Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix ce week-end

La Rédaction | 8 janvier 2021 - MAJ : 15/01/2021 12:16
La Rédaction | 8 janvier 2021 - MAJ : 15/01/2021 12:16

Netflix balance à tout va nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu'on les remarque ou que la plateforme ne l'annonce officiellement. Chaque fin de semaine, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Netflix dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

 

Logo Netflix

 

Pieces of a Woman

Ça parle de quoi ? Après un accouchement à la maison catastrophique, une femme sombre dans un abîme de chagrin, se coupant de son partenaire et de sa famille.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que Kata Wéber et Kornél Mundruczó, le duo créatif derrière les très grands White God et La Lune de Jupiter revient à ses premières amours, à savoir le drame intimiste et le portrait de femme. Ici, celui de Martha, interprétée avec puissance par Vanessa Kirby. Si Pieces of a Woman nous fait traverser avec son héroïne une épreuve terrible, plutôt qu'un point de vue complaisant ou glauque sur les ravages engendrés par un deuil impossible, le film fait de la dureté des évènements dépeints une exigence de mouvement, un cheminement vers la résurrection.

Ou comment une femme parvient à s'émanciper d'un système social, familial et judiciaire, qui fait de son deuil une étape imposée, quand elle éprouve le besoin vital de tourner la page. À force de mise en scène chirurgicale, organique et méticuleuse, le couple nous offre une réflexion poétique sur un drame amer. Attention toutefois, ce mélodrame qui nous a beaucoup impressionnés s'ouvre sur un plan-séquence de 13 minutes possiblement très éprouvant. Que les âmes sensibles se tiennent prêtes !

Retrouvez ici notre critique du film !

 

 

 

Lupin - Dans l'ombre d'Arsène

Ça parle de quoi ? Inspiré par les aventures de Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur Assane Diop décide de venger son père d'une terrible injustice.

Pourquoi il faut la regarder ? Parce que pour une fois, Netflix a réussi son coup. On se souvient que MarseilleLa Révolution et Plan Cœur ont laissé de nombreux spectateurs les rétines mutilées, la mémoire saccagée et le palpitant en carafe. Avec le mystère entourant sa conception, son style et son approche de l'oeuvre légendaire de Maurice Leblanc, on pouvait se demander à quelle sauce notre Arsène national allait être assaisonné. Et contre toute attente, l'équipe ici réunie donne le meilleur d'elle-même.

Centré sur un homme désireux de laver le nom de son père, en usant de stratagèmes qui firent la gloire d'un certain Lupin, la série, qui vient de dévoiler ses cinq premiers épisodes, est portée par une énergie follement divertissante, et une passion pour le texte originel qui en font une déclaration d'amour aventureuse et littéraire inattendue. Parfois maladroite, cette épopée a pour elle un grand dynamisme, une ligne claire évoquant Tintin, qui

Retrouvez notre critique écrite de la première moitié de la saison ici !

 

 

L'Histoire des gros mots

Ça parle de quoi ? Nicolas Cage anime cette série humoristique qui explore sans rougir l'histoire et l'impact de certains gros mots les plus connus de la langue anglaise.

Pourquoi il faut la regarder ? Parce qu’il n’y a rien de plus hilarant que de voir Nicolas Cage en plein cabotinage, comme c’est le cas dans sa filmographie depuis quelques années, sa carrière étant littéralement parti dans un méga trip identitaire. Avant de le retrouver dans The Unbearable Weight of Massive Talent, où il incarnera une version has been de lui-même, l’acteur devient l’animateur d’une série documentaire sur l’Histoire des gros mots, dans laquelle il sera question d’explorer « les origines, l’utilisation de la culture pop, de la science et l’impact culturel des mots interdits ».

Produit par Funny or Die, le site comique de Will Ferrell et Adam McKay, chaque épisode revient sur l’un de ces « mots interdits », aka « Fuck », « Shit », « Bitch », « Dick », « Pussy » et « Damn ». Une série documentaire qui aborde l’étymologie de ces gros mots de manière pointilleuse et passionnante, mais aussi avec beaucoup d’humour, et un Nicolas Cage qui crie un long « Fuck », déjà visible dans la bande-annonce. Rien que pour ça, vous devez voir L’Histoire des gros mots sur Netflix.

Notre dossier sur la carrière de Nicolas Cage

 

photo, Nicolas Cage"Fuck !!!"

   

Spider-Man : Homecoming

Ça parle de quoi ? Du troisième Homme-Araignée sur grand écran, cette fois incarné par le fringant Tom Holland, et qui doit faire face à Batman le Vautour.

Pourquoi il faut le regarder ? Si la plupart des films Marvel sont logiquement disponibles sur Disney+, Spider-Man appartient toujours à Sony, d’où son apparition sur Netflix. L’occasion de (re)découvrir un film aussi mineur que charmant au sein du MCU.

Porté par son énergie de teen movie tendance John Hughes, Spider-Man : Homecoming affiche une certaine humilité pour mieux revenir aux sources adolescentes de son personnage. Le film est malheureusement handicapé par sa mise en scène ultra-fonctionnelle (surtout quand on repense aux longs-métrages vertigineux de Sam Raimi) et son rapport forcé au reste de la saga. Alors que Spider-Man pourrait être ramené à sa dimension de héros du peuple, son affiliation avec les Avengers, et plus particulièrement Tony Stark, n’est pas sans amener des contresens profonds avec l’identité du super-héros.

Reste un film plaisant et hautement divertissant, qui doit beaucoup à la performance de ses comédiens et à leur alchimie. Idéal pour une soirée paisible dans le canapé.

Notre critique de Spider-Man : Homecoming est disponible ici.

 

Photo, Tom HollandQuand tu essaies de rassembler Sony et Marvel...

 

 

Split

Ça parle de quoi ? Un homme souffrant du syndrome dissociatif de l'identité enlève trois adolescentes. Elles doivent à tout prix s'échapper avant l'apparition de sa dernière personnalité...

Pourquoi il faut le regarder ? Parce qu’il s’agit tout simplement du grand retour en force du cinéaste M. Night Shyamalan, et ce par la petite porte de la série B au budget modeste chez Blumhouse. Après un début de résurrection déjà observé dans The Visit, un petit film d’horreur plutôt malin qui use habilement des codes du found footage, le cinéaste revient aux obsessions premières de son cinéma, à savoir la peur du refoulé et son amour pour les personnages brisés et fragiles, en proie à leurs failles.

Avec son personnage aux multiples personnalités, véritable Norman Bates moderne tout droit sorti du Psychose d’Alfred Hitchcock, l’un de ses modèles, le réalisateur de Sixième Sens et Incassable offre à James McAvoy son meilleur rôle à ce jour, à travers une créature tout droit sortie d’un conte morbide, qui lui offre la possibilité de montrer tout l’étendu de son talent. Après la révélation avec The Witch de Robert EggersAnya Taylor-Joy confirme également, bien avant Le Jeu de la dame. Derrière ses airs de série B à petit budget, Split marque surtout le grand retour de Shyamalan à son meilleur, qui se poursuivra avec la synthèse de sa filmographie qu'est son film suivant, à savoir Glass.

Le meilleur et le pire de M. Night Shyamalan

 

Photo Anya Taylor-JoyPromenons-nous dans la cave...

 

ET AUSSI...

Tony Parker: The Final Shot, Asphalt Burning, Proud Mary...

Tout savoir sur Lupin - Dans l'ombre d'Arsène

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Olivierassoc@yahoo.fr
09/01/2021 à 19:48

À quand des très bons films récents..style la saga.jhon wick ..les marvels ..etcccc.

MystereK
09/01/2021 à 00:06

NETFLOUZE il y a d'autre plateforme qui offre du Hitchcock, aucune raison d'en trouver partout. Vous êtes cinéphile ? et bien il y a de quoi faire avec des films asiatique, d'Amérique du sud, d'Inde, d'Espagne, d'Afrique, des Balkans, etc... sur Neflix. De très belle choses.

Nico
08/01/2021 à 23:56

Pièces of a roman, effectivement passé le plan séquence introductif, le reste est pour ma part anecdotique malgré la performance de Vanessa Kirby. Je suis presque désolé de ne pas pas ressentir les mêmes choses que la plupart des critiques, mais j ai vraiment trouvé ce film d un symbolisme lourdingue et extrêmement ennuyeux . Par contre je suis vraiment curieux de découvrir la série Lupin avec Omar Sy, ça à l air énorme ..!

Gemini
08/01/2021 à 21:20

Tristesse...

Jeremcord
08/01/2021 à 20:17

@Netflouze
Pas sûr que ce soit seulement une question d'âge. On peut aussi être un cinéphile éclairé à 20 ans

Netflouze
08/01/2021 à 19:05

Qu'ils mettent des films d'Hitchcock pour changer. Passé la trentaine, ce service donne envie de pleurer.

votre commentaire