Black Widow, Eternals... : les reports vont-ils affaiblir la formule Marvel ?

La Rédaction | 24 septembre 2020
La Rédaction | 24 septembre 2020

La suprématie du MCU dans le paysage mainstream ne s'est pas fabriquée toute seule. Derrière, il y a une stratégie bien particulière mise à mal par la pandémie.

 

photo, Florence Pugh, Scarlett JohanssonDisney assistant à la crise sanitaire

 

PANIQUE À BORD

On savait la pandémie virulente, mais aux États-Unis, elle n'en finit plus de miner l'économie, et ce depuis de longs mois. L'industrie du divertissement avait déjà réagi en conséquence au début de la crise, repoussant en masse ses grosses productions à la fin de l'année. Mais alors que la situation s'envenime encore un peu et que Tenet a prouvé qu'un blockbuster, aussi attendu qu'il soit, ne pouvait pas créer la surprise, l'exode continue. Tout le monde se fait la malle direction 2021, futur a priori radieux (mais rien n'est moins sûr).

 

photo, John David WashingtonImpossible de remonter la pente

 

Ainsi, la flopée de gros films d'horreur d'octobre (Conjuring 3 : sous l'emprise du diableCandyman, Halloween Kills) et les quelques super-productions qui subsistaient dans ce créneau (The King’s Man : Première MissionWonder Woman 1984) se voient repoussées, à l'exception de Mourir peut attendre. L'agent secret aurait eu un peu de concurrence si le catalogue Disney s'était maintenu pendant ces quelques mois, mais les exécutifs ont pris la décision ce 23 septembre de décaler leur planning, de Mort sur le Nil à West Side Story, en passant bien sûr par les films du MCU.

Black Widowprévu à l'origine pour le début de la période estivale, était déjà repoussé à fin octobre 2020. Le voilà qui déménage en mai 2021, entrainant encore une fois avec lui une partie de la Phase 4 du MCU. De fait, Eternals sortira finalement le 5 novembre 2021, et Shang-Chi and the Legend of the Ten Rings le 9 juillet. Les deux nouveautés de cette salve échangent donc leur place. Et une chose est évidente : les responsables de cette fuite ne l'ont pas orchestrée de gaité de coeur.

 

photo, Scarlett JohanssonLe coronavirus be like

 

LE TROU

La situation est sans précédent pour Disney. Cela fait depuis 2009 et l'écart entre L'Incroyable Hulk et Iron Man 2 (soit les 2e et 3e films du MCU) que Marvel Studios n'a pas sorti un film sur une année. D'ailleurs, après 2012, chaque année a concentré un minimum de deux de leurs productions. Lors de la Phase 1, le système Marvel était encore en rodage. Kevin Feige se contentait de multiplier les origin story et ne se doutait probablement pas qu'il allait se retrouver à la tête d'un projet aussi titanesque que Avengers : Endgame.

En 2020, fort de trois Phases à l'ambition démesurée et à la rentabilité impressionnante (faut-il rappeler que parmi les six derniers films, cinq ont dépassé le cap symbolique du milliard et deux le cap stratosphérique des 2 milliards ?), l'univers a changé et la situation n'est pas la même. La stratégie de la firme est désormais de penser ses productions comme un feuilleton, où chaque long-métrage fait office de bande-annonce pour le suivant. Autrement dit, c'est la densité du maillage MCU, savamment calculée, qui fait aussi son succès. Rien n'est laissé au hasard, et le public a tout juste le temps de consommer et digérer un opus avant de se plonger dans le suivant.

 

photo, Scarlett JohanssonLe super-pouvoir des flingues et de l'argent

 

En l'occurrence, ici, aucun film n'a été aperçu depuis Spider-Man : Far from Home, ultime aventure de la Phase 3 datant de l'été 2019. Autrement dit, cela fait déjà plus d'un an que Marvel n'a pas pointé le bout de son nez en salles. Et quand le long-métrage de Cate Shortland sortira, ça fera presque deux ans. On pourrait objecter que la période d'entre-deux Phases tombe à pic. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle l'espionne russe ouvre le bal. Son film est plutôt mineur vis-à-vis de ses collègues, et la faire inaugurer la salve lui conférait un argument de vente imparable. Seulement maintenant, la machine marketing peine un peu à faire valoir cet évènement, et va devoir ruser pour maintenir l'intérêt du grand public.

 

capture d'écranMarvel a plus d'une corde à son arc (narratif)

 

MARVEL RISES...

La force de Marvel aura définitivement été sa faiblesse en ces temps de coronavirus. Là où Warner par exemple peut se contenter de décaler ses productions en évitant qu'elles ne se chevauchent, Disney se doit de respecter la logique de son univers, son principal intérêt, et le petit plus qui lui permet de se démarquer. C'est pourquoi les trois films à venir (Black Widow, Eternals et Shang-Chi) se déplacent en troupeau. Seulement, là, la firme s'est résolue à intervertir ces deux derniers blockbusters.

S'il est évident que Black Widow ne peut être devancé parce que le film est déjà finalisé, avec ses cliffhangers et ses pistes pour la suite des opérations, ses successeurs peuvent encore être altérés. Le cas d'Eternals est particulier. Il s'agit clairement du plus ambitieux des films de la Phase 4, avec son groupe galactique surpuissant, et sa sortie est par conséquent cruciale. Le créneau d'hiver, réservé aux productions uniques ne supportant pas de se faire tirer dans les pattes pendant la surchargée période estivale, est donc essentiel, d'où ce report de presque un an. Si ses deux confrères, qui sortent de fait à deux mois l'un de l'autre, peuvent se permettre de moins cristalliser les passions, le blockbuster de Chloé Zhao doit faire ses preuves seul.

 

photoLes Eternals attendent une éternité

 

Certes, le tournage a été bouclé in extremis en février 2020, mais la post-production est probablement encore en cours, et il sera de fait plus facile de modifier certaines références aux autres films. Peut-être aussi que cet épisode galactique fait presque office de stand-alone et qu'il ne se lie que de manière très succincte au reste de l'univers, à la manière d'un Gardiens de la Galaxie. Tant de données qui justifient de le repousser si loin.

Quant à Shang-Chi, jusqu'à preuve du contraire, son tournage ne semble pas terminé. Il avait été arrêté plusieurs fois à cause de la pandémie, avait repris en août dernier, et un remaniement de ses connexions avec le MCU n'est pas à exclure. Si on entend parler de reshoots dans les jours à venir, on ne sera pas étonnés.

Mais l'interrogation qui revient le plus concerne Disney+. Cette Phase 4 était la première à intégrer des séries estampillées Marvel, qui devaient se fondre dans la chronologie générale. En dépit de leurs tournages rallongés par la situation (surtout dans le cas de The Falcon and The Winter Soldier), elles sont prêtes et parfois prévues pour la fin de cette année, soit bien avant Black Widow. Ainsi, WandaVision a commencé sa promotion et semble bien décidée à débarquer en décembre 2020. The Falcon..., de son côté, a bien été repoussé à 2021, possiblement avant mai.

 

photo, Paul Bettany, Elizabeth OlsenMais si, tout va bien

 

... ON DISNEY+ ?

Les séries Disney+ sont-elles l'os à ronger avant l'arrivée de la Phase 4 au cinéma ? WandaVision parviendra-t-elle à s'imposer comme introduction de cette nouvelle ère ? Black Widow sera-t-il capable de faire évènement après une ou deux itérations en streaming ? Tant de questions soulevées par cette réorganisation.

Soit ce nouvel agenda restera en place, hypothèse pas si bête puisque l'interversion des séries a prouvé que leur rapport à la chronologie générale semblait malléable ou anodin. Soit celles-ci suivront et seront décalées prochainement, ce qui n'est pas impossible non plus, car WandaVision serait en théorie liée à Doctor Strange in the Multiverse of Madness (qui ne sera pas visible de sitôt) et ses multiples dimensions et qu'on imagine The Falcon and the Winter Soldier assez important. Dans tous les cas, Disney n'est pas serein et on se doute que les réunions au siège de la tour Stark ne doivent pas être des plus détendues.

 

photoLe prochain comité d'entreprise

 

D'autant qu'il est difficile de prévoir la concurrence que devront affronter les trois films. Pour l'instant, Black Widow ne s'en sort pas si mal, puisqu'il devra en théorie affronter les débilités de Paul W.S. Anderson (Monster Hunter), les monstres silencieux de Sans un bruit 2, les pièges de Spirale : L'Héritage de Saw et les bastons de Godzilla vs. Kong. Shang-Chi, par contre, doit pour l'instant se préparer à côtoyer Venom: Let There Be CarnageTop Gun : MaverickMinions 2 : Il était une fois Gru et Uncharted.

Alors que les tournages s'arrêtent par centaines, difficile de prévoir qui sera le rival d'EternalsAvatar 2 s'est, par exemple, une fois de plus fait décaler. Reste que beaucoup anticipent un report du très attendu Dune, et qu'un duel avec Marvel ne profiterait à personne.

commentaires

p.r alan grant
25/09/2020 à 18:35

sa va en faire des films en 2021 , si tout est repoussé , des films de 2020 , repoussé a 2021 et plus des films prévu déjà en 2021 , l'année 2021 va etre bondé de films , sa va surchargé a cause de ce maudit coronavirus ou des films de 2021 repoussé a 2022 , pour certains films...

Zorgiona
25/09/2020 à 16:44

Les studios repousse sans cesse les blockbuster de quelques mois voir sur une année, mais ne vous y trompez pas, pour que nous soyons débarrassé du virus et que les gens reviennent comme avant en nombre au cinéma, il faudra pas que quelques mois ou une année mais malheureusement trois ou quatre ans. A ce jour les studios devrais revoir les tournages des blockbusters sur les années à venir.

Marc
25/09/2020 à 10:03

@ Kastrormarvel

Merci de ton compliment. Je voulais développer un peu l'antithèse de l'article fort intéressant d'"ecran large".

Je suis assez persuadé que pour les raisons que j'ai développé, la situation n'est pas si mauvaise pour le MCU.
On ne peut plus dire qu'il y a "trop de MArvel" au cinéma et le studio est obligé de stopper son rythme de sortie industrielle et donc, limiter les erreurs liées à l'excessive rapidité de production.

Pour moi, elle peut permettre de mieux préparer l'avenir et donc maintenir à moyen/long terme du succès au box office.

En revanche, si je me place du point du vue du cinéma en général, je crois que quoi qu'on en dise, un bon petit Marvel au cinéma ferait du bien actuellement économiquement.

KastorMarvel
25/09/2020 à 09:41

a Marc
Perso je n'aime pas vraiment Marvel mais 100% d'accord c'est pile poil
Après il faut couper de la meilleure manière la position actuelle

Marc
25/09/2020 à 09:29

Dans le malheur de la pandémie, je trouve que le covid tombe presque au "bon moment" pour Marvel.

Je m'explique, le hasard faisant, la Covid intervient après la grande saga des pierres d'infinités, qui s'est clôturée avec Endgame et Spiderman far form home.

Ce qui aurait été terrible pour Marvel, ça aurait été que la pandémie intervienne en "plein milieu" de l'histoire. Là, elle tombe pile à la fin d'un chapitre.

En plus elle tombe pile à un moment ou certains trouvaient qu'il y avait trop de Marvel au ciné et qu'une certaine "lassitude" pouvait intervenir.
J'ajoute même qu'elle tombe à un moment ou Marvel avait tendance à faire trop vite les choses.

Par exemple, en ce qui concerne Avengers Endgame, un décalage de la production aurait pu permettre de corriger certains défauts du film, en particulier, des difficultés de scénarios ou d'écritures de personnages secondaires (j'aime beaucoup le film sous divers aspects, mais je suis aussi critique, car j'ai cette impression qu'il aurait fallu pas beaucoup d'effort pour qu'ENdgmae soit aussi "incontesbale" qu'infinity War....c'est frustrant!).

Du coup, cette pause permet à Marvel:

1) De créer une nouvelle attente du public
2) d'apporter des coorections aux films dont la production en cours
3) de mieux préparer les films à venir: par exemple, il y a eu des changements substantiels pour Doctor Strange II (changement de réalisateur, lien avec Wanda-Vision....) et , bien sur, tout est remis à plat pour Black Panther 2.
4) Marvel peut laisser un peu l'espace aux autres et donc atténuer les critiques (car oui,, quoi qu'on en dise, le problème de Marvel est, en fin de compte, plus sa place et son poids dans le domaine du cinéma, que les films en eux mêmes qui sont de qualité hétérogènes, mais globalement pas meilleur ou moins bons que les blockbusters habituels).

Walt Disney 33 eme degre et Grand Occultiste
24/09/2020 à 20:03

ce site censure enormement, on ne sait jamais vraiment pourquoi, c'est une censure fluide, donc a geometrie variable,

on n'aura vraisemblablement jamais la liste formelle, nominative,theme apres theme, de ce qu'il faut dire Et ne pas dire,
quand on fait du Droit, il faut le listing exhaustif, le cadre et si çà prend des volumes entier pour le faire , alors il faut le faire
et OUI, Disney est dans le mur, pouquoi vous ne faites pas un dossier sur le fait qu'ils ont maquille leur compte?
ce qui m'a valu un Strike, je presume

Kastor
24/09/2020 à 18:16

Ce qui est sur c'est qu'une stratégie d'un studio de cette taille qui endommage durablement l'écosystème autour de lui en jouant cavalier seul via sa plateforme aura un impact une fois la crise passée

Kastor
24/09/2020 à 18:15

a Magnitude
Amazon, Netflix et Apple sont peut être les concurrents / gagnants de demain qui entrent dans le marché via une industrie parallèle comme Tesla dans le marché automobile ou Space X face à Ariane industrie
Il faut voir si ce sont des games changers ou si le savoir faire et les moyens des studios est tel qu'ils ne résisteront pas

KastorBlackWidow
24/09/2020 à 18:11

a rédatction Toujours pas d’accord
Ces films, très minoritaires en nombre, ont pour vocation (et de facto pour beaucoup) à drainer l’essentiel des recettes du Box office mondial (l’année dernière était éloquente) ; ce qui vu le coût unitaire est le but.
Le monopole s’entend ensuite en termes d’offre thématique : les blockbusters de SF, de Super héros et Fantastiques et si on parle de Disney d’animation.
Et d’ailleurs un Marvel nous manque et tout est dépeuplé dans les cinémas, il faut se rabattre sur Vincent règlant ses comptes avec Gérard ou le capitalisme et là c’est déjà moins sexy que Scarlett en Black Widow

magnitude
24/09/2020 à 18:05

Pour ma part, le cinéma c'est terminé. Et tous les acteurs ont leur part de responsabilités.

Le gouvernement qui autorise à la tête du client la réouverture d'un secteur ou pas. Avec des mesures ridicules quand elles ne sont pas inapplicables.

Les studios qui nous font une comédie en reportant les sorties initialement prévues... Ils ne savent pas de quoi sera fait demain. Toujours cette réflexion de capitalisation qui mènera ce monde à sa perte.

Une enseigne que je nommerais pas dont le report de la validité des billets est de 3 mois supplémentaires. En total décalage avec les reports des films qui sont plus conséquents.

Plus

votre commentaire