Alien vs. Predator : la version spatiale et énervée du film que vous ne verrez jamais

La Rédaction | 23 novembre 2018
La Rédaction | 23 novembre 2018
photo
274

Retour sur le film qu'Alien vs. Predator aurait pu être.

L'idée de voir les aliens et les predators se rencontrer ne date pas d'hier. Bien avant Alien vs. Predator de Paul W.S. Anderson et sa suite Aliens vs. Predator : Requiem des frères Strause, il y a eu les comics Dark Horse, qui imaginent dès la fin des années 80, dans une histoire en trois parties, la confrontation entre les deux races belliqueuses.

C'est donc entre 1989 et 1990 que naît ce fantasme tordu, qui donnera vie à une longue saga, avec de multiples histoires, directions et tentatives plus ou moins auréolées de succès.

 

photo comics Dark HorseCouverture historique

 

Si l'adaptation cinématographique mettra plus de deux décennies à arriver, l'idée a germé bien plus tôt : dès 1991, un premier scénario est livré à la Fox, qui songe justement à un projet autour de ces deux licences. Il est signé Peter Briggs. Celui-ci cherche à se faire un nom dans le milieu. Quelques mois après le début de tournage d'Alien 3 et après la sortie de Predator 2, il s'inspire ainsi des comics pour orchestrer une guerre spatiale.

Une version qui ne verra jamais le jour, mais sur laquelle une vidéo revient en détail.

 

 

LES ŒUFS DE LA DISCORDE

Mr. H Reviews consacre une vidéo à ce scénario de Peter Briggs, intitulé The Hunt. Sous très forte inspiration des comics, qui serviront de base au film de 2004, l'histoire suit un groupe de Predators qui a trouvé des proies idéales avec les xénomorphes. Ils ont donc capturé une reine, et élèvent les créatures en toute sécurité, contrôlant la population afin d'avoir de quoi chasser sans pour autant risquer de perdre le contrôle.

L'un des aspects de cette usine à proie est la destruction de tout œuf renfermant un embryon de reine alien, afin d'éviter une prolifération incontrôlable des bestioles. Un chasseur Predator en quête de défi va sciemment en laisser passer un, afin de corser un peu le défi. L'œuf est envoyé dans l'espace, et se retrouve sur Ryushi, une planète isolée où des colons humains se sont établis pour créer un relais de communication.

 

photoLe QI du Predator et ses limites

 

Tout ça commence mal pour les pauvres humains de cette planète, puisqu'en arrivant dans l'atmosphère avec la technologie des Predators, l'œuf explose un satellite, et coupe les communications entre les colons et un avant-poste en pleine séance de chasse. Ils vont enquêter sur la scène du crash, et l'un d'eux est attaqué. Et alors qu'ils retournent à leur QG, c'est un groupe de Predators qui les attaque et les tue tous, sauf un. Mais surtout, les Predators laissent le facehugger terminer son cycle, pensant qu'ils auront une jolie proie à chasser... sans se douter qu'il s'agit d'une reine.

Envoyés pour retrouver les disparus, d'autres humains découvrent un carnage, et le malheureux homme fécondé. Ils le ramènent et très vite, c'est une petite reine qui émerge, tue quelques personnes, et va se cacher dans les tréfonds du bâtiment. Et c'est là que tout part réellement en vrille.

 

Alien PrometheusIl y aurait donc pu avoir bien plus étrange que ça

 

RHINALIEN

Quelques jours après, alors que la chasse au petit alien n'a rien donné, c'est un carnage qui commence. La Reine a créé sa petite famille en se servant de la faune locale, donnant naissance à des xénomorphes parfaitement étranges, avec notamment des espèces de rhinocéros. Le personnel sort l'artillerie lourde avec les mitraillettes et détecteurs de mouvement, se retranchent pour survivre, mais les aliens sont partout.

C'est là que la partie de chasse des Predators commence. Mais la quantité de xénomorphes les calme vite, et le carnage est total. Les survivants humains planifient leur fuite, en utilisant un véhicule énorme qui peut transporter une partie entière du complexe.

Le personnage de Machiko Noguchi, central dans les comics Dark Horse, est là pour s'imposer. Elle se porte volontaire pour la mission quasi suicide : sortir, traverser les égouts infestés d'aliens, et aller manœuvrer la grue indispensable à leur plan. Elle enfile une combinaison de plongée avec détecteur de mouvement intégré, et va nager dans les sous-sols. Elle découvre au passage le nid des bestioles, et en affronte quelques-unes avant d'arriver à son but.

 

Alien vs. Predator Sanaa LathanSanaa Lathan joue un personnage très inspiré par Noguchi dans Alien vs Predator

 

Elle permet aux survivants de s'échapper, et pour la remercier, ils la laissent derrière. Elle est encerclée et en très facheuse position, et aller la secourir ou l'attendre serait du suicide.

Fort heureusement pour Noguchi, le Predator valeureux de l'histoire décide de l'aider. De toute évidence impressionné par cette guerrière, il lui offre une arme et combat les xénomorphes à ses côtés. Ils retournent dans le nid, et chacun découvre ses collègues dans les murs, capturés et fécondés.

Le Predator ami des hommes (ou du moins, d'une femme) active les systèmes d'autodestruction de ses copains, et le duo de warrior s'enfuit. En chemin, le Predator est blessé par une nouvelle reine, qui vient de naître, mais Noguchi l'aide. L'avant-poste explose, la Reine et ses soldats sont tués.

Mais la nouvelle reine est énervée, et s'accroche à leur vaisseau. Le Predator la tue, mais les dégâts sont si énormes qu'ils se crashent en pleine jungle.

 

Photo Sigourney WeaverOui, ça ressemblait à Aliens - Le retour

 

La série noire continue puisqu'un alien était caché dans le vaisseau, et tue le Predator. Noguchi est maintenant seule et sans défense face à la bête. Sauf que non : le Predator utilise ses dernières forces pour tirer sur la méchante bête, et sauver son amie.

Plus tard, alors que des vaisseaux américains arrivent pour enquêter suite à l'absence de communication avec les colons, un vaisseau Predator apparaît face à l'héroïne. Le clan l'invite à les rejoindre. Noguchi hésite, puis accepte de monter à bord.

 

Image 241115Aliens vs. Predator : Requiem

 

MORT CLINIQUE

Il y a là beaucoup d'ingrédients repris dans le scénario Alien vs. Predator, de Paul W.S. Anderson, qui sortira plus de dix ans après. L'une des principales raisons du rejet de la version aurait été la volonté du producteur John Davis (qui a commencé sa carrière sur Predator) d'avoir un film qui se déroule sur Terre, pas dans l'espace.

Venu défendre son honneur face à Sigourney Weaver, qui considère que ce crossover entre les deux sagas a précipité l'histoire d'Ellen Ripley vers sa fin, Peter Briggs avait expliqué en juillet 2015, à Bloody Disgusting :

"J'ai terminé ma version d'Alien vs Predator en septembre 1991. C'était uniquement dans le but d'attirer l'attention, dans l'espoir que j'aurais peut-être un job de réécriture sur un autre film. Mon agent de l'époque était ami avec Larry Gordon, qui avait un accord avec la Fox. Ils se sont rencontrés. Ils ont parlé. Je me souviens du coup de fil où j'ai appris qu'ils avaient acheté le scénario. Et après un certain nombre de problèmes et disputes, le projet était mort l'année suivante. On m'a même dit plus tard qu'il y avait eu de sérieuses discussions pour en faire un véhicule pour Schwarzenegger."

 

photoTenir une mythologie à la gorge

 

Tout en répétant qu'il était un énorme fan des deux sagas, Briggs finissait en disant :

"Il y a toujours un formidable Alien vs Predator qui peut être fait par quelqu'un. Ça n'est juste pas encore arrivé"

Si Alien vs. Predator a rencontré un certain succès (plus de 172 millions au box-office, pour un budget d'environ 60), Aliens vs. Predator : Requiem n'a pas été à la hauteur. Conçue comme la version plus fun, plus extrême, plus violente, la suite a engrangé à peine 130 millions en 2008. L'envie de Ridley Scott de revenir vers ses xénomorphes avec Prometheus en 2012 a de toute évidence définitivement enterré cette parenthèse entre les deux icônes.

L'ironie étant que son Alien : Covenant (qui a clairement enterré le projet Alien 5 de Neill Blomkamp avec Sigourney Weaver) a été si froidement accueilli, qu'il a à son tour creusé sa propre tombe, malgré des annonces de multiples suites.

Alors que Disney rachète tout ça avec le catalogue de la Fox, l'avenir des aliens et des predators, ensemble ou séparés, reste donc en suspens.

 

Alien vs. Predator Poster

commentaires

Pétard
19/02/2019 à 01:15

Vivement la suite de Alien vs Predator sur console sortie en 2010 créé par les studio Rébellion et Sega sur Xbox 360 et Ps 3 avec les technologiex actuelles ont pourrait jouer et se croire dans le film à la fois !!!

Beerus
04/12/2018 à 11:11

"Mais carrément ! Requiem est vériatblement supérieur au truc pondu par Shane/FOX."

Ah bon ? Entre un film mal réalisé et mal éclairé et un autre bancal certes mais personnel et plus osé dans sa démarche pour ma part le choix est vite fait. Je pense que The Predator sera vite rehabilté car Disney risque de faire de la merde (un Predator sans la moindre goutte de sang ça ne me fait pas rêver).

Ramky Balbambo
29/11/2018 à 18:32

@AlienvsRidley

...Clair qu'on ne le verra jamais, pfff c'est con pcq l'idée est vraiment excellente.

AlienvsRidley
24/11/2018 à 22:25

Ramky Balbambo
Moi aussi, ça me fait rêver. Mais on ne le verra jamais ce film. Ou alors dans une prod indépendante et ce ne sera pas un vrai predator parce que pas les droits.

Ramky Balbambo
23/11/2018 à 16:45

Il y a aussi cette histoire, tirée également d'un comics et que je trouve très intéressante, en gros ca raconte ca : un prédator se retrouve coincé sur la planète d'origine des Xénomorphes, il est le seul survivant d'un groupe de 3 Yautja, vaisseau HS, pas ou peu d'armes, il survit seul pendant des années dans cet endroit extrêmement "hostile" et infestée de créatures qui veulent le bouffer.
Il n'a pas d'armure, pas de canon plasma, Il se construit une super lance/faucille à partir de métal provenant du vaisseau, il est déterminé à affronter tout ce qui lui tombera dessus, considérant la situation comme un ultime test, qui, dans la culture Yatja, serait une épreuve (et une éventuellement une mort) digne des plus grands honneurs.
En gros, c'est un pur survival primitif, l'imaginer en film m'excite à l'infini ! Muet, viscéral, visuellement puissant, une atmosphère oppressante, mettant en valeur le Prédator dans toute sa splendeur.

Moi ca me fait rêver, et toi/vous ?

(La suite de l'histoire implique des Marines Coloniaux qui débarquent sur la dite planète)

Ramky Balbambo
23/11/2018 à 16:23

@ Dutch

Mais carrément ! Requiem est vériatblement supérieur au truc pondu par Shane/FOX.
Perso je suis tjs sous le choc, quel ratage phénoménal...presque aussi puissant que celui de Covenant. Triste histoire que je vx oublier rapidos.

Ken
23/11/2018 à 15:07

AVP le premier du nom était vraiment pas mal dommage qu’il n’y a pas u plus de combat entre les deux créatures

Miams
23/11/2018 à 14:02

Pour moi, un Predator ami avec une autre espèce quelle qu'elle soit, ça ne fonctionne pas

Cinéphage
23/11/2018 à 12:17

Dommage que le film ne ce soit pas fait ....

Dutch Schaefer
23/11/2018 à 11:33

L'avantage du dernier PREDATOR en date, c'est qu'il redonne une certaine qualité aux deux précédents opus d'Alien vs Predator! :-) (c'est dire le niveau...)

Plus

votre commentaire