Mulan : flop en Chine et arrêt de mort pour Disney ?

La Rédaction | 23 septembre 2020
La Rédaction | 23 septembre 2020

Mulan était calibré pour la Chine, est sorti dans les cinémas en Chine... et a été gentiment rejeté par la Chine. Chronique d'un échec.

Dans le chaos de 2020 qui a vu les blockbusters repoussés à tout va, Disney a suivi la tendance. Jungle Cruise avec Dwayne Johnson a été remis à l'été 2021Soul des studios Pixar a été décalé à novembre, tout comme Black Widow qui a chamboulé tout l'agenda de la Phase 4.

Mulan a subi le même sort avec une sortie repoussée, annulée, puis entièrement repensée pour Disney+, avec une sortie d'abord aux États-Unis, pour le prix de 30 dollars en plus d'un abonnement. Mais dans la tempête, le studio de Mickey n'a pas perdu de vue le business : le blockbuster a été conçu pour la Chine, et la Chine a donc eu droit à une sortie au cinéma. Le plan était presque parfait.

Car c'était sans compter sur le public chinois, qui visiblement n'a que faire de Mulan. Après un démarrage très mou, le film à 200 millions est loin d'être un succès.

 

photo, Yifei LiuAffronter le flop, "comme un homme"

 

Après un démarrage à 23 millions, Mulan en est actuellement à 36 millions : une très grosse chute de fréquentation (72%), c'est la preuve que le film va dans le mur. Le film de Niki Caro mené par Yifei Liu devrait donc rapidement terminer sa course aux billets, loin des grands succès des remakes de Disney en Chine : Le Roi Lion (120 millions) ou La Belle et la bête (86 millions). Mulan finira plutôt dans la zone d'un Aladdin (53 millions) et Maléfique (47 millions). Sauf que Mulan était le plus chinois de ces remakes, et Disney pensait avoir un boulevard.

Ailleurs en Asie, même désamour, avec des scores bas dans tous les pays. Au Japon, où plusieurs remakes de ce type ont été des succès (plus de 100 millions pour La Belle et la bête), Mulan est sorti directement sur Disney+ ; et c'est certainement une volonté, vu les relations entre la Chine et le Japon.

Pourquoi cet échec ? Première raison : le film lui-même. Les retours spectateurs sont très moyens, avec un score de 4,9 sur Douban, réseau social chinois très utilisé. À titre de comparaison, c'est très loin du Roi Lion (7,4), Le Livre de la Jungle (7,8), Aladdin (7,5), La Belle et la Bête (7,2), ou encore Dumbo (6,4). Bref, le public n'aime pas Mulan, tout simplement, et le bouche-à-oreille va achever le film.

 

photo, Yifei LiuLe soleil du business se couche déjà sur Mulan, allez ciao

 

Deuxième raison : le piratage. Mulan est d'abord sorti aux USA sur Disney+, le 4 septembre. Une semaine après, il arrivait sur les écrans chinois. South China Morning Post a rapporté qu'entre temps, en seulement quelques jours, Mulan avait été téléchargé plus de 250 000 fois sur l'un des sites de piratages les plus populaires. Peut-être que le public chinois avait envie de voir le film. Mais sans payer ni se déplacer. Avant même que Mulan ne soit en salles, beaucoup de commentaires visaient les clichés, les problèmes et les ratés du film.

À noter que ce problème de piratage avait aussi été un frein à la carrière de Mulan version dessiné animé en 1998 : il était sorti en Chine une dizaine de mois après les États-Unis.

Troisième : le carton phénoménal du film chinois 800 qui explose les records. Réalisée par Guan Hu, cette superproduction (80 millions de dollars) revient sur un épisode de la seconde guerre sino-japonaise, avec la défense des entrepôts Sihang en novembre 1937. Durant la bataille de Shanghai, des soldats ont résisté à des vagues d'assaillants japonais pour défendre leur patrie. Sorti le 21 août dernier après quelques polémiques (la sortie a été décalée d'un an, suite à des critiques sur la réécriture des événements et un remontage pour passer la censure), 800 défend justement sa place au box-office chinois, avec déjà plus de 425 millions encaissés. Les nouveautés comme Mulan et Tenet sont clairement écrasées par ce phénomène.

De quoi rappeler l'amour de la Chine pour les productions locales, après le triomphe de The Wandering Earth en 2019 : le film catastrophe était arrivé sur Netflix en France, mais en Chine, il a engrangé plus de 690 millions dans les salles. Un score qui donnerait le vertige à quasiment tous les blockbusters hollywoodiens.

 

photoOui on dirait un Pearl Harbor chinois

 

Pour Disney, le bilan va donc être tiède, au mieux. Le marché chinois devait être majeur pour Mulan, mais se révèle plus que maigre. La Chine rejette-t-elle les films qui essaient de mélanger Hollywood à leur culture ? Les plus gros succès hollywoodiens sont des films totalement américains, comme Avengers : Endgame (près de 630 millions rien qu'en Chine) ou Fast and Furious 7 (près de 392 millions).

Côté États-Unis, la sortie sur Disney+ est un autre sujet, bien plus opaque puisqu'il n'y a pas de chiffres officiels. 7Park Data a publié un rapport d'estimations, qui a mené Yahoo Finance à la conclusion que le film avait déjà rapporté plus de 270 millions à Disney - une somme énorme puisque tout l'argent va dans la poche de Mickey, contrairement à une sortie en salles. Depuis, 7Park Data a précisé ses chiffres, et calmé le jeu : ce serait plutôt une centaine de millions.

Le super-carton de Mulan serait donc en réalité un lancement plus modéré : 100 millions est une grosse somme, mais c'est encore loin des recettes au box-office pour un tel film en salles. En ajoutant à ça environ 60 millions au box-office étranger (où le film est sorti, en partie), le résultat est donc encore faible pour un budget de 200 millions, hors marketing. Affaire à suivre.

commentaires

Ju
25/09/2020 à 21:29

Article pas trop mal, c'est juste dommage de ne pas avoir demandé a la population chinoise ce qu'elle en pensait du film. Pour avoir des amis chinois, c'est surtout les couleurs trop présente pour différencier les différents clans qui a fait mal.
Ensuite il y a eu aussi cet amas de stars chinoises aux usa qui ont parfois des rôles creux...
Bref la prochaine fois, que Disney fasse un film pour la chine en collaboration avec la chine.

Quand au blockbuster "the wondering earth" c'est un put**n de beau film!! J'ai vraiment adoré !! Et la France n'est pas écrasé comme dans les films US, au contraire la France est valorisé ça m'a vraiment surpris !!


25/09/2020 à 19:36

CRUZ pas tellement, Tenet n'est quand même pas une réussite au cinéma.

Fleurstar gacha
25/09/2020 à 17:45

Jai adores le film cest beau payisage ses art marsoeur jetais emue cest magnifique et extraordinaire...????????

Joj'Owarii
25/09/2020 à 09:51

Tout le monde sait qu'il a aussi fait un flop car ya pas Mushu...

Yaya
25/09/2020 à 09:12

Mdr ça fait 1 mois que je l'ai en blu-ray rippé et revois tes chiffres .... Ya déjà 130 000 qui ont téléchargé sur en site en VF

Saor66
24/09/2020 à 23:42

Le film est naze, produit par les stagiaires de disney!

caribou
24/09/2020 à 19:56

Et vlang , un gadin pour disney ! Pas assez!

dimanove
24/09/2020 à 14:06

Félicitations à la rédaction pour cet article sur Mulan où cette fois-ci un travail rigoureux et une analyse exhaustive fut faite sur les spécificités du marché chinois.

L'explication devient plus plausible et plus cohérente comme dans cet article quand on prends le marché du cinéma chinois plus amples et prééminent que celui des état Unis comme un marché a part pourvu de ses propres particularités et répondant à des impératifs sociologiques et constitutifs qui lui sont propres.

Cet article tranche tranche étrangement avec des analyses grégaires et surannées que j'ai lu dans de gros média y compris au état unis où il était questions de Partis communiste ! De Ouïghours au Xinjiang et même de Trump pour expliquer la méforme de Mulan !
Faisant fi totalement des goûts propres de l'audience chinoise qui se refusent un récit exogène, inadapté et soporifique de sa propre histoire qu'il connait dans les moindres recoins.

CRUZ
24/09/2020 à 12:48

Ok Geoffrey, bien vu pour la maj

Hikl
24/09/2020 à 12:28

@AffreuxSaleEtMechant

Là c'est déjà plus précis dans tes mots, car le terme "historiquement" est un peu trop imprécis pour une situation qui a si récemment évolué.
Et c'est ce qu'on peut lire dans l'article d'ailleurs, au sujet des prod qui se la jouent chinoise.
A noter que pas mal de studios contournent ces réglementations chinoises avec des coprod, pour exploiter à fond les leviers marketing locaux, et ne pas subir ces contraintes d'exploitation.

Plus

votre commentaire