À toute épreuve : pourquoi le chef-d’œuvre de John Woo est encore le film d'action terminal ?

Antoine Desrues | 8 juillet 2021 - MAJ : 19/07/2021 18:17
Antoine Desrues | 8 juillet 2021 - MAJ : 19/07/2021 18:17

Entre poudre, flingues et architecture, pourquoi À toute épreuve (ou Hard-Boiled) symbolise encore aujourd'hui le meilleur du cinéma d'action ?

Avec son compatriote Tsui HarkJohn Woo a changé à tout jamais la face du cinéma hongkongais. Si les découvertes du Syndicat du crime et de The Killer l'ont instantanément propulsé au rang de maître de l'action, son style inimitable à base d'impasses mexicaines et de ralentis n'a pas manqué de faire de l’œil à Hollywood. Woo a donc fini par s'expatrier aux États-Unis dans les années 90, avec le résultat en demi-teinte que l'on connaît.

Perdu dans un système de production américain rigide, ce génie de la caméra s'est retrouvé à s'autocaricaturer, en donnant vie à des scripts bien souvent faisandés. Évidemment, Ecran Large sera toujours là pour défendre le brio incompris de Volte/Face, mais le meilleur est à chercher ailleurs, et en l'occurrence, juste avant cette escapade en Occident.

Désireux d'avoir un terrain d'expérimentation avant son départ pour le pays de l'Oncle Sam, John Woo a en tête au début de la décennie des envies de polar "hard-boiled", nourries par l'Inspecteur Harry de Clint Eastwood. Il faut dire qu'avec sa cinéphilie éclectique, le réalisateur s'est déjà réapproprié dans ses premiers films l'épure du cinéma de Jean-Pierre Melville, et les éruptions de violence de Sam Peckinpah.

Malgré l'échec commercial d'Une Balle dans la tête en 1990, la liberté de création acquise par l'auteur lui permet de combiner ses diverses inspirations et fantasmes de septième art. Le résultat, sorti en 1992, n'est autre que Hard-Boiled (ou À toute épreuve en français), dont le titre reflète déjà la note d'intention et l'énergie du projet : une introspection théorique dans le genre du polar, socle idéal pour l'un des plus grands films d'action jamais réalisés.

 

photo, Chow Yun-FatDu culte en barre

 

Modern Warfare

Après lui avoir fait incarner à plusieurs reprises des gangsters charismatiques, John Woo fait passer son acteur fétiche Chow Yun-Fat de l'autre côté de la barrière, en lui offrant le rôle de l'inspecteur "Tequila" Yuen, flic aux méthodes extrêmes qui enquête sur un immense trafic d'armes. Au cours de ses investigations (comprenez par là qu'il crible plus ses ennemis de balles que ses dossiers d'agrafes), il fait la rencontre de Tony, un policier infiltré dans le cartel, et dont il compromet la couverture.

Un postulat on ne peut plus clair, et qui offre l'opportunité à Woo de pousser dans ses retranchements son rapport à la dualité, centrale dans son cinéma. En explorant à sa façon les codes du buddy-movie, À toute épreuve présente un monde dans lequel il est difficile de cerner les gendarmes des voleurs. C'est d'ailleurs pour cette raison que le cinéaste a eu la brillante idée de faire appel au talent de Tony Leung pour incarner l'agent sous couverture. Avec ses pleurs retenus et ses sourires forcés, la future star d'In the Mood for Love sublime par son seul visage les dilemmes qui hantent le récit.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Kolby
10/07/2021 à 20:14

Time and rode, les actions sont illisibles

Arnaud (Le vrai)
09/07/2021 à 22:45

@Jsai

Jamais vu Time And Tide mais il me tente de ouf !! faut que je me lance, en plus il est sur Netflix ici

Jsaï
09/07/2021 à 15:39

Time and tide aussi étais excellent !!

Nino Novaky
09/07/2021 à 09:48

The Killer, je l'ai revu très récemment toujours très bon malgrés le côté nian nian dans les sentiments et l'utilisation des flash-backs qui m'ont toujours un peu gêné comme à la fin d'une balle dans la tête, que j'adore également et qui 1000 fois plus réussi que le syndicat du crime 3 de Tsui Hark.
Niveau polar faut pas non plus oublié Johnny To avec tout en haut les Élection 1 et 2, The mission, Ptu...

Arnaud (le vrai)
09/07/2021 à 06:49

Je pense que je préfère The Killer et ça se dispute avec Une Balle Dans La Tête
Dans tous les cas on est dans le top du film polar/action, HK et US confondus

Une trilogie marquante que Woo n’arrivera jamais à reproduire à Hollywood (et on sait bien pourquoi …), malgré quelques films US pas degueulasses mais pas dingues non plus

Nino Novaky
08/07/2021 à 23:52

Toujours la référence du polar operatique HK.
Woo à transposer les ballets de sabres du wu xia pian en combats de flingues.
Il a signé ce film comme son passport pour Hollywood, on connaît la suite... A notre époque on l'aurait sûrement bombardé sur un star wars ou avenger, comme nombre de jeunes réals prometteurs qui deviennent exécutants.
Intéressant de voir que Tsui hark soit revenu de cette industrie pour pondre l'hommage/pieds de nez furibard qu'est Time and Tide, qui est tout aussi fou que son wu xia The Blade.

Pat Rick
08/07/2021 à 20:39

Excellent dans son genre, même si en le revoyant il m'a fait un peu moins d'effet.

Pi
08/07/2021 à 19:30

Un film qui m'a marqué, je l'ai vu au cinéma en 1996, je crois. En français à l'époque. Ce film comporte les scènes de gunfight les plus impressionnantes et les plus techniques jamais réalisées. Le scénario par contre... Et les dialogues...
Je l'ai revu hier au soir en version numérique, je n'avais VHS tout ce temps et je l'ai tellement montrer à tout le monde qu'elle est très usées. Le film vieillit très bien, et personne à Hollywood n'a fait aussi bien depuis. Même Tarantino. Et je suis d'accord, malgré son scénario bancal, Face Off est le meilleur Woo de sa période américaine et certainement le meilleur Cage. La séquence de gunfight sur fond de Over the rainbow par Olivia Newton John est à la fois violente et émouvante.
Le seul truc que je repproche à Hardboiled, c'est la bande-son. Comme les films de Sergio Lénone, c'est un fim post synchronisé dont les dialogues en V.O sonnent faux parce que pas contextualisés acoustiquement et la musique est super envahissante. Ça nuit à l'impact des scènes d'action.
Par exemple, Mann a réalisé le meilleure scène de fusillade de tous les temps dans Heat, la scène de fusillade en pleine rue après le casse. Tous les sons sont des prises réelles, pas de musique, ça reste ce que j'ai vu de plus impressionnant dans le cinéma américain.

Rien que le plan séquence dans l'hopital est d'un très haut niveau.

Je regrette ce genre de cinéma. Aujourd'hui on n'a plus que des trucs à la The raid et John Wick qui sont juste des enchaînements d'ultra violence basique et répétitifs.

Depuis qu'il est revenu en Chine, Woo n'est plus que l'ombre de lui-même. Dommage.

alulu
08/07/2021 à 18:38

Le tout premier virus chinois, ou les acteurs US avaient comme symptôme l'envie subite de faire des roulades et des glissades au sol tout en tirant. C'était mieux avant :)

Ash77
08/07/2021 à 17:28

Un classique de film d'action au même niveau que The killer. Personne n'est arrivé à faire mieux !

Plus
votre commentaire