Star Wars : sans Indiana Jones, George Lucas n'aurait pas lancé la prélogie

Marion Barlet | 11 mai 2020 - MAJ : 11/05/2020 14:32
Marion Barlet | 11 mai 2020 - MAJ : 11/05/2020 14:32

La trilogie prequel de George Lucas n'aurait (peut-être) pas été possible sans un coup de fouet donné par Indiana Jones et ses effets spéciaux spectaculaires.

Après le sacre de la trilogie originale, sortie au cinéma de 1977 à 1983, il a fallu attendre 16 ans pour que George Lucas rempile et fabrique la suite de Star Wars. Suite qui s'est soldée par un prequel, revenant sur le parcours d'Anakin Skywalker avant qu'il ne devienne Dark Vador. Victimes de leur succès, la saga et son créateur ont dû affronter le mécontentement des fans, pas ravis de la nouvelle trilogie (communément appelée prélogie désormais) des années fin 1990-2000, parce que bien sûr, c'était toujours mieux avant.

Cette maxime de bistrot semble confirmée pour la Guerre des Etoiles, au vu des scores et de la popularité en baisse de l'ultime trilogie, dont L'Ascension de Skywalker a reçu la palme de l'insatisfaction publique.

 

photo, Oscar Isaac, Daisy Ridley, John BoyegaLe public circonspect devant L'Ascension de Skywalker

 

Continuer l'aventure n'a pas été de tout repos pour George Lucas, notamment à cause du partage de son oeuvre avec les fans - mais de son oeuvre à lui quoi qu'il en soit. Plus d'une décennie a été nécessaire pour le convaincre de rempiler et un élément a été décisif pour faire pencher la balance. La trilogie préquel doit énormément à Indiana Jones, production de Lucasfilm.

Les films de Steven Spielberg et leurs effets spéciaux (péché mignon de Lucas) ont décidé le réalisateur à remettre le pied à l'étrier. Producteur des films Les Aventuriers de l'Arche Perdue (1981), Le Temple Maudit (1984) ,Indiana Jones et la dernière croisade (1989) et Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal (2008), et la série Les Aventures du jeune Indiana Jones, George Lucas a été très inspiré par les avancées techniques de cette saga pour penser sa prélogie. C'est ce qu'a affirmé Kathleen Kennedy, productrice de nombreux Spielberg et présidente de Lucasfilm depuis le rachat par Disney, dans le deuxième épisode du docu-série Les Making-of : The Mandalorian :

 

photo, Ewan McGregorLes fans quand un nouveau Star Wars sort

 

"Je travaillais sur les films qui se trouvaient entre les [trilogies Star Wars] et qui étaient les films d'Indiana Jones. Je ne pense pas qu'il [George Lucas] ait jamais cessé de penser à refaire un Star Wars, et je pense que ce qui s'est passé pendant Indy [Indiana Jones], c'est qu'il n'était pas sur le plateau, qu'il n'était pas à la réalisation [Lucas était producteur sur les films, ndlr]. Il n'y était pas nécessairement [sur le plateau], car c'était Steven [Spielberg] qui était à la réalisation.

Donc, avec quelqu'un comme George [Lucas], et les cinéastes en général, l'agitation se fait sentir après un certain temps, quand ils ne sont pas au poste de réalisateur, qu'ils ne peuvent pas raconter des histoires, faire des films ; l'amour [de Lucas] pour la technologie a évidemment [compté], comme on faisait beaucoup d'effets spéciaux sur chacun des films d'Indiana Jones. Mais ce n'était pas comme Star Wars, et je pense que chaque fois qu'on faisait des progrès en effets spéciaux, ça trottait dans sa tête et il réfléchissait à ce que ça pourrait donner dans Star Wars."

 

PhotoLes fans pour en découdre sur la prélogie

 

La graine technique et numérique a été plantée lors des productions d'Indiana Jones, sorte de matrice de la trilogie prequel Star Wars. Passionné par les effets spéciaux, et frustré de ne pas être à la réalisation, George Lucas aurait donc trouvé l'impulsion d'une suite grâce aux progrès techniques et l'usage qu'il pourrait en faire. Les oeuvres se motivent les unes les autres, pour des raisons pas toujours flagrantes et scénaristiques dans l'industrie du divertissement. Nommés (entre autres) aux meilleurs effets visuels, La Menace fantôme et L'Attaque des clones n'ont finalement remporté aucun Oscar, et La Revanche des Sith n'a même pas été sélectionné dans cette catégorie.

L'avenir de Star Wars semble davantage se jouer sur le petit écran avec The Mandalorian en produit d'appel Disney+ et son making-of pour faire patienter les fans avant la deuxième saison. Ceci dit, Star Wars au cinéma n'a pas dit son dernier mot, avec Taika Waititi (Thor : Ragnarok, Jojo Rabbit) annoncé officiellement en réalisateur du prochain film, encore sans titre ni date.

Retrouvez notre dossier consacré à la prélogie Star Wars, où l'on se décortique si elle était si mauvaise que ça.

 

photoEcran Large (qui essaie d'être) impartial

 

Tout savoir sur Star Wars : Episode I - La Menace fantôme

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

AAARGH
11/05/2020 à 20:42

En fait c'est en produisant la série des aventures du jeune Indiana Jones qu'il a testé de nouvelles techniques d'effets speciaux et qu'il a rassemblé son équipe dont le producteur Rick McCallum. De plus les progrès en CGI du 1er Jurassik Park ont fini de le persuader qu'il ne serait plus limité dans sa manière de raconter une histoire.

Nope
11/05/2020 à 16:28

Tiens je croyais que c'était en visionnant un footage de Jurassic Park que Lucas aurait trouvé la motivation / inspiration pour faire sa prélogie...

dunadan72
11/05/2020 à 15:44

Tout ça ressemble vraiment à une réécriture.
Surtout qu'il s'est écoulé pas mal de temps entre le dernier Indy et le retour aux affaires de Georges Lucas dans Star Wars (avec l'édition spéciale de la trilogie).
La Dernière Croisade ne s'inscrit pas encore dans la mouvance de la révolution numérique. On est à la fin des années 80, encore dans des effets totalement à l'ancienne.

Stormy
11/05/2020 à 14:30

Je me souviens surtout d'une interview (je parle de mémoire d'une interview de l'époque de la prélogie, donc ça date et c'est sujet à confirmation) dans laquelle Lucas déclarait lui-même que Spielberg lui a confié la post-prod de Jurassik Park (pour aller tourner la liste de schindler) et que c'était l'élément déclencheur qui l'a amené à se lancer dans la prélogie.

Pete
11/05/2020 à 13:37

Les déclarations de Kennedy ressemblent quand même beaucoup à une réécriture et une analyse a posteriori des évènements et de leur répercutions. En mode, "bon, qu'est-ce que je pourrais bien dire dans ce making-of à la con ?"...

Ringo
11/05/2020 à 13:21

Mmmmmm, même en tenant compte de l'époque (pour les 4), les effets spéciaux n'ont jamais été le fort de la saga Indiana Jones... C'est le premier qui s'en sort le mieux je pense. Mais l'eau qui s'engouffre dans le tunnel du 2, l'avion qui entre dans le tunnel dans le 3, le saut de la foi dans le 3,... et ne parlons pas des fonds verts du 4... Je comprends mieux la boursouflure visuelle de la prélogie.

votre commentaire