Séries

The Mandalorian : l’épisode avec Boba Fett ressemble à « un best-of » de fan-service selon Robert Rodriguez

Par Antoine Desrues
8 décembre 2020
MAJ : 8 janvier 2021
21 commentaires
photo

Robert Rodriguez a dévoilé les coulisses de son épisode de The Mandalorian… ainsi que l’aveu d’échec de la série ?  

Après un cinquième épisode qui a permis de découvrir une version live-action de la Jedi Ahsoka Tano, la deuxième saison de The Mandalorian a frappé fort en mettant en scène le retour d’un des personnages adulés de Star Wars : Boba Fett. Centré sur une longue scène d’action, ce sixième chapitre, intitulé The Tragedy, a confirmé la trajectoire de la série vers un fan-service un peu facile, aussi jouissif peut-il être par instants.  

Mais à vrai dire, à force de jouer avec un héros qui représente la rencontre permanente de la petite histoire de Star Wars avec la grande, The Mandalorian ne se cache plus trop d’être le fan-film à 100 millions de dollars que les aficionados ont réclamés depuis des années.  

C’est en tout cas ce qu’a confirmé, à sa façon, le réalisateur Robert Rodriguez. Au micro de Collider, l’ami du showrunner Jon Favreau (pour les cordons bleus, Rodriguez est déjà apparu dans la série culinaire The Chef Show du même Favreau) a partagé son excitation lorsqu’il a découvert le contenu de l’épisode :  

 

photo, The MandalorianContent d’être de retour

 

“Quand j’ai vu le scénario, et que ça disait ‘Boba Fett’, ‘Dark Troopers’, ‘Mando’ et ‘Fennec’, je me suis dit ‘ça ne ressemble même pas à un vrai scénario. On dirait qu’un fan a écrit ça en plein rêve fiévreux, espérant que ça deviendrait un épisode.’ Eh oui, c’était le script. Il y avait les meilleurs ingrédients à l’intérieur. C’était comme un best-of.” 

En tout cas, le réalisateur de Desperado et Alita : Battle Angel a contenté de nombreux fans en ramenant (officiellement) à la vie Boba Fett. Pour rappel, le chasseur de primes mourrait de manière quasi accidentelle dans Le Retour du Jedi, avalé par le Sarlacc après une mauvaise chute. Avec cet épisode de The Mandalorian, Rodriguez a pu ramener sur le devant de la scène l’acteur Temuera Morrison (interprète du père de Boba et modèle des clones, aka Jango Fett), et offrir au personnage un retour flamboyant.  

“C’était mon rêve de gamin de 12 ans”, a-t-il expliqué. “Quand L’Empire contre-attaque est sorti, j’étais un grand fan de Boba Fett. Ils l’ont teasé avant même la sortie du film. On savait déjà qu’il allait être un personnage à suivre. Le marketing était incroyable. […] Il a capturé notre imagination avant même qu’on voie le film ; c’est tout ce dont on parlait à l’école. Je me souviens encore à quel point il était mystérieux. On avait un avant-goût, mais on attendait d’en voir plus.” 

 

photo« Ça me boudinait pas autant par le passé… »

 

Pour Rodriguez, The Tragedy a même eu l’attrait d’une énorme malle pour enfants : “Je n’arrivais pas à croire que j’allais jouer à Star Wars avec tous les jouets et que j’allais m’amuser avec Boba Fett en tant qu’un de mes personnages principaux — j’ai juste pensé ‘il faut que j’y aille et que je le rende […] super badass, qu’il soit le personnage que j’ai imaginé quand j’avais 12 ans.’ C’était ma mission, d’aller satisfaire cette fascination.” 

Néanmoins, Robert Rodriguez s’est également confié sur le processus d’écriture de The Mandalorian. Alors que beaucoup (y compris à la rédaction) ont reproché à la série d’être un ensemble de quêtes secondaires anémiques, il semblerait que Lucasfilm et Jon Favreau n’ont jusque-là fait progresser leur récit qu’avec une très vague ligne directrice.  

“Le scénario était très court. Il était plus court que l’épisode. Il faisait 19 pages, ce qui suggère souvent 19 minutes. J’ai ajouté beaucoup d’action. J’ai même demandé à Jon : ‘C’est normal que mon script ne fasse que 19 pages ? Parce que je coupe vite et ça risque de finir à 16 minutes. Est-ce qu’on doit rajouter des pages ?’. Et il m’a répondu : ‘Non, c’est pour ça que tu es là ! Il faut que tu remplisses’. J’ai dit : ‘Oh, OK, je vais essayer de rendre la bataille plus longue’.” 

 

photoLa Force tranquille ?

 

Si The Mandalorian est clairement réalisé par des passionnés de Star Wars, qui mettent beaucoup de cœur dans l’expansion de l’univers et son respect, ces révélations semblent confirmer son écriture globale assez bâclée, qui résulte en une sensation de surplace. Cela pourrait également expliquer pourquoi l’épisode de Robert Rodriguez, bien qu’assez nerveux, souffre de l’incapacité du réalisateur à construire un story-board engageant. Après tout, le réalisateur de Machete est avant tout connu pour ses productions au coût très réduit et ses expérimentations nanardesques, qui tentent parfois vainement de cacher la faiblesse de sa mise en scène.  

D’ailleurs, on devrait en avoir une nouvelle preuve avec son film C’est nous les héros, énième dégueulasserie numérique dans l’univers de Spy Kids, cette fois disponible sur Netflix à partir du 25 décembre 2020.  

Rédacteurs :
Tout savoir sur The Mandalorian - Saison 2
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
21 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Flōrens Penn-Ar-Bed

Même la réalisation semble avoir été faite par un fan…

Y Boy

Son discours est invraisemblable… Ce serait pas la pire promotion de série qu’on ait jamais vue ?

Goldeneye69

EL, je vous lis depuis des années et tous les jours, mais franchement m’avoir spoilé Boba Fett dans vos titres c’est franchement pas cool quand on bosse trop pour voir les films et épisodes le lendemain de leur sortie…

Mouais Bof...

Que du dédain pour ce réalisateur pistonné par Q. T.
Mais il a raison sur les scénarios bâclés , je trouve l’épisode 6 d’une nullité abyssale qui fait mousser les groupies de Star Wars.

C’est pondu en 2 heures.

Il y’a des épisodes à faire trembler les ados. On a tous été déçu par la nouvelle trilogie, que même si on nous propose un produit médiocre, on le qualifiera de joyau brut.

The mandalorian, Disney oblige, n’a aucune maturité au niveau de l’écriture. Et avec le temps ça va pas s’arranger

J’aime bien la relation entre Mando et Baby Grogu. Mais les personnages secondaires souffrent d’un manque évident de caractère.

La magie du 1 avec les autres Mando étaient jouissif. Et là ils veulent nous vendre un  » avengers » version vaisseaux spatial.

Et comme un con et fan de la 1ere heure, je vais tout de même matter jusqu’ à la fin.

Cela présage rien de bon et ce format Disney qui a pour vocation d’infantiliser ses œuvres ne va pas s’améliorer.

Opale

La vache! Il a prit du gras le Booba, pardon Boba…