Venom confirme son succès dingue avec un démarrage énorme en Chine, juste derrière Avengers

Mise à jour : 12/11/2018 15:40 - Créé : 12 novembre 2018 - La Rédaction
Affiche
15 réactions

Le film dérivé de l'univers Spider-Man est clairement un énorme succès pour Sony.

A ceux qui aiment relier la qualité d'un film à son succès au box-office, le cas Venom continue d'être passionnant à suivre. Conçu en très grande partie à l'ombre d'un accord avec Marvel Studios qui empêche Sony d'utiliser l'actuel Spider-Man, très largement considéré comme au minimum un film sans saveur par la critique (dont nous) et le public, le film de Ruben Fleischer est un succès spectaculaire au box-office.

Calée en dernier dans sa carrière internationale, la sortie chinoise l'a encore prouvé : le blockbuster avec Tom Hardy a encaissé 111 millions pour son démarrage.

 

photoLa promotion de Venom vs le spectateur lambda

 

111 millions marque le deuxième meilleur démarrage au box-office chinois pour un film de super-héros, derrière Avengers : Infinity War (202 millions). Le monstre Marvel ayant finalement empoché près de 360 millions là-bas, nul doute que l'ennemi de Spider-Man rapportera encore gros à Sony. C'est aussi l'un des plus gros succès pour un film étranger. 

C'est une franche réussite en terme de popularité sur ce territoire si convoité. Spider-Man : Homecoming avait engrangé 116,2 millions sur toute sa carrière chinoise, quand The Amazing Spider-Man : Le destin d'un héros n'avait pas franchi la barre des 100 millions.

Le partenariat massif avec Tencent, entreprise chinoise spécialisée dans internet et la téléphonie, n'y est certainement pas pour rien. Avec 25% de participation au blockbuster (un chiffre assez rare pour être noté), Tencent a mené une campagne promo spectaculaire en Chine, de sa plate-forme de SVOD à la Netflix jusqu'à une application de messagerie très populaire.

Venom marche ainsi dans les pas de En eaux troubles, le film de requin avec Jason Statham co-produit par Flagship Entertainment, une entreprise chinoise. Le film avait démarré fort en Chine, et encaissé au final plus de 153 millions, soit une grosse partie de sa carrière en salles.

 

Photo Tom HollandFuir de honte

 

A ce stade, Venom a cumulé plus de 673 millions au box-office mondial, dont plus de 206 au box-office domestique. Et si le public américain est passé à autre chose (il a empoché environ 10 millions la semaine passée, et s'éteindra vite), sa carrière internationale lui permettra aisément d'atteindre les 700 millions.

Plusieurs choses à tirer de ce box-office pour Sony. La première : Spider-Man reste une marque plus imposante au box-office domestique, qui reste bien plus important puisque le studio y récupère plus sur les recettes. Alors qu'il n'a pas été une réussite éclatante en salles, Spider-Man : Homecoming avait récolté plus de 334 millions aux Etats-Unis, et The Amazing Spider-Man environ 260. Avec 206 millions jusque là, Venom se situe dans la fourchette de The Amazing Spider-Man : Le destin d'un héros (202,8 millions), qui a enterré cette saga et ses spin-off annoncés en fanfare.

Le succès de Venom repose donc beaucoup sur l'international, chose de plus en plus courante pour les blockbusters. Une donnée qui va peu à peu transformer l'ADN du blockbuster classique, surtout si la Chine est considérée comme un réservoir à spectateur - le pays est très sensible à certaines thématiques, et peut parfaitement bloquer la sortie de certains films, tandis que sa politique de quotas très limitée interdit à bon nombre de prétendre sortir sur ce territoire. Ce n'est certainement pas un hasard si Venom et En eaux troubles ont trouvé des partenaires locaux, qui savent fonctionner dans le pays et ameuter son public.

 

photo, Tom Hardy "Je t'assure, je sais pas pourquoi ça marche autant, j'ai tout fait pour le saboter avec les homards"

 

La deuxième chose : Venom est un pari réussi pour Sony. Après avoir tenté de relancer la saga Spider-Man avec Andrew Garfield et finalement abandonné les Sinister Six et autres projets, Sony avait passé un accord historique avec Marvel Studios pour encadrer une nouvelle renaissance de l'homme-araignée, cette fois au sein du MCU. Tom Holland a ainsi été casté, amené dans Captain America : Civil War et continue sa route côté Marvel avec Avengers 4 puis Spider-Man : Far From Home en 2019.

L'accord entre Sony et Marvel Studios sera terminé avec cette deuxième aventure solo, et le doute plane donc sur la suite des opérations. Les deux studios veulent-ils continuer cette collaboration ? Lequel des deux aurait l'ascendant sur l'autre pour renégocier le contrat ? Venom était de toute évidence un essai pour Sony, afin de tester les possibilités du catalogue de l'univers de Spider-Man. Le succès de Venom semble indiquer qu'ils peuvent tirer sur la corde, et Morbius : The Living Vampire avec Jared Leto est d'ores et déjà une priorité pour eux. Nul doute que Venom 2 le sera aussi très vite.

Prochaine étape business dans l'interminable dossier business du business des super-héros : Aquaman en décembre, attendu au tournant pour le futur de DC, après le désastre Justice League et avant Shazam, Joker et Wonder Woman 1984.

 

Affiche

commentaires

TolgaFury 02/12/2018 à 12:04

@Geoffrey Crété - Rédaction

Sinon pour le budget je sais que c'est 100 millions de dollars mais après que j'ai vu les détails ...je suis plus sur ....Ou alors c'est carrément les observateurs qui se trompent méchamment ...

'Après, ce qu'on pense de ce pari d'un point de vue artistique et plus global, c'est autre chose."

Ah je suis Tout à fait d'accord avec toi d'un point de vue artistique c'est autre chose ...

Sinon c'est hors sujet je pense que tu le sais déjà mais Sony Pictures est en train de crée un univers partagé avec Valiant .

Salut bon dimanche.

PS : Désolé du double post.

TolgaFury 02/12/2018 à 12:03

Sinon pour le budget je sais que c'est 100 millions de dollars mais après que j'ai vu les détails ...je suis plus sur ....Ou alors c'est carrément les observateurs qui se trompent méchamment ...

'Après, ce qu'on pense de ce pari d'un point de vue artistique et plus global, c'est autre chose."

Ah je suis Tout à fait d'accord avec toi d'un point de vue artistique c'est autre chose ...

Sinon c'est hors sujet je pense que tu le sais déjà mais Sony Pictures est en train de crée un univers partagé avec Valiant .

Salut bon dimanche.

TolgaFury 02/12/2018 à 11:52

@Geoffrey Crété - Rédaction

Salut en faite c'est écrit sur le site COMICSBLOG c'est d'après les observateurs ....

http://www.comicsblog.fr/32688-Venom_a_officiellement_passee_le_cap_des_500_millions_de_dollars_dans_le_monde

http://www.comicsblog.fr/32870-Venom_passe_la_barre_des_700_millions_de_dollars_au_box_office_mondial

Geoffrey Crété - Rédaction 18/11/2018 à 23:27

@TolgaFury

Un budget de 450 millions ? D'où sort ce chiffre ?
Le budget officiel est de 100 millions. En comptant le marketing on n'atteindra pas les 450... D'autant que Sony n'est pas le seul à mettre la main à la poche.
On reviendra précisément sur le cas de Venom dans L'Heure des comptes, rubrique dédiée aux chiffres.

Oui, c'est un "risque", je n'ai pas dit le contraire. On a d'ailleurs plusieurs fois écrit que c'était un pari pour Sony.
Après, ce qu'on pense de ce pari d'un point de vue artistique et plus global, c'est autre chose.

TolgaFury 18/11/2018 à 23:02

@Geoffrey Crété - Rédaction

"Venom a de toute évidence été principalement pensé comme un produit de business, afin de tester la viabilité d'un film sans Spider-Man, dans l'univers de Spider-Man."

Je suis d'accord avec ce que vous dites mais il faut pas enlever le fait que c'était quand même un gros risque pour Sony ...Le budget du film en tout est de 450 millions de dollars ! Moi qui croyait que c'était max 220 millions de dollars !

"Plus intéressant, d'après les observateurs du marché du film, entre les coûts de licence payés par Sony à la marque Marvel, les coûts de marketing, de distribution et de conception, Venom n'est en fait rentable que depuis qu'il a passé la barre des 450 millions. Ce score était, à supposer, le moment où Sony rentrerait intégralement dans ses frais."

C'était quand même un risque pour Sony.....450 millions ! .

Et pour la chine bizarre que Sony s'associe à Tencent vu qu'il y a Sony Pictures chine non ? Après je sais que la chine c'est difficile pour les films ....donc c'est normal je pense ...

C'est même encore beaucoup beaucoup plus difficile pour le jeu-vidéo en Chine ...Sinon Sony aurai déjà vendu plus de 80 millions de PS4 en Chine .....

Salut bonne continuation .

caribou 13/11/2018 à 20:06

Comme quoi la stupidité et la médiocrité ont de beaux jours devant elles. Hélas !

Geoffrey Crété - Rédaction 13/11/2018 à 10:11

@Birdy

C'est ce qu'on sous-entend en intro...
Venom a de toute évidence été principalement pensé comme un produit de business, afin de tester la viabilité d'un film sans Spider-Man, dans l'univers de Spider-Man. Son succès clair va donc prouver certaines choses éventuellement problématiques...

Après, la question de la qualité du film est encore autre chose. On trouve très raté, très vide, mais bon, on sait qu'il a ses fans...

Birdy 13/11/2018 à 09:20

@ Geoffrey : enfin là on a un vrai problème. Ce film va prouver aux pontes, une fois de plus, que calibrer/niveler vers le bas est la bonne formule. Un certain public ( j'ai envie d'être méprisant mais finalement même pas) creusent la tombe du vrai cinéma. Je suis blasé.

Number6 12/11/2018 à 18:56

OK mea culpa par rapport à l'ancien article ou je pensais que dans les 500millions,il y avait la Chine. Bravo à ce venom pour enfants.

Geoffrey Crété - Rédaction 12/11/2018 à 17:14

@Alan Smithee

Exactement.

Et on aime bien citer l'exemple Batman v Superman pour répondre à ceux qui pensent que la critique a un pouvoir énorme et problématique sur les films, comme si la presse avait un pouvoir de vie ou de mort. Le public américain s'est rué sur Batman v Superman malgré la critique négative, puis a relativement boudé le film après. Wonder Woman, au contraire, a été aimé par la presse, a moins bien démarré... mais a bénéficié d'un bouche à oreille très bon, et donc a dépassé BvS aux USA.

Le public décide.

Après, on peut aussi prendre en compte les films qui se bouffent mutuellement et s'empêchent de s'épanouir si les sorties sont trop rapprochées. On le constate de plus en plus.

Plus

votre commentaire