Cannes 2010 : Compte-rendu jour 10

Stéphane Argentin | 22 mai 2010
Stéphane Argentin | 22 mai 2010

Ou la journée de tous les dangers car la bombe (polémique) du festival s'apprêtait en effet à être dégoupillée : Hors-la-loi. À la projo de presse matinale de 8h30, les habituels fouilles des sacs et détecteurs de métaux étaient aujourd'hui rejoints par un second examen approfondi du contenu des sacs et même... une fouille corporelle ! Un peu plus et l'on avait droit au touché rectal au pied des célèbres marches et devant des bataillons de CRS venus par cars entiers. À la projection officielle de l'après-midi en présence de l'équipe du film, des flics en motos et d'autres postés sur le toit du palais étaient même de la fête.

 

Y avait-il là à craindre des débordements en marge du millier de personnes (y compris du FN) qui avait manifesté plus tôt dans la matinée en ville ? Rien n'est moins sûr. Toujours est-il qu'au terme de cette dixième journée du 63ème festival de Cannes, aucun incident n'était à déplorer si ce n'est quelques « Vive l'Algérie » à l'issue de ladite projo de presse matinale qui s'achevait de l'avis général dans une belle indifférence devant une œuvre bien faiblarde dont le statut polémique se révélera in fine un gigantesque pétard mouillé.

 

En comparaison, le reste de la journée sera beaucoup moins trépidante entre un Arbre de clôture sympathique à défaut d'être exceptionnel (à l'image de la sélection 2010 diront certains) et un rattrapage par Stf et Sandy du plaisant Simon Werner a disparu sur les recommandations de Lolo qui l'avait déjà vu la veille avant de terminer avec un nouvel OFNI (le troisième de la semaine) en provenance de Hongrie cette fois : Un garçon fragile. Sandy et Lolo s'accrochent tandis que Stf ne cherche même plus à lutter s'agissant de l'avant-dernier film de la compet. Demain samedi, s'en sera fini du 63ème festival de Cannes pour la team EcranLarge...

 


 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire