Autant en emporte le vent : HBO Max assume sa décision mais exprime un regret de taille

Marion Barlet | 15 juin 2020
Marion Barlet | 15 juin 2020

Autant en emporte le vent a été retiré d'HBO Max ponctuellement, afin d'introduire un avertissement sur le contexte raciste, et la plateforme s'en félicite... et se tape sur les doigts.

Le film de Victor Fleming, avec Vivien Leigh, Clark Gable, Hattie McDaniel, Oscar Polk et autres, est au coeur d'une controverse morale. Sorti en 1939, l'adaptation du roman de Margaret Mitchell, intègre une lecture idéalisée et problématique de la relation maître-domestique entre Blancs et Noirs et de la guerre de Sécession. Proposé sur la plateforme fraîchement disponible (seulement aux États-Unis), le métrage a été retiré afin d'intégrer une mise en contexte pour les spectateurs, rappelant l'ambiguïté morale de ce genre de représentation.

Les esprits se sont échauffés sur le sujet, et dans l'effervescence le chef-d'oeuvre est passé en tête des ventes DVD et Blu-ray sur Amazon. La démarche d'HBO Max, qui a encore raté le coche, ne vise pas à censurer des scènes ou à tronquer le film, seulement à intégrer un avant-propos.

 

photo, Vivien LeighMon seul regret, c'est d'être à la masse

 

Cette prise de position a vivement été critiquée, mais la plateforme assume son choix, comme l'a explicité Bob Greenblatt, le président de WarnerMedia, à The Wrap. Il n'a exprimé qu'un regret, celui de n'avoir pas anticipé et de ne pas avoir proposé d'office l'avertissement. Vu le rétropédalage, ce n'était de fait pas très malin, d'autant que la chaîne TCM (Turner Classic Movie), dont HBO Max a repris une grande collection de classiques, a toujours présenté le contexte lors des diffusions. La plateforme semble payer sa course contre la montre pour son lancement, précipité.

"C'était une évidence, Warner a les meilleures intentions qui soient. Je ne regrette pas une seconde de l'avoir retiré. J'aurais seulement souhaité que nous ayons affiché l'avertissement d'emblée, avec la clause de non-respectabilité. Et nous ne l'avons juste pas fait.

TCM a présenté certains stéréotypes raciaux et certains problèmes liés à la façon dont la guerre de Sécession a été représentée, ce qui est plus constructif que de se concentrer sur l'esclavage, le côté le plus sombre de cette question. Si le film passait sur le réseau classique [HBO et ses partenaires], il n'y en aurait pas besoin, car on parle souvent de ces questions [sur ces chaînes]. Là, on a oublié de mettre l'avertissement, qui met en avant les questions que ce film soulève vraiment. On l'a donc retiré pour le reproposer avec un contexte approprié, et c'est ce que nous aurions dû faire depuis le début.

 

photo, Vivien Leigh, Hattie McDaniel"Nous qui voulions si bien faire"

 

C'est un film complexe, indéniablement l'un des films les plus regardés de tous les temps, et le plus primé. Mais il y a aussi ces enjeux-là, qui ne sont pas négligeables. Surtout qu'en ce moment, dans le monde, nous sommes dans une situation difficile [le mouvement Black Lives Matter, ndlr]. Nous voulons vraiment que le film soit disponible dans un bon contexte. Nous ne devons pas nier que les stéréotypes raciaux existent, nous devons les montrer aux gens, mais dans le bon contexte. Et, avec un peu de chance, faire la lumière sur ces sujets qui ont affecté Hollywood. Le siècle dernier à Hollywood, il y a eu beaucoup de moments sombres au cinéma dont nous devons parler."

La fresque de 4h a été un énorme succès commercial à sa sortie, où il a rapporté presque 400 millions de dollars, ce qui en fait aujourd'hui encore l'un des plus grands succès au cinéma (en prenant en compte le prix du ticket, le contexte socio-économique et l'inflation). En plus des gros sous, le film a pu se targuer d'être nommé 13 fois aux Oscars et de repartir avec 10 statuettes, dont la prestigieuse du meilleur film.

Comme le rappelle le président de WarnerMedia, l'histoire des Noirs à Hollywood mérite d'être attentivement considérée, et pour ce faire, vous pouvez regarder la série Hollywood sur Netflix et/ou notre critique. Encore un coup de pouce à la concurrence : HBO Max ou la générosité dans la guerre des plateformes.

 

photo, Clark GableNetflix et Amazon boivent à la santé d'HBO Max

commentaires

Marc
22/06/2020 à 15:14

je veux revoir les fesses magnifique de Daryl Hannah dans Splash ! Allez une manife une petition un #revoirfesseDarylHannah
MONDE DE DINGUE

Rebelle33
20/06/2020 à 17:04

Quand l'émotion va-t-elle laisser place à la raison? Cette surenchère anti-raciste- c'est, en effet de cela dont il s'agit- devient proprement RIDICULE et va à l'encontre même du "combat" qu'elle prétend incarner...
Nous sommes vraiment tombés bien bas ..Quant aux plateformes cinématographiques, elles n'ont aucune conviction et leur démagogie n'a d'égale que leur cupidité!!!!

Ah ouai
17/06/2020 à 04:27

Tout ce foin pour un film qui sera remis à l'identique avec seulement un avant propos contextuel. On a suivi l'agenda, la réaction et l'émotion des racistes. Le débat qui est provoqué démarre sur la défensive, alors que si depuis les années 70 ou 80, le film avait eu cet avant-propos, au vue des réalités inter ethniques, on aurait eu un débat minime, sans twitter, sans commentaires abusifs...

RobinDeBois
16/06/2020 à 16:40

Ca ne me pose pas de problème particulier (même si sur le fond je trouve ça absurde). C'est plus une stratégie commerciale/marketing pour se prémunir de problèmes potentiels. En revanche ce que je trouve ridicule c'est que l'exploitation du film soit bloquée le temps qu'ils mettent au point ce fameux disclaimer/fiche contextualisante. Comme si de juin 2020 jusqu'au moment où la mise en contexte serait prête cela représentait un risque gigantesque de le diffuser brut alors que c'était pourtant le cas jusqu'à aujourd'hui.

Pangolin malicieux
16/06/2020 à 15:48

Bref tout ça confirme ce que je subodore depuis un moment : le corona virus n'est pas une maladie mais le traitement de choc créé par la nature pour réguler la connerie humaine...

Arriflex
16/06/2020 à 02:59

Le souci c'est que cela touche aussi la France et pas que HBO MAX et les USA. On oublie de dire que pour la réouverture des cinéma les 23 Juin, le Grand Rex à Paris, peut être la plus belle salle de cinéma en Europe devait diffuser Autant en Emporte le Vent.
Et sous recommandation de la Warner (j'ai dit recommandation car le Grand Rex pouvait parfaitement ne pas écouter le studio Américain) la salle mythique parisienne a décidée de déprogrammer le film.
https://www.capital.fr/lifestyle/polemique-sur-lannulation-de-la-diffusion-d-autant-en-emporte-le-vent-au-grand-rex-1372586

Désolé mais ce coucher comme ça est lamentable, surtout que le Grand Rex refuse de s’expliquer, même devant le ministre de la culture.
Cela aurait été la cinémathèque ils en auraient rien à foutre et l'auraient diffusé eux...

Marc
15/06/2020 à 22:52

@Pete
Tu ne trouves pas pertinent la censure des fesses de Daryl Hannah dans Splash !? A quand la censure de la culotte de Ellen Ripley dans le premier Alien .Bon J'arrête je vais déraper :))

Pete
15/06/2020 à 21:42

Bravo @Zman pour cette comparaison entre les Ch'tis et Autant en emporte le vent, c'est très pertinent !... Non je déconne évidemment. Sérieusement, comment on peut faire des analogies pareil, à part crier "je comprends rien au problème", ça sert à quoi ?

Marc
15/06/2020 à 19:06

@Zman
Non ne toucher pas aux fesses de Daryl Hannah sacrilège. Je vous ais dis le Monde est devenu dingue.

Simon Riaux - Rédaction
15/06/2020 à 18:42

@Gemini

La supériorité du support physique est certaine, mais dans le cas présent, puisqu'il s'agit seulement de mettre au même niveau support physique et numérique, c'est un assez mauvais exemple.

Plus

votre commentaire