Je suis une légende : le réalisateur parle de la fin qu'il aurait voulu faire

La Rédaction | 22 janvier 2018 - MAJ : 10/05/2020 12:11
La Rédaction | 22 janvier 2018 - MAJ : 10/05/2020 12:11

Le réalisateur Francis Lawrence sort Red Sparrow très bientôt, et à cette occasion il a partagé ses pensées profondes sur son travail sur Je suis une légende. Attention GROS SPOILS.

Dans le sillage de la promotion de Red Sparrow, qui sort chez nous le 21 mars, Francis Lawrence a été interviewé par ScreenRant, et ceux-ci lui ont proposé de revenir en détail sur le film qui a véritablement lancé sa carrière hollywoodienne, à savoir le controversé Je suis une légende. Si le film a très bien marché au box-office (plus de 585 millions, pour un budget officiel de 150), certains spectateurs n'ont pas été tendres avec lui. Notamment vis-à-vis des rendus de ses monstres, complètement banals, et surtout vis-à-vis de la grande liberté (et encore on est gentils) d'adaptation.

Le film est en effet très éloigné du livre et offre une fin (très critiquée) et un récit global beaucoup plus optimiste, gommant tout l'aspect nihiliste et désespéré de la nouvelle de Richard Matheson. Et Francis Lawrence en est le premier désolé :

 

photo, Will SmithJiggy Widdy Will Smith dans Je suis une légende

 

"Rétrospectivement, je pense qu'on aurait pu faire en gros l'histoire de la nouvelle sans dévier et on aurait eu le même succès en terme économique, parce que je crois que les gens y sont allés pour voir une histoire sur le dernier homme sur Terre. Ils auraient accepté la fin nihiliste, ils auraient accepté les vampires à la place des infectés. On aurait pu littéralement faire le livre, ce qui m'aurait beaucoup plus satisfait, mais vous savez quand vous dépensez autant d'argent, on panique et on craint de rendre un petit film arty et étrange sur un mec seul avec un chien dans New-York, alors qu'on essaie de faire un peu de spectacle."

L'entretien passe ensuite sur la fin du film, dont deux versions ont été tournées. Celle qui a été gardée dans le film voit notre héros très classiquement se sacrifier pour sauver des survivants (et probablement la race humaine, oui oui) alors que l'autre, plus fidèle à l'esprit du matériau d'origine, révélait que les monstres étaient en fait des créatures sensibles et conscientes, que Will Smith tuait sans le savoir. Les fans ont toujours trouvé cette fin meilleure, tout comme Francis Lawrence, sauf que les projections-test ont été mettre leur grain de sel :

 

Photo Francis LawrenceFrancis Lawrence

 

"Je suis d'accord, c'est une meilleure fin. Je veux dire, c'est une fin plus profonde et philosophique, mais en terme de pures techniques narratives, on faisait exactement ce qu'il ne fallait pas, pas vrai ? Le héros ne trouve pas l'antidote n'est ce pas ? Il part vers l'horizon avec la survivante, et les créatures qui étaient définies comme mauvaises depuis le début ont en fait une humanité et ne sont pas méchantes - le héros par contre s'est mal comporté. Et donc tout est retourné comme un gant. On l'a testée deux fois, et ça a été sauvagement rejeté, vraiment, c'est pourquoi on a sorti l'autre fin."

 

Affiche française

Tout savoir sur Je suis une légende

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Ouste marine
29/01/2019 à 22:07

Bonsoir peut tu arreter de nous casser les cou**** avec ta fin
Oui nous avons compris tu n'aimes pas la fin ou il ne se fais pas purifier par le feu et oui ce n'est pas un attardé sexuel please stop it now

STEVE
23/01/2018 à 10:48

Surtout que le livre interrogeait sur la question de la légitimité du seul étre humain:
Une nouvelle espèce domine il doit l'accepter.

Tellement plus puissant ce livre. Tellement plus moderne (tentations sexuelles devant chez lui pour le faire craquer. Alors que dans le film il n'a pas baisé depuis des années il voit une femme il se comporte en parfait gentleman. Pas credible)

Yann
23/01/2018 à 09:40

Pour moi, la meilleure adaptation (sans le vouloir) est : the girl with all the gifts (pour la fin).

Eddie Felson
22/01/2018 à 23:26

Clair que Monsieur Lawrence est le clône de Bradley Cooper!!! Tout aussi vrai que la fin de ce film est d’une indigence totale saupoudrée d’un puritanisme puant mais tellement ricain!

F4RR4LL
22/01/2018 à 22:55

Déso pas Déso

Karlito
22/01/2018 à 22:54

En faite cette seconde fin serait acceptable sans le côté "bondieuserie" qui met le reste du métrage par terre... C'est surtout là qu'est le problème. Respecter le roman aurait donné au métrage une profondeur qui aurait marqué... Ceci dit, après la version horrible avec un Charlton Heston trop porté par la gâchette (NRA quand tu le tiens) et des vampires bien craignos sorties d'une soirée magie noire bien pourrie, ce film a le mérite de tenir la barre. Un pas de plus vers une vraie adaptation un jour?

delia
22/01/2018 à 21:07

Les projections-tests ne devraient pas exister, c'est un procédé débile, pire que les sondages...

Dirty Harry
22/01/2018 à 20:57

Les projections-tests ont été faites sur des demeurés...Depuis toujours (trois adaptions déjà) c'est la fin du roman qui reste la meilleure. A chaque fois qu'ils l'évitent ils se plantent. Comprendrons t il un jour ?

Olivier637
22/01/2018 à 20:48

Francis lauwence #sosiedebradleycooper

Nicotine46
22/01/2018 à 20:14

Ok. Par contre il me semble qu'à la fin du film, on apprend également que les monstres sont en fait sensibles et conscientes.

votre commentaire