James Bond : notre sélection de livres

Laurent Pécha | 26 octobre 2012
Laurent Pécha | 26 octobre 2012

Le 50ème anniversaire de James Bond couplé à la sortie de Skyfall, ont donné des idées de livres à bon nombres d'éditeurs. Dans la jungle bondienne, Ecran Large a sélectionné plusieurs ouvrages, comme autant de facettes de l'univers du célèbre 007. Il y a donc au programme un dictionnaire pour briller en société avec une multitudes d'informations, un beau livre sur l'un des atouts numéro 1 de la saga, les James Bond girls, un autre, très technique et ultra détaillé sur les voitures utilisées par les différents protagonistes et enfin un dernier livre à la gloire de celui qui restera pour l'éternité le Bond de référence, Sean Connery.

 

 

A tout seigneur, tout honneur, commençons par l'ouvrage consacré au premier interprète de James Bond sur grand écran. Sean Connery, un hommage photographique (éditions Hors collection, 17,90 euros) est un livre au format de poche allongé (17,8 x 12,7 cm) qui contient 300 photos retraçant la carrière de l'acteur écossais. Pour rendre la chose moins monotone, on retrouve également aux côtés des photos, des informations brèves sur les films (comme par exemple « Le budget effets spéciaux des Diamants sont éternels dut être réduit de moitié pour payer le monstrueux cachet de Sean Connery ») et surtout des citations du comédien. Ce dernier ayant toujours eu un franc parler savoureux, ses phrases se lisent avec délectation et tant pis pour ceux qu'il prend pour cible (« Timothy Dalton n'a jamais pigé le truc - il prend l'affaire au sérieux mais à l'envers. »). Quelques gros regrets toutefois : les photos ne sont pas toujours de belle qualité (à l'image de celle tirée de La Rose et la Flèche, page 321) et il n'y a aucun ordre (chronologique) ni thématique.

 


 

Tout le contraire de James Bond 101 voitures de légende de Jean-Antoine Duprat qui sort ce jeudi aux Editions de l'Opportun (20,90 euros). Dans un format bien rigolo (soit la forme de l'Aston Martin de Bond) mais pas facile à ranger dans une bibliothèque, l'auteur a accompli un travail de titan pour détailler tous les véhicules utilisés dans la saga Bond. Pour chacun d'eux, on a le droit à la même rengaine : une photo du modèle, un historique, les conditions dans lesquelles il apparaît dans l'univers de Bond et un tableau détaillant ses caractéristiques techniques.

 

 

A noter qu'avec 8 voitures au compteur, c'est Meurs un autre jour qui remporte la bataille du plus grand nombre de véhicules dans un Bond. Si on est vraiment impressionné par la rigueur et la somme de travail abattue, on peut, en revanche, trouver le livre un poil rébarbatif. Pour les fans de voitures, ce sera toutefois un régal. Les autres se contenteront peut être de feuilleter le livre à intervalles plus ou moins réguliers... une fois qu'ils auront trouvé un endroit pour le ranger (si vous avez une idée, merci d'écrire à la rédaction).

 

 

La rigueur, voilà bien une chose qui manque au livre de Frédéric Brun, Les James Bond girls, aux éditions Chêne E/P/A (35 euros). Cet ouvrage à la couverture superbe se veut être une anthologie sur les sublimes femmes qui ont croisées le chemin de Bond au cours des 50 dernières années. Si on accepte que l'auteur ait choisi de ne pas mentionner les Bond girls du non officiel Jamais plus jamais, il est tout à fait impardonnable pour un livre qui se veut (et doit) être exhaustif sur la question de faire l'impasse sur 3 James Bond girls majeures : Tanya Roberts (Dangereusement votre) Jill St. John (Les Diamants sont éternels) et Maud Adams. Pour cette dernière, l'affront et l'omission sont terribles puisque la comédienne est l'une des rares à jouer dans deux James Bond (L'Homme au pistolet d'or et Octopussy) et qui plus est, s'avère être la seule de la saga dont le nom du personnage donne le titre du film.  Quand, dans le même temps, l'auteur se permet notamment d'offrir trois pages (et deux grosses photos) à Madonna qui fait une apparition dans Meurs un autre jour, la pilule a bien du mal à passer.  D'autant que ce ne sont pas les textes qui permettront de tempérer notre déception.

 

 

Si le classement par type de James Bond girls (les amoureuses, les méchantes, les espionnes, les sacrifiées, les alter go) constitue une bonne idée pour présenter les actrices et leurs personnages, les écrits introduisant chacune des sections, outre d'être souvent bien trop décousus, frisent plus d'une fois le gros hors sujet. A l'image de ce passage dans la section Les Méchantes, qui, après avoir cité la célèbre phrase d'Hitchcock « plus réussi est le méchant, plus réussi est le film », évoque longuement La Mort aux trousses !!! Reste que le livre et ce sera sûrement l'élément principal pour les collectionneurs, propose de très belles photos de toutes ces Bond girls, que ce soient lors de la promo des films (pose glamour à l'appui) ou lors du tournage (l'occasion de découvrir qu'on s'amuse bien sur les plateaux des Bond).

 


 

Enfin, et c'est lui qui a notre préférence même s'il n'est pas parfait (oups l'erreur sur Sam Mendes qualifié de réalisateur... américain), Le Dico secret de James Bond d'Aston Martin à 007 de Guillaume Evin avec des dessins caricatures superbes de Géga aux éditions Hugo & Cie (12,95 euros) tente le pari difficile du dictionnaire et ses entrées multiples et variées. Difficile car certaines de ses entrées prêtent toujours à la critique (pourquoi tel nom plutôt qu'un autre,...) ou certains oublis peuvent paraître préjudiciables (c'est bien de nous choisir A-ha mais c'est le seul endroit où est évoqué, en termes d'ailleurs peu élogieux de la part du groupe norvégien, le nom de John Barry, figure mythique de la saga). Mais dans l'ensemble, le livre se dévore avec un plaisir non feint et même ceux qui pensaient être calés en Bond, apprendront des choses tant les anecdotes partent dans tous les sens.

 

 

Et certaines sont vraiment des plus exquises comme cet échange entre Connery et Broccoli qui résume que trop bien les relations bien difficiles entre la star et son producteur : Ayant eu vent des propos blessants de Sean à son égard (« si le cerveau de Cubby prenait feu, je ne lui pisserais même pas dans l'oreille pour éteindre l'incendie »), Broccoli aborda l'acteur à une soirée mondaine pour savoir s'il avait vraiment tenu ces mots. Et Sean de répondre à Cubby : « Je serai ravi de te pisser dans l'oreille quand tu voudras ».

A noter également, le bel effort critique de l'auteur qui, en fin d'ouvrage, propose des chroniques avec notation de tous les Bond analysant les forces et faiblesses de chaque film. A quelques écarts près (Quantum of Solace et son généreux 6/10 en tête), on s'aperçoit qu'il en arrive à la même conclusion que nous : Goldfinger, Opération tonnerre et Au service secret de sa majesté sont les trois meilleurs Bond de la saga. En attendant Skyfall...

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire