Trois ans plus tard, Nate Parker (Birth of a Nation) revient sur l'accusation de viol qui a failli lui coûter sa carrière

Déborah Lechner | 2 septembre 2019 - MAJ : 02/09/2019 16:01
Déborah Lechner | 2 septembre 2019 - MAJ : 02/09/2019 16:01

Même s'il a depuis été acquitté, le réalisateur Nate Parker a tenu à s'excuser pour sa réaction déplacée au moment où le scandale a éclaté.

A l'heure où Hollywood préfère tourner le dos aux cinéastes empêtrés dans des scandales sexuels, Roman Polanski et Nate Parker, deux persona non grata de l'industrie cinématographique, ont tous deux pu présenter leur nouveau long-métrage à la Mostra de Venise. Si le premier réalisateur a bien été reconnu coupable d'abus sexuels sur mineur, le deuxième a quant à lui été  innocenté par la justice américaine.

L'accusation de viol à l'encontre de Parker remonte à 1999 et son acquittement à 2001. Mais l'affaire a ressurgi en 2017, suite à un article de Variety revenant en détail sur l'affaire et ses détails, particulièrement scabreux et accablants pour le metteur en scène. The Birth of a Nation alors pressenti pour rafler plusieurs Oscars en 2017, avait alors presque instantanément disparu des radars à récompenses. A cette époque, le réalisateur et acteur avait réagi à l'affaire lors d'interviews, mais aussi sur Facebook.

 

Photo Nate ParkerNate Parker dans son film The Birth of a Nation

 

Il affirmait alors être bouleversé par le suicide de son accusatrice quelques années en 2012, rappelant au passage son innocence. Il déclarait également qu'il ne s'excuserait pas pour cette affaire et demandait plutôt aux gens de laisser tout ça de côté pour se concentrer davantage sur son film.

Après qu'on ait reproché à Nate Parker sa froideur et son manque de compassion et que l'exploitation de The Birth of a Nation ait été largement ternie (seulement 15,8 millions de dollars à domicile), le cinéaste revient sur le devant de la scène avec American Skin, présenté dimanche dernier au public à Venise. C'est également lors d'une conférence de presse du festival qu'il a accepté de revenir sur la polémique pour la première fois en trois ans.

"Les trois dernières années ont été une expérience enrichissante pour moi. La réalité, c'est qu'il y a trois ans, j'étais complètement sourd aux réalités, certaines conjonctures. Beaucoup de gens ont été blessés par la façon dont j'ai réagi et la façon dont j'ai abordé les choses et je m'excuse auprès de ces gens. Ca a été tout un cheminement. Je me sens très chanceux d'être ici, au festival de Venise avec un film auquel je crois désespérément.

 

photo, Beyond the LightsNate Parker dans Beyond the Lights de Gina Prince-Bythewood

 

J'ai appris, je continuerai d'apprendre. J'ai maintenant 39 ans et j'espère que j'ai encore un long chemin à parcourir et que je peux continuer à acquérir de la sagesse des autres, pour être introspectif quant à mes origines et ce que j'ai vécu."

Dans American Skin qu'il a écrit et réalisé, Nate Parker incarne Lincoln, un père afro-américain qui réclame justice pour son fils de 14 ans tué lors d'un contrôle de police, qui fait écho au mouvement Black Lives Matter des Etats-Unis contre la violence policière à l'encontre des Noirs.

Joker de Todd Phillips a également été présenté à la Mostra et on a eu l'occasion d'y assister, pour en savoir plus et sans spoilers, c'est juste ici

 

Affiche Joker

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

FUCK.SEB
16/01/2021 à 05:15

@Sebastien je jour ou tu va perdre un menbre proche on vera si tu aura le meme discourt sale petit frustre devant son telephone sa pianote pour dire des insalubrité mais ma franchement honte a toi

Micju
04/09/2019 à 02:21

Sébastien
Vas dire ça au jeune père de famille qui n’a pas eu le temps de sortir ses papiers de son gilet après une arrestation pour une lumière brûlée sur son auto.6 balles devant sa femme et sa fille le policier a paniqué.Il y a des centaines d’exemples comme celle Si et tu peux même les voir sur internet.

ayavedrim
02/09/2019 à 23:11

LOL, le monde selon Sébastien. Quand des policiers noirs tireront sur un blanc dans le dos, ce sera une belle avancée. Tous à égalité, ras le bol de la victimisation.

GAMA
02/09/2019 à 21:11

Nate Parker continuera de faire des films, parce qu'il est plus ou moins doué et a des choses à dire. Sébastien est une m*rde, mais ça il le savait déjà (sa mère oui en tout cas, le jour où elle l'a chié) et, en effet, le coup du Joker en fin d'article est un peu minable.

MystereK
02/09/2019 à 20:33

BLASON, peut-être faut-il que vous sachiez de quoi vous parlez avant de commenter, Regardez le film et voyez ce qu'il veut vraiment dire.

SEBASTIEN A priori, lorsque la police tue un noir dans la rue, on ne sait pas encore s'il est violent ou non, encore moins lorsqu'il est tué par balle dans le dos oj tabassé par 5 ou 6 policiers. C'est facile de dire après coup, c'était un gars violent pour justifier des aces abominables, souvent ce n'est pas de la légitime défense et lorsque s'en est, personne n'a rien à redire, parce qu'il est normal qu'un policier se défende.

Sébastien
02/09/2019 à 19:46

Il n'y a pas de violences policières envers les noirs. Il y a des violences policières envers les noirs violents et dangereux comme il y en a envers les blancs violents et dangereux.
Si les noirs n'ont que la victimisation pour exister, il resteront enfermés à jamais dans ce piège.

Rudy Mako
02/09/2019 à 19:06

Pourquoi le joker enfin de l'article?

KibuK
02/09/2019 à 18:45

Glisser JOKER dans un article qui parle d'autre chose, fallait le faire !

Adam
02/09/2019 à 18:29

@EL mouais je suis triste pour les autres films en compétition.
@ okay c est inutile de leur répondre. C est le genre de mec qui se contrefichent du film qu ils n ont pas vu, qui se moquent qu il a été innocenté er qui sont la seulement pour déverser leur bile

Okay
02/09/2019 à 18:10

@Blason
Justement c'est comme cela qu'il dépeint les évènements dans son film, et ne fait à aucun moment passer cette révolte pour un acte de bravoure, et le seul constat qui ressort du film c'est que les esclaves coupables de cette barbarie sont tout autant condamnables que les esclavagistes qui ont attisés bien évidemment cette révolte.

Plus

votre commentaire