Gaston Lagaffe : la fille de Franquin annonce un "désastre"

La Rédaction | 3 avril 2018
La Rédaction | 3 avril 2018

Si vous croisez Isabelle Franquin, ne lui parlez pas de l’adaptation de Gaston Lagaffe qui sera dans quelques heures sur les écrans hexagonaux.

En effet, la fille de Franquin s’est exprimée dans les colonnes de L’Avenir, journal Belge, forcément curieux du ressenti de la descendante de l’auteur de Gaston Lagaffe. Malheureusement, elle n’a manifestement pas apprécié le projet de Pierre-François Martin-Laval alias PEF.

« Ça fait mal, très mal même, car j’assiste impuissante au désastre, en espérant que le public saura distinguer le bon grain de l’ivraie, si je puis dire. »

 

Photo Pierre-François Martin-Laval, Théo FernandezUn film qui sent bon ?

 

Des propos très durs, qui semblent naturellement faire écho aux nombreux commentaires peu amènes qui ont accompagné les bandes-annonces de l’adaptation. Cependant, les propos d’Isabelle Franquin sont plus ambigus qu’il n’y paraît, car rien n’indique que l’héritière ait effectivement vu le film en question.

« Sa première version était inqualifiable, pleine d’aberrations : Gaston y abandonnait son chat et sa mouette. Ou chauffait la start-up où il travaille en introduisant un tuyau d’arrosage dans le derrière d’une vache. Là, j’ai dit niet. »

 

Photo Théo Fernandez"Comment ça niet ?"

 

Entre les lignes, difficile de distinguer si c’est le métrage lui-même où l’impossibilité d’influer sur son développement qui déclenche l’ire d’Isabelle Franquin.

« Je n’avais donc pas le pouvoir d’empêcher le film, même si les acteurs sont mal dirigés, le scénario débile et le rythme des gags catastrophique. »

Le réalisateur de Gaston LagaffePierre-François Martin-Laval, a depuis fait savoir que le film n’avait pas été montré.

 

Affiche

 

 

commentaires

Zanta
04/04/2018 à 01:05

Elle aurait dû attendre que le film se viande au box-office (sans Kev Adams dans le rôle de Gaston, ça va pas être difficile...
Mais à présent, PEF et la prod pourront lui reprocher d'avoir flingué le film la veille de sa sortie.

Fil
03/04/2018 à 23:00

Franchement Isabelle t'es pas sympa parce que si tu avais bien regardé l'affiche il y a vraiment de quoi être rassurée : c'est écrit tout en haut "Par l'équipe des Profs"...

Mordhogor
03/04/2018 à 19:57

On peut critiquer les adaptations friquées des comics DC... mais les adaptations des BD franco-belges devraient être... interdites. J'ai vu la bande-annonce par accident au cinéma, et j'avais presque envie de me cacher tellement j'avais honte. J'adore PEF, mais pourquoi adapter Gaston ? ou alors, fallait Chabat. J'ai adoré son Astérix et bien ri au Marsu même si tout n'était pas rose. Il sait;, lui, capter l'essence de la BD et lui donner son propre sang, sa propre culture. Là......

galetas
03/04/2018 à 19:30

L'acteur qui interprète gaston me paraît beaucoup trop jeune.
Tout n'est pas forcément adaptable sur un écran de cinéma.

tarzan
03/04/2018 à 17:26

bonjou r je ne suis pas fan des films francais j'ai vu le film en avant premiere se n'est pas une catastrophe c'est meme l'une des meilleur bd filme par raport au petit spirou ou fantasio bo vent

Jo
03/04/2018 à 17:19

Elle doit avoir raison, que peut-on attendre d'un film français en 2018 ?

Baneath88
03/04/2018 à 17:06

Bah, après comme on dit jamais deux sans trois... Après le Petit Spirou et le Grand Spirou qui se sont bananés, il ne serait pas si surprenant que Gaston suive le même chemin.

Dirty Harry
03/04/2018 à 14:55

Ricanement et grincement de dents.

Alan Smithee
03/04/2018 à 14:52

Perso moi je vais retourner voir Ready Player One et ses mouvements de cameras impossibles qui m'ont laissé KO dés les 10 premières minutes :)

Olivier637
03/04/2018 à 14:22

Intéressant quand même, la fille Franquin balance son avis (sans ambiguïté pour le coup!) et le réal mentionne qu'elle n'a même pas vu le film...déjà là c'est chaud, avant même de parler de l'oeuvre.

Ne nous emballons pas, la récente et brillante adaptation de Spirou et Fantasio nous a montré qu'il était possible d'adapter l'univers de Franquin avec panache.

Oh, wait.

Plus

votre commentaire