Netflix vs Cannes : Thierry Fremaux et Pierre Lescure expliquent l'absence des films de la plateforme sur la Croisette

Camille Vignes | 19 avril 2019 - MAJ : 19/04/2019 16:21
Camille Vignes | 19 avril 2019 - MAJ : 19/04/2019 16:21

L'annonce de la sélection cannoise a été l'occasion pour Thierry Fremaux et Pierre Lescure d'expliquer leur avis sur l'absence de Netflix au festival.

Ce n’est plus un secret pour personne, le cinéma subit une transformation majeure de ses codes de distribution et, de facto, de production depuis l'arrivée en masse de la SVoD. Cette mutation charrie avec elle nombre de discussions clivantes, notamment celle de savoir si un film Netflix (par exemple), un film qui n’a pas connu de sortie en salles, peut quand même prétendre aux prestigieuses compétitions telles que celles du Festival de Cannes ou des Oscars. 

Sur cette question, les avis sont nombreux avec d’un côté ceux qui défendent le cinéma sous toutes ses formes et place la visibilité au-dessus de tout - les pros SVoD en somme -, de l’autre ceux qui défendent l’expérience cinématographique, expliquant que l’expérience de la salle est quelque chose d’indissociable d’un film, les Helen Mirren, Steven Spielberg, Xavier Dolan, Jean-Luc Godard

 

PhotoRoma, brillant aux Oscars, absent à Cannes un an avant mais présent à Venise

 

Sans surprise, l’émoussement récent autour du Festival de Cannes n’a pas manqué de relancer le débat Netflix/pas Netflix en compétition, notamment à cause du passif de Roma de Alfonso Cuarón - grand absent de la sélection cannoise l'année dernière alors qu'il était en compétition à Venise et nommé à l'Oscar du meilleur film cette année. Et évidemment, le délégué général du festival Thierry Fremaux a dû expliquer son avis lors de la conférence de presse d’annonce de la sélection.

« Les règles sont faciles, l’histoire simple. Il y a deux ans nous avions sélectionné deux films Netflix… Nous voulions que ce débat soit au cœur du plus gros festival de films du monde et que la discussion soit ouverte. […]

Il n’y a aucune animosité entre nous [ndlr : entre le Festival et Netflix], on vient justement de les voir, mais les règles du festival sont simples, pour entrer dans la compétition il faut que le film bénéficie d’une distribution en salles dans le pays du festival. Ils n’en sont pas encore là et nous le comprenons très bien... Nous ne sommes pas près de changer les règles, on en est même loin si j’ose dire – surtout quand on a l’aval de Steven Spielberg, Jean-Luc Godard et d’autres grands cinéastes. Nous ne voulons pas accepter des films en compétition qui n’auraient pas d’audience en salles. »

 

Photo Xavier DolanMatthias & Maxime, le Dolan présenté à Cannes

 

De son côté Pierre Lescure, le président du Festival de Cannes et ancien PDG de Canal +, interrogé en même temps que Frémaux, a expliqué que le festival posait un œil très attentif sur ces transformations qui affectent le milieu, trop conscient de leur importance pour l'avenir. Il a aussi soulevé un problème majeur qui heurtera bientôt Netflix de plein fouet.

« Nous devons réfléchir là-dessus [ndlr : sur la question de Netflix]. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas ce genre de film cette année que le match s’arrête à ce qui s’est passé l’année dernière entre Roma, Netflix, Venise et nous. Netflix est dans une phase d’expansion spectaculaire. Leur vrai problème aujourd’hui, un an après Roma et deux après leur arrivée à Cannes, c’est de rassurer leurs clients et actionnaires avant l'arrivée d'autres géants. »

Évidemment, la démocratisation des services de streaming et vidéo à la demande, Netflix en tête, suivi de Hulu, Amazon Prime et bientôt Disney+ et Apple TV+ va continuer de transformer le paysage cinématographique. À voir si les compétitions s'adapteront ou si d'autres verront le jour, basées sur le genre, le budget...

Retrouvez la sélection officielle du 72e festival de Cannes juste ici, et les grands absents de cette édition là.

 

AfficheLe Jarmusch ouvrira le festival et la compétition

commentaires

Thierry
20/04/2019 à 23:33

D'accord avec ce qui a été dit plus bas. Le festival de Cannes est une vieillerie ancrée dans le XXe siècle. C'est bien simple, une fois sur deux, leur affiche officielle nous parle de Pierrot le fou, de Jean-Luc Godard. Ces gens sont âgés, tout simplement, et ils rêvent et chérissent toujours et encore les années 60 de leur folle et fantasmée jeunesse.

MystereK
20/04/2019 à 17:20

KIBUK, les films Netflix sont réalisé pour le cinéma et il sortent au cinéma dans les pays où il n'y a pas de chrobnologie des médias

Il faut arrêter vos délires sur "des films pour la télé..." parce qu'il est évident que vous ne savez pas de quoi vous parlez. La plupart des films ont été produit hors Netflix pour le cinéma et ensuite Netflix les a acheté pour les proposer sur sa plateforme. Les films produits par Netflix sont pour la pluaprt produit dans les mêmes conditions que des films cinéma, ni plus ni moins... Quand aurez vous compris que le vecteur de diffusion ne fait pas le film, mais son mode de production, la manière dont il est tourné, dont il est photographié, dont il est sonorisé, etc....

D'ailleurs al majorité des film prévus pour les salles ne les verront presque jamais parce qu'il y a trop de production pour que tous ces films puissent sortent au cinéma.

Vous faite une obsession contre Netflix qui est incompréhensible et vos affirmation sont fausse.

Portier
20/04/2019 à 11:53

+1 pour Bond

Bond
19/04/2019 à 21:13

De toutes façons ce festival est depuis longtemps est sur le declin, arque bouter sur ses vieux principes , toujours les mêmes chaque année ‘les (frères Dardenne , Ken Loach,Xavier Dolan etc....), il fut un grand festival, il devient une vieille relique du passé largement dépassé par d’autres festivals comme celui de Venise qui a su s’adapter à son époque

Geoffrey Crété - Rédaction
19/04/2019 à 21:13

@Maurice Escargot

Bonne question.
Pour être pour ma part un grand, grand fan de ce film, je me le demande.

Gageons que le côté exceptionnel (film pas du tout terminé mais amené à la hâte vu la folie de cette sélection, retour presse totalement désastreux, Richard Kelly lâché par tout le monde dans la foulée...) en fait vraiment un cas à part.
Mais tout laissait croire que le film allait sortir en salles, alors qu'une diffusion Netflix est une assurance du contraire, ce qui laisse la porte simplement fermée.

Maurice Escargot
19/04/2019 à 19:43

"les règles du festival sont simples, pour entrer dans la compétition il faut que le film bénéficie d’une distribution en salles dans le pays du festival."

À chaque fois que je lis ça, je repense au cas Southland Tales et à sa diffusion chaotique... Quelle est l'excuse, à son sujet ?

KibuK
19/04/2019 à 17:44

Un film pour la TV (visionnable sur une télé) n'est pas réalisé de la même façon qu'un film pour le cinéma (= projeté en salles).
Techniquement parlant, si les téléfilms étaient considérés comme des films cinéma, ça se saurait.
Alors on pourra toujours objecter que beaucoup de films cinéma ont la qualité d'un télfilm (comme la plupart des comédies françaises) il n'empêche qu'un film cinéma est pensé par la majeur partie des cinéastes pour l'exploitation en salles (format d'image, lumière, cadre, etc).
Que Netflix rachète / investisse dans des films réalisés par Cuaron ou scorsese ou autres ne change rien à la majorité des films produits par Netflix qui sont des téléfilms. Ca n'est ni mal ni bien, c'est comme ça...

Azerty
19/04/2019 à 16:53

alors parlons de Steven Spielberg et de son futur travail avec Apple TV ... les deux cas sont de faux arguments de la part de Thierry Fremaux.
La verité c'est que netflix n'avait pas de film terminés pour cannes (cf l'interview de fremaux dans le Monde du samedi 20 Avril) et qu'ils preferent Venise comme rampe de lancement pour les Oscars.

Simon Riaux - Rédaction
19/04/2019 à 16:45

@azerty

Une précision est nécessaire concernant le Godard.

La règle Cannoise s'applique logiquement aux films ayant déjà un distributeur, ceux qui en sont dénués ne pouvant logiquement pas s'engager à quoi que ce soit. Et pour le coup, le Godard n'était pas prévu pour une sortie télé lorsqu'il a été présenté sur la Croisette.

azerty
19/04/2019 à 16:41

Foutage de G... On en parle du film de Jean Luc Godard "Le Livre d'image" (palme d'or) et de sa sortie en salle ?????

votre commentaire