D'après une histoire vraie : la bande-annonce du dernier Roman Polanski met en scène une Eva Green manipulatrice et perverse

Alexis Vielle | 14 septembre 2017
Alexis Vielle | 14 septembre 2017

Entre Harry, un ami qui vous veut du bien  et Misery, Polanski est bien de retour pour un nouveau conte pervers à souhait. 

Quatre ans après La Venus à la Fourrure, Roman Polanski renoue avec ce qui a fait la force de ces derniers longs métrages : manipulation, faux-semblants et comédie dramatique de mœurs jusqu’à flirter avec l’absurde. Basée sur l’œuvre éponyme de Delphine de Vigan, D'après une histoire vraie, co-écrit avec Olivier Assayas (Personal Shopper, prix de la mise en scène à Cannes) met une nouvelle fois en scène Emmanuelle Seigner, femme du réalisateur, dans la peau d’une écrivaine tourmentée dont le récent succès commence peu à peu à lui faire perdre pied. Victime de corbeaux l’accusant d’avoir fait son fonds de commerce grâce à ses douteuses histoires de famille, elle souffre du syndrome la page blanche. C'est alors qu'elle rencontre une jeune femme séduisante (Eva Green), intelligente, intuitive et qui comprend Delphine mieux que personne. Delphine se confie, s'abandonne et fait confiance à cette mystérieuse inconnue...

 

 

Alors qu’elle jouait les Machiavel perverses dans le précédent film de Polanski, Emmanuelle Seigner est cette fois ci la victime d’Eva Green, qui délaisse le temps d’un film Hollywood pour notre cher pays. Un jeu va alors s’installer entre les deux femmes, entre tabous et parties d’échecs destructrices. La première bande-annonce est ici, et entend bien faire oublier la réception désastreuse du  film à Cannes.

Avec aussi Vincent Perez , Noémie Lvovsky  et le trop rare Dominique Pinon.

Sortie du film le 1 novembre 2017. 

 

Photo

commentaires

doc savage
15/09/2017 à 12:20

perversité et manipulation,des thèmes que connait bien Polanski !!!

Atma
15/09/2017 à 09:08

Eva Green perverse et manipulatrice: un rôle de composition, donc... ^^

Dirty Harry
14/09/2017 à 20:13

le film peut être plat ou pas intéressant (comme Oliver Twist) il y a quand meme Eva Green ce qui peut ravir mes yeux durant deux bonnes heures.

Simon Riaux - Rédaction
14/09/2017 à 16:37

Heu alors, pour éviter une décompression trop violente, on vous recommande de revoir au moins un tout petit peu (voire totalement) vos ambitions à la baisse.

Dirty Harry
14/09/2017 à 16:23

Vivement, vivement, vivement : on va encore être deux dans la salle de cinema, comme pour la Venus à la Fourrure, mais je sens que je vais prendre mon pied, la métempsycose, la paranoia, tous les thèmes qu'on aime chez Polanski avec en plus Eva Green : on signe où ?

votre commentaire