Le Roi Lion, La Reine des neiges : un réalisateur culte de Disney critique ces remakes et modes

La Rédaction | 27 janvier 2020
La Rédaction | 27 janvier 2020

John Musker, réalisateur d'Aladdin et La Petite Sirène versions animées, a donné son avis sur le raz-de-marée des remakes live des Disney.

Avec 1,6 milliard de dollars au box-office pour Le Roi Lion et un autre milliard pour Aladdin rien qu'en 2019, Disney a confirmé une évidence : il y a un public massif pour les remakes live des classiques de leur catalogue d'animation. La Belle et la Bête, Le Livre de la Jungle, Alice au Pays des merveilles en étaient déjà des preuves étincelantes et effrayantes, et ce ne sont pas les contre-performances de Dumbo (seulement 353 millions, le pauvre) ou Maléfique : Le Pouvoir du mal (seulement 491 millions, loin des 758 du premier) qui vont freiner le studio.

Alors que Mulan arrive le 25 mars, que Cruella arrivera en 2021, que Pinocchio a été confirmé avec Robert Zemeckis, et que Bambi est le dernier à être annoncé parmi une flopée d'autres projets, cette mode semble inarrêtable.

Et The Hollywood Reporter a eu la bonne idée d'interroger John Musker à ce sujet, sachant que le monsieur a réalisé quelques classiques de l'animation comme Aladdin, La Petite Sirène, Basil, détective privé, La Planète au trésor, un nouvel univers ou encore Vaiana, la légende du bout du monde.

 

photo"Non, ne dis rien John, je sais"

 

L'artiste, qui travaille chez Disney depuis les années 80 et était crédité comme producteur sur Zootopie et Les Nouveaux Héros, a un avis que rejoindront beaucoup de fans et cinéphiles :

"Je suis perplexe face à ces remakes live, même si les plus réussis selon moi sont ceux qui, ironiquement, réinterprètent le plus le matériau, comme Maléfique. Je pense que Jon Favreau est un cinéaste brillant, mais la fidélité au plan près au dessin animé Le Roi Lion ainsi que l'inexpressivité de l'animation dans son film, ne m'ont pas touché.

De manière générale, je préférerais voir plus de contenu original, et particulièrement les contes de fées qui par nature ne me semblent pas adaptés [à cette mode] ou exiger l'extension et/ou la répétition de leurs arcs narratifs particuliers. Mais La Reine des neiges 2 a fait plus d'un milliard, alors bon qu'est-ce que j'en sais ?"

 

photo UrsulaAie confiance...

 

Difficile de ne pas dire amen à cette déclaration, à plusieurs niveaux. Oui, l'originalité devrait primer, et le cinéma (notamment d'animation) devrait rester le territoire libre absolu, où s'écrivent des univers incroyables, uniques et toujours plus fous. Eh oui, le public ne récompense pas forcément les films les plus originaux, ou du moins ceux qui essaient de sortir des sentiers battus.

Trois ans après le milliard de La Reine des neiges, Vaiana, la légende du bout du monde n'avait pas franchi le cap des 700 millions (avec en plus un budget un peu plus élevé). Zootopie a été milliardaire, mais Les Nouveaux Héros et Les Mondes de Ralph, pas du tout. Et il n'y a qu'à voir le nombre de suites et dérivés plébiscités par le public chez Pixar, et les bides du studio Laika (Monsieur Link en 2019), pour rallonger la réponse.

Néanmoins, Disney n'abandonne pas complètement le neuf. Réalisé par Paul Briggs et Dean Wellins, écrit par Adele Lim, Raya and the Last Dragon est leur prochain gros film. L'histoire se déroule dans le royaume de Kumundra, et suivra une guerrière lancée sur la piste du dernier dragon. Le film sortira le 25 novembre prochain. L'année 2020 verra aussi deux nouveaux Pixar originaux : En avant le 4 mars, et Soul le 24 juin.

 

Photo MoanaVaiana, princesse originale, et très réussie

commentaires

Tonto
27/01/2020 à 19:29

Alors là, carrément Amen, ouais !

azul
27/01/2020 à 17:33

Ah enfin un réalisateur qui reconnait que refaire un film plan par plan c'est naze…

Simon Riaux - Rédaction
27/01/2020 à 15:43

@M1pats

Ghost in the shell étant une énorme franchise qui comporte des longs-métrages, des OAV, des séries, des mangas et des jeux-vidéos, c'est évidemment de l'exploitation de franchise. Et ça n'interdit pas à Innocence d'être absolument brillant.

M1pats
27/01/2020 à 15:41

Par exemple vous considérez que Ghost in the Shell innocence est une exploitation du 1 ou une œuvre qu on peut qualifier d'original ?

Simon Riaux - Rédaction
27/01/2020 à 15:17

@M1pats

On ne reproche rien à personne. on dit juste qu'on fait partie des gens qui préféreraient voir plus de propositions originales sur les écrans, c'est tout.

Et oui, l'exploitation de franchise n'est pas traditionnellement considérée comme de la production de matériaux originaux.

M1pats
27/01/2020 à 15:11

"Difficile de ne pas dire amen à cette déclaration, à plusieurs niveaux. Oui, l'originalité devrait primer"

Euh la reine des neiges 2 et un film original, ou alors vous reprochez même les suites maintenant ?

votre commentaire