Alien : Covenant - la vraie (bonne) suite de Prometheus que vous ne verrez jamais

La Rédaction | 7 avril 2021
La Rédaction | 7 avril 2021

L'histoire de Shaw devait continuer après Prometheus, et Alien : Covenant a failli être bien différent, sous forme d'une vraie suite assumée.

Alien vs. Predator puis Aliens vs. Predator : Requiem étaient perçus comme la fin du monde et de la franchise noble pour les amateurs de xénomorphes. Mais certains ont été plus que surpris de réévaluer la chose avec Prometheus en 2012, puis Alien : Covenant en 2017.

Revenu dans l'espace où on ne vous entend pas crier, quelques décennies après Alien, le huitième passagerRidley Scott a entrepris de recalibrer l'univers en ouvrant la fameuse porte hollywoodienne des origines. Du moins en théorie, puisque la version de Prometheus qui répondait à cette idée a été profondément remaniée au stade du scénario, si bien que le film avec Noomi Rapace et Michael Fassbender ressemblait plus à une question qu'une réponse.

 

Photo Michael Fassbender, Noomi RapaceQuand on t'annonce que tu seras tuée comme une merde dans une ellipse 

 

Alien : Covenant était donc attendu comme le messie, et là encore, beaucoup d'interrogations et curiosités. La première étant que bon nombre d'éléments de Prometheus considérés comme majeurs (Shaw, les Ingénieurs) ont purement et simplement été évacués, traités dans d'étranges vignettes promo (Shaw qui répare David) ou dans un simple flashback (David qui tue les Ingénieurs depuis le ciel).

Ridley Scott a répété avoir des plans en tête, allant jusqu'à parler de trois potentiels autres films pour peu à peu se raccrocher à la saga de Ripley. Mais le public en a décidé autrement : Covenant a été un succès très tiède, et aucun mot officiel sur ne serait-ce qu'une seule suite. La saga, récupérée par Disney cette année, continuerait en série selon la rumeur.

La curiosité n'en est donc que plus grande, et c'est l'artiste Carlos Huante, qui a travaillé sur des concepts de xénomorphes, qui a livré quelques détails.

 

Photo Katherine WaterstonKatherine Waterston, héroïne de Covenant

 

LA PLANÈTE

C'est à HN Entertainment que Carlos Huante (crédité sur La MomiePremier contact ou Blade Runner 2049) a rappelé qu'Alien : Covenant a grandement évolué en cours de route, comme Prometheus.

"Il y avait deux versions de Covenant. Dans la première, il y avait plus de créatures. Tout ça a été coupé dans le deuxième version."

Parmi les nombreux éléments qu'il détaille dans une interview passionnante, Huante explique qu'il avait commencé à plancher sur un univers qui aurait été bien plus fantastique et fantaisiste. Selon ce qu'il avait lu et perçu, les Ingénieurs allaient être plus imposants et effrayants, et surtout la planète allait être beaucoup plus colorée, étrange, avec une faune et une flore riche. 

Il partage son sentiment :

"Ils ont un peu édulcoré ce film... Ils ne voulaient pas que ce soit trop un film de monstre et je me disais que ça allait être plus de l'ordre du fantastique, mais ils ont ramené ça à un environnement plus terrestre qui je pense est trop conventionnel."

Encore des éléments différents de ceux précédemment sortis, qui laissaient entrevoir une partie de l'univers initualement envisagé.

 

photoPlanète alien pas très alien

 

LES CRÉATURES

Carlos Huante évoque aussi ce bestiaire qu'il avait commencé à imaginer pour répondre aux demandes de Ridley Scott :

"Dans la première version, on avait ce sorte d'alien pitbull nommé Bug que David laissait en liberté sur la planète des Ingénieurs, et il avait créé ces sorties de suricates. (...) David, dans cet ancien scénario, avait une armée de suricates super violents. Ils n'étaient pas normaux. Ils ouvraient leurs bouches pour révéler que toutes leurs dents étaient individuellement attachées à un doigt, donc ils avaient comme une main pleine de dents dans leur bouche. Ce qui annonçait les choses à venir, en montrant l'idée de la machoire qui avance, qui arrivait déjà dans les créations de David là."

Sans en avoir eu confirmation du cinéaste, Huante a toujours eu l'impression que l'idée de cette version était de présenter David comme un diable qui aurait pris possession du Paradis, et entrepris de façonner son Nephilim pour créer la vie.

Il répète ne pas être certain de la direction réellement envisagée par Ridley Scott, mais évoque la présence de plein d'autres créatures, et d'expérimentations : "Neomorphes, la créature géante d'Ingénieur, les nombreuses expériences ratées de David, et le Xénomorphe primitif".

 

Photo ingénieurLes Ingénieurs devaient être des cobayes de David plus présents

SHAW

C'est bien sûr l'interrogation majeure : la disparition d'Elisabeth Shaw, héroïne de Prometheus incarnée par Noomi Rapace. Elle était présente dans quelques vidéos promo qui montraient une partie des événements entre les deux films, et David dévoile son cadavre dans Covenant. Mais à l'origine, elle était omniprésente :

"Avant le génocide à l'huile noire, je sais que dans le scénario que j'avais, la première version, il y avait une histoire entre Shaw et David, et sur comment et pourquoi David a été réassemblé (après la fin de Prometheus). Ça se passe au début du film mais ils ont un peu sauté tout ça, ce qui rend ça un peu plus horrifique d'une certaine manière. Ça montre à quel point David est un personnage sociopathe taré, depuis le début. Il est intelligent et connaît les règles, mais n'a aucun sentiment."

Noomi Rapace devait donc bel et bien être un personnage central dans Prometheus 2, alias Paradise :

"Elle était vivante. Les nouveaux personnages la trouvaient et elle était cachée pour échapper à David depuis tout ce temps, et elle les aide à s'échapper. (...) Elle se cachait dans les catacombes sous la ville, et l'histoire c'était qu'en chemin vers ce monde, elle s'est sentie seule et elle avait accroché la tête de David au vaisseau à l'extérieur, pour l'éviter au maximum. Mais elle doit quand même communiquer avec lui. Finalement, elle ramène son corps et rattache sa tête et ils deviennent amis durant le voyage. Il finit par avoir de l'affection pour elle, amicalement."

 

photo, Noomi RapaceSashay away, Shaw

 

"Ils finissent pas arriver à la ville et c'est là que David se retourne vers elle et lui sort, 'Est-ce que tu me fais confiance, crois-tu que je t'aime et que tout ce que je vais faire à partir de maintenant c'est pour toi et te protéger...'. Elle le regarde, et dit, 'Oui'. Et c'est là qu'il tue tous les Ingénieurs sur la planète. C'est sa manière tordue de la venger, il tue la planète. Elle se dit, 'Oh, je voulais parler à ces gens' mais trop tard, toute la planète est pollulée et tout le monde meurt."

Une partie du scénario qui aurait dû occuper la première partie du film donc, mais a finalement été condensée et lâchée comme une vidéo promo sous le titre "Prologue : The Crossing" (voir ci-dessous). Pour rappel, il y avait encore une autre version de cette scène, où David tuait sans pitié Shaw une fois arrivés sur la planète.

Une décision que Carlos Huante trouve bien mauvaise :

"J'ai dit à Ridley que ma femme et ma belle-mère, qui ont de forts caractères elles-mêmes, adoraient Shaw et l'actrice plus que quiconque dans Prometheus, alors qu'elles ne sont pas fans de science-fiction. Mais elles aimaient le film grâce à Noomi. Je pense que c'était la décision du studio de ne pas la faire revenir. Quel dommage." 

 

 

LE CLIMAX 

Le film devait se terminer par un gros combat chaotique, en partie gardé dans Alien : Covenant :

"La première version du Xénormorphe débarque à la fin et il y a un combat entre lui et les Neomorphes. Il devait y avoir ce combat de monstre, alors qu'ils chassent les personnages qui rejoignent leur vaisseau. Donc ils courent jusqu'à un autre vaisseau tout en étant poursuivis par les Neomorphes, et puis ce Xénormorphe arrive et il combat et tue toutes ces autres créatures, parce qu'il les déteste, il déteste tout ça."

Huante élabore sur le comportement et l'idée même de ce Xénomorphe originel :

"L'idée de ce Xénormorphe de l'ère Prometheus, c'est qu'il est une création des Ingénieurs, fait pour nettoyer une planète de toute vie, avant de se détruire lui-même. Parce que cette créature a une telle hostilité envers toute forme de vie, y compris lui, il tuerait tout et se détruitait afin qu'il n'y ait plus rien. Bien sûr, tout ça a changé avec Covenant."

 

photo Plus noir que noir

 

Carlos Huante revient aussi sur comment il s'est passionnément lancé dans l'aventure, avant d'en être éjecté.

"Donc on avait commencé sur Paradise, qui est la première version de Covenant, et on était partis à fond dedans jusqu'à ce que tout soit stoppé net, alors que la machine commençait à être vraiment lancée. J'ai eu un appel d'Arthur Max (chef décorateur)... 'Carlos, tu es assis ?'... 'Oui, pourquoi ?'... 'Depuis combien de temps tu travailles dans ce milieu ?' J'ai dit, 'Ok, vas-y raconte'. Il m'a dit que Fassbender allait faire un autre film et qu'ils ne l'auraient plus, donc ils avaient décidé de mettre le film en pause."

On lui disait alors qu'il serait rappelé pour reprendre le travail, peut-être un an après. Ce qui n'est pas arrivé, probablement parce que le projet a été profondément repensé, et que tout ce qu'il avait proposé était devenu hors-sujet ou presque.

 

Photo Alien Covenant"Tout foutre en l'air", allégorie

 

Ridley Scott a t-il été contraint par le studio ? N'est-il pas suffisamment puissant et féroce pour défendre son territoire (après tout, il a bien réussi à stopper net l'élan de Neill Blomkamp et Sigourney Weaver sur Alien 5) ? Y avait-il une histoire de budget ou de cartouches gardées pour la suite ?

Beaucoup de questions, mais peu de réponses. Comme Prometheus et Alien : Covenant tiens.

Et si vous aussi vous êtes énervé ou déconcerté par ces films, c'est pareil du côté de la rédaction, comme longuement expliqué dans ce dossier.

 

Tout savoir sur Alien : Covenant

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
major fatal
09/04/2021 à 23:21

Covenant c’était mauvais.
Je préfère oublier ces histoire d’ingénieurs et imaginer un monde complétement différent du notre d’où proviendrai la créature d'alien.
C'est toute ce rapport a l'inconnu qui était fantastique dans Alien.

Slater-IV
08/04/2021 à 16:33

@Roxy

A la base, je partais sur le même postulat que toi (gros fan de Cameron, de Terminator à Titanic).
Mais si on écarte l'aspect "pionnier" des deux premiers opus, la marge entre le 1,2 et 4 se ténue.

Bien sûr, le premier Alien restera un classique, au même titre que le 2ème opus qui ont posé les jalons de la saga. A titre personnel, le 4 forme une belle synthèse tout en apportant une belle touche originale, et mérite d'être réévalué surtout vis à vis du 3 (qui reste tout de même de facture honnête, malgré les déboires que l'on sait).

Herbert Garrisson
08/04/2021 à 13:27

Pour en revenir à la question de Manu posé en 2019 :

Comment un androide arrive à pondre des œufs???

Je trouve ça fou que ce plan du film passe crème sans emmener plus de question...

Sascha
08/04/2021 à 09:56

Superbe article.
Je l'ai revu il y a peu. Autant j'avais bien aimé au ciné lors du 1er visionnage, autant là... Je n'ai pas accroché du tout : incohérences, ellipses trop importantes, c'est long mais en même temps c'est court. Bref un ratage complet. Surtout quand on lit ici et là les premières versions des deux films qui donnent une toute autre vision de ce les préquelles auraient pu être

Monsieur Vide
08/04/2021 à 09:41

@toishiro Exactement. Les réflexions et décisions de la plupart des personnages sont vraiment écrites avec les fesses. Des milliards de dollars en jeu, une expédition historique dans l'histoire de l'humanité, des centaines de colons à transporter vers un monde nouveau.
Monde nouveau étudié, recherché depuis des lustres..et...
Hop! On a la foi , on le sent bien alors direction la planète étrange qui apparaît comme ça ! Et je sors presque en sandale pour explorer.
Une petite protection faciale peut être au cas où des spores ou virus se baladeraient ? Non, pas besoin..
La preuve..
Je suis pas hater, mais c'est vrai que je n'aime pas qu'on me prenne pour une andouille en voulant me faire entrer dans une histoire avec des ficelles aussi incohérentes. Et qu'on ne parle pas de science fiction ou de suspension d'incrédulité, ça n'a rien à voir avec le fait d'écrire a peu près correctement une histoire. Scott a étrangement charcuté son film et comme il n'est pas idiot je me demande bien pourquoi.

Roxy
08/04/2021 à 03:28

@Slater-IV

Pour avoir revu l'intégrale récemment, le 4 est tout de même bien en dessous du premier et du second film (mon préféré). Mais au final il est plus respectueux de la mythologie Alien que Covenant, aucun doute là-dessus.

Slater-IV
07/04/2021 à 23:42

Pour avoir revu tout récemment les 4 premiers opus, c'est, au risque de heurter les fans de la première heure... l'épisode de Jeunet qui a clairement le mieux vieillit. Que ce soit au niveau du rythme et du montage (le 3 frise la catastrophe sur cet aspect), de l'ambiance étrange fantastico-futuriste tellement originale à l'époque qu'elle en infusera le cinéma d'un certain Del Toro (coucou La Forme de l'eau), du casting quasi impeccable (Perlman, Pinon, Weaver, Ryder... Pas mal quand même), des FX efficaces et parfois bluffants (sur ce plan, les 3 premiers ont quand même pris un sacré coup dans la gueule...), un humour noir sympa et assumé, sans oublier l'ultime phrase de Ripley qui vient conclure avec respect et honneur cette saga... En bref, un épisode réellement sous-estimé à mon sens !

Miglou second thoughts
07/04/2021 à 22:50

Le problème de fond avec Prometheus c’est que c’est un film de SF métaphysique en forme de film d’horreur. Qui a envie de voir cela pendant 6 films ? C’est beau esthétiquement c’est ambitieux voire visionnaire mais c’est épouvantable à regarder (les agrafes ahah !) ! On ne peut pas dire que l’on prend plaisir à voir cela ... donc imaginer qu’avec un coût pareil on décline une franchise cela semble ... difficile
En somme soit on va voir un film d’horreur et on paye pour mais la on va voir un film intello hémoglobinesque et Tonton Ridley veut remettre le couvert cela ne marche pas en fait

Dans l’espace profond Miglou ne voit plus Noomi
07/04/2021 à 22:43

Autant Prometheus ouvrait des perspectives intéressantes quelque soient les maladresses du film autant Covenant les saborde bêtement pour essayer de recoller le plus vite possible avec Alien ! Exit donc les ingénieurs et leur planète exit Shaw et ses rêves sur l’origine de l’humanité ! Un vrai gâchis qui effectivement enterré à la fois La franchie Alien et la franchise Prometheus morte née !bref c’est mal barré !
Après on a tellement vu l’Alien qu’il ne fait plus peur à personne un peu comme un train fantôme qu’on aurait visité plein de fois ! L’idée de base de partir sur autre chose de plus ambitieux était donc bonne !
Par contre l’exécution est plus que problématique et pour le coup Blade Runner a priori plus dur à prolonger s’en est mieux tiré les concepts philosophiques étant présents au premier plan dès le départ ... pourtant entre les deux franchises j’aurais plutôt parié sur Alien !

Man
30/12/2019 à 15:14

@Gabriel, Zanta, Toishiro : totalement raison

Yavait de la matière à faire une histoire et yavait les studios, avec cet impératif d'argent facile.

Scott au milieu, tiraillé entre les 2.

Vivement le cinéma du futur où tu imagines ta propre histoire et les réalisateurs de génie comme Scott (Le Scott des débuts, d'Alien et Blade) , te la construise.
Chacun son film, épouvante, doomlike, space opéra, SF, ...

Plus
votre commentaire