Kill Bill : le coordinateur des cascades du film donne sa version sur l'accident d'Uma Thurman

Mise à jour : 24/05/2018 00:09 - Créé : 12 février 2018 - Lino Cassinat
Photo Uma Thurman
11 réactions

Le responsable des cascades du film Kill Bill explique ne pas avoir été appelé sur le plateau le jour de l'accident d'Uma Thurman.

En plus d'accuser Harvey Weinstein d'une agression sexuelleUma Thurman lui reproche également (ainsi qu'à deux autres personnes) d'avoir couvert un accident sur le tournage de Kill Bill qui lui aurait gravement abîmé les genoux et causé une commotion. L'actrice conduisait une voiture à 40mph (65km/h) sur une route de sable et sans barrière de sécurité semble-t-il après que Tarantino lui ait un peu mis la pression pour le faire alors qu'elle était méfiante.

 

Photo Uma ThurmanLa voiture des enfers

 

Selon elle, la production aurait été négligente vis-à-vis des règles de sécurité, d'où la tentative de couverture qu'elle impute aux producteurs et au distributeur Harvey Weinstein, et aujourd'hui, son histoire vient de recevoir un soutien de poids : Keith Adams, le coordinateur des cascades de Kill Bill (et clairement pas un amateur, on parle du gars over-coté pour son expertise automobile qui a fait Mad Max : Fury Road) témoigne dans son sens dans un e-mail envoyé au Hollywood Reporter :

"Aucune cascade d'aucune sorte n'était prévue le jour de l'accident de Mme Thurman. Tout le personnel lié aux cascades avait été mis en stand-by et aucune personne de ce département n'avait été appelé sur le plateau. À aucun moment je n'ai été averti ou consulté que Mme Thurman conduirait une voiture ce jour là. Si j'avais été impliqué, j'aurais insisté non seulement pour qu'un conducteur professionnel soit au volant mais en plus pour m'assurer que la voiture elle-même soit sécurisée et viable pour la route.

 

 

i post this clip to memorialize it’s full exposure in the nyt by Maureen Dowd. the circumstances of this event were negligent to the point of criminality. i do not believe though with malicious intent. Quentin Tarantino, was deeply regretful and remains remorseful about this sorry event, and gave me the footage years later so i could expose it and let it see the light of day, regardless of it most likely being an event for which justice will never be possible. he also did so with full knowledge it could cause him personal harm, and i am proud of him for doing the right thing and for his courage. THE COVER UP after the fact is UNFORGIVABLE. for this i hold Lawrence Bender, E. Bennett Walsh, and the notorious Harvey Weinstein solely responsible. they lied, destroyed evidence, and continue to lie about the permanent harm they caused and then chose to suppress. the cover up did have malicious intent, and shame on these three for all eternity. CAA never sent anyone to Mexico. i hope they look after other clients more respectfully if they in fact want to do the job for which they take money with any decency.

Une publication partagée par Uma Thurman (@ithurman) le

 

 

Quel que soit le plateau, ma priorité numéro un est la sécurité de l'équipe et du casting. Pour qu'un coordinateur de cascades puisse faire son travail correctement, il doit être impliqué à chaque étape et doit avoir l'opportunité d'intervenir quand les plans sont changés. Malheureusement, je n'ai pas eu l'opportunité dans ce cas."

Il ne précise cependant pas s'il pense que les cascadeurs n'ont pas été appelé intentionnellement pour mettre un peu Uma Thurman dos au mur et la convaincre plus facilement de se passer d'une doublure. Tarantino semble par ailleurs de bonne foi (ce que croit également Thurman) et avait déclaré à Deadline il y a quelque jours : "Aucun d'entre nous n'a pensé qu'il s'agissait d'une cascade. Il fallait juste conduire."

Pas de mauvaises intentions donc à priori. Mais le Hollywood Reporter est allé un peu plus loin en demandant les avis d'un syndicat d'acteurs et de quelques cascadeurs vétérans. Ils pointent tous une très grosse irresponsabilité de la part de la production :

 

Photo Uma ThurmanRespire un grand coup

 

"[Ça a l'air d'] une conduite simple [pour Tarantino], mais ça ressemble beaucoup à une cascade et il est probable que ce soit une violation des règles de sécurité" d'après le syndicat d'acteurs SAG-AFTRA.

"Les voitures de cinéma sont souvent des tas de merde" d'après Melissa Stubbs, chef cascadeuse vétérane. Vous ne le savez peut-être pas, mais les voitures qui n'effectuent pas de cascades ("picture cars") sont souvent profondément modifiées pour permettre de faire de la place à la caméra et/ou à la lumière,.

Cela implique d'enlever des morceaux complets de véhicule, notamment ce qui sert à amortir les chocs (suspensions, coussins-têtes, voire même carrément le siège entier), pour obtenir une meilleur image. Tout le contraire d'une voiture de cascade ("stunt car"), particulièrement renforcée. Et c'est exactement ce que note un dernier chef cascadeur vétéran : pour lui, Uma Thurman a carrément échappé de peu à la mort.

 

Photo Uma ThurmanLe plan des enfers

 

Andy Armstrong, actif dans le métier depuis 1974, explique que les "picture cars" sont en fait extrêmement dangereuses si on fait n'importe quoi avec. Commentant la vidéo de l'accident mise en ligne par Uma Thurman il note l'absence totale de ceinture de sécurité au niveau des épaules, d'amortisseur à l'arrière de la tête et de barre anti devers (partie de la suspension qui diminue fortement les chances de tonneaux), et son constat est glaçant :

"Ça aurait pu être une mort par décapitation. La voiture aurait pu partir en tonneau pour un rien (on rappelle que la voiture était décapotée, NDLR), ou alors la caméra aurait pu être projetée en avant. On est à un méga-niveau d'irresponsabilité". Et on s'étonne que l'actrice soit énervée, à ce compte là c'est presque un miracle que seuls ses genoux y soient restés...

 

Image 91980

commentaires

Saori 13/02/2018 à 16:20

Je rejoins Nicole, le manqué d'empathie des commentateurs est choquant. Les arguments en faveur d'Uma Thurman sont en béton et je trouve assez dingue, quand on aime le cinéma, de dire "on s'en fout" devant un tel scandale. Juste parce que c'est une nana ? Si c'est le cas, il faut pas pleurnicher en parlant de "chasse aux sorcières". J'espère que le déballage va continuer. On voit qu'elle a eu double peine : accident + omerta de la production. L'article explique les choses clairement et cette histoire est scandaleuse.

dany15 13/02/2018 à 15:51

@nicole
Parce que le tien de commentaire est mieux ?

STEVE 13/02/2018 à 07:55

Utiliser l'affaire Weinstein pour se plaindre et se donner un peu de lumière ;)

Ce scandale hollywoodien révèle des visages bien dérisoires

Heat 13/02/2018 à 01:05

C'est le genre de truc qui peut couter très cher à une société de production. Cela rentre dans le dommage corporelle. Elle peut vraiment les trainer en justice et vu les souffrances de la dame, il va falloir sortir le gros chéquier ... Tu prends des médocs jusqu'à la fin de tes jours : cool, pour certains, moi je trouve pas. Elle a raison de demander des comptes.

Nicole 12/02/2018 à 22:05

Que des mecs qui s'expriment en effet...A part dire "on s'en fout" vous pensez que c'est intéressant et constructif? Vous ne servez à rien avec vos commentaires machistes!

Max 12/02/2018 à 18:23

Pour ma part, je trouve instructif d'avoir l'avis de plusieurs cascadeurs.

Dirty Harry 12/02/2018 à 17:57

en fait oui...on s'en fout. La superstar à plaindre est vivante. Dans la vie on a des accidents et tout ne peut pas être controlé. Eli Wallach a failli être décapité sur le tournage du "Bon, Brute et Truand" par une marche de train, le tout entouré d'une équipe qui faisait sauter le pont du film alors qu'aucune caméra tournait. Et dans les bonus il se marre (dois je parler de Jackie Chan ?). "Il aurait fallu", "ça a failli être mortel"....en attendant tout va bien dans l'absolu donc on se demande pourquoi cet accident prend une telle importance.

dany15 12/02/2018 à 17:45

franchement , on s'en fout

Raoul 12/02/2018 à 17:33

Je crois que vous avez fait assez d'articles sur ce non-sujet. Sans dec, ça intéresse quelqu'un 15 ans après?

Hank Hulé 12/02/2018 à 17:27

Femme au volant...

votre commentaire