Ça : on décortique l'abominable trailer et ses liens avec le roman de Stephen King

Simon Riaux | 28 juillet 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 28 juillet 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Peut-être pour ne pas trop en révéler et garder pour le grand écran ses meilleurs frissons, le trailer de Ça semble s’efforcer de ne pas s’enfoncer trop profondément dans l’horreur et reste assez propre sur lui. Pourtant, il contient nombre d’éléments essentiels.

Attention, si vous n'avez jamais lu le roman de Stephen King, et ne désirez pas en découvrir certains éléments essentiels, le dossier qui suit contient de bons gros SPOILERS.

 

   

Jeremy Ray Taylor, Chosen Jacobs, Finn Wolfhard, Jack Dylan Grazer, Jaeden Lieberher

 

LES MULTIPLES FORMES DE GRIPPE-SOUS

La monstrueuse entité qui se nourrit littéralement de la population de Derry apparaît le plus souvent sous la forme d’un abominable clown, mais cette apparence n’est qu’un des multiples masques qu’use Ça pour terrifier ses victimes. La bande-annonce nous permet d’en apercevoir plusieurs autres.

Le monstre utilise parfois ses victimes passées dont il use pour horrifier leurs proches, comme c’est ici le cas avec le malheureux Georgie. Le temps d’un bref plan, nous apercevons également le bras du Lépreux, dont il use notamment dans la maison abandonnée de Neibolt Street.

 

trailer 1 Grippe-Sou PennywiseGrippe-Sous, usant de l'image de Georgie pour tenter d'attraper son frère

 

On notera aussi l’image brève ou sa main de clown entame une métamorphose griffue, qui évoque plutôt sa forme de loup-garou, qu’il revêt dans le roman lors de l’affrontement majeur qui l'oppose au Club des Loseurs.

 

Photo Trailer ItEn quoi se transforme le clown ?

 

Et s’il ne s’agit pas d’un avatar de Ça mais plutôt d’une de ses victimes, qu’il manipule et pousse à servir ses intérêts, on reconnaît Henry Bowers et son funeste cran d’arrêt, offert par Grippe-Sous en personne, et qui vaudra pas mal de sueurs froides à nos héros…

 

PhotoViolent, bête et cruel, Bowers va devenir l'outil de Grippe-Sous, dont il admire ici le premier cadeau 

PhotoLa main d'un lépreux qu'on n'est pas pressés de rencontrer

 

Enfin, le plan où plusieurs bras apparemment carbonisés se tendent vers Ben Hanscom évoque directement le Black Spot, lieu de villégiature légèrement à l’extérieur de Derry, dont l’incendie « mystérieux » a fait de très nombreuses victimes. Et si la ville de Derry compte nombre d'habitants affables, à commencer par M. Keene, le pharmacien qui veille sur le petit groupe de héros, Grippe-sous n'a jamais hésité à les manipuler, voire à prendre directement leur contrôle.

 

Photo

PhotoDes habitants vraiment super sympas

 

LA MYTHOLOGIE

La bande-annonce nous adresse aussi quelques clins d’œil intéressants. Ainsi, si vous avez lu le roman original vous connaissez le rôle, symbolique et matériel, immense tenu par une créature inattendue : La Tortue. À cet égard ce n’est sûrement pas un hasard si quand Georgie se manifeste devant Bill, ce dernier agrippe justement une tortue en Lego.

 

PhotoOui, on ne voit pas très bien, mais c'est bien une tortue dans les mains de Bill. Et oui, c'est important.

 

Autre petit coup de coude aux fans, une poupée à l’effigie de Tim Curry (précédent interprète de Ça) peut être aperçue dans une des ultimes scènes du trailer, ici au fond à gauche de l'image.

 

PhotoUn film qui va faire du bien à la profession de clown, c'est certain.

 

Trailer qui nous rappelle aussi que comme dans le roman, Ça est une forme de vie ancestrale, qui dévore Derry depuis bien longtemps, ainsi qu’en témoignent coupures de presse et gravures le représentant.

 

Photo

Photo

Photo Bill SkarsgårdDerry et Grippe-Sous, une vieille histoire

 

De même, la réplique de Georgie « Nous flottons en bas », est essentielle. Véritable mantra de l’œuvre de King, elle fait office de promesse mortelle, de gâchette de la peur et de métaphore de l’humide enfer auquel sont promises les victimes de Ça, condamnées à se lier à lui dans les souterrains de Derry, où trône la Bête, rayonnante de ses « lumières mortes » dont le rayonnement seul suffit à rendre fou un adulte.

 

Photo

Photo , Bill Skarsgård

PhotoLe repaire de Grippe-Sous, dans les friches, là où les enfants sont tous appelés à "flotter"

 

LA SCÈNE LA PLUS OSÉE DE L'OEUVRE DE KING ?

S’il y a un passage qui a marqué  les lecteurs de Ça et interrogé voire choqué un grand nombre de fans, c’est la scène où les adolescents, juste après avoir vaincu une première fois la monstruosité tapie sous Derry, se retrouvent, terrifiés, et s’unissent sexuellement. Une communion sensuelle et un rite de passage extrêmement troublant, qui scelle l’amitié et l’amour de ce groupe iconoclaste, alors au milieu d’une épreuve titanesque.

 

Photo"Bon alors j'ai bien un jeu, mais je sais pas si tout le monde est d'accord"

 

Logiquement, la précédente adaptation avait tout simplement choisi de ne pas du tout traiter cet élément, mais on se dit que Muschietti n’a pas la même idée en tête. Entendons-nous bien, la séquence n’a aucune chance de se retrouver dans le film; le réalisateur l'a d'ailleurs dit lui-même il y a quelques jours. En effet, même classé R, il est totalement inenvisageable (et légalement impossible) pour un studio comme Warner, à fortiori dans le cadre d’un film d’horreur grand public, de balancer une partouze entre mineur dans les égouts.

En revanche, l’image de ce bras plâtré, sur lequel est inscrit l’infamant quolibet que nos héros transformeront en emblème : Club des Loseurs, ici raturé pour devenir Club des Lovers. Et du coup on se demande si Andres Muschietti va essayer de traiter ce sujet, fondamental dans l’évolution psychologique des personnages et nous donner à comprendre comment leur amitié va bien au-delà du copinage classique.

On le voit, sous ces airs bien propres, cette bande-annonce pose et propose nombre de questions. Vivement le mois de septembre 2017.

 

PhotoEt oui, malgré son premier aspect horrifique, le récit de King est avant tout une histoire d'amour

Tout savoir sur Ça

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
colloc 1
30/07/2017 à 12:48

Je crains qu'a l'instar de "MAMA" le film ne fonctionne qu'aux jumpscares pour ados , sans aucune ambiance anxiogène ou malsaine installée ! Ressenti devant la bande annonce qui n'est battie que sur ça et qui est la marque de fabrique de Muschietti. J'espère vivement que ce ne sera pas le cas.

corleone
29/07/2017 à 14:12

Sans doute l'un de mes plus attendus de cette fin d'année.

KibuK
29/07/2017 à 10:38

J'espère que le thème musical entre aperçu dans la bande-annonce sera présent dans le film car ça lui donnerait une réelle identité sonore.

Lulz
29/07/2017 à 00:00

@Raiden

Par respect pour Fukunaga... LOL c'est ton grand pote ou une connaissance intime ou quoi??

Thorfinn
28/07/2017 à 22:06

Vous avez vu la bande-annonce au ralenti ou quoi les gars lol ??
Sinon, certains éléments traités ici le sont également dans le film de Tommy Lee Wallace ( le réalisateur du premier "ça" ), à savoir le loup-garou, l'ancienneté de Grippe-Sou, et certains autres aspects comme la momie, qui ne semble pas être évoqué dans cette adaptation... Ceci dit, avec un roman de 1000 pages, difficile de tout "montrer".
Cette B.A, me fait envie, notamment car elle semble aborder le spleen de certains enfants mal dans leur peau, qui ne sont pas forcément "comme les autres" et qui en souffrent.
Vivement le 20/09 !

Olivier637
28/07/2017 à 17:41

@Raiden

Clair que j étais assez excité par le choix initial de fukunaga...mais le mec finalement retenu est loin d être un manchot.

Et les trailers donnent envie.

Wait and see

Ratatak
28/07/2017 à 17:36

Fukunaga produit tout de même, tu peux enlever ton balai et dépenser tes 13€ sereinement

Raiden
28/07/2017 à 16:46

Par respect pour Fukunaga, je n'irais pas voir le film.

votre commentaire