan la rejoint.

Michael B. Jordan, acteur de plus en plus en vue et particulièrement remarqué pour son incarnation très appréciée du méchant Killmonger dans Black Panther, a annoncé sur sa page Instagram qu'il aurait recours à la clause d'inclusion sur tous les films produits par sa société Outlier Society. On vous l'expliquait en détail ici, il s'agit d'une clause dans les contrats d'acteurs qui permet d'assurer une meilleure représentation des minorités au cinéma.

Michael B. Jordan justifie son beau geste ainsi :

 

Photo Michael B. JordanMichael B. Jordan, bientôt dans Fahrenheit 451

 

"En soutien à toutes les femmes et tous les hommes menant ce combat, j'adopterai la clause d'inclusion sur tous les projets produits par ma société Outlier Society. J'ai eu le privilège de travailler avec de grandes femmes et personnes de couleur au cours de ma carrière et la mission d'Outlier est de continuer à créer pour ces individus talentueux."

L'acteur rejoint donc également l'actrice Brie Larson dans cette cause. Sa société Outlier a été lancée en 2016 et son premier projet en développement est la série Apollo Park. Pour ce qui est de Michael B. Jordan, on le retrouvera prochainement dans la série HBO Fahrenheit 451 en avril, avant qu'il ne renfile les gants pour Creed 2.

 

Photo pré-affiche

Tout savoir sur Michael B. Jordan

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Pseudo
09/03/2018 à 14:33

Qu'est ce que je disais? ^^

STEVE
09/03/2018 à 10:31

Le pseudo-progressiste de service a parlé mdr

Pseudo
09/03/2018 à 02:13

Comme d'hab les gens qui n'ont jamais ouvert leurs clapets avec des films composés à 99% de blancs vont venir critiquer la démarche, qui veut juste des films à l'image de la société actuelle.

votre commentaire