Scream 4 : les détails de la grosse scène violente abandonnée à cause des Weinstein

Mathieu Lapon | 14 janvier 2022 - MAJ : 14/01/2022 13:30
Mathieu Lapon | 14 janvier 2022 - MAJ : 14/01/2022 13:30

Scream 4 avait une introduction plus dense et plus ambitieuse, selon le scénariste Kevin Williamson, mais elle n'a pas été retenue.

À l'heure où le cinquième Scream pourrait battre des records américains pour son ouverture, malgré des critiques assez mitigées (notre critique sur Scream 5), petit retour en arrière d'une décennie pour parler de son prédécesseur : Scream 4, parfois apprécié par les fans, parfois considéré comme la relance pas très utile de la saga.

Et comme avec chaque film clivant hollywoodien, il y a toujours un cadavre traînant dans un placard. Ici, c'est le scénario de Williamson, qui s'est pris des coups de couteau. Il avait déjà expliqué qu'une énorme séquence d'introduction, mettant un versus très particulier entre la célèbre Sidney (protagoniste depuis les débuts de la saga, campée par Neve Campbell) et Ghostface, avait été supprimée, mais il est revenu plus en détail sur cette ouverture.

 

 

Williamson a expliqué au micro d'Entertainment Weekly que ses premières versions du scénario détenaient une séquence d'introduction qui bouleversait les codes de la saga. Alors que l'ouverture sert d'habitude à faire une belle victime pour Ghostface, il se déroulait un énorme et sanguinolent duel de quinze minutes entre les deux némésis :

"Elle [Sidney] se battait pour sa vie. C'était une énorme bataille de quinze minutes, où elle donnait continuellement des coups de couteau au tueur, et il les lui rendait aussi. Il me semble qu'elle était poignardée cinq fois, et elle rampait au sol. La surprise, comparée aux trois premiers volets de la saga, c'était qu'elle parvenait à survivre et à tuer Ghostface. Le tueur mourrait.

Une nuit, j'ai eu cette idée. Je me suis levé à trois heures du matin et j'ai voulu la développer, pour voir où elle emmènerait le scénario. C'était un peu un film dans un film, parce que je savais qu'on devait retrouver Sidney avec un livre de développement personnel, et je ne savais pas comment on pouvait amener ça. Ça permettrait de garder Stab [la version romancée de Ghostface dans la diégèse du film] en vie, parce que c'est ce qu'il y a de plus amusant, en termes de déconstruction. J'ai donc écrit tout ça en une nuit."

 

Photo David ArquetteUne victime pas comme les autres

 

On pourrait se dire qu'une coupe d'une grosse séquence n'aurait rien d'étonnant (un peu comme la bataille entre Spider-Man et Doc Ock de No Way Home), mais les implications de Williamson sont assez énormes, à en croire ses mots. D'ailleurs, cette déclaration concorde avec un ancien aveu fait à Entertainment Weekly, dans lequel il était expliqué que Scream 4 était originellement conçu autour du trio original de la saga (dont fait partie Sidney).

Mais Bob Weinstein, frère du producteur tristement célèbre pour ses condamnations juridiques, a mis ses mains dans le cambouis, jugeant cette introduction trop lourde pour le rythme du film. Avec le réalisateur Wes Craven, ils ont non seulement supprimé cette séquence, mais ont retravaillé toute la structure du film. C'est comme ça que celui-ci s'est engorgé de personnages adolescents, qui ont amené une énergie plus "teen" à l'ensemble du métrage.

 

Scream 4 : photo"Comment ça, c'est mon sang sur la vitre ?"

 

Malheureux, mais pas si surprenant, il n'est pas rare de voir un auteur être vite dépossédé de ses idées, au vu du cahier des charges très lourd d'une franchise à succès. C'est d'autant plus dommageable pour Scream 4 qu'il avait comme intention très explicite de critiquer les sempiternels suites/reboots/remakes, voués à désacraliser leurs sagas.

Même si Craven et Williamson ont continué sur cette lignée avec ces personnages adolescents, il y a fort à parier que le résultat aurait pu être très différent, s'ils n'avaient pas eu les mains liées par les Weinstein. Mais faute de pouvoir changer le passé, on ne peut que se tourner vers le cinquième Scream, déjà sorti dans les salles françaises depuis le 12 janvier 2022.

Tout savoir sur Scream 4

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Morcar
14/01/2022 à 22:38

Mouais... Assez étrange comme révélation, car aujourd'hui Williamson est en position de producteur pour "Scream 5", et pour finir le nouveau volet est (je vous cite) "engorgé de personnages adolescents, qui ont amené une énergie plus "teen" à l'ensemble du métrage."
Je ne dis pas ça pour critiquer ce cinquième volet, que j'ai apprécié comme le 4, mais j'avais en effet cru comprendre qu'à l'époque Williamson n'avait pas vraiment pu faire ce qu'il voulait à cause de ses producteurs, mais pour finir il n'a pas proposé quelque chose de plus neuf aujourd'hui.

Ano Nyme
14/01/2022 à 15:49

L'article n'est pas très clair: c'est le tueur du 4 qui se faisait tuer dès le début ? Donc il s'agit d'un flashforward et le reste du film aurait été des flashbacks ?
Ou alors c'est un autre tueur ?

Présenté comme ça ça ne fait pas très envie en tout cas, je ne vois pas en quoi le fait que Sidney survive et tue le tueur est une surprise.

JR
14/01/2022 à 13:58

... Et, peut-être qu'ils ont eut raison de l'abandonner.
C'est aussi ça la prod, un compromis au bénéfice de l'œuvre.
Parfois une bonne vision, parfois une ratée, mais c'est ce croisement de regards qui importe.
On ne saura jamais si le film aurait été mieux ainsi... Alors peut on dire "à cause"?

votre commentaire