Star Wars : L'Ascension de Skywalker - la fin a été un challenge pour le scénariste et J.J. Abrams

Marion Barlet | 8 avril 2020 - MAJ : 08/04/2020 18:28
Marion Barlet | 8 avril 2020 - MAJ : 08/04/2020 18:28

L'Ascension de Skywalker a donné du fil à retorde à son réalisateur et à Chris Terrio pour une raison très embêtante. Attention quelques spoilers !

Nous allons vous dévoiler le plus grand secret de polichinelle de tous les temps (ex aequo avec celui sur l'existence de Dieu) : Star Wars : L'Ascension de Skywalker s'est conclu en eau de boudin.

Les concepteurs de ce neuvième opus ont galéré avec la fin de la saga et ses créatures imparfaites, depuis sujettes à de nombreux débats avec la sortie en salles le 18 décembre 2019. Ayant divisé les fans dans un schisme mondial, le film a été la proie de controverses dans sa conclusion : comment Rey (Daisy Ridley) peut-elle être vierge de tout mal ? Comment Palpatine est-il revenu à la vie ? Pourquoi la rédemption de Kylo Ren pour le bien ?

 

photoStar Wars IX : Une REYdemption ?

 

Le tohu-bohu n'aura pas échappé au scénariste et à J.J. Abrams qui a réalisé l'opus, comme on l'apprend dans le making-of documentaire de L'Ascension, où le scénariste Chris Terrio revient sur le challenge qu'a représenté la fin de la saga :

« J.J. [Abrams] et moi avons eu beaucoup de difficultés avec la fin du film, à un moment du processus, et Rick Carte [le décorateur en chef] nous a dit : "Je pense que c'est parce que vous ne vouliez pas que Star Wars se termine. Vous ne voulez pas que la saga des Skywalker s'arrête, c'est pour ça que vous ne voulez pas l'écrire." Et je me suis dit qu'il y avait pas mal de vrai là-dedans. »

L'originalité psychologique est à son comble avec ce 'c'est dur de laisser s'envoler ses enfants', qui ne présage pas, espérons-le, un retour en arrière et un énième coup de pinceau sur les Skywalker. Prions.

 

Carrie Fisher retouchéeL'irremplaçable Papesse

 

La fin du film se concentre sur Rey et son choix d'être une Skywalker et non une Palpatine, et la saga se clôt, en soi, sur une note dite positive. Après neuf volets étalés sur trois générations, il était temps de dire adieu aux héritiers de Dark Vador, fluctuant entre bien et mal selon les trilogies. Les aventures Star Wars continuent quant à elle, avec The Mandalorian qui cartonne sur Disney+.

Pour les dissidents du duo Terrio-Abrams, ils peuvent se rabattre sur deux Bibles complémentaires au film. Le roman tiré du film renseignera les fidèles sur les modalités de Satan Palpatine, sur le père de sainte Rey et sur Leia, une Jedi en croisades. Quant à ceux qui voudraient carrément changer de religion, ils peuvent regarder la possible version du prophète Colin Trevorrow et du Messie qu'il n'est jamais devenu.

Enfin, si vous voulez savoir si le Concile de Mandalorian mettra de la modernité dans l'Eglise de Lucasfilm, c'est par ici.

 

photoDieu est mort ! Vive Dieu !

commentaires


09/04/2020 à 20:41

Je suis très déçue de la fin du film.
Déjà Disney a mis une héroïne qui pour moi n'en.est pas une.
Le personnage de Rey n'a rien d'intéressant car elle est reste figée dans son rôle.
Le seul personnage qui est intéressant c'est celui de Kylo Ren/Ben Solo. On voit Kylo Ren lutter entre le côté obscur et le côté lumineux. Adam Driver l'incarne à la perfection.

Feyn
09/04/2020 à 16:45

"Le roman tiré du film renseignera les fidèles sur les modalités de Satan Palpatine ......"
Non, on ne l achètera pas. Non merci, n'insistez pas.

Dirty Harry
09/04/2020 à 10:47

Pourquoi s'obstinent ils à écrire comme pour une série alors que ce type de film (le space opéra) a besoin d'une ampleur qui n'est pas seulement la production design ! Ce qui seyait pour Star Trek ne suffit pas pour Star Wars, chercher un truc pour amener un autre truc pour ramasser le conflit et le rendre inintéressant et prévisible ça se voit leur tours d'auteur TV là !

theindominusAlex
08/04/2020 à 20:15

Bah... vous avez foiré le challenge les gars...

votre commentaire