Marvel et Black Panther accusés de racisme par Anthony Mackie, alias le Faucon

Déborah Lechner | 29 juin 2020 - MAJ : 29/06/2020 08:30
Déborah Lechner | 29 juin 2020 - MAJ : 29/06/2020 08:30

L'acteur qui reviendra bientôt dans The Falcon and The Winter Soldier a pointé du doigt le manque de diversité chez Marvel, en particulier derrière la caméra.

Dans la continuité du mouvement Black Lives Matter, le monde audiovisuel a lui aussi entamé sa prise de conscience face au racisme et à la représentation des personnages noirs sur petit et grand écran. Après les différentes polémiques autour de la recontextualisation d'Autant en emporte le vent sur HBO Max (qui est d'ailleurs de retour depuis), l'auto-censure de la série 30 Rock et de ses blackfaces ou encore les changements concernant le doublage des Simpson, c'est Anthony Mackie qui remet en question la diversité, ou plutôt la non-diversité, présente chez Marvel.

Si depuis quelques années le studio se veut plus inclusif, brandissant notamment le succès de Black Panther comme preuve de son progressisme, l'acteur connu pour incarner le Faucon dans le MCU depuis Captain America : Le soldat de l'hiver, et bientôt sur Disney+ dans la série The Falcon and The Winter Soldier attendue cette année, a vivement critiqué l'envers du décor à l'occasion du récent podcast Actors on Actor de Variety :

 

photo anthony mackieAttaque en piqué dans 3, 2, 1...

 

"Ça m'a vraiment dérangé d'avoir fait sept films Marvel où chaque producteur, chaque réalisateur, chaque cascadeur, chaque costumier, chaque assistant de production, chaque individu était blanc."

Concernant le film de 2018 signé Ryan Coogler, le premier de l'univers étendu avec un super-héros noir en haut de l'affiche, l'acteur s'est montré beaucoup moins enthousiaste que le studio et les fans, l'accusant d'être raciste étant donné, selon lui, qu'il aura fallu attendre qu'un film soit principalement porté un casting noir pour que des personnes noires intègrent les équipes de production :

"Nous avons eu un producteur noir, il s'appelait Nate Moore. Il a produit Black Panther. Et pour Black Panther, vous avez eu un réalisateur noir, un producteur noir, un créateur de costumes noir et un coordinateur de cascades noir. Et je me dis que c'est plus raciste qu'autre chose parce que si vous ne pouvez engager des Noirs que pour un film sur les Noirs, vous dites en fait qu'ils ne sont pas assez doués quand vous avez une distribution majoritairement blanche ?"

 

photoUne partie du casting de Black Panther

 

L'acteur semble donc reprocher à Marvel de ne pas réellement se mettre au service de la diversification du MCU en ne faisant que des efforts ponctuels et non constants, tout en privilégiant des réalisateurs ou producteurs noirs uniquement lorsque les films concernent des personnages noirs (un peu comme avec les réalisatrices qui se contentent pour l'instant de réaliser des films de super-héroïnes, exception faite du prochain Eternals.) L'acteur Michael B. Jordan, qui fait également partie de la distribution de Black Panther, avait lui aussi réagi plus tôt en juin sur le manque de diversité derrière les caméras hollywoodiennes

En tout cas, pour ceux qui auraient besoin de se replonger dans Black Panther, notre critique du film est juste ici. Anthony Mackie a également joué dans la deuxième saison de la série Netflix Altered Carbon, dont on parle par là.

 

Affiche

 

commentaires

Flo
01/07/2020 à 17:35

Il fait exactement la même chose que Sam Wilson dans les comics. Il met les pieds dans le plat, de manière un peu incomplète (il n'a pas tourné dans tous les Marvel pour mieux en juger), il devient ainsi une sorte de cible, en bien ou en mal, etc... Tout comme Sam quand il est devenu Capitaine America, et qu'il a décidé de l'ouvrir un peu trop.
C'est tellement raccord que ça aurait même l'air fabriqué par Marvel eux mêmes.

Zapan
30/06/2020 à 15:16

Malheureusement, il a fort bien raison.
Altered Carbon S2 tourné avec Mackie l'année dernière. Sur une équipe de +250 en plateau, on ne pouvait compter qu'une dizaine de personnage "afro-américaines/africaines" dont lui et les 2 actrices à ses côtés. Leurs stands-in et doublure cascades et une amie qui s'occupait de la prod. et puis c'est tout....

Et pour vous dire, Mackie en rigolait avec sa doublure stand-in (Frank "big up à lui" originaire du Cameroun avec qui je m'entendais très bien puisqu'on se parlait en français et taper du foot) tout en le faisant remarquer à l'équipe (aux prods plus exactement).
Et même si on rigolait ensemble du fait que Mackie disait qu'à chaque fois qu'il prend l'avion, quelqu'un le confond avec Thierry Henry, je ne pouvais que constater qu'il n'y avait pas plus de blacks à bords du projet.

Pifpaf
29/06/2020 à 19:39

Déjà les noirs ne représentent que 12 % de la population américaine donc mathématiquement t en a moins que des blancs , en tout cas merci aux américains de bien nous avoir envoyé toute leurs problèmes depuis 50 ans ( malbouffe , racisme et j en passe )

édonlékon
29/06/2020 à 18:43

@Dirty Harry

Sincère question.

Si cet acteur dit des bêtises, si ces propos sont stupide,s pourquoi es-tu contraint d'inventer ses positions de toutes pièces, de prétendre qu'il développe un discours tout autre que celui qu'il développe dans les faits et pourquoi le fais-tu en déroulant une vieille antienne suprématiste ?

je suppose que s'il a tort, tu devrais pouvoir le démontrer non ?

C'est étrange de paniquer et de faire sous soi juste parce que quelqu'un critique une logique ségrégationniste. J'ai beaucoup de mal à déterminer s'il s'agit d'une peur un peu irrationnelle, fruit de l'ignorance que tu affiche sur d'autres sujets, ou d'une limitation intellectuelle.

Quelle que soit l'origine de ces insuffisances, je te souhaite de parvenir à la surmonter, ou à tout le moins réussir à ne plus polluer ton entourage avec.

Dirty Harry
29/06/2020 à 18:35

Ça l'a choqué mais il a fait 7 films quand même et se prépare à faire une série pour Disney +.
Après oui je pense comme lui qu'il y a trop de blancs dans les pays de blancs. Mais j'ai eu la même réflexion au Maroc l'été dernier : il n'y a pas assez d'asiatiques dans leur cinéma.

jill scott
29/06/2020 à 18:33

@Dirty Harry, au cas ou vous n'êtes pas au courant
y a des africains blancs et un afro-américain n'est pas un africain.
L'Afrique est un continent, pas une couleur de peau.

Birdy
29/06/2020 à 16:22

N'oubliez pas comment fonctionnent les décideurs/financiers hollywoodiens, ceux qui calculent avant tout la rentabilité d'un projet avant sa mise en chantier, sur son potentiel de vente auprès d'un public type.

Comme le public afro américain est énorme, vous verrez souvent un acteur noir accompagner le héros blanc. Beaucoup moins l'inverse. Idem pour les asiatiques. Les rôles sont même créés pour ce marché. Demandez à Luc Besson. Tu veux vendre en Chine ? Place la nouvelle actrice chinoise du moment.

C'est purement marketing. On a eu le même problème avec le Pacte des Loups, où Gans voulait confier le rôle principal (Manny à l'époque) à Mark Dacascos, mais Canal+, à ce niveau de budget, voulait une tête d'affiche à la mode.

Les américains savent faire des films sur les grands acteurs noirs sans soucis, car le marché est géant. Eddy Murphy, ça date pas d'hier. Mais cette industrie reste à majorité blanche, par les blancs, pour... tout le monde, ça fera plus d'argent.

Si vous voulez voir une industrie plus seine, regardez les productions anglaises. Mais comme par hasard la société anglaise est cosmopolite, et intègre parfaitement son immigration et les générations suivantes. Le cinéma américain réagit à la mort d'un homme noir, et fait son auto critique ? Il était temps. Mais c'est toute leur idéologie qui doit évoluer. Ce pays s'est tout de même construit sur la lutte raciale, autour de l'esclavage, entre autre.

Birdy
29/06/2020 à 16:01

On lit de tout et n'importe quoi ici, mais au moins ça réagit.

Résumé du problème : il ne propose pas de repeindre le monde en couleur café, ni de faire un Blanche neige avec une actrice noire.
Il parle des plateaux de tournage Marvel 100% blanc, sauf pour Black Panther, genre légitimité du film à majorité noire, parce que sinon là ça va jaser.

Ce qui soulève 2 problèmes :
1. Est on capable de composer des équipes professionnelles du même niveau autour d'ethnies différentes ? Si la réponse est non : pourquoi ? Comment se fait il que les "seuls" blancs aient accès aux formations, et aux postes d'un plateau de tournage ? Facile de répondre : le blanc a posé sa main sur Hollywood depuis bien le début, et les (mauvaises) habitudes ont la vie dure.
Si la réponse est oui, pourquoi pas plus de diversité puisque le talent est là ? Ce que je dis vaut pour les femmes, les asiatiques, les chimpanzés, et les gays à forte poitrine.

2. Pourquoi les réactions sont elles aussi virulentes ? Pourquoi attaquer cet acteur parce qu'il parle ? Mêmes réactions que pour Me Too. Certains devraient vraiment se demander pourquoi le changement est important et inévitable, et pourquoi les minorités doivent réagir. Même (surtout) les têtes d'affiches bien payées, qui peuvent enfin parler sans crainte d'être effacé par l'agent KKK d'hollywood,

Pour ce qui est de produire des mythes par/pour/avec des afro, c'est précisément cette révolte qui le permettra. Que le public hurle son mépris et son ras le bol, que les producteurs entendent qu'un marché énorme attend de se voir à l'écran, et pas dans le rôle du copain marrant, ou du gars qui meurt en scène 8.
Car il n'y a pas que Will Smith, Denzel Washington, Woopie Goldberg, Michael B. Jordan, ou Ali Mahershala dans la vie.

Et ne flippez pas pour la petite sirène. Je doute fort que Jésus fut blond aux yeux bleus...
Un mythe se revisite, et traduit l'évolution de nos sociétés. Si l'histoire est forte, si l'actrice joue bien, vous serez tout autant ému. Ou posez vous des (bonnes) questions sur vous.

Fox
29/06/2020 à 15:31

"Ça m'a vraiment dérangé d'avoir fait sept films Marvel où chaque producteur, chaque réalisateur, chaque cascadeur, chaque costumier, chaque assistant de production, chaque individu était blanc."
Chaque.... cascadeur.... Alors cher Anthony, je n'ai aucun problème avec vous, ni avec ce que vous venez de dire. Car je peux parfaitement comprendre que ce manque de diversité, qui n'est pas à l'image de la société dans laquelle vous vivez, puisse être ressentie comme dérangeant.
Mais faites quand même attention à ce que vous dites : donc même votre doublure était blanche ? Vous ont-il fait l'affront de vous attribuer le cascadeur de Mark Wahlberg affublé d'un blackface ? Pareil pour Samuel L. Jackson ? Je ne pense pas. Ceci dit, il me paraît assez évident que si la majorité du cast est blanc... bah il y aura beaucoup de doublures blanches !

On est bien d'accord, je suis en train d'ironiser sur une toute petite partie de son discours. C'était histoire de relever une légère exagération. Mais je suis d'accord avec lui sur son propos : oui, ça doit clairement manquer de noirs dans les staffs ; oui, ça doit vraiment manquer de femmes aussi (alors les femmes noires, n'en parlons pas !). Quid des asiatiques ? Des mexicains ?!
Il y a des questions à se poser, sur le milieu et la société : on parle d'être recruté sur un tournage, mais il y a aussi l'accession aux professions en elles-mêmes, à la formation en école de cinéma (et là, on ne parle que de cinéma, mais la question se pose pour d'autres secteurs d'activité)... La représentativité étant faible, aussi bien sur les plateaux qu'en écoles, le système est-il discriminatoire (ouvertement ou non) ? L'éducation ne joue-t-elle pas un rôle également dans le choix de l'orientation professionnelle ("Chérie, intégrer le cinéma c'est très bien, mais pourquoi choisir machiniste ? C'est dur, tu sais... Le matériel, lourd, tout ça... Fais costumière, non ?) ? Les problématiques sont-elles les mêmes de part et d'autres de l'Atlantique ?
Je n'ai pas de solution miracle à ce(s) problème(s) - parce que le sujet est complexe - mais j'ai un gros doute sur le fait de "passer en force", en se manifestant bruyamment et en attirant à tout prix l'attention pour que les choses changent. Radicalement. Tout de suite.
Le souci, c'est que ça aboutit souvent à deux choses : la première, un repli féroce de la classe "dominante", qui ne voit pas du tout d'un bon oeil cette volonté de changement, et qui va se braquer. La seconde, elle est plus vicieuse et est à l'image de Black Panther : "Bon les gars, ça gronde dans les chaumières : les noirs sont pas contents, ils trouvent qu'ils ne sont pas assez représentés. Donc ce qu'on va faire, c'est produire un gros blockbuster avec plein de gens "comme eux" dedans, devant et derrière la caméra. Ça va les calmer un temps, on aura la paix, et on s'achète une virginité en montrant aux gens qu'on est des gars sympas et progressistes, la diversité à l'écran, tout ça, tout ça... Et en plus, ça fera rentrer les billets verts ! Tout bénef' !".
Donc c'est bien beau, c'est du one shot, mais ça n'a absolument pas résolu le problème qui, je trouve, est bien mis avant par Anthony Mackie : mettre plein de noirs sur un seul film est tout aussi raciste que ne pas en mettre du tout.
Alors qu'est-ce qu'il faudrait faire ? Franchement, au niveau des très gros studios, vu comme les producteurs construisent leurs films comme de véritables plans marketing, je ne suis pas certain que la solution soit à trouver de se côté-là. Ce qui pourrait faire pencher la balance, c'est que les spectateurs, conscients du problème sur tel ou tel film - et soucieux d'agir à leur manière - boycottent purement et simplement les films qu'ils jugeraient pas assez "métissés". Le spectateur a le pouvoir de faire rentrer de l'argent - ou non. S'il n'y a plus d'argent qui rentre, à la longue, le studio se posera peut-être des questions. Peut-être...
Pour les petites prods, le problème semble moins flagrant, mais qui sait ce qu'il se passe en coulisses...

XG58
29/06/2020 à 14:11

Ils faur arreter evec ça. Peut importe la couleur de peau. Tant qu'elles, qu'ils soient bon dans son boulot. Dans l'univers du comics, ils sont pas de problème. Un artiste colombien a dessiner Spider-man (l'exemple le plus flagrant

Plus

votre commentaire