Hollywood révolté après l'annulation de L'Interview qui tue

Simon Riaux | 18 décembre 2014
Simon Riaux | 18 décembre 2014

Après la censure totale de L’Interview qui tue, à Hollywood, la colère et la sidération dominent, comme en témoignent les nombreuses réactions de comédiens et réalisateurs sur le net et les réseaux sociaux.

Rob Lowe, qui joue dans le film, compare ainsi Hollywood à Neville Chamberlain (qui avait tenté de jouer l’apaisement avec Hitler avant la seconde guerre mondiale).

Steve Carell, dont le thriller Pyongyang a également été annulé par la Fox, évoque « une triste journée pour la création ». Mia Farrow pour sa part, se dit littéralement « dégoûtée » par la réaction de Sony.

Avec la malice qui le caractérise, Michael Moore s’en prend directement aux pirates et leur adresse le message suivant : « Chers hackers, maintenant que vous contrôlez Hollywood, j’aimerais moins de comédies romantiques, un peu moins de Michael Bay et plus aucun Transformers ».

James Gunn lui, joue l’apaisement et rassure les fans des Gardiens de la Galaxie : « Ce que je peux vous dire, c’est que Kim Jong-un n’est pas le père de Star Lord ».

Enfin, le journaliste de Rolling Stone Chris Williams fait preuve d’un beau sens de l’humour : « Tous ceux qui ont assisté à l’avant-première de L’Interview qui tue devront se rappeler le moindre détail, afin que cette histoire survive grâce à la tradition orale ».

Tout savoir sur L'Interview qui tue

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire