Films

Big Bug : Jean-Pierre Jeunet s’allie à Netflix pour son prochain film, une comédie robotique

Par Marion Barlet
21 janvier 2020
MAJ : 8 mai 2022
11 commentaires
photo, Jean-Pierre Jeunet

Jean-Pierre Jeunet a annoncé la sortie de son prochain film sur Netflix, après avoir subi les refus bien désolés des producteurs français.

Il y a quelques heures à peine sur Facebook, Jean-Pierre Jeunet a annoncé une nouvelle majeure : son prochain film, Big Bug, sortira directement sur Netflix. Le réalisateur d’Alien, la résurrection et du  Fabuleux Destin d’Amélie Poulain s’est montré très excité par ce projet, qui fera partie d’une collection de films européens (un par pays) tournés en langue originale et qui sera donc diffusé uniquement sur Netflix. Il a d’ailleurs dévoilé que le tournage débuterait dans deux mois.

Jean-Pierre Jeunet a expliqué dans son post les raisons de son enthousiasme, notamment grâce à la fin des doutes et difficultés qu’il rencontrait depuis plusieurs années :

« J’ai vécu pour ce projet, (toute proportion gardée) un peu la même histoire que Scorsese avec The Irishman. J’ai traîné ce script en France pendant 4 ans, me suis vu rejeté par tous, comme l’avait été en leur temps Délicatessen et Amélie Poulain. Et comme Amélie, Brigitte Maccioni de UGC en est tombée amoureuse et a voulu le produire. Mais elle n’a pas réussi car visiblement des robots dans une comédie française, ça ne rentre pas dans une case. »

 

photoElle avait déjà quelque chose de comique SF, Amélie

 

Sans trop de surprise, on comprend qu’aujourd’hui pour le grand écran, un grand nom n’est plus une condition suffisante et Netflix lui aurait donc sauvé la mise en le contactant et en lui offrant de produire Big Bug, « une comédie de SF, en lieu clos, avec des humains et des robots, androïdes et mécaniques » comme Jeunet le décrit dans son post.

Sa longue explication doit cependant s’analyser à l’aune des controverses de la plateforme. Très critiquée pour ne pas suivre la chronologie des médias, Netflix est boudée par une partie de l’intelligentsia et par le Festival de Cannes. De plus, la diffusion d’un film sur Netflix implique sa non-sortie en salles, et un visionnage uniquement sur petit écran, ce qui n’est pas pour plaire aux puristes. Mais cet aspect ne dérange pas le réalisateur, voire l’arrange comme annoncé sur Facebook :

« Et je dois avouer que l’idée de ne pas avoir à affronter la sortie salle, avec les chiffres couperets qui tombent à 10h du matin, est plutôt un soulagement. Et savoir que 138 millions d’abonnés pourront le voir est extrêmement excitant ! »

Double avantage donc : pas de pression sur les premiers chiffres et impact possible à l’international avec la possibilité de toucher 138 millions d’abonnés [ndlr : Netflix comptait plutôt 158 millions d’abonnés dans le monde au troisième trimestre 2019]. Que du bonheur pour le réalisateur, qui n’en finit pas de remercier Netflix et de nous assurer que les plateformes ne tuent pas le cinéma. Le ton est enflammé, mais on perçoit une certaine gêne en palimpseste.

 

Photo Scarlett Johansson, Adam DriverTu préfères : être sur Netflix, ou pas être du tout ?

 

Netflix assume un rôle primordial dans la diffusion cinématographique mondiale. Plateforme d’accueil de réalisateurs adulés (Martin ScorseseAlfonso Cuarón) et de films salués par la critique et la profession (Marriage StoryLes Deux Papes), les programmes originaux Netflix se multiplient et promettent de voler quelques talents.

D’ailleurs, pour (tenter de) dompter le mastodonte, le ministère de la Culture est en train d’étudier un projet de loi pour encadrer le chiffre d’affaires des plateformes de streaming, et de les obliger à injecter un certain pourcentage dans des créations 100% françaises. Big Bug semble une réponse aux craintes gouvernementales sur l’avenir du cinéma français, et de genre. Même si on déplore le manque de séries françaises de qualité sur Netflix, force est de constater qu’une diversité existe.

Le début du tournage commencera le 20 avril, et le film sortira sur Netflix en mars 2021. On pourra voir à l’affiche Claire ChustElsa ZylbersteinAlban LenoirManu PayetIsabelle NantyYoussef HadjiClaude Perron et François Levantal. Un casting aux acteurs populaires, dont on espère qu’ils sauront nous faire rire et réfléchir dans cette comédie robotique. Jean-Pierre Jeunet assure qu’il aura une totale liberté artistique sur son projet ; pourvu que ce soit comme pour Alien, la résurrection

 

Affiche officielle

Rédacteurs :
Tout savoir sur Bigbug
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Président des riches

Notre président à du lui donner son chèque

le Waw

Alien 4best loin d etre mauvais. Different, mais reste unique. Perso je preferev10 fois voir Jeunet chez Netflix où il aura de la liberté creative que d erre vicyime de la frilosité des français.

le Waw

Cependant ma grande tristesse sera toujoyrs que Adele Blanc Sec n’ait pas été realise par Jeunet au lieu d etre massacré par Besson.

Ben

@The Big Keynote
Seul le 1er alien est bon, le reste aux fraises!

Karlito

Chaque film d’Alien (les 4 premiers) avait au moins une idée, utiliser la touche originale de chaque réalisateur. Si Alien 4 sent le réchauffé scénaristique, visuellement il est superbe et ses personnages haut en couleur si on s’attarde sur l’humour de jeunet 🙂 Jeunet chez netflix, tant mieux, d’ou je vis en Europe, je pourrais au moins voir son film.