1917 : Sam Mendes dévoile en vidéo les coulisses de son film de guerre en un seul plan-séquence (et ça a l'air fou)

Alexandre Janowiak | 30 septembre 2019 - MAJ : 01/10/2019 09:54
Alexandre Janowiak | 30 septembre 2019 - MAJ : 01/10/2019 09:54

1917, le film de guerre en un seul plan-séquence de Sam Mendes, dévoile ses coulisses dans un making-of époustouflant.

L'année 2019 est bien partie pour être une année où les grands réalisateurs de ces dernières années nous offrent chacun un grand film qui marquera durablement les esprits ou tout simplement le cinéma. Entre l'excellent Parasite de Bong Joon-hoOnce Upon a Time... in Hollywood de Quentin TarantinoAd Astra de James Gray ou dans quelques mois The Irishman de Martin Scorsese d'ores et déjà considéré comme un chef-d'oeuvre par les critiques américaines, 2019 est plus que réussie malgré quelques boulettes au niveau des blockbusters.

À cette longue liste de succès pourrait s'ajouter le très attendu 1917 de Sam Mendes. Après une première bande-annonce explosive, le film dévoile son making-of et c'est encore plus impressionnant.

 

 

Avec ces coulisses en vidéo, on comprend un peu plus l'ambition du projet où les décors se multiplient à n'en plus finir. Le réalisateur des deux derniers James Bond en date et oscarisé pour American Beauty en a dit plus en commentaire de la vidéo et au micro de Vanity Fair :

"Le film est essentiellement linéaire et passe par une très grande variété de lieux différents [...] Des tranchées au No Man’s Land, en passant par la campagne, les terres agricoles, les vergers, les rivières, les bois et les villes bombardées. Il témoigne des destructions stupéfiantes causées par la guerre, mais c’est pourtant une histoire fondamentalement humaine de deux soldats jeunes et inexpérimentés qui font une course contre la montre. Donc, il adhère davantage à la forme d'un thriller qu'à un film de guerre conventionnel."

Sam Mendes avait également expliqué il y a plusieurs mois que son film serait centralisé autour d'un seul et même plan-séquence et on avait du mal à comprendre comment il pourrait réussir.

 

Photo George McKayGeorge McKay dans la peau de Schofield

 

Le making-of dévoile ainsi l'ampleur du travail effectué pour réaliser ce film en un plan-séquence. À plusieurs reprrises, on voit la caméra passer d'une grue aux mains de techniciens avant d'être accrochée à une voiture ou de retrouver une grue pour suivre les acteurs descendant dans le cratère boueux d'une explosion. Un défi incroyable qui était essentiel pour provoquer une immersion totale selon Sam Mendes :

"C'était fondamentalement un choix émotionnel. Je voulais faire chaque pas avec ces hommes, respirer chacun de leur souffle. Il devait être viscéral et immersif. Ce qu'on leur demande de faire est si difficile que c'est presque impossible. Le film est conçu de manière à vous rapprocher le plus possible de cette expérience."

À l'image du Birdman de Alejandro González Iñárritu, 1917 sera donc composé par une succession de plans-séquences reliés numériquement pour donner une impression de continuité absolue. Un choix dingue puisque le film durera 1h50 et narrera la mission de deux jeunes soldats sur une journée entière. Le cinéaste en a d'ailleurs dit un peu plus sur l'histoire qui attend le spectateur :

 

Photo Dean-Charles Chapman, Sam Mendes, George McKaySam Mendes et ses deux acteurs principaux sur le tournage

 

"Il [le film] se déroule dans le nord de la France au printemps 1917, juste au moment où les Allemands se sont retirés de la ligne Hindenburg récemment construite et très fortifiée. Un matin, les troupes britanniques se sont réveillées et ont constaté que les Allemands avaient tout simplement disparu. Il y eut une période d'incertitude terrifiante : s'étaient-ils rendus, s'étaient-ils retirés ou étaient-ils dans l'attente ? C'est à travers ce paysage en grande partie abandonné et brisé que nos deux hommes vont avancer. Les Allemands avaient tout détruit - incendié les villes, pris la plupart des civils, abattu les arbres et laissé derrière eux des pièges, des tireurs d’élite et quelques surprises inattendues."

De quoi annoncer et confirmer, s'il le fallait encore, un spectacle absolument épique au coeur de la Première Guerre mondiale et de la mission confiée à Schofield et Blake. Les deux jeunes soldats seront incarnés respectivement par George McKay et Dean-Charles Chapman (Tommen dans Game of Thrones). Ils croiseront la route de personnages interprétés notamment par Benedict CumberbatchColin FirthAndrew ScottMark Strong et Richard Madden.

1917réalisé par Sam Mendes, co-scénariste avec Krysty Wilson-Cairns (Penny Dreadful), s'est également offert les services du chef opérateur légendaire Roger Deakins (oscarisé pour Blade Runner 2049), de la costumière Jacqueline Durran (oscarisé pour Anna Karénine), du monteur Dennis Grassner (oscarisé pour Dunkerque) et du compositeur Thomas Newman (nommé aux Oscars 12 fois dont SkyfallLe Monde de Nemo  ou Le Pont des espions).

Il sortira dans quelques salles le 25 décembre 2019 aux États-Unis (histoire de pouvoir concourir aux Oscars) avant d'investir pleinement les cinémas le 10 janvier 2020. En France, il faudra attendre jusqu'au 15 janvier 2020 pour le découvrir. Vivement !

 

Affiche

commentaires

RobinDesBois
01/10/2019 à 16:18

Par pitié arrêtez avec les titres à conjonctions de coordinations avec de surcroît des parenthèses, on se croirait sur konbini ou autre médias hyper médiocres et racoleurs. Je vous assure qu'on aurait quand même cliqué sur cette news sans le "et ça a l'air fou" !

Miami81
01/10/2019 à 12:09

Making of très instructif notamment sur l'éventail des plans qu'un réalisateur peut espérer avoir aujourd'hui.

Blabla
01/10/2019 à 10:02

@Jill

Et comme d'hab, les français, avec leur logique de petits chiards soumis et lâches, se plaignent que les anglais fassent un film sur les anglais.

Quelle blague. Quelle déficience intellectuelle et morale.

Jill
01/10/2019 à 09:45

Et comme d'hab ça ne citera pas la France et en France rien, à part 1 ou 2 films lénifiant à gros goût PCF tous les 15 ans, sur des sujets qui ne concerne quasi pas le front ... On aurait pu faire un film pour indiquer qu'à chaque fois dans cette guerre l'armée française a du secourir l'armée anglaise ... Ou que le ministre de la défense et l'état major de l'air, ont donné leurs chiffres de pertes et leurs doctrines, quant le corps politique anglais est venu à Paris en s'alarmant des pertes qu'ils subissaient dans leur aviation car le chef d'état major anglais appliquait la doctrine de l'offensive à outrance et savoir si c'était pareil chez nous ...

cinégood
01/10/2019 à 09:09

@Sébastien

Un plan séquence n'étant pas une phrase, la comparaison est de fait un non sens.

Boogie Nights contient aussi deux beaux plans séquences dont le premier qui sert de mise en place à tous les personnages est un vrai cas d'école.

Sébastien
01/10/2019 à 01:03

Exploit technique, certes, mais largement de l'esbrouffe sur le plan narratif.
Essayez donc d'écrire un livre qui ne comporterait qu'une seule phrase.

Olivier637
30/09/2019 à 22:06

Le plan de children on men est un des plus beaux du cinéma.mais ce n’est pas un vrai plan séquence

Goreman
30/09/2019 à 20:18

Mensonger vu que c'est plusieurs plans séquences reliés entre eux.

L'Indien zarbi à moitié a poil.
30/09/2019 à 19:04

Impressionnant.
J'ai vraiment hâte.


30/09/2019 à 19:03

Quand c'est réussi c'est toujours assez fabuleux les plans séquences au cinéma et très marquants.
Je me souviens assez clairement des plans séquences de Children of men, de la Guerre des mondes de Spielberg, de Old boy, d'Elephant de Gus van sant.
C'est vrai que ça apporte un vrai sentiment d'immersion.
Un film de 2h en un seul plan séquence sera forcément un évenement. Surtout qu'après Birdman on sait que Sam Mendes n'est pas un manchot dans ce domaine! Vivement.

votre commentaire