Le Pacte de loups, Les Amants du Pont-Neuf, Valerian... 12 films qui prouvent que le cinéma français peut être fou et ambitieux

Mise à jour : 24/02/2019 00:44 - Créé : 23 février 2019 - La Rédaction
La Rédaction | 23 février 2019 - MAJ : 24/02/2019 00:44
Affiche
440

Retour sur 10 projets fous du cinéma français.

La sortie du Chant du loup, avec François CivilReda KatebOmar SyMathieu Kassovitz et Paula Beer, est un cas intéressant à suivre. Ce thriller dans l'univers des sous-marins, avec un budget de 15-20 millions, est un gros pari financier, qui résonne d'autant plus dans un paysage de cinéma français souvent écrasé par la popularité des comédies.

En attendant de voir si le film d'Antonin Baudry rencontre le public (retrouvez notre critique par ici), Ecran Large revient sur une dizaine de productions follement ambitieuses et périlleuses, qui ont plusieurs fois prouvé que le cinéma français était capable de surprendre - pour le meilleur et pour le pire, artistiquement et financièrement.

 

 

NAPOLEON 

Le pitch : Abel Gance rend hommage à Bonaparte et retrace une partie du parcours de l'Empereur.

Le budget : Le film datant de 1927, les sources sur le budget, comme le box-office, sont très maigres, voir quasi-inexistantes. Certains parlent d'un film à 17 millions de francs mais rien ne peut-être sûr. Une chose est sûre : le budget de Napoléon est colossal pour l'époque.

Le box-office : Inconnu.

Pourquoi c'était fou : Napoléon est resté dans l'histoire grâce à l'approche révolutionnaire qu'a eue Abel Gance du médium cinématographique. Pour dynamiser son film le cinéaste a fait preuve d’une grande inventivité. D’abord en libérant la caméra de son trépied (invention d’une sorte de steadicam avant l’heure, d'une caméra sous-marine, utilisation de tous les supports possibles pour effectuer des mouvements complexes…), ensuite en élargissant l’image à l’écran.

En effet, très longtemps avant les autres tentatives de format large, Abel Gance met en place trois caméras projetant sur trois écrans, permettant ainsi de créer différents effets : image d’une largeur supérieure, répétition d’une image sur trois écrans, projection de trois points de vue différents, symétrie par inversion de l’image.

 

photoL'écran s'élargit dans un tryptique mythique

 

Mais si Napoléon d'Abel Gance est aujourd'hui un monument du cinéma français, ce n'est pas uniquement grâce au génie technique et de mise en scène de son réalisateur, mais aussi parce que le film est un cas d'école de production houleuse qui transforme le rêve en cauchemar.

La folie du projet aura été (en partie) sa potence. Pendant près de deux ans, le tournage verra se succéder environ 200 techniciens, 40 vedettes et des milliers de figurants. Et tout ça pour ne réaliser qu’une infime partie du rêve d’Abel Gance. Car si le résultat final, dans sa version longue, fait plus de 6 heures, le réalisateur avait initialement prévu un biopic en 6 à 8 parties (les sources ne s’accordent pas toutes) et Napoléon n’est le résultat que de la première.

À cause du coût faramineux du premier film, les autres volets ne verront jamais le jour. Les sources ne sont pas claires sur le montant exact, certaines parlent d'un film à 17 millions de francs alors même qu'Abel Gance avait prévu au départ 20 millions pour l'intégralité de sa fresque. Mais si ces chiffres sont exacts, il ne sont pas très parlants, d'une part à cause du changement de monnaie et de l'inflation, d'autre part parce que la façon de consommer un film n'était absolument pas la même à l'époque.

 

photoAlbert Dieudonné est Bonaparte

 

Au-delà de la production du film, déjà folle en soi, l’histoire de Napoléon est à elle seule une des plus grandes aventures du 7e Art : sa première version de 4 heures présentée en 1927 à l’Opéra de Paris ; la version intégrale, d’une durée d’environ 6h25 actuellement en chantier ; les nombreux remontages d'Abel Gance lui-même jusqu’en 1971 ; les sauvegardes effectuées par Henri Langlois et Marie Epstein à partir de 1949 ; ou les restaurations à l’initiative de Kevin Brownlow.

Là encore les sources ne s'accordent pas toutes, mais c'est environ une vingtaine de versions différentes qui existent. Francis Ford Coppola suit de près la dernière restauration du film, engagée par Georges Mourier pour la Cinémathèque depuis 2007, et parlerait de 23 versions.

 

Affiche

 

GERMINAL 

Le pitch : Une adaptation du classique d'Emile Zola, sur la misère des travailleurs dans le nord de la France, sous le Second Empire.

Le budget : 165 millions de francs (environ 27 millions d'euros), soit le film français le plus cher à l'époque.

Le box-office : 6,1 millions d'entrées. Succès.

Pourquoi c'était fou : Le roman de Zola avait déjà été adapté, mais le film de Claude Berri restera comme la version la plus marquante. Triomphe dans les salles avec plus de 6 millions d'entrées, porté par un gros casting (RenaudMiou-MiouGérard DepardieuJean Carmet), célébré aux César (dix nominations et deux prix), Germinal était pourtant un pari risqué, avec le plus gros budget de l'histoire du cinéma français à l'époque. Depardieu surnommait même le cinéaste "papy milliards" sur le plateau.

 

photo, Judith Henry, RenaudRenaud et Judith Henry

 

Passionné par ce projet intimement lié à son enfance, Claude Berri porte l'adaptation durant des années, veut absolument tourner sur un vrai site minier, se bat pour convaincre Renaud d'accepter le rôle d'Etienne Lantier. Après 143 jours de tournage, il finira par lourdement couper le film (près d'une heure), ce qui laissera un goût amer au chanteur.

En interview avec Télérama, Renaud décrira Berri comme "Germinator", et ne se privera pas d'évoquer une production grotesque, aux dépenses absurdes autour du film : "Je ne suis pas une balance. En plus, je ne suis pas habitué aux us et coutumes du cinéma. Mais disons qu'il y a eu des dépenses somptuaires autour du tournage de Germinal qui m'ont plutôt outré..."

Dans tous les cas, Germinal a marqué les mémoires, et rencontré son public.

 

photo, Gérard Depardieu Depardieu en Toussaint Maheu

 

PIRATES 

Le pitch : En 1672, deux pirates naufragés au milieu de l'Atlantique sont récupérés par un galion espagnol. Lorsqu'ils découvrent que le navire ramène un trone inca en or, ils décident d'élaborer un plan pour s'en emparer.

Le budget : 40 millions de dollars (c'est une coproduction franco-américaine, mais qui a pu exister grâce à la France d'abord).

Le box-office : 1,9 millions d'entrées en France, moins de 7 millions de dollars récoltés dans le monde. C'est un échec cuisant.

Pourquoi c'était fou : Enivré par le succès de ChinatownRoman Polanski songe à réaliser un film de pirate, inspiré par Disney et destiné aux enfants. Un Pirates des Caraïbes avant l'heure en somme, qu'il récupère quand Arnon Milchan, lequel a abandonné l'idée à cause des coûts. Il veut d'abord réunir Jack NicholsonIsabelle Adjani et lui-même devant la caméra, mais la production est repoussée (notamment car Nicholson est trop cher). Polanski tourne Le Locataire, et lorsque la justice le poursuit en 1977 pour viol sur mineure, il se réfugie en France, où il tourne Tess.

 

photo, Walter Matthau, Cris CampionAu loin, la réussite (trop loin)

 

Abandonné par divers studios et producteurs, notamment aux Etats-Unis suite au scandale, le projet est relancé en France, avec Tarak Ben Ammar. Après avoir accepté de financer la majeure partie du budget, Universal se retire, et laisse la production dans une sale situation. Le budget grimpe très vite (annoncé à 15, il atteint les 40 millions de dollars), et le tournage très compliqué n'arrange pas l'affaire. Rien que la construction en entier du navire Neptune, que Polanski veut absolument avoir en "vrai" et non en morceaux, est colossale.

Le film est présenté en grande pompe à Cannes en 1996 (hors compétition), avec un navire pirate dans le port local pour ouvrir les festivités. Mais la joie laisse place à l'embarras : le Neptune restera dans le port pendant des années, délaissé suite au bide de Pirates.

 

photo, Walter MatthauWalter Matthau avouera lui-même que le scénario de Pirates était mauvais

 

LE PACTE DES LOUPS 

Le pitch : En 1765, deux hommes enquêtent sur la bête du Gévaudan, qui terrorise la population.

Le budget : 200 millions de francs ou 32 millions d'euros.

Le box-office : 5,1 millions d'entrées en France. Avec un très beau succès à l'international (notamment aux Etats-Unis), le film a été un succès.

Pourquoi c'était fou : Parce que le grand film d'aventure romanesque ne court pas les salles de cinéma. D'autant que Christophe Gans n'a réalisé que Crying Freeman, et que l'idée est née au sein de Canal+ Ecriture, une branche destinée à soutenir de jeunes scénaristes (ici, Stéphane Cabel).

 

photo pacte des loupsÇa tabasse dans le Gévaudan

 

La production du Pacte des loups reste un cas très particulier, où la nouvelle garde (Christophe Gans réunit Vincent CasselSamuel Le BihanMonica BellucciÉmilie Dequenne) serre la main à des visages emblématiques (Jean YanneJean-François Stévenin) ; où la société Eskwad, née de Canal+ Ecriture, collabore pour les effets spéciaux avec Jim Henson's Creature Shop, la compagnie créée pour les besoins de Dark Crystal. Et où le décor historique est traversé par des éclairs anachroniques, avec des arts martiaux et du bullet time. Avec un Christophe Gans qui refuse de tourner en anglais pour véritablement faire de ce film un OVNI.

Le tournage prévu sur 15 semaines s'étale finalement sur 23, dans des décors extérieurs soumis à la météo capricieuse. Le budget est donc inévitablement dépassé. Gans dira à L'Express que la seule contrainte était de rendre un film de 2h22 (il a donc dû mettre de côté 12 minutes), pour avoir quatre séances par jour, et que lorsqu'il a songé à couper le scénario face au tournage ralenti, ses producteurs l'en ont empêché. Une production magique donc, qui a miraculeusement rencontré son public pour marquer bien des esprits.

 

Affiche

  

LES AMANTS DU PONT-NEUF

Le pitch : Un amour fou et invincible naît entre Alex, cracheur de feu, et la mystérieuse Michèle, tous deux vagabonds. Ils s’aiment depuis le Pont-Neuf, coupé du reste de Paris pour cause de travaux.

Le budget : Chiffré initialement à 32 millions de francs, le film, qui éreintera cinq producteurs consécutifs, en coûtera finalement 100. Ce qui, après le passage de l’inflation revient grosso modo à un peu plus de 26 millions d’euros actuels.

Le box-office : 870 000 entrées. Pas un four donc, mais une véritable déception considérés la dimension pharaonique du projet et son énorme impact médiatique.

 

photo Un décor fou reconstruit vers Montpellier

 

Pourquoi c'était fou : Après Boy Meets Girl puis Mauvais sangLeos Carax est déjà un auteur qui passionne, perçu comme un grand en devenir. Pour Les Amants du Pont-Neuf, il obtient un budget confortable, et la possibilité de tourner dans Paris, sur le véritable Pont-Neuf et dans la Samaritaine. Mais son comédien Denis Lavant se blesse, paralysant le tournage plusieurs semaines, tandis que la préfecture de Paris refuse de décaler les dates de blocage du pont.

Engagée sur le projet et auprès du cinéaste, avec lequel elle est en couple à l'époque, Juliette Binoche se retrouve obligée de refuser un film d'Elia Kazan à cause de ce tournage qui s'éternise.

Le décor principal sera donc reconstitué au cœur du marais Camarguais. Entreprise délirante, dantesque, elle s’étalera sur trois ans. Le résultat agace, questionne et sidère. Llorsque le film sort finalement en 1991, il fera de son réalisateur un artiste maudit, l'emblème d'un système devenu fou. Une image qui lui collera à la peau et l'abimera durablement, malgré la puissance quasi-inégalée de son oeuvre au sein du paysage cinématographique français. Il mettra huit ans à revenir, avec Pola X.

 

photo, Juliette BinocheJuliette Binoche sera nommée aux César

 

VIDOCQ 

Le pitch : Légendaire brigand, enquêteur visionnaire, Vidocq est mort, dans des conditions mystérieuses. Son biographe décide d’enquêter.

Le budget : 152 millions de francs en 2001 soit à peu près 30 millions d’euros actuels.

Le box-office : 1 806 935 entrées et presque autant de prescriptions.

Pourquoi c'était fou : Malgré une histoire et une culture populaire foisonnante, le cinéma français de la seconde moitié du XXe siècle a progressivement abandonné toute ambition narrative digne de ce nom, laissant un héritage des plus riches en jachère. Ainsi, quand un spécialiste des effets spéciaux décide de s’emparer de la figure du Vidocq, l’amateur de grande aventure est sur le point de défaillir.

Mais Vidocq n’est pas qu’un bonheur thématique, c’est aussi un véritable défi technique, puisque le film jouit du trophée du premier long-métrage réalisé en numérique (il coiffa au poteau Star Wars : Episode II - L'Attaque des clones, même si techniquement, c’est La Vierge des tueurs qui est le véritable tenant du titre).

Et si tout le monde n’a pas su tout de suite quoi faire de ces nouvelles technologies, force est de constater que Pitof a lancé toutes ses forces dans la bataille et expérimenté dans tous les sens. Comme on l’écrivait récemment, le résultat est bien loin d’être parfait, mais témoigne d’une folie ainsi que d’un désir de cinéma enivrants.

 

Image 143570

 

IMMORTEL (AD VITAM) 

Le pitch : En 2095, dans un New York habité par des humains, des aliens et des mutants, l'histoire d'amour et de mort entre une femme, un homme et Horus, dieu égyptien jugé par les siens. L'adaptation d'une partie de la trilogie Nikopol d'Enki Bilal, par Bilal lui-même.

Le budget : 54 840 000 de francs, soit 22 millions d'euros.

Le box-office : Environ 997 393 spectateurs en France. Passé inaperçu dans le monde. Un bide.

Pourquoi c'était fou : Immortel (ad vitam) n'est pas le premier film d'Enki Bilal, qui a réalisé Bunker Palace Hôtel en 1989 et Tykho Moon en 1996. Mais c'est un pari incroyable que d'adapter les deux premiers opus de la trilogie Nikopol avec un tel budget et des ambitions technologiques alors folles (motion capture chez Quantic Dream, majorité du film en images de synthèse chez Duran Animation Studio).

Le film s'inscrit à l'époque dans un saut général et une soif de modernité, avec Capitaine Sky et le monde de demain, Casshern ou encore Sin City qui explorent la même ambition d'un film entièrement créé autour des acteurs, quasiment les seuls repères réels lors du tournage. Des films arrivés probablement trop tôt et qui ont plus que déconcerté le public.

 

photoL'ambition qui confine à la folie

 

Difficile d'imaginer que cette histoire certes passionnante mais un brin obscure de dieux égyptiens dans une pyramide volante, de mutante aux cheveux bleus et de trio mystico-amoureux, dans un New York dystopique, ait pu être perçu comme un potentiel succès public. L'univers de Bilal est d'une richesse folle, mais particulièrement étrange et opaque pour les néophytes, en plus d'avoir été simplifié pour devenir un film.

La présence de Linda HardyThomas Kretschmann et Charlotte Rampling au milieu d'Horus donne clairement au film des allures d'OVNI absolu, et force est de reconnaître que Téléma Productions et TF1 FIlms Production, ainsi que le producteur Charles Gassot, ont fait preuve d'une audace absolument grandiose. A l'arrivée, le film a été un échec au box-office, et n'a convaincu à peu près personne. Et le revoir 15 ans après n'est pas sans douleur, vu comme la technologie a grandement évolué depuis.

  

Image 93258

 

RENAISSANCE 

Le pitch : Paris, 2054. Un policier enquête sur la disparition d'une jeune scientifique, et découvre qu'elle est au cœur d'une guerre occulte qui menace le futur de l'être humain tel qu'on le connaît.

Le budget : 14 millions d'euros.

Le box-office : 241 217 entrées en France. Score très mauvais dans le monde. Echec cuisant.

Pourquoi c'était fou : Là encore, il y a un pari technologique, puisque le film (qui a mis des années à se concrétiser et se faire) utilise la motion capture, avec des acteurs pour donner vie aux héros animés à l'écran. L'ambition est d'avoir un film d'animation plus réaliste, avec des personnages plus vivants, et véritablement stylisé avec son noir et blanc hyper-contrasté.

Coproduction européenne entre la France, le Luxembourg et le Royaume-Uni, Renaissance est le premier film de Christian Volckman. Il sera remarqué en festival, sera distribué aux Etats-Unis, passera à deux doigts d'une sélection aux Oscars. Mais l'échec est cinglant : le résultat est jugé trop classique en terme d'univers et scénario surtout, et l'ambition artistique ne convainc pas grand monde. A commencer par le public, pas du tout attiré par ce film noir animé.

 

photo Noir c'est noir

 

CINEMAN

Le pitch : Régis Deloux est un professeur de mathématiques. Un jour, lorsqu'il ouvre un livre, il se pique avec une broche coincée à l'intérrieur du bouquin. A partir de ce moment, il gagne le pouvoir de voyager à travers les films. Il va y rencontrer la femme de ses rêves, Viviane, et devoir la sauver des mains de l'horrible Douglas Craps.

Le budget : Entre 19 et 22 millions d'euros en 2009, soit entre 21 et 25 millions d'euros aujourd'hui.

Le box-office : 304 555 entrées soit 2 485 191 de dollars (environ 1,75 millions d'euros en 2009). La rentabilité est de 13%, énorme échec.

Pourquoi c'était fou : Sur le papier, l'idée de Yann Moix était plutôt alléchante et ambitieuse. Transporter des personnages d'univers en univers, passant des décors d'époque de Barry Lyndon à ceux sauvages de Tarzan, parcourir le western dans le Mexique de Pour une poignée de dollars en passant par le muet de L'aurore, la comédie potache à la Camping ou le péplum avec Cléopâtre : Cinéman se voyait grand.

Des décors aux costumes en passant par les multiples lieux de tournages, Yann Moix avait de l'audace, et c'était assez fou de se dire qu'un projet français allait prendre autant de risques.

 

Image 420496Dans l'Egypte de Cléôpatre

 

Malheureusement, le film a subi une production compliquée détaillée par Yann Moix lors d'une interview à Technikart en 2013. Ainsi, il explique le calvaire vécu pour la préparation de son film.

Alors qu'il veut Benoît Poelvoorde pour le premier rôle, l'acteur belge est pris par d'autres tournages pendant 1 an et demi puis avoue finalement ne pas vouloir jouer dans un film "ni fait, ni à faire". Yann Moix, obsédé à l'idée de l'avoir, oublie Albert Dupontel pour le rôle du méchant. Lorsque l'acteur français découvre le scénario, il ne comprend pas son rôle et quitte le projet du jour au lendemain.

Après avoir envisagé Jean Dujardin, indisponible, il finit par caster Franck Dubosc. Sauf que personne ne veut jouer avec l'acteur. Le réalisateur le cache alors à tout le monde dont François Cluzet, nouveau méchant, qui finit par l'apprendre et quitter le projet à son tour. Au final, c'est Pierre-François Martin-Laval qui prend le rôle. Un choix que même Yann Moix sait mauvais (tout comme il le pense pour Dubosc qu'il ne sait pas comment diriger) et qui va faire des étincelles.

 

Image 420495Duel(s) sur le plateau

 

Sur le plateau, Pef et Dubosc se haissent et ne s'adressent pas la parole. Les techniciens belges qui pensaient que Poelvoorde allait jouer apprennent finalement qu'il a été remplacé et refusent de tourner. Ce n'est que le début d'un enchaînement de galères : bastons entre des techniciens, costumes ratés, temps désastreux, tempête de sable à Almeria en Espagne, Lucy Gordon qui manque de se noyer sur une pirogue, Dubosc qui se blesse et a le droit à 25 points de suture. Pire, le chef op' fait un infarctus... et s'il reste heureusement en vie il faut en prendre un nouveau.

Des problèmes qui amènent Yann Moix à couper des scènes, contraint par le producteur qui refuse de rallonger le budget après quatre mois de tournage. Sur les bancs du montage, c'est pire. Après 18 mois de post-production où le cinéaste modifie le scénario, le sens des séquences... il montre le résultat à Jérôme Seydoux, le boss de Pathé. La réaction est sans équivoque : "Votre monteur faut le noyer. Ou vous." 

Dans un dernier élan d'espoir, le cinéaste décide de remonter encore, changer l'histoire, refaire les dialogues (ce qui donnera une post-synchronisation déplorable). Résultat : tout le monde trouve le film lamentable. En plus de critiques désastreuses, le film ne marche pas en salles (selon Yann Moix il aurait fallu 2,5 millions d'entrées pour le rembourser) et le réalisateur de Podium tombe en dépression.

Depuis, exception faite d'un film documentaire pour Arte, Yann Moix s'est avant tout consacré à la littérature. Finalement, l'échec de Cinéman sera un mal pour un bien puisqu'il recevra le prix Renaudot en 2013 pour son Naissance, une renaissance pour ce touche-à-tout.

 

Image 418648A tous les curieux : le film est dispo sur Netflix

 

ENTER THE VOID 

Le pitch : Lors d’une descente de police à Tokyo, Oscar est touché par une balle perdue. Alors qu’il agonise, son esprit revisite ses souvenirs, entre mélancolie, serment fait à une sœur et fantasmes.

Le budget : 13 millions d’euros de 2009, soit environ 15 millions d’euros actuels.

Le box-office : Difficile de trouver des sources fiables et concordantes en la matière. Plusieurs sources anglo-saxonnes font état de recettes internationales oscillant entre 1 467 278 dollars et 1,6 million. Des résultats bien en deçà du budget initial.

 

 

 

Pourquoi c'était fou : Bien avant la mode des films en vision subjective, Gaspar Noé se propose de réaliser un trip élégiaque sur la mort (ou un trip mortel sur la vie), en vision subjective, au gré des à-coups d’un cerveau mourant et des produits stupéfiants rythmant ses ultimes synapses.

Technologiquement, l’ambition de Noé est sans limites, soutenue par la gourmandise du studio d’effets spéciaux Buff qui va concevoir pour lui des plans d’une complexité affolante, et des images jamais vues, jamais reproduites depuis.

Long de 2h40 et vendu comme une mauvaise descente d’acides, Enter the Void effraiera le public, qui passera à côté de ses expérimentations démentes.

 

Image 468297

 

BABYLON A.D.

Le pitch : Toorop est un mercenaire. Solitaire et philosophe, il accepte de convoyer une mystérieuse jeune femme du cœur de la Russie jusqu’à New York, alors que le monde est sur le point de sombrer dans le chaos.

Le budget : 70 millions de dollars en 2007, soit environ 84 millions de 2019.

Le box-office : Avec seulement 72 millions de dollars au box-office, Babylon A.D. est un bon gros échec, dont personne n’espérait plus qu’il fonctionne, et ce bien avant sa sortie, comme en témoigne son exploitation, plus que timide, au cœur de l’été.

Pourquoi c'était fou : Adapter Babylon Babies de Danec était en soi un projet fou, le roman s’avérant d’une vivacité et d’une complexité remarquables, jonglant entre le cyberpunk, la politique fiction et un héritage Dickien des plus denses. Le confier à Mathieu Kassovitz, wonder boy du cinéma français perçu comme un auteur en puissance et un punk en devenir, relevait sur le papier du bon sens.

Tout cela, c’était avant un tournage catastrophique, qui verra une véritable tornade d’incompétence aboutir à une valse de leadership tragique. Une épopée malheureuse narrée dans le documentaire Fucking Kassovitz, véritable hallucination collective, disponible sur les Internets. Ou comment un projet de blockbuster adulte, situé dans un univers dystopique fascinant, se transforma en zèderie polluée par Vin Diesel, indigne d’un DTV génétiquement modifié.

 

Image 295794Légère tension

 

VALERIAN ET LA CITE DES MILLES PLANETES 

Le pitch : Valerian et Laureline sont des agents spatio-temporels, qui affrontent une mystérieuse menace qui plane sur l'univers de 2740.

Le budget : Près de 200 millions d'euros.

Le box-office : Environ 4 millions de spectateurs en France, et près de 226 millions de dollars de recettes au box-office mondial. C'est très loin d'être suffisant vu les enjeux.

Pourquoi c'était fou : Quand l'adaptation de la BD de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières est annoncée en 2015, c'est avec l'ambition d'offrir un Star Wars français capable de s'étirer sur dix films, selon Christophe Lambert alors directeur général d'EuropaCorp (il a depuis démissionné). Quand le film sort à l'été 2017, c'est pour devenir un échec spectaculaire à bien des niveaux, aux répercussions encore présentes pour le business de la société de Besson.

 

Photo Insérer un commentaire malin (pas d'idée là)

 

Réalisateur du Grand BleuLe Cinquième Elément ou encore Jeanne d'ArcLuc Besson n'en était pas à son premier gros pari, et a priori, Valerian et la Cité des mille planètes était bien parti. Avec un casting entre nouvelles têtes et valeurs sûres (Dane DeHaanCara DelevingneClive Owen), c'est une superproduction tournée en anglais, en France, avec la société néo-zélandaise Weta (créée par Peter Jackson) aux effets spéciaux. C'est le plus gros budget de l'histoire du cinéma français, et c'est présenté comme un événement susceptible de changer le business en hexagone.

Mais le public en a décidé autrement. En plus d'être étrillé par la critique (aux USA comme en France), Valerian et la Cité des mille planètes se vautre violemment aux Etats-Unis, et ne décolle pas en Chine, son dernier espoir. La totale catastrophe est évitée au box-office mondial, mais EuropaCorp en souffre immédiatement avec un bilan fiscal dans le rouge, un changement de direction, et une stratégie revue (pour favoriser des films moins chers). Si Besson déclarait qu'une suite n'était pas impossible, tout laisse croire que Valerian et Laureline ne reviendront jamais.

 

photo

commentaires

TomTom
20/03/2019 à 23:03

excellent article, il est vrai que le cinéma français peut concurrencer le cinéma US sans problème, mais seulement qu'on lui en donne les moyens financiers et techniques : Le pacte des loups, Valérian par exemple.

Patator
06/03/2019 à 14:17

Hé bien merci pour cet article, je m'en vais de ce pas me faire les 2h41 d'Enter the Void (qui avait échappé à mon radar à OVNI...).

Poulet
27/02/2019 à 10:06

Je ma rappelle avoir vu en salle La Cité des Enfants Perdus. Grand film malade mais terriblement ambitieux avec une musique sublime de Badalamenti. Melange de film d'antiquaire, de pub Perrier et de Bd de sf franco-belge. Loin d'être parfait mais possedant une qualité qui a disparu du paysage contemporain actuel: la poésie.

Decker
24/02/2019 à 23:55

Dans le genre ambitieux, et qui faisait mouche il me semble, il y'avait Justinien Trouvé ou le Bâtard de Dieu. Film français peu reconnu voir connu, qui pourtant possèdait un charme fou.

spounto
24/02/2019 à 20:27

Allons...
On ne parle pas de Michael Cimino la ! mais d'un mec qui a fait un gentillet Silent Hill et un la Belle et la Bête dont Jean Marais doit s'en retourner dans sa tombe.
Pour en revenir au Gevaudan franchement à part une oscillation entre les filtres parfois bleus et parfois jaunes je n'ai rien remarqué de notable. Je dois même dire que les effets de vision de la bête en nocturne m'ont même fait penser au film Wolfen. Y an 20 ans d'écart quand même. Bref si vous y tenez tellement je vous accorde un charme visuel mais pour ce qui est de la direction d'acteurs, du scénario, des dialogues pompeux alors la c'est une cata qui le propulse directement au rang de navet. Après on peut avoir de l'affection pour les navets, ok pas de problèmes cela ne se discute pas.

Hasgarn
24/02/2019 à 19:26

Oups...

De plus, je ne vois pas en quoi faire peu de film est un problème. Kubrick en a fait 12 et de mémoire, c'est assez peu quand on sait que ça couvre une carrière de 50 ans. Que dirait-on de Charles Laughton qui n'a réalisé qu'un seul film de toute sa carrière. Je te laisse trouver lequel.

Et puis, j'adore Polanski mais pas Pirates. Je me suis ennuyé devant. Mais ma femme adore. J'adore Renaissance, Vidocq aussi, moins le reste même si j'aime les carrières de Besson et Kasso. Noé m'ennuie profondément malgré les qualités plastiques évidentes de ses films.

Mais Le Pacte des Loups, j'adore. C'est du cinéma somme, parfois maladroit, toujours honnête, beau à pleurer ne t'en déplaise, ça a eu du succès et ça me fait plaisir. C'est clivant, ça mélange tout (toutes les influences de Gans y sont ou presque, c'est normal) et c'est spectaculaire. On peut ne pas l'aimer pour ça (j'adore l'irruption du kung fu) mais tout ça n'en fait pas un mauvais film, surtout sur les qualités visuelles du film.

Hasgarn
24/02/2019 à 19:10

J'ai compris que tu n'aimes pas Le Pacte et Gans et j'ai aussi compris que ça obscurcit ton objectivité.

Je ne t'en veux pas, je respect ça, même. Moi, je déteste cordialement Bilal, je le trouve surestimé (Nicopole, je me suis emmerdé, son dessin est figé et inexpressif et il n'est jamais aussi bon que quand il est au service d'un scénariste comme Christin pour "partie de Chasse", par exemple). Et en plus, il a des chevilles qui ne rentrent pas dans les moonboots de Tony Parker tellement elles sont bouffies de prétention.

Mais tu n'as pas bien lu.

Je dis que le film est beau.
Tu me trouves n'importe quelle image du film et tu m'expliques en quoi c'est mal composé, pas graphique, les couleurs sont moches ou en inadéquation avec le film.
Je te souhaite bon courage.

Le peu de film que Gans a tourné est toujours beau. On

Filoche
24/02/2019 à 14:56

Chouette article. Impossible de tout mettre, mais j'avoue que j'aurais bien aimé que Les Enfants du paradis et Les Patriotes y soient évoqués. :)

Mr Vide
24/02/2019 à 10:08

Et La soupe aux choux alors?

spounto
24/02/2019 à 09:52

@Hasgarn

Desolé mais dans les films proposés t'as quand même du bon Polanski, du Berri au savoir faire indéniable, du Noé qu'on aime ou pas qui a du génie dans son cinéma, du Besson qui a quand même réussi à faire des films générationnel et même du Kassovitch qui n'est pas si mauvais que cela. Tu rajoutes du Enki Bilal qui est difficilement transposable et un film d'animation pas si mauvais que cela oui le Pacte des Loups fait un peu tache à côté. Gans c'est quand même pas fameux, d'ailleurs sa carrière actuelle en atteste et pour moi c'est un film qui m'a profondément gêné. Ecrit à la truelle, con comme ses pieds et mauvais dans tout ses domaines et en prime un filtre bien dégueulasse qui date son année de production au carbone 14. Pour le comparer un peu il est au mythe du Gévaudan ce que la daube Van Helsing est à celui du Comte Dracula. Autrement dit, plus que dispensable il aurait mieux fait de ne jamais voir le jour. C'est un furoncle pour le cinéma français. A sa décharge ce n'est pas le seul, bien malheureusement.

Plus

votre commentaire