Valerian, Dunkerque, Les Petits mouchoirs : 10 films qui seraient vraiment mieux avec des requins

La Rédaction | 18 août 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 18 août 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Attention : dossier débile et gratuit sur les requins.

La sortie ce 22 août d'En eaux troubles de Jon Turteltaub avec Jason Statham au cinéma (notre critique est à retrouver ici) a réanimé l'amour de certains pour les squales. Et permis à l'imaginaire déviant de l'équipe de se poser une question aussi passionnante que stupide : et si on rajoutait des requins dans des films pour les rendre plus cool ?

Voilà donc le point de départ d'un dossier hautement dispensable, piste de décollage pour du n'importe quoi régressif où le grand cauchemar des océans sponsorisé par Les Dents de la mer décroche une place de premier choix dans 10 films populaires.

Avertissement : la direction décline toute responsabilité en cas d'exaspération.

Avertissement 2 : la qualité des photo-montages est à l'image de nos neurones lorsque le dossier a été validé en réunion.

 

Affiche française

  

TITANIC

L'un des films les plus prestigieux de ces trente dernières années manque cruellement d'une chose : un bon gros banc de requins. Il ne s'agit pas de sadisme de notre part, mais avec tout ce qui arrive à Jack et Rose dans le film, on se dit que leur amour aurait été beaucoup plus beau avec quelques squales à leurs trousses. L'amour impossible, la tragédie humaine face au désastre de l'Histoire, c'est bien joli, et même si les eaux sont un peu froides, on aurait bien vu un cousin des Dents de la mer parfaire le tableau. 

Déjà, ça aurait réglé le problème des naufragés qui voulaient rejoindre les canaux, ce qui n'est pas rien quand on connait leur nombre. En plus ça aurait permis de régler une partie de la pollution marine consécutive à la catastrophe, parce que bon, tous ces cadavres qui flottent, ça fait quand même mauvais genre et c'est très mal élevé. Et puis, on se dit que le Léo, à part se transformer en glaçon, il a pas vraiment prouvé son amour pour Rose et qu'il a un peu fait son timide. Alors que devoir la protéger contre un gros requin-blanc tandis qu'elle prend toute la place sur la planche (alors qu'ils peuvent clairement s'y tenir à deux) ç'aurait quand même été autre chose. Imaginez, Léo, un couteau entre les dents, mourir dans un ultime assaut d'un requin qui l'entraine dans les profondeurs au son de Céline Dion : ça c'est du cinéma qu'on a envie de voir. Et pas ce truc larmoyant pour pisseuses. Non, il manque clairement un requin à Titanic 

 

Dossier requins

 

SUICIDE SQUAD

Que faudrait-il à Suicide Squad pour qu'il devienne enfin un bon film ? Mais un requin évidemment. Mais pas n'importe où ni n'importe comment bien sûr. Nous, ce qu'on voulait voir, c'est un super bad-guy requin à la place de Killer Croc. Parce que c'est vrai quoi... Si vous nous foutez un crocodile pourquoi pas un requin alors ?! Vous n'avez vraiment aucune ambition. 

En plus, ce n'est pas comme si ça n'existait pas dans l'univers DC. Vous avez entendu parler de King Shark ? Un méta-humain de Terre-2 qu'on retrouve aussi dans le comics Suicide Squad ? Et Great White Shark ? Hein ? Vous en faites quoi ? Lui, il aurait été parfait, d'autant qu'il a des comptes à régler avec Killer Croc justement et qu'il est un vrai méchant puisqu'il a pris successivement le contrôle d'Arkham et de la pègre de Gotham. Mais non, vous nous filez un mongolo croco avec une tête de pop-corn qui ne sert à rien. Bande de nases. 

Avec un requin, le film aurait été plus intéressant. Et il aurait duré moins longtemps aussi. Ce qui est sûr, c'est que l'Enchanteresse aurait moins fait la maline et comme elle se serait fait bouffer les bras direct, elle nous aurait pas gonflé avec sa Tecktonik pourrie. Allez, vous en mettez un dans le 2 et on oublie tout, promis.

 

Dossier requins

 

ROGUE ONE : A STAR WARS STORY

On ne va pas vous la faire à l'envers, on sait très bien pourquoi Gareth Edwards s'est fait virer de la salle de montage de Rogue One : c'est parce qu'il avait refusé de mettre des requins dans le film. Voilà ce qui arrive quand on veut faire son auteur-bobo et qu'on oublie qu'on est surtout là pour le spectacle. 

Parce que, à y regarder de plus près, ça ne trompe personne, tout était mis en place pour que des requins impériaux fassent leur apparition. Vous ne pensez quand même pas que ce plan magnifique des Stormtroopers sortant de l'eau était là par hasard quand même ? Et pourquoi, d'après vous, il n'est pas dans le film sorti au cinéma ? On ne vous fait pas de dessin, vous avez compris. 
 
Les requins et Star Wars c'est un gros rendez-vous manqué depuis 40 ans. Déjà dans les marais de Dagobah, on sentait bien que Lucas avait envie d'y mettre un requin mais qu'il n'avait pas osé. C'est dommage, Luke aurait moins chouiné et serait devenu un Jedi plus rapidement. Ça nous aurait épargné les Ewoks. Pareil dans La Menace fantôme. Quand ils vont dans les profondeurs de Naboo, on a bien compris que c'est à ce moment là que Jar Jar Binks devait se faire bouffer. Mais non, là encore, Lucas a fait sa fillette et a pensé à ses jouets plutôt qu'à l'intérêt général. Mais le pompon, c'est bien sûr Rogue One qui a l'audace de se conclure sur une île ambiance Pacifique sans nous donner ce qu'on attend. Sans déconner les mecs, vous aviez tout pour faire un film génial, nous on attendait des requins avec des casques de Stormtroopers qui tireraient des lasers (et eux, c'est sûr, ils ne manqueraient jamais leur cible) avant de bouffer leurs victimes. Enfin Star Wars quoi, le seul, le vrai ! Mais non ! Des requins, y en a pas ! Il est où exactement le respect du public dans ces conditions ? Hein ? 

 

Dossier requins 

NOÉ 

Noé est certainement un des films les plus ennuyeux de la filmographie de Darren Aronofsky. A l’exception d’une séquence débordante d’originalité sur la création de l’univers et de la Terre, et une ouverture assez stylisée, le reste de l’œuvre est terriblement insipide. Et à dire vrai, il est clair que la présence d’un requin marteau, d’un joli requin léopard ou d’un immense requin blanc aurait comblé le vide de certaines scènes.

Imaginez un peu, Noé se promenant tranquillement sur le pont quand il percute une immense montagne. Le prophète tombe alors à l’eau et s’écorche le visage avec le couteau qu’il tenait à la main. Une seule goutte de sang suffit à attirer des milliers de requins affamés prêt à dévorer l’homme. Par miracle, il est sauvé par les dragons de Daenerys après une lutte acharnée à main nue et remonte in-extremis sur la fameuse Arche. On pourrait même renommer le film : Noyé.

Bon d’accord, ce n’est pas forcément mieux et c’est du n’importe quoi mais au moins, on ne s’ennuie plus. 

 

Affiche

 

DUNKERQUE

Le dernier long-métrage de Christopher Nolan est globalement très spectaculaire et réussit parfaitement à garder une incessante tension au coeur de son récit. En revanche, le cinéaste britannique ne s'est pas gêné pour modifier quelquefois la réalité de l'évènement en s'accomodant de quelques détails historiques. Ainsi, le film se montre parfois anachronique (architecture) voire inexact dans les faits (conditions météorologiques...). Du coup, quitte à s'arranger avec l'Histoire autant réaliser un film qui a vraiment de la gueule.

Dans un scénario digne de ce nom, au lieu de voir des bombes déferlées sur les Britanniques, les avions allemands auraient largué des requins blancs dans la Manche prêt à manger chaque soldat se jetant à l'eau. En plus de rendre le film encore plus stressant avec ces requins à l'affût du moindre destroyer coulé, la couleur rouge-sang de la mer et des cadavres aurait contré la photographie bleutée glaciale du reste du long-métrage lui donnant un cachet esthétique indéniable. Et puis, qui n'a pas jamais rêvé de voir Harry Styles se faire bouffer par un requin blanc pour tout ce qu'il nous a fait subir musicalement ?

 

Dossier requins

 

LES AVENTURES DE TINTIN : LE SECRET DE LA LICORNE

Soyons sérieux. Pourquoi diable adapter Le Secret de la Licorne et Le Trésor de Rackham le Rouge si c'est pour en zapper le principal : l'expédition de Tintin et ses amis dans l'épave du navire, avec le prototype du sous-marin de Tournesol en forme... de requin. Qui permet au héros d'aller dans les profondeurs pour chercher le foutu trésor et affronter... un requin. 

Certes, Steven Spielberg a emballé une grande séquence épique dans les ruelles de Bagghar, avec un faucon et un sacré bordel irrésistible. Mais il a surtout remplacé cette aventure dans les eaux, près de l'île mystérieuse, par une longue et bruyante séquence dans les docks. Pas de requin qui tente de bouffer la main, pas de chasse au trésor dans la jungle, pas de Tintin en scaphandre, et pas de squale ivre, mais Haddock et son adversaire qui mesurent la taille de leurs grues. Rien que pour ça, l'adaptation hollywoodienne du héros de Hergé n'est pas une réussite totale. D'autant que le requin aurait pu permettre à Spielberg d'emballer un hommage à ses propres Dents de la mer. Une occasion manquée, et une blessure profonde pour tout môme qui a grandit avec le reporter de Hergé.

 

Dossier requins

 

VALERIAN ET LA CITÉ DES MILLE PLANÈTES

Qu'on ait envie de défendre le blockbuster spatial car il est réalisé par Luc Besson, de le descendre pour la même raison, ou de simplement reconnaître des ambitions et des ratés dans cette adaptation de la bande-dessinée de Jean-Claude Mézières et Pierre Christin, une chose est indubitable : le monde de Laureline et Valerian est doté d'un sacré bestiaire. Des trois Shingouz à Rihanna en métamorphe en passant par les Pearls et ce peuple de cannibales, Valerian et la Cité des mille planètes occupe les yeux et comble le vide par une générosité certaine.

D'où la nécessité d'y caser quelques squales de l'espace, et bien naturellement avec ce fameux Alain Chabat qui apparaît en timbré sous-marin. Il pourrait d'ailleurs tout à fait avoir droit à son spin-off, où le monde mouillé d'Alpha deviendrait le théâtre d'une grande aventure épique, et d'un crossover avec la prélogie Star Wars lorsque les ancêtres de Jar Jar Binks se révèlent être des résidents de la métropole, dans leurs grandes bulles sous-marines. 

Remarquons d'ailleurs à quel point ces requins ont une place naturelle sur l'affiche américaine. Ce n'est pas un hasard.

 

Dossier requins

 

LE ROI ARTHUR : LA LÉGENDE D'EXCALIBUR

Spécialisé dans le pilonnage sagouin de grands mythes populaires, Guy Ritchie a transformé la légende arthurienne en gros chewing gum numérique de supermarché. Alors c’est bien beau d’avoir bazardé les principaux éléments constitutifs du récit originel et de nous avoir foutu des animaux géants partout mais bon.

Les gros reptiles pétés, on en avait déjà eu avec Conan, c’était l’occasion de nous balancer du gros requin druidique. De faire surfer Arthur avec sa grosse épée sur le dos de David Beckham en plein Londinium pour mettre la fièvre à une armée de requins magiques. Et bim d’une pierre deux coups : un blockbuster Arthurien trop kikou-fun, et un prequel indispensable à la bonne compréhension de Sharknado.

 

Dossier requins

 

KONG : SKULL ISLAND

C’est la tradition, c’est comme ça, dans King Kong, le gros singe, il tape des dinosaures et plein de bêtes. À défaut de se munir d’un scénario et de personnages, le reboot de Jordan Vogt-Roberts a essayé de renouveler le bestiaire. Et pourquoi pas hein. Sauf que les lézards-squelettes et les araignées géantes, c’est quand même pas top. Et pire encore, le mec nous a collé un poulpe. King Kong avec un poulpe.

Pour qui a déjà mangé un sashimi pas frais dans un quartier malfamé de capitale européenne, c’est franchement pas le bout du monde de démantibuler un bidule tout squameux. C’est pour ça qu’on voulait des requins. Genre une grosse séquence aquatique, pendant laquelle le nouveau super-Kong de 3 km de haut jongle avec les squales pour les jeter dans un volcan. Quitte à assumer le côté série B du sujet (ce qui est un concept absurde dans le cadre de Kong, mais passons), il aurait pu s’en donner les moyens.

 

Dossier requins

 

LES PETITS MOUCHOIRS 

Il y a deux raisons d’apprécier Les Petits Mouchoirs. La première, c’est que Jean Dujardin y meurt tout seul comme le gros chacal que le vilain petit jaloux aigri en nous aimerait qu’il soit. La seconde c’est qu’il vaut toujours mieux regarder ce film que se faire bouffer les yeux par des tarentules globophiles.

N’empêche que Guillaume Canet était à deux doigts de nous pondre un concept génial d’univers étendu qui aurait mis une grosse fessée à Marvel. Imaginez. Dans Les Petits Mouchoirs, le super copain que les atroces merdaillons égotiques laissent mourir, ce n’est pas un copain comme les autres c’est… Brice De Nice ! Blessé par un énorme grand blanc, il est abandonné par ses potes qui préfèrent se la coller au rosé dégueulasse vers le bassin d’Arcachon. Manque de pot, ils y retrouvent le requin, affamé. Genre Les Dents de la Mer : la revanche. Super concept, hommage à un chef d’œuvre, Canet avait de l'or entre les mains.

 

Dossier requins

 

Tout savoir sur En eaux troubles

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Tim Lepus
19/08/2018 à 09:24

Tous les films contemporains sur la Seconde Guerre mondiale manquent de requin (Pearl Harbor...), je suis heureux de voir enfin quelqu'un l'écrire. Et si je respecte votre ligne éditoriale, car vous n'êtes pas allés tout droit vers l'évidence, je dirais toutefois que ça n'est jamais pour rien que l'évidence a du bon : There Will Be Blood, La Leçon de piano, Du côté d'Orouët, La planète des singes... L'histoire du cinéma est truffée de ces rendez-vous manqués avec nos amis les requins : Chaplin, Fassbinder, Truffaut, Haneke... Tous les grands films auraient été tellement plus grands avec des requins...

JO le clodo
18/08/2018 à 16:49

Désolé , mais dans un épisode des Simpsons, léonardo et Kate se font bouffer par le Titanic transformé en squale .
Je m'excuse .

Régis
02/10/2017 à 19:53

Très original et très drôle.
Merci.
Requinement.

Ded
02/10/2017 à 13:56

Ah, j'oubliais ! Des requins, il y en a partout... mais en costard cravate et plus communément appelés producteurs !...

Ded
02/10/2017 à 13:51

Amusant, imagé, politiquement incorrect nécrophagique ("les cadavres" du Titanic est un must !) et souvent (im)pertinent ! ça fait du bien de se taper un bon gros délire, hein ! ça détend (enfin pas tout le monde apparemment). Surtout n'hésitez pas à recommencer...

Geoffrey Crété - Rédaction
02/10/2017 à 11:56

@pere colateur

Vous trouverez tout ça dans le flux de news en fait.

Un dossier décalé publié un dimanche ne signifie pas qu'on décide d'un coup de ne plus couvrir l'actu. Cet article s'inscrit dans nos rendez-vous du week-end, qui se situent hors actu depuis fort longtemps.

pere colateur
02/10/2017 à 11:50

Et sinon vous êtes tellement en manque de news depuis quelques temps ? De vraies news je veut dire ! Les films qui se tournent ou qui vont sortir ne manquent pas. Et on attends d'en savoir un peu plus sur beaucoup d'entre eux. Bien sur cela demande peut être un peu de recherche de votre part , mais c'est pour ça que je viens içi ! Et SEULEMENT pour ça !!! Sinon aucun interrêt.

drap
02/10/2017 à 00:49

cé koa se bore delle

Christophe Foltzer - Rédaction
01/10/2017 à 17:52

@Copeau : Oulah, la question qui fâche :)

jacamel
01/10/2017 à 17:11

Je pense surtout que vous avez oubliez ça : Ça !
D'entrée de jeu un bien gros requin blanc dans les égouts qui bouffe le clown et ça (ça) nous évite les clowneries actuelles et toutes celles à venir ! le pied !

Plus
votre commentaire