Alien : Covenant est-il "sauvé" par les scènes coupées ?

La Rédaction | 7 avril 2021 - MAJ : 07/04/2021 19:12
La Rédaction | 7 avril 2021 - MAJ : 07/04/2021 19:12

Si Alien : Covenant a divisé (c’est le moins que l’on puisse dire) il a charmé pas mal de membres de la rédaction. On était du coup particulièrement impatients de voir ce que nous réservait l’édition Blu-Ray du film.

Slasher mâtiné de mythe de Frankenstein, particulièrement remonté contre la superstition et le fait religieux, cette suite retorse de Prometheus bénéficie ici d’un écrin technique irréprochable, qui permet de profiter pleinement des espaces inquiétants ou confinés agencés par Ridley Scott.

Pour plus de détails sur le film lui-même, il y a notre critique de Covenant, qui partage la rédaction comme Prometheus à l'époque. Et alors que beaucoup d'images et détails ont montré que le projet Prometheus 2 aurait dû être très différent, retour sur les les principaux bonus de la présente édition. Avec une question : dans les scènes coupées, y a t-il une version différente de Covenant, qui a largement divisé le public ?

 

photoEtonnant ce Blu-ray

 

SCENES COUPEES

Elles ne devraient pas transformer radicalement votre vision du film, néanmoins elles proposent plusieurs ajouts intéressants, ainsi qu’une poignée de perceptions alternatives qui enrichiront le visionnage de ceux qui ont apprécié le film (inutile de vous cacher, vous êtes en territoire ami).

Les plus intéressantes concernent sans surprise Walter. Qu’on le découvre échangeant avec Mother et se livrant à un petit duel rhétorique entre I.A. ou qu’il discute avec Katherine Waterston, son personnage gagne en nuances. Ainsi, on découvre que son empathie pour Daniels va au-delà de ce que prévoit sa programmation. L’idée de David, selon laquelle il ressent bien une sorte d’amour pour elle s’en trouve clairement renforcée, tout comme les enjeux entre les personnages.

On regrette notamment que deux de ces scènes (un cadeau inattendu et les funérailles du capitaine) ne soient pas dans le montage final, qu’elles n’auraient pas alourdi outre-mesure.

 

Photo Michael FassbenderC'est sur la figure de l'androïde que se cristallisent les scènes coupées

 

James Franco a pour sa part droit à un flash-back dispensable, qui rompt le sentiment d’isolement inhérent au vaisseau. Les quelques plans supplémentaires que nous glanons lors des premières contaminations n’apportent rien de particulier.

En revanche, la brève séquence au cours de laquelle les survivants découvrent dans les ruines de la cité des Ingénieurs des nuées de vaisseaux à l’abandon, au-delà de sa grande beauté, permet de comprendre que David n’a jamais eu l’intention de quitter la planète, préférant attendre la venue d’humains qui lui serviront de matériel génétique.

La mort de Rosenthal se voit agrémentée d’une courte prière, qui renforce encore le discours athéiste et agressif de Scott vis-à-vis de la foi et du religieux, renforçant au passage la dynamique du film. On note au passage l’ajout d’une très brève séquence où David invite Oram à s’enduire le nez d’une substance parfumée avant de découvrir les œufs. La ressemblance avec un bénitier est frappante, et nourrit encore l’idée que David nourrit l’ambition de subvertir la logique religieuse humaine pour lui substituer un culte d’un ordre nouveau.

 

Noomi RapaceUn des croquis que le film attribue à David

 

FEATURETTES

Ce sera l’occasion pour ceux qui le souhaitent de redécouvrir le Last Supper, mis en scène par le fils de Ridley Scott et censé introduire les personnages avant la sortie du film. Son intérêt est le même qu’avant la découverte de Covenant : à peu près nul.

En revanche, les fans se réjouiront de la vidéo au cours de laquelle Michael Fassbender explique la démarche de David au cours d’une scénette en vision subjective, à la manière d’un journal de bord vidéo de laborantin. Tout d’abord, ce bonus aura le mérite pour ceux qui chercheraient quelques explications de mieux comprendre la démarche de David et le raisonnement qu’il a suivi.

 

Noomi Rapace

Le résultat de l'amour tordu voué au Professeur Shaw par David

 

Mais surtout, elle nous donne l’occasion de nous appesantir un peu sur le boulot de la direction artistique, en nous offrant une multitude d’images inédites des cobayes de l’androïde et de ses expérimentations, ou croquis. Du caviar pour tout addicte à la saga, ou amateur des créations de feu H.R. Giger.

Enfin, les dévots de la mythologie Prometheus pourront revoir à l'infini le flash-back (sacrément impressionnant) où David débarque sur la planète des Ingénieurs. l'occasion de retrouver quantité d'infimes mais excitants détails, sur lesquels revient Scott dans le commentaire audio.

 

Photo Michael Fassbender, Carmen EjogoRegardons ça de plus près

 

COMMENTAIRE AUDIO

Le commentaire audio de Ridley Scott est très inégal, mais passionnant par endroits. Il reste parfois longuement silencieux et se contente la plupart du temps de décrire l’action qui se déroule sous nos yeux. Mais, comme pour mieux confirmer que le cœur d’Alien : Covenant est David, ce créateur torturé qui s’échine à trouver la clef de voûte de sa propre création, dès que Michael Fassbender apparaît, le cinéaste devient plus disert et par endroits passionnant.

 

Photo Katherine Waterston, Ridley ScottOn ne sait pas trop si Ridley donne un conseil à Katherine Waterston ou la menace de s'en prendre une

 

Il aborde ainsi les différentes couches de personnalité de son héros négatif, les challenges de son écriture, de son interprétation, mais aussi comment il a envisagé de le filmer. La scène de la flute, souvent moquée, est ici disséquée à la perfection et permettra peut-être à certains de voir en quoi son sous-texte homo-érotique sert effectivement la logique interne du film et la dynamique de ses personnages.

Globalement, on aura aussi droit à quelques remarques du cinéaste sur les effets spéciaux, notamment les passages où la doublure physique du Xénomorphe a été remplacée en post-production par un avatar numérique. L’occasion de vérifier également la misantropie inhérente au cinéma de Scott, comme en témoigne l’intérêt tout relatif qu’il porte aux protagonistes vouées à mourir sous les coups de David et ses créations.

 

Photo Ridley ScottScott à l'oeuvre 

 

Le commentaire audio ne révolutionnera peut-être pas votre vision du film, mais il permet de battre en brèche les accusations ridicules de je-m’en-foutisme qui ont sifflé au moment de la sortie d’Alien Covenant.

Au final, cette édition s’avère suffisamment solide et riche pour prolonger le plaisir de ceux qui auront vu (comme nous) dans Alien : Covenant une proposition inattendue, à la noirceur et à la dynamique fondamentalement différents du reste de la saga, mais à laquelle l’influence revendiquée du romantisme allemand fournit souvent des fulgurances sidérantes.

Notre retour sur la saga Alien et ses nombreuses scènes coupées (qui auraient peut-être pu tout changer), c'est par ici.

Tout savoir sur Alien : Covenant

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Holly Body
06/10/2017 à 10:29

@Pierre

Alien 5 était dans les tuyaux. Pas au stade officiel prépa lancée et date de tournage, mais avec intérêt du studio et S. Weaver confirmé. Y'a pas eu que des croquis, le projet était en train de se monter, et n'était pas juste un rêve dans un coin.

Et aucune incohérence dans Aliens, le retour. Cameron a ajouté sa patte, et si on n'aime pas, c'est une question de goût : aucune incohérence là-dedans. Tu peux dire "hors sujet" selon ta sensibilité, mais rien de comparable aux prequels. Cameron a d'ailleurs pu créer/allonger la mythologie car Scott avait coupé la scène des cocons (qui, si elle était restée, aurait posé problème par rapport à son idée de Reine).

Or, Covenant, rien qu'avec sa gestation ultra rapide, peut tout à fait poser problème. Et tes indices dans le 1er, qui feraient que tout ceci serait pensé depuis des décennies.. partage vas-y. On est curieux.

Pierre
06/10/2017 à 10:15

"Faut pas oublier qu'un Alien 5 était sur le point de voir le jour..." non, il n'y avait aucun projet de lancé, juste des croquis et un real qui disait vouloir le faire...

Bref, certains parle d'incohérence entre Prometeus/covenant et le reste de la saga, mais des le 2 sa partais en sucette en un ajoutant un coté guerre/action complétement hors sujet...
Et beaucoup d'élément du 1 laissé penser que les Alien n'était pas une simple race extraterrestre, mais plus une forme d'arme dont le Derelict n'est qu'un cargo les transportant.

Manontherun33
29/09/2017 à 22:23

Un des problèmes en plus du scenario complètement bidon, c'est le casting. L'héroïne est tout simplement horrible. Elle ressemble a rien et n'a aucun charisme. Franchement ce film est presque une parodie de la saga avec des personnages complètement neuneus. Ridley, s'il te plait, arrêtes le massacre...

Kouak
29/09/2017 à 13:05

@mr vide
Joliiiiii....
Bel anagramme.
Et oui, c'est marrant.

Quitela
28/09/2017 à 00:13

Quelle merde ce film, il est temps de mettre Ridley Scott à la retraite.

majorfatal
27/09/2017 à 17:43

Tout a fait d'accord ce film n'est pas très bon.....et vouloir réduire la création de l' Alien a une expérience d’androïde frustré c'est du n'importe quoi. Tout le mystère du 1er film est réduit a néant!
Quand aux erreur de timing dans le film il y en tout le temps .....c'est triste. Quoique en fait ce n'est pas des erreurs.....c'est juste du mauvais gout scénaristique.

mr vide
27/09/2017 à 15:13

Petit jeu de lettre idiot :covenant = navet con.
Que je suis marrant quand même! Mais ce film est un beau caca.

Kouak
26/09/2017 à 16:04

@Birdy
Eh bin voilà !
Quelqu'un qui à la tête sur les épaules...
Tout comme toi , je me suis posé la question...
C'est le genre de "détail" qui me flingue un film...
Dans Prometheus le vaisseau arrive sur une planète inconnue, l'équipage à la recherche de traces de civilisations et Hop !
"Regardez! Là ! "
Sans Déc'...A leur place j'aurai fait un loto direct...Avec n° Bonus...

Birdy
26/09/2017 à 15:25

Ça explique comment un Alien peut naître aussi vite après fécondation ? Et comment dans la foulée il devient si vite adulte ? Dans le 8ème passager, il fallait attendre de nombreuse heures d'incubation, et dans Alien 3, tout le film, donc plusieurs jours. Là, ça se joue en quelques minutes, pour les besoins du massacre.

Kouak
26/09/2017 à 14:42

@STEVE
Complétement en accord...

Plus
votre commentaire