César : Eric Toledano, réalisateur d'Intouchables, prend les commandes en pleine tempête

Gael Delachapelle | 28 septembre 2020 - MAJ : 28/09/2020 17:28
Gael Delachapelle | 28 septembre 2020 - MAJ : 28/09/2020 17:28

Eric Toledano, co-réalisateur d'Intouchables avec Olivier Nackache, se retrouve à la tête de l'Académie des Césars, aux côtés de Véronique Cayla. 

L'attribution du César du meilleur réalisateur et de la meilleure adaptation à Roman Polanski pour J’accuse avait déclenché un véritable tsunami de contestations dans la salle Pleyel, le soir de la cérémonie. L'actrice Adèle Haenel avait notamment quitté la salle en fureur. Une image restée dans les mémoires, d'autant plus que l'actrice n'a repris la parole que récemment à ce sujet.

Une récompense qui était apparue comme un crachat symbolique aux visages des victimes du mouvement #MeToo, qui témoignait d'une certaine défaillance dans la vision de l'Académie sur le cinéma français et son système. Depuis la démission d'Alain Terzian et de l'ensemble de la direction en février dernier, c'était la productrice Margaret Ménégoz qui était chargée d'assurer l'intérim. La donne vient de changer à nouveau avec la nomination d'un nouveau duo à la tête de l'Académie.

 

Photo Jean DujardinJean Dujardin dans J'accuse de Roman Polanski 

 

Le choix s'est porté sur un duo composé d'un homme et d'une femme, en adéquation avec la symbolique de la parité rétablie souhaitée dans les nominations. C'est donc Véronique Cayla, ancienne présidente du Centre National du Cinéma (CNC) et de la chaîne Arte, et le cinéaste Eric Toledano, co-réalisateur avec Olivier Nakache de succès populaires tels qu'Intouchables, Le Sens de la fête, ou encore Nos jours heureux, qui vont donc prendre la tête des César. 

Un choix de partenaire qui ne semble pas anodin, tant le réalisateur, avec son partenaire cinéaste et ami, représentent à eux seuls tout un pan du cinéma français populaire. Un porte-étendard derrière lequel on pourrait être tenté de voir une tentative de ramener le cinéma populaire vers les Césars, l'Académie ayant souvent été critiqué pour son snobisme envers les comédies françaises. Au point d'aller jusqu'à créer un César du Public pour que les films populaires puissent avoir autant de chances d'être récompensés que le cinéma d'auteur français.

 

Photo Eric ToledanoEric Toledano sur le tournage du Sens de la Fête

 

Nul doute que le duo aura pour objectif de mettre fin aux critiques virulentes faites à l'Académie, notamment en réévaluant ses critères de sélection et de nominations, jugés comme étant trop rétrogrades et notamment dans une forme d'entre-soi, ainsi que défaillant dans sa notion de parité.

Pour rappel, le conseil d'administration sera composé de 22 binômes au total sur 35 binômes candidats, avec notamment les catégories scénario, musique, costumes, interprètes/acteurs, ou encore réalisation. Chaque binôme représentera ainsi un pôle de métiers dans l'industrie cinématographique française. 

 

Photo Gilles LelloucheC'est la fête aux Césars en ce moment... 

 

Espérons que cette nouvelle nomination et ces nouvelles mesures permettront de repenser le fonctionnement de l'Académie qui s'est beaucoup trop longtemps confortée dans un système patriarcal. Toutefois, il reste encore bien des défis à relever tant ces nouveautés ressemblent à un rideau cachant la réalité, l'exemple le plus flagrant étant que Roman Polanski fait toujours parti de l'Académie actuellement en tant que membre historique.

A contrario, l'académie des Oscars a pris la décision de renvoyer récemment le réalisateur qui n'est désormais plus membre du comité. Ce qui prouve encore une fois qu'une révolution est en marche à Hollywood, après l'affaire Harvey Weinstein. En espérant que les César prennent exemple sur les Oscars, sur ce point, du moins.

commentaires

Cervo
30/09/2020 à 17:37

@rebelle33


... Mais pas quand ça concerne les vieilles gloires du cinéma ?

Parce que bon, on ne va pas refaire le match, mais votre Polanski là, est la preuve vivante, éclatante, triomphante, qu'il n'y a pas de procès sur les réseaux sociaux. Des gens qui s'expriment. Et comme partout ils le font parfois bien, parfois mal.

Quant aux accusations sans fondement... je ne sais pas, êtes-vous sûr de vouloir aller dans cette direction ?

rebelle33
30/09/2020 à 17:30

@cervo Vous essayez de vous en sortir avec un "humour" des plus approximatifs....
Je vous rappelle une énième fois que :
-Je condamne avec la plus grande force la pédocriminalité
- Je condamne avec la plus grande force les tentatives de viol et partant bien entendu le viol
- Je condamne avec la plus grande force les violences faites aux femmes...

MAIS

- Je condamne avec la plus grande force les accusations sans fondement
- Je condamne avec la plus grande force les procès sur les réseaux sociaux
- Je condamne avec la plus grand force la lâcheté

Fermez le ban!!!

Cervo
30/09/2020 à 17:18

@rebelle33

Okay...

Résumons.

- On célébrait un pedocriminel, c'était le bon temps.

- Lion d'Or, plus César du meilleur réalisateur = ban de la société

- Militantes réclamant que les pedocriminels executent leur peine et ne soient pas présentés comme les meilleurs d'entre nous = virulence.

Même quand vous essayez de maquiller votre pensée sous de zolis mots, ça exsude.
Sinon, vous êtes sûrs que les dithyrambes que vous évoquez étaient diffusées quotidiennement, et n'avaient aucun lien médiatique avec la sortie de ses films ? (merci pour ces intenses fous rires)

rebelle33
30/09/2020 à 16:53

@cervo Je me suis penché recemment sur un certain nombre d'archives cinématographiques et j'ai relu les éloges dithyrambiques à l'endroit de Roman POLANSKI et de son oeuvre alors même que l'épisode Samantha GEIMER était largement connu...
Je pense que les mouvements féministes et particulièrement les plus virulents d'entre eux ont joué un rôle déterminant pour reléguer le réalisateur polonais au ban de la société....

Cervo
30/09/2020 à 15:53

@Rebelle33

Je n'ai pas souvenir que la profession ou la presse entretienne quotidiennement le public de la vie des metteurs en scène hors période de promo des films et cérémonies de récompenses. Je ne vois aucun réalisateur qui ne soit donc pas dans une "omerta" (lol) comme vous dites.

Et dans le cas de Polanski, si omerta il y a, une nouvelle fois c'est à son avantage. Puisque bon, les pedocriminels en fuite ont plus intérêt au silence qu'à la publicité, même vous en conviendrez aisément.

rebelle33
30/09/2020 à 15:48

@cervo Je vous parle d'une omerta non pas sur l'ensemble de la carrière de Roman POLANSKI mais d'une omerta depuis la sortie de" J'accuse" et surtout depuis la cérémonie des Césars...
Il s'agit, en réalité, soit d'un silence embarrassé, soit de railleries, soit de sous-entendus de la part d'un nombre croissant de personnalités dont la lâcheté le dispute au langage convenu....
Appelez cela comme vous voulez mais c'est pour tant la triste réalité...

Cervo
30/09/2020 à 15:36

@rebelle33

Omerta, définition :
1. Loi du silence (de la Mafia, etc.).
2. Silence gardé sur un sujet compromettant ou tabou.
L'omerta sur la corruption.

Ok, donc Lion d'or et César du meilleur réal, c'est l'omerta.

Vous avez un exemple de réalisateur qui ne subit d'omerta, qu'on compare. On va rire.

rebelle33
30/09/2020 à 15:18

@cervo Vous essayez vainement de vous rattraper...En effet, mes majuscules ne portent que sur des "mots" ou des "expressions" et elles ont une intention particulière dont je vous ai fait part...
Quant à Roman POANSKI , je ne vous souhaite pas de connaître tous les affres qu'il a du subir....Ainsi que la véritable "omerta" dont il fait l'objet de la part des milieux du cinéma;;;;
Mais, puisque vous avez décidé qu'il jouit d'une totale impunité et que sa situation personnelle reste très enviable, je n'ai plus rien à dire....

Cervo
30/09/2020 à 15:05

@rebelle33

A nouveau, vous lisez vite. Et mal.

Je vous donnais un conseil bienveillant. Sur le web, l'essentiel des individus qui s'expriment en capital traduisent généralement une défaillance cognitive avancée et ce mode d'expression est par conséquent le plus souvent appréhendé comme le symptôme d'un esprit malade ou à tout le moins en totale perte de contrôle.

Je vous indiquais donc que vous ne vous rendiez pas service en écrivant de la sorte.

Pour ce qui est de Polanski, je ne crois pas avoir écrit où que ce soit qu'il n'avait pas été chatouillé par quelques remontrances et polémiques. C'est indiscutable. Comme il est indiscutable qu'elles n'ont pour l'instant eu aucune incidence sur sa vie artistique et pénale. Et bien sûr, ces chatouilleries continueront (heureusement) tant que le violeur en fuite jouira de l'impunité qui est la sienne.

rebelle33
30/09/2020 à 14:59

@cervo En quoi mes capitales sont-elles un signe de " désagrégation mentale"??? Vous faites de la psychanalyse de bas-étage !!!!Elles sont simplement là pour attirer votre attention sur un concept ou une expression que je considère comme importants...
Par ailleurs, on a le sentiment en vous lisant que Roman POLANSKI n'a fait l'objet d'aucune critique, d'aucun désagrément, d'aucun outrage, d'aucune menace, d'aucune insulte, bref d'aucune atteinte à sa personne...
Vous ne croyez pas que vous en faites un peu trop?????
PS. Vous noterez que je n'ai pas utilisé de "majuscules"....sauf pour POLANSKI lui-même; mais vous me pardonnerez....

Plus

votre commentaire