Deadwood : retour sur la série culte et sa conclusion inespérée

Simon Riaux | 4 septembre 2019
Simon Riaux | 4 septembre 2019

Le film Deadwood repasse ce soir sur OCS Choc à 20h40

De 2004 à 2006, HBO diffusa les trois brillantes saisons de Deadwood, créée et scénarisée en grande partie par David Milch. Après plus de dix ans, l’épilogue longtemps fantasmé de ce récit est enfin arrivé devant nos yeux.

Contemporaine de RomeDeadwood est un des fruits de l’âge d’or de HBO quand le network, était alors sans concurrent sérieux dans le domaine de la série prestige, réunissant exigence artistique, ambitions narratives et profondeur mythologique. Restée comme un bijou d’écriture dont la saison 3 s’achevait sur une phénoménale montée en pression privée de son aboutissement, la série aura fait parler d’elle de loin en loin pendant une dizaine d’années au cours desquelles le showrunner promettait l’avènement d’un ultime baroud d’honneur.

Contre toute attente et assez miraculeusement, David Milch a pu écrire un ultime chapitre aux airs de chant du cygne.

 

photo"Ô rage, ô désespoir..."

 

ANTI-WESTERN

À la fin des années 1870, le camp de Deadwood, repère de chercheurs d’or, de malfrats et d’individus préférant se tenir éloignés des institutions étatiques, est sur le point d’être incorporé au territoire américain. Un bouleversement qui va mettre les habitants en ébullition.

Sur le papier, la fresque de David Milch appartient totalement au western, genre séminal de la création américaine. Pour autant, la série dévoile dès ses premiers instants combien elle entend s’éloigner des grandes figures de l’Ouest et de ses représentations. Le show s’ouvre sur le départ hâtif de Seth Bullock du Montana. Shérif démissionnaire, il entend s’installer à Deadwood avec son associé Sol pour y ouvrir un commerce. Mais il devra préalablement exécuter froidement un quidam condamné à mort, pour préserver l’apparence de la loi et éviter un déshonorant lynchage public.

La séquence est glaçante, installe les personnages comme autant d’anti-héros très éloignés des différents archétypes du genre. Si on trouve des hommes et des femmes de principe dans Deadwoodle panache et l’héroïsme n’ont pas droit de cité dans ce camp qui doit uniquement son existence à l’opportunisme de colons désireux de survivre loin d’un système pensé pour les broyer.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

commentaires

golden goose outlet
13/09/2019 à 22:40

I am also writing to let you be aware of of the outstanding discovery my cousin's girl encountered reading your web site. She came to find so many issues, not to mention what it's like to possess an awesome giving style to make the mediocre ones effortlessly understand some hard to do things. You undoubtedly surpassed her desires. I appreciate you for rendering these invaluable, trusted, edifying and even cool guidance on your topic to Kate.

Simon Riaux - Rédaction
04/09/2019 à 21:19

@kira

On entend bien. C'est pour ça qu'on fait un article abonnés par semaine et qu'on maintient le rythme de publis gratuites inchangés.

Et sinon, dans l'idée, c'est une question de principe et de réalisme. Impossible de proposer une offre qualitative sans la faire payer.

Kira14000
04/09/2019 à 20:52

Je ne paierais pas pour une critique , c’est pour ça que je ne vais plus sur Gamkult...

Pseudo1
04/09/2019 à 20:14

Et sinon la rédac, on peut avoir votre avis sur ce film ? :)

Beerus
16/07/2019 à 11:09

Apres la Snyder 's cut voici la Ecran Large's cut. ^^

Flash
08/07/2019 à 18:53

Au moins You porn c'est gratuit !

Lo_h
06/07/2019 à 20:15

Le problème est qu'aujourd hui on paye pour avoir accès a tout et n'importe quoi sur internet... et écran large ne fait pas partie de mes priorités

Simon Riaux - Rédaction
30/06/2019 à 17:57

@Adam
Il ne sortira pas en salles.

@PayantMaintenant
Il n'a jamais été écrit nulle part qu'il n'y aurait jamais d'articles payants. On s'est engagés à ce que la production d'articles gratuit ne diminue pas, et que les lecteurs "gratuits" n'aient pas accès à moins d'éléments du site que précédemment.

Et c'est le cas.

Adam
29/06/2019 à 19:09

Ocs? Mais ce film sort en salle ou est ce un téléfilm pour clôturer la série?

Andarioch
29/06/2019 à 18:53

Les mecs qui croient que le net c'est gratuit. Piufff!
Google, la belle affaire. Découvrir le cinéma au travers d'influenceurs influencés, de youtuber qui font des placements de produits ou reçoivent des petits cadeaux pour entretenir l'amitié, ou de sites qui appartiennent à l'un ou à l'autre.
Elle me manque l'époque de Starfix et de ses journaleux qui, par principe, payaient leur billet pour aller voir des films.
Alors EL qui propose un abonnement pour garder son indépendance sans pour autant devoir faire le serveur pour gagner sa croûte, moi ça me va. Je dis pas que je m'abonne, mais c'est normal. Et il reste assez d'articles et de zone commentaires pour passer un bon moment sans débourser.
De quoi vous plaignez vous, franchement?

Plus

votre commentaire