Halloween : le réalisateur David Gordon Green défend un moment controversé du film

Prescilia Correnti | 30 octobre 2018
Prescilia Correnti | 30 octobre 2018

Il existe une séquence encore controversée dans ce Halloween de 2018, la faute à David Gordon Green ? Attention, si vous n'avez pas vu le film : alerte spoilers.

Halloween est devenu en l’espace de deux semaines le plus gros succès de la saga au box-office. Après un démarrage tonitruant à plus de 76,2 millions de dollars, le film a désormais engrangé 126 millions sur le sol domestique et 172 millions à l’international. Quoi qu’il en soit, si le film est une réussite incontestable au box-office, le long-métrage de David Gordon Green a rencontré un succès un peu plus tiède auprès de la presse et des spectateurs.

Il y a, en particulier, un moment du film qui a retenu le souffle des spectateurs présents dans la salle, et qui au grand dam (ou non) du public, n’est finalement jamais arrivé. Attention, pour ceux et celles qui n’auraient pas encore vu le film, sortez de l’article parce que ça va un peu spoiler.

 

photo, Jamie Lee CurtisJe l'avais dis, de touter personne ne m'écoute depuis Screem Queens

 

Pour la scène en question, il s’agit du moment où Michael Myers (Nick Castle), après s’être enfui du convoi de bus, après avoir retrouvé son masque, part en direction de la ville dans le but de tuer toute la population. Entre autres, il passe de maison et maison, et arrive un moment où The Shape, passe devant le berceau d’un nouveau-né criant à pleins poumons.

Alors que la silhouette s’arrête, et jauge ce qu'il se passe devant lui, les spectateurs retiennent leurs respirations et se demandent : « Est-ce qu’il va le faire ? Est-ce qu’il va vraiment tuer un bébé ? » Puis, Michael Myers part en quête d’une nouvelle proie. Un moment contradictoire dans la mythologie de cet illustre antagoniste, supposé n'avoir aucune conscience.

Et bien, ce moment, David Gordon Green, le réalisateur d’Halloween a tenu à l’expliquer au micro de LA Times, reconnaissant qu’il avait enfreint la règle qu'il s'était fixé :

« Notre règle dans le processus d’écriture était de ne rien lui donner… En production, nous avons ajouté une chose qui pourrait revenir me hanter, mais je m’en tenais à cela pour le moment. Nous lui avons donné une décision éthique dans laquelle il ne tue pas le bébé. C’était quelque chose qui est apparu pendant que nous tournions. »

 

photoThe Shape, illustre figure du cinéma d'horreur

 

Un peu plus loin dans l’interview il explique pourquoi la scène existe, bien qu’elle n’offre aucune explication concrète derrière la décision de Michael Myers :

« Nous recherchions un écart intéressant de 15 secondes dans une longue séquence. Et puis, le concepteur de la production et le directeur de la photographie ont eu l’idée de mettre un berceau dans le salon, puis un bébé. C’était une des choses qui était passionnante et qui réglait le problème, cela a comblé le vide.

Et maintenant, nous cherchons un personnage qui, selon moi, est l’essence du mal et n’a aucune motivation, aucune émotion, aucune stimulation réelle sauf celle d’être un prédateur. Et pourtant, nous lui avons donné cette considération dans laquelle il fait une bonne chose. Donc, je pense que c’est fascinant de penser à une personne qui n’est qu’un tueur de sang-froid, sans visage, mais capable de faire une telle chose. Michael a pris une décision que nous sommes heureux d’avoir prise. »

Pas sûr que cette explication contente les fans de la saga, mais libre à chacun de juger ce petit moment du film assez controversé, qui remet en question tout un pan de la mythologie établit par Carpenter.

 

photo, Jamie Lee Curtis"Hé, heu, je te parle quand même"

Tout savoir sur Halloween

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Mika
24/10/2020 à 20:04

Dans un de ses film ! Quand michael myers croise un enfant à la sorti de l'école ! Il ne le tue pas ! Et pareil quand dans un autre! Un enfant sort déguiser devant lui! Je pense et je crois qu'il est rester un enfant.dans sa tête mais pas par l'âge!

Johann2B
29/11/2018 à 16:06

Je suis un grand FAN de la saga Halloween et surtout du personnage de Michael Myers . J’ai vu Halloween 2018 qui est un très bon film , des clins d’œil aux autres film , une suite qui sort de l’ordinaire même si je l’avoue je n’ai pas eu peur comme les autres. En ce qui concerne la scène avec l’enfant elle simplement fait penser à la scène de Halloween 2 de 1981 à l’hôpital où il se cache à la nurserie. Pour moi j’aime bien la réaction de Myers . Maintenant j’attends la suite et je voudrais que ce soit Carpenter lui même qui réalise le film. En ce qui concerne Nick Castle en effet il ne fait qu’une seule scène, celle où Laurie tire sur Michael dans une chambre et elle touche un miroir voilà !!!!

Dutch Schaefer
13/11/2018 à 14:10

Je suis un fan absolu du tout premier et de l'ensemble de la saga!
Et j'admets que cet opus est simplement FORMIDABLE!
Bravo, enfin une "suite" qui offre ce que les fans de la première heure attendaient (même si j'adore le HALLOWEEN 2 de 1980!)

Junior
31/10/2018 à 10:41

Si l'acteur et celui du premier c'est pourtant expliqué

hitman
31/10/2018 à 01:40

il est génial

Khad
30/10/2018 à 21:17

C'est pas Nick Castle qui joue le rôle de Michael Myers c'est James Jude Courtney,Nick Castle à jouer dans le premier volet en 1978 La nuit des masques.

Jo
30/10/2018 à 19:25

Moi j ai juste vu qu'il le considéré pas comme une menace point. Alors que l ados au début à un fusil donc... . Pas besoin de chercher plus loin.

Birdy
30/10/2018 à 16:34

Le mec rame à expliquer qu'ils ont juste pas oser aller au bout du concept. C'est un malade qui tue au hasard. Le bébé est là pour faire flipper grave le public, mais comme ils ont évidemment ni le droit ni les corones pour faire une telle scène, le bébé sera juste orphelin, ça passe mieux.

Georges Abitbol
30/10/2018 à 15:21

Je ne comprends pas cette micro-tempête dans un verre d'eau. Michael Myers n'est pas un boogyeman à la Jason qui enchaîne les cadavres à la vitesse d'une Lamborghini sur autoroute allemande, eu égard de l'original. C'est un serial killer qui suit une logique proprement irrationnelle pour les autres, il tue, parfois pas, il attend, il frappe quand on ne s'y attend pas ou quand on s'y prépare. C'est l'absence de plan (à l’exception d'une victime bien précise) qui fait la force du personnage. Une prouesse que le film arrive fort subtilement à retranscrire entre des victimes potentielles qu'il décide de laisser en vie (Tommy Doyle dans le premier et certains personnages de cet épisode) ou au contraire qu'il massacre dans un élan pulsionnel.

Magnetoscope
30/10/2018 à 14:49

Ouais... elle est un peu capillotractée l'incohérence non ?
Pour être allé voir le film ce week-end j'ai trouvé beaucoup plus incohérent vis à vis du personnage le fait que Myers trucide la mère de ce bébé "injustement" épargné pour lui emprunté un couteau...
Le Myers de mes souvenirs se serai faufilé dans la pièce, se serai planqué aux yeux de la mère de famille (mais pas aux yeux des spectateurs, of course, créant ainsi un vrai sentiment de crainte et de peur) aurait piqué le couteau et serai reparti sans faire de victimes, le but originel de Myers étant de tuer tous les membres de sa famille dont Laurie Straude et éventuellement quelques "proches" ou gens qui se trouvent là au mauvais moment et pas de déambuler tranquillement, passant de maisons en maisons pour égorger ceux qui, à ses yeux, auraient commis une faute de goût dans la décoration de leur intérieur.
Ceci dit, le film m'a fait plaisir, même si ce n'est pas ce que j'aurai aimé voir.

Plus
votre commentaire