Venom : critique spider-étron

Geoffrey Crété | 2 décembre 2020 - MAJ : 03/12/2020 09:58
Geoffrey Crété | 2 décembre 2020 - MAJ : 03/12/2020 09:58

Alors que l'homme-araignée s'est payée une énième jeunesse du côté de Marvel avec Spider-Man : Homecoming et des apparitions aux côtés des Avengers, son univers est un filon à exploiter. Arrive alors Venom, centré sur l'ennemi de Spider-Man aperçu dans Spider-Man 3. Sous les traits de Tom Hardy, il a droit à son propre film solo, réalisé par Ruben Fleischer (Bienvenue à Zombieland). Précédé de mois de signaux contradictoires sur la nature du film et de premiers échos désastreux côté Etats-Unis, le résultat fut à peu près aussi médiocre que redouté.

BUSINESS-MAN

Le raison d'être de Venom s'appelle business : celui de Sony, qui a passé un accord avec Marvel Studios pour (encore) relancer Spider-Man, au sein du MCU. Un deal qui a commencé avec Captain America : Civil War, comprend deux aventures solo, et deux Avengers. En attendant la suite puisque Spider-Man : Far From Home était censé signer la fin du partenariat, Sony n'avait pas le droit d'utiliser le Peter Parker incarné par Tom Holland de son côté. Peu importe : la marque prime, et l'exploitation de l'univers de l'homme-araignée a commencé.

Avant Morbius avec Jared Leto et d'autres projets annoncésVenom est donc le premier à débarquer, sans Spider-Man. Un comble pour ce personnage créé par Todd McFarlane et David Michelinie, étroitement lié au super-héros, et qui avait moyennement convaincu dans Spider-Man 3. Mais la version de Sam Raimi sera de toute évidence réévaluée après le visionnage du film de Ruben Fleischer (Bienvenue à ZombielandGangster Squad), où Tom Hardy incarne le reporter Eddie Brock. 

Alors que ce "loser" beau gosse et tatoué affronte une espèce d'Elon Musk, il rencontre donc Venom, le symbiote venu de l'espace. Le début d'une grande aventure, où deux têtes apparemment arrachées ne sauront abîmer la belle amitié un peu drôle et mignonne entre les deux "héros". Rire jaune.

 

photo, Tom Hardy Perception du loser, par Hollywood

 

PISSER DANS LA TOILE

Voilà donc le premier problème : ce Venom, alien belliqueux et sauvage, transformé ici en gentil ami cosmique, blagueur et aussi méchant qu'un sale gosse dans une cour d'école. Non seulement la bestiole est d'une laideur affolante, avec une surdose de CGI qui donne souvent la nausée, mais elle passe de créature diabolique à pote un peu lourd en quelques scènes.

 

photo, Tom HardyTom Hardy interprétant à la perfection Tom Hardy avec une moto

 

Entendre Venom dire qu'il est prêt à défendre la Terre parce qu'il a trouvé en Eddie un bon ami, qui lui ressemble et réchauffe son petit cœur visqueux, devrait provoquer quelques rires jaunes chez les amateurs de comics. Et le constant monologue intérieur entre Eddie et Venom, étalé dans les 3/4 des scènes, est au mieux lourdingue, au pire grotesque. Quand ce Venom compare un méchant gangster qu'il menace de bouffer à "un étron dans le vent", toute la problématique de la tonalité du film (un temps vendu comme Rated R, mais finalement PG-13 : quasi tout public) devient douloureusement évidente (et on ne voit vraiment pas qui rira à cette blague à part un fan trépané d'Elton John).

Il n'y a aucune intention de rendre justice au personnage ténébreux, qui est remixé et adouci pour servir un projet de franchise évidemment étalé jusqu'au générique de fin - avec la même finesse que The Amazing Spider-Man : Le destin d'un héros lors d'une scène post-générique qui a tout d'une parodie.

 

photoMoi, Venom, justicier des épiceries de quartier

 

Détacher Venom de Spider-Man mais garder Eddie Brock, alors qu'ils sont tous les trois liés dans les comics, a forcé les scénaristes à réécrire en partie l'histoire. Brock est bien un reporter qui perd son travail et sa fiancée, mais sa haine envers Peter Parker, pourtant fondatrice, ne peut exister ici. Transformé en Elise Lucet de San Francisco, il est construit par rapport à Carlton Drake, une sorte d'Elon Musk au nom de rappeur (moitié frangin du Prince de Bel-Air / moitié étudiant à Degrassi), qui fait office de pseudo bad guy avec-un-plan-pour-sauver-l'humanité-en-la-détruisant.

Problème : cet antagoniste interprété par Riz Ahmed, censé être un bon acteur, est d'une platitude effarante. Brock est donc une coquille vide, un électron qui n'a aucun socle pour exister, et n'a jamais l'ampleur d'un héros - et encore moins celle d'un anti-héros. 

 

photo, Tom HardyLa clause colère du contrat de Tom Hardy

 

VENAUFRAGÉ

Mais à l'heure où l'héritage des comics se dilue dans la production industrielle de super-héros, la question de la fidélité n'est plus la priorité du grand public. Reste alors le désir d'en prendre plein les yeux, d'être emporté dans un tourbillon d'effets et d'action, et être surpris par un univers où presque tout est possible.

De ce côté, Venom ressemble à un navire sans capitaine, créé pièce par pièce par différents départements, avant d'être assemblé sur une chaîne d'usine et tartiné de couches numériques en post-production. Il n'y a aucune cohérence dans le film, qui hésite entre le blockbuster générique (le héros, la fille, le méchant et l'avenir de l'humanité) et le buddy movie mutant (Eddie et son poto le symbiote, qui vont se donner des leçons pour grandir), et touche du bout des doigts la violence largement vendue en promo (les têtes apparemments dévorées par Venom sont tellement hors-champ que les dialogues doivent lourdement insister dessus).

 

PhotoManger une tête sans le montrer ni le suggérer : beau défi

 

L'action ne rattrape pas le film : elle le plonge dans le purgatoire des superproductions dont le budget (une centaine de millions ici) semble indécent vu le rendu à l'image. Le spectacle de Venom se résume ainsi à une course-poursuite et deux ou trois combats impersonnels, avec à peu près zéro intention de mise en scène. 

Quand un affrontement dans un hall d'immeuble enfumé ressemble à la scène la plus originale, c'est que quelque chose cloche. Et quand des drones high tech sont littéralement jetés sur le héros, sans aucune logique que celle de créer de beaux éclairs bleus, c'est que plus personne ne semble aux commandes.

 

photo, Michelle WilliamsAttention, scène d'action : "Les figurants courent et Michelle Williams aussi"

 

VENOMDEDIEU

La promo avait grandement misé sur Venom, mais Ruben Fleischer échoue même de ce côté. Les réactions d'Annie ou de la femme de l'épicerie, lorsqu'elles découvrent l'alien pour la première fois, sont si ridicules qu'elles précipitent le film vers la comédie. Le caractère effrayant et monstrueux du symbiote ne compte que sur la débauche d'images de synthèse, avec ce même sentiment d'images et mouvements approximatifs qui habillent trop de blockbusters.

Sans regard de cinéaste, et malgré la présence de Matthew Libatique (Mother !Black SwanThe Fountain) à la photo - d'où quelques scènes joliment éclairées -, Venom est réduit à un amas de CGI luisant, totalement déconnecté de l'univers réaliste et fade du film. Le climax est une apothéose à ce niveau, avec un affrontement illisible où la réalité s'évanouit pendant quelques minutes, laissant place à un moment de non-cinéma totalement vidé d'énergie, de sens, et d'intérêt. Le bestiau a beau être imposant et avoir une grande gueule, il n'y a jamais de sensation de puissance, de pesanteur, ou d'agilité.

 

photo, tom hardy Dark Side of the Power Ranger

 

La menace qu'il est censé représenter illustre à merveille la débilité d'un scénario sans queue ni tête, où le symbiote rejette à peu près tout le monde sauf les personnages principaux, pour la seule et unique raison que cela arrange l'intrigue. Cette vague histoire de fusée et d'invasion de symbiotes, balancée en trois répliques dans un labo, permet de confirmer que le film ne raconte rien. Et s'y prend en plus très mal.

Enfin, le cas Tom Hardy, qui semble se battre contre tout le reste du film pour un numéro comico-guignolesque entre le kamikaze, le sabotage, et le happening post-moderne. Face à un Riz Ahmed neurasthénique et une Michelle Williams tellement pro qu'elle suscite moins de pitié que prévu malgré un rôle en carton, il est donc le gros mystère de Venom.

Peut-être que le film était conçu comme une comédie violente et décalée dans une autre dimension. Dans la nôtre, l'acteur semble se promener avec une pancarte qui indique que rien ne va dans cette superproduction, et qu'il a donc délibérément choisi de tout court-circuiter. Ça ne sauve pas Venom, mais ça en fera peut-être un futur cas d'école vertigineux, à ranger aux côtés de Green Lantern.

 

Affiche

Résumé

Un blockbuster creux, laid, grotesque, qui cherche son identité et sa raison d'être dans tous les sens, et bafoue aussi bien les comics que les spectateurs venus chercher un bon spectacle. Ou quand l'usine à franchise tourne tellement à vide, qu'elle se transforme en cirque du vide.

Autre avis Mathieu Jaborska
Totalement inoffensif et même pas spectaculaire pour un sou, Venom est surtout une belle arnaque n'ayant d'autre but que de soutirer le maximum d'argent aux amateurs de super-méchants. Tous les Tom Hardy du monde ne pourraient sauver une telle coquille vide, naviguant en pilote automatique entre les money-shots sans âme motivant son existence.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.4)

Votre note ?

commentaires

prof west
03/12/2020 à 15:04

Perso jles trouvé cool et fun bien meilleur que les derniers spidi depuis les amazing ça pue ou encore bien meilleur que ant man black panther Doctor Strange pour ne citer que ....
Après je suis plus film DC que marvel mais venom vaut bien plus que ça quand meme dsl .

cdlt

RonnyBoy19
02/12/2020 à 22:35

@Tuk....tu veux rire? Black Panther est un chef-d’œuvre à côté de la bouse, qu'est Venom. La suite risque guère d'être mieux.

Tuk
02/12/2020 à 22:07

Pas super, mais bien meilleur qu'un "Black Panther" ou "Miss Marvel" !

Gregdevil
02/12/2020 à 20:17

Je suis fan de comics, et en tan que tel ce film est une pure honte, une sacrilège.
Maintenant en tant que spectateurs lambda, je reconnais que ça peut divertir.
Je constate que le public l'a plutôt bien aimé, ce qui m'attriste, et vu son score au BO, forcément les studios continueront dans ce sens.
Même un Deadpool a ses limites, mais ils ont essayer un minimum de respecter le personnage, tandis qu'avec Venom, seul le look du perso a été conservé.
À voir la suite, de Serkis, introduisant un des perso les olus badass et violent de Marvel. Mais vu la politique general de leurs film et du 1er épisode, j'ai peut d'espoir.

Greg
22/07/2020 à 03:50

Enfin vu Venom, et du coup, j’ai voulu relire cette critique dont je me souvenais vaguement et que j’avais lu à l’époque de la sortie du film.
Eh bien... pas grand chose de plus à ajouter ! Je suis en total adéquation avec celle-ci. Ce « film » est un non-film. Il n’y a rien à sauver. C’est juste un amas de séquences sans la moindre cohérence. Les acteurs semblent déconnectés et penser à ce qu’ils vont bien pouvoir faire avec l’argent de leurs cachets. Le degré zéro du film tiré d’un comics.

Nevom
15/06/2020 à 07:42

J'ai pris plaisir à ce film. Bon rythme.

Rudy Mako
13/06/2020 à 20:21

Classé dans la catégorie Film à suivre une fois

Moijedis
13/06/2020 à 15:56

Très bon film. Ne vous fiez pas la critique.

J’ai passé un bon moment. Pas un chef-d’œuvre. Mais loin de la catastrophe annoncée.

Camille
13/06/2020 à 06:34

Ya un faux raccord à la fin du film. Quand il rentre une dernière fois dans l'épicerie chinoise il fait jour, quand il sort c la nuit.

Kyle Reese
12/06/2020 à 23:28

Je n’ai jamais lu Venom.
Je l’ai regardé en pensant devoir appuyer sur avance rapide tout du long et finalement non.
C.est assez cretin mais le burlesque et le fun l’emporte pour moi.
Du coup je ne me suis pas ennuyé et ai passé un moment sympa.
Vite vu mais moins vite oublié finalement qu’un Spiderman homecoming. Bizarre.
Sinon j’adore le titre Venom d’Eminem du générique de fin. Puissant.

Plus

votre commentaire