Gaston Lagaffe : Dupuis ressuscite le héros de Franquin et divise les lecteurs

La Rédaction | 18 mars 2022
La Rédaction | 18 mars 2022

On pensait qu’avec son abominable adaptation cinématographique, Gaston Lagaffe avait déjà subi les derniers outrages. Mais l’éditeur Dupuis a officialisé son désir de ressusciter le personnage. 

Comptant parmi les héros les plus célèbres et célébrés inventé par Franquin, Gaston Lagaffe constitue à lui seul un véritable pan de la bande-dessinée européenne qui fit les beaux jours du magazine Spirou. Créé en 1957, le personnage est un gaffeur invraisemblable, victime d’un sévère poil dans la main, qui déclenche, malgré toute la bonne volonté du monde, des catastrophes en séries sur son lieu de travail. 

Lieu de travail qui n’est autre que la rédaction du magazine Spirou, dans laquelle il est d’abord intégré de la plus méta des manières. En effet, c’est un autre héros de Franquin, Fantasio qui le désigne comme un héros fraîchement recruté par le journal pour intégrer l’une de ses séries de bandes-dessinées, mais que son incapacité à y parvenir fait de lui le premier “héros sans emploi”

 

Gaston Lagaffe : Photo Théo FernandezL'étoffe des cauchemars

 

Absurde, poétique, et brocardant avec une acidité ravageuse le monde de l’entreprise, Gaston Lagaffe va anticiper de plusieurs décennies les lubies aliénantes et oppressives du néolibéralisme qui prendra de l’ampleur dès les années 80. Un discours qui fera beaucoup pour sa postérité, et le désir sans cesse démenti, génération après génération de se repencher sur le héros au pull trop grand pour lui, et à la coiffure indépendante. 

Depuis la mort d’André Franquin, il semblait entendu que l’artiste avait veillé à ce que ses créations ne soient pas poursuivies après sa mort, raison pour laquelle ce bon vieux Gaston a pu prendre sa retraite, plutôt que d’attendre encore de longues années en ne se tuant pas tout à fait à la tâche. Mais les éditions Dupuis ne l’entendent pas de cette oreille, et viennent d’officialiser, lors du Festival d’Angoulême, une décision qui provoque déjà de nombreuses réactions outrées. 

 

Gaston Lagaffe : photoUn retour déjà sous le feu des critiques ?

 

FAIRE DU NEUF AVEC DU MORT 

En effet, Dupuis a fait savoir que le dessinateur québécois Delaf travaillait actuellement à un volume inédit de Gaston Lagaffe, qui sera publié en octobre prochain. Au-delà des questions, débats et inquiétudes concernant l’oeuvre elle-même, dont le trait de Lagaffe, par essence voisin de celui de Franquin et fruit d’un énorme travail de copie, laisse à penser qu’il sera très proche des créations originales, c’est le sens de la démarche qui interroge. Et elle laisse pantois bon nombre de lecteurs, comme d’acteurs du secteur. 

Lors du Festival d’Angoulême, le jeudi 17 mars, Stéphane Beaujean, directeur éditorial de l’éditeur, a affirmé que l’entreprise était dans son bon droit, et ce, malgré la franche opposition de la fille du dessinateur, qui a fait savoir qu’elle était contre le projet. D’après lui, Franquin, qui avait cédé contractuellement certains de ses droits, durant les années 90, avait bien pavé légalement la voie à la prolongation des aventures de Gaston. 

 

 

Des propos qui ne sortent pas de nulle part, comme le rappelle Le Monde, citant des salariés de l’éditeur, lesquels constatent que les héros “en jachère”, qui ne connaissent plus de nouvelles publications ou incarnations voient leur reconnaissance – et donc leurs ventes – stagner puis baisser. Or, l’héritage de Franquin est une véritable mine d’or, ce dont témoignent les ambitions de l’éditeur, qui devrait imprimer en premier tirage le nouvel album de Gaston à pas moins de 1,2 million d’exemplaires. 

Isabelle Franquin avait qualifié "l'adaptation" cinématographique de la bande-dessinée de "désastre" (à raison). Espérons pour elle, comme pour les lecteurs, que cette résurrection tardive et débattue sera plus aboutie et respectueuse du matériau original.

Tout savoir sur Gaston Lagaffe

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Québécolisse!
20/03/2022 à 06:35

Le dessinateur québécois Delaf vient venger Céline pour le film Aline! J’espère que Gaston va sacrer...

No pseudo
19/03/2022 à 17:28

S'était fixé
Correcteur automatique...

No pseudo
19/03/2022 à 17:24

@ mitsugi

Juste un détail mais Franquin travaillait sur des planches de Gaston à sa mort et serait fixé d'aller jusqu'à 1000 gags.

Vincent (the goat)
19/03/2022 à 14:24

Compliqué tout ça...même si je suis certain que ça va se régler à coup de chéquier!
Je suis sensible à l'argument de Dupuis comme quoi une BD qui s'arrête entraîne inexorablement un oubli du personnage et donc des ventes en chute libre.
Lucky-Luke continue et quelque soit sa qualité actuelle, le personnage reste présent. Idem pour Astérix...les nouvelles générations découvrant le personnage iront inéxorablement vers la source ensuite...
Les pieds nickelés ont disparu (ou presque) et tout le monde les as oubliés. Pourtant, en les relisant, ils sont on ne peut plus actuels.
Imaginez Batman s'arrêtant en 1950?
Spider-Man en 1965?

Ethan
19/03/2022 à 00:29

Hey Fantasio tu peux m'aider à retrouver ma tête :)
Album gala de gaffes à gogo
Si tu veux te marrer lis cet album

Sérieusement sur le film je l'ai pas vu. Mais ayant vu le spirou au cinéma il était plutôt réussi. C'est un film qui doit se regarder comme Le Petit Nicolas, Spirou et ducobu

Pouet
18/03/2022 à 21:38

@ Le T.E.S

Pour tes autres arguments je renvoie au commentaire de Mitsuji. Même si ça ne répond pas à la suite de ton com, j'approuve totalement ses arguments s'agissant de Gaston et du marché actuel de la BD. Quand une relance n'égale pas (mission impossible) et ne propose rien de plus, c'est une tentative commerciale d'une grande tristesse. J'estime qui si on aime Franquin, toujours concernant Gaston, c'est vraiment le personnage qu'il ne faut plus toucher. Les adaptations cinéma l'ont déjà démontré. C'était consternant.

Le T.E.S
18/03/2022 à 20:20

@ Pouet
Mea culpa pour la création de Rob-Vel, mais c'est tout de même le personnage phare de Franquin, c'est lui qui l'a rendu célèbre et développé. Remplaçons Spirou par le Marsupilami et la comparaison tiendra parfaitement la route.
Je crois qu'il est difficile de contester le reste de mes arguments.

Pouet
18/03/2022 à 20:12

@ Le T.E.S

Spirou n'est pas une création de Franquin. Donc la comparaison avec Gaston ne tient pas.

Le T.E.S
18/03/2022 à 20:07

Les auteurs de l'article feraient mieux de revoir leurs sources.
1- L'oeuvre de Franquin a déjà été poursuivie sans lui, avant et après sa mort. Contrairement à Hergé, son avis n'importait pas juridiquement et Spirou, son oeuvre la plus importante, se poursuit encore aujourd'hui.
2- Son pull est trop court et pas trop long.
3- La nouvelle bd est fidèle à l'original jusque dans l'humour (voir les planches déjà disponibles). Rien ne permet d'affirmer comme vous le faites qu'il s'agit d'un outrage.
4- Comme Neogeo, je pense que vous faites fausse route en ce qui concerne le néolibéralisme.

Mitsuji
18/03/2022 à 20:03

Personnellement, rien que la couverture me consterne... le gag est une resucée d'un original, et le dessin n'est pas du tout à la hauteur de celui de Franquin.
Au passage, si mes souvenirs sont bons, il y avait bien un grand 'FIN' dans le dernier 'vrai' album de la première 'vraie' série, non? Comme quoi Franquin avait bien estimé avoir fait le tour...
En tous cas, c'est triste de voir que la BD européenne, autrefois si créative, ne tourne plus (pour les grosses ventes...) que sur la zombification de séries anciennes, avec des albums de plus en plus creux et artificiels. Ca devient vraiment écoeurant cette époque des spin-offs, suites, suites de suites, reboots et autres...

Plus
votre commentaire