Marvel : Shang-Chi, le Mandarin, les Dix Anneaux... tout savoir sur le héros avant le film

Arnold Petit | 30 août 2021
Arnold Petit | 30 août 2021

Avant que Shang-Chi fasse sa première apparition sur les écrans, on revient sur l'histoire du super-héros asiatique de Marvel, le Mandarin et sa mythologie.

Annoncé lors du Comic-Con de San Diego de 2019, Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux arrive en salles le 1er septembre après plusieurs reports liés à la pandémie (et vous pouvez d'ailleurs lire notre critique). Avec le film réalisé par Destin Daniel Cretton, Marvel poursuit sa Phase 4 au cinéma après le décevant Black Widow en introduisant un nouveau héros au sein de son univers étendu, Shang-Chi, le premier d'origine asiatique.

 

 

D'autres concepts et personnages déjà apparus dans le MCU, comme le Mandarin et les Dix Anneaux, seront également présents dans Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux, mais sous une autre perspective comme l'a montré la bande-annonce (qu'on a décrypté ici). Alors avant la sortie du film, on a voulu revenir sur les origines de Shang-Chi dans les comics, l'histoire du Mandarin et des Dix Anneaux dans le MCU et ce que le super-héros pourrait apporter à l'univers étendu de Marvel.

 

photo, Simu LiuÀ mon tour maintenant 

 

Everybody was Kung Fu fighting

Au début des années 70, avec l'émergence de films d'arts martiaux hong-kongais comme La Main de fer ou Big Boss et de séries télévisées comme Le Frelon vert et la cultissime Kung Fu avec David Carradine, une "Fièvre du Kung Fu" (traduit de l'expression américaine "Kung Fu Craze") s'est emparée des États-Unis. Un engouement exacerbé, dont Bruce Lee est devenu l'incarnation avec La Fureur de vaincre et surtout Opération Dragon, co-produit par Concord Production et Warner Bros, qui l'a érigé au rang de superstar.

Comme le cinéma, la télévision ou les jeux vidéos, les comics ont également voulu s'emparer du phénomène et en 1972, Marvel a tenté d'acquérir les droits de Kung Fu, mais Warner, producteur de la série et propriétaire de DC, a évidemment refusé (sans doute pour ensuite créer le personnage de Richard Dragon en 1974).

 

photoLe jeu de la mort

 

Marvel s'est donc rabattu sur les droits des personnages de pulps créés par Sax Rohmer, dont le tristement célèbre Fu Manchu, figure stéréotypée et raciste de l'asiatique machiavélique et immortel avec ses longues moustaches et ses griffes, qui engendrera l'empereur Ming dans Flash Gordon, David Lo Pan dans Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin et autres Ra's al Ghul.

Afin d'introduire le méchant dans son univers, Marvel a donc confié la tâche aux légendaires Steve Englehart et Jim Starlin de lui donner un fils, Shang-Chi, maître de kung-fu, apparu pour la première fois en décembre 1973 dans le numéro 15 de Special Marvel, avant que le titre soit renommé à son nom en The Hands of Shang-Chi : Master of Kung Fu. Dès ses débuts, le super-héros est aussitôt devenu populaire et le titre a perduré pendant 125 numéros, jusqu'en 1983.

 

photoÇa annonce la couleur

 

ENTRE BRUCE LEE ET JAMES BOND

Dès la première page où il apparaît, Shang-Chi est directement présenté comme "celui né pour devenir le guerrier le plus redoutable du monde" et le fils de Fu Manchu. Formé aux arts martiaux, à la philosophie ou encore la méditation par une myriade de professeurs, le jeune combattant est resté enfermé pendant 19 ans dans la forteresse de son père, soumis à ses ordres, l'imaginant comme le bienfaiteur qu'il prétendait être.

Missionné pour tuer le Dr Petrie, un homme qui a empêché son père d'établir son nouvel ordre mondial par le passé, Shang-Chi est surpris par Sir Denis Nayland Smith, un ancien agent du MI6 qui lui révèle toute la vérité sur Fu Manchu et son organisation criminelle : les Si-fans. Après avoir entendu la même version de la bouche de sa mère, il est retourné en Chine et a confronté son père, lui annonçant qu'ils étaient désormais ennemis.

Après ça, Shang-Chi a entrepris de déjouer les plans de son père avec l'aide du MI6, affrontant ses frères et soeurs, éliminant les assassins envoyés par son géniteur et croisant le chemin d'autres héros de Marvel, comme Iron Fist ou le Tigre Blanc, mais aussi d'autres super-vilains qui deviendront des ennemis récurrents, comme Razor-Fist (présent dans le film sous les traits de Florian Munteanu).

 

photoCapitaine Lame

 

Lors d'une autre mission avec les services secrets britanniques, il fait la rencontre de Leiko Wu, la fille d'un ambassadeur chinois, avec qui il tente de mener une vie normale à New York. Comme pour tout bon héros de l'univers de Marvel, sa relation amoureuse n'a pas survécu aux différents enlèvements de la demoiselle en détresse et aux apparitions impromptues de Fu Manchu pour conquérir le monde. Avec ses anciens partenaires du MI6, il parvient finalement à vaincre son père (c'est ce qu'il croit) et se retire de l'espionnage pour devenir pêcheur en Chine.

Évidemment, ça n'a pas duré et quand Leiko a été enlevée par des terroristes, il a tout de suite repris du service. Il a ensuite rencontré Captain America et le Faucon, cotoyé Moon Knight, Daredevil, Elektra et les X-Men, puis rejoint le groupe des Héros à Louer, mené par Misty Knight et Colleen Wing.

Avec les Secret Avengers de Steve Rogers, il se lance à nouveau à la poursuite de son père, qui n'est officiellement plus Fu Manchu après cette histoire. Marvel ayant perdu les droits du personnage depuis des décennies, le scénario écrit par Ed Brubaker révélait alors que "Fu Manchu" n'était qu'un des nombreux pseudonymes utilisés par un certain Zheng Zu, chef d'une organisation appelée la Société des Cinq Armes.

 

photoRapide, efficace, du Shang-Chi dans le texte

 

Au cours de ses aventures, Shang-Chi a souvent croisé la route de Spider-Man et joué un rôle essentiel dans l'éducation du Tisseur en matière d'arts martiaux. Leur première rencontre a eu lieu en 1974, dans le numéro 2 de Giant-Size Spider-Man. L'Homme-Araignée et le Maître de Kung Fu avaient tous les deux été manipulés par Fu Manchu pour se tourner l'un contre l'autre, puis les deux héros se sont finalement alliés pour empêcher le génie diabolique de s'emparer de l'Empire State Building.

Plus tard, lors de l'évènement Spider-Island, quand Spider-Man a perdu son sens d'araignée, il a demandé à Shang-Chi de lui enseigner le kung-fu sous les conseils de Madame Web afin de développer ses autres sens et son propre style de combat (baptisé "la voie de l'araignée").

 

photoQuand l'Araignée rencontre Petit Scarabée

 

Après cette bataille, Shang-Chi a rejoint les nouveaux Avengers de Captain America et Iron Man et lutté contre les Bâtisseurs et d'autres menaces cosmiques avec eux. Il a continué de mener des missions en collaboration avec le MI6, rejoint les Agents d'Atlas (un groupe de super-héros asiatique mené par Jimmy Woo dont on a déjà parlé ici), entamé une relation avec Domino, s'est transformé en géant grâce aux particules Pym pour affronter un dragon... la routine, quoi.

Comme on l'a déjà évoqué ici quand Simu Lui a parlé de la victoire de Shang-Chi lors d'un potentiel combat face à Hulk, Shang-Chi ne possède pas de super-pouvoirs à proprement parler, mais ses aptitudes martiales lui ont octroyé vitesse et agilité. Il est capable de concentrer son Chi pour frapper plus fort, se déplacer plus rapidement ou dévier les balles.

 

photoLa Fureur du Dragon

 

Avant d'avoir sa propre série de comics lancée en septembre 2020 après l'annonce de Shang-Chi et la Légende des Dix AnneauxShang-Chi était un de ces héros de seconde zone de l'univers de Marvel, qui apparaissait ponctuellement quand il fallait affronter un super-vilain ultime lors d'un crossover ou quand un Spider-Man ou un Daredevil avait besoin d'un petit coup de main.

En 2017, Marvel a symboliquement sorti un 126e numéro de Master of Kung Fu, dans lequel Shang-Chi essaie de prendre une journée de congé et se retrouve à vivre une histoire avec des ninjas et un savant fou qui expérimente sur les animaux. Le personnage a également eu le droit à quelques one-shot, comme récemment avec The Legend of Shang-Chi, où Leiko Wu recontacte son ancien amant pour lui demander de voler un sabre avant Lady Deathstrike.

Avec son apparition dans le MCU, Shang-Chi va certainement bénéficier d'une hausse de popularité et le film réalisé par Destin Daniel Cretton va également permettre de revenir sur certaines erreurs du passé.

 

photoShang-Chi : nouvelle ère

 

LE MANDARIN ET LES DIX ANNEAUX

Comme dans les comics, Shang-Chi sera confronté à son père dans son film. En revanche, Marvel a opéré un changement important en choisissant de remplacer Zheng Zu (anciennement Fu Manchu) par le Mandarin (qui se fait appeler Wenwu dans Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux, incarné par Tony Leung Ka-Fai, légende du cinéma hong-kongais). Ce qui n'est finalement pas si étonnant, le Mandarin étant lui aussi un produit dérivé de Fu Manchu comme d'autres personnages de fiction.

Dans les comics, le Mandarin est apparu sous l'inspiration de Stan Lee et Don Heck dans le numéro 50 de Tales of Suspense comme un ennemi d'Iron Man. Ses origines restent assez mystérieuses, mais d'après l'histoire qu'il livre à Tony Stark, il serait né en Chine continentale dans les années 20, peu de temps avant la révolution communiste. Fils d'un des hommes les plus riches du pays et d'une aristocrate anglaise, il aurait été élevé par une tante après la mort de ses parents, étudiant la science, la stratégie militaire et le combat grâce à sa fortune.

 

photoRègle n°1 du bon super-vilain : soigner ses entrées

 

En réalité, le Mandarin était le fils d'une prostituée anglaise accro à l'opium et s'est rapidement tourné vers le crime après qu'elle meurt d'une overdose, gravissant les échelons de la pègre locale sous le nom de Mandarin. Lors d'un voyage dans la Vallée des Esprits, un endroit reculé où personne ne s'est rendu depuis des siècles, il a découvert l'épave d'un vaisseau extra-terrestre appartenant à une espèce appelée les Kakaranathariens (ou Makluens), des aliens à l'apparence de dragons chinois.

À l'intérieur de l'appareil, il a trouvé le squelette du pilote, Axonn-Karr, et récupéré dix batteries d'énergie qui servaient à alimenter le vaisseau.

 

photoLe hasard fait bien les choses

 

Pendant des décennies, il a appris à maîtriser la science makluenne et leur technologie, jusqu'à finalement pouvoir utiliser ces dix anneaux, des artefacts de puissance possédant chacun leur propriété, de la même façon que les Pierres d'Infinité (un anneau de modification de la matière, un anneau d'incandescence, un anneau pour contrôler le temps, etc.).

Avec ses anneaux, il s'en est pris plusieurs fois à Iron Man, essayant de mettre la main sur la technologie développée par Tony Stark pour devenir encore plus puissant, et a affronté les Avengers et d'autres héros pendant sa conquête du monde. Plus tard, il a réveillé Fin Fang Foom, un Makluan qu'il a envoyé face à l'armée chinoise et qu'Iron Man a vaincu en utilisant les dix anneaux (il faisait déjà tout à l'époque).

 

photoUne belle collection Pandora

 

Au fil du temps, le Mandarin est devenu un des ennemis emblématiques d'Iron Man, et c'est sans doute pourquoi Marvel a voulu l'évoquer dès le premier film consacré à Tony Stark. Dans Iron Man, les Dix Anneaux ne sont pas des objets magiques à porter, mais une organisation terroriste qui a kidnappé Tony Stark (Robert Downey Jr.).

Plus tard, en 2013, les Dix Anneaux sont réapparus dans Iron Man 3 et le film a introduit une prétendue version du Mandarin, interprétée par Ben Kingsley, qui s'est avéré être un acteur alcoolique du nom de Trevor Slattery recruté par Aldrich Kilian (Guy Pearce), le vrai méchant du film.

 

Photo Ben KingsleyLe presque Mandarin

 

Cette utilisation du Mandarin a aussitôt suscité l'indignation des fans, mais en 2014, Marvel a fait amende honorable et fait taire les critiques avec son court-métrage appelé All Hail the King. Enfermé à la prison de Seagate depuis la fin d'Iron Man 3, Trevor Slattery rencontre un certain Jackson Norriss (Scoot McNairy), un journaliste qui prétend vouloir tourner un documentaire sur le Mandarin.

À la fin du court-métrage, Norriss lui révèle que son rôle a énervé plusieurs personnes, y compris le véritable Mandarin et les Dix Anneaux, dont il est fait partie. Après lui avoir raconté l'histoire de son maître, Norriss aide Trevor Slattery et lui dit qu'il l'emmène voir le vrai Mandarin, probablement celui qui sera dans Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux.

Les Dix Anneaux sont revenus plus tard, dans Ant-Man, lorsque Darren Cross (Corey Stoll) présente l'armure Yellowjacket, un membre de l'organisation criminelle avec un tatouage bien distinctif est présent parmi les acheteurs potentiels.

 

photo"Et j'ai reçu plein de menaces de mort de la part des fans, mais j'ai gardé le moral"

 

D'après ce qu'on sait de Wenwu, le personnage s'apparente à un croisement entre le Mandarin et le Fu Manchu des comics, une version modernisée, plus respectueuse. Comme dans les comics, le père de Shang-Chi dirige une organisation criminelle secrète et possède aussi dix anneaux qui lui donnent plusieurs pouvoirs et qu'il utilise au combat comme des bracelets d'arts martiaux chinois.

Les quelques images promotionnelles ont montré un lion géant et un dragon sous-marin déjà connu sous le nom de Grand Protecteur, qui pourrait être une réinvention de Fin Fang Foom ou un autre membre des Makluans. Le film va donc visiblement s'intéresser à la mythologie chinoise (un peu plus fidèlement que les comics sans doute) et peut-être que le monde des arts martiaux permettra d'amener d'autres héros au cinéma.

 

photo, Tony Leung Chiu WaiLe vrai Mandarin

 

Après les rumeurs concernant les retours des personnages des séries Marvel de Netflix dans le MCU, avec Matt Murdock (Charlie Cox) dans Spider-Man : No Way Home et Jessica Jones (Krysten Ritter) dans la série She-Hulk, un deuxième film Shang-Chi ou une apparition du héros dans une autre production Marvel pourrait potentiellement mener au retour du Danny Rand (Finn Jones) d'Iron Fist (et de peut-être redorer le blason du personnage après la série Netflix) ou du Caid (Vincent D'Onofrio) de Daredevil.

Considéré comme le plus grand combattant de l'univers de Marvel par les autres héros, Shang-Chi n'a certainement rien à envier à Black Panther ou Hawkeye et pourrait lui aussi se retrouver dans les crossovers du MCU ou enseigner le kung-fu au jeune Peter Parker (Tom Holland) après ses aventures avec le Doctor Strange et le multivers dans Spider-Man : No Way Home (dont on a parlé ici).

Tout savoir sur Shang-Chi et la légende des Dix Anneaux

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Flo
31/08/2021 à 12:44

Voilà, ça c'est un article Vraiment complet, avec des faits concrets, pas du mytho ou de la frime qui ne veut rien dire - futur succès multi diffusé, comme toujours.

bareta
31/08/2021 à 06:45

Ha Tony Leung le formidable acteur, que dis-je le génie parviendra t'il a sauver ce film ? j'en doute.

Loriculaire
30/08/2021 à 20:43

Arretez de forcer...à part Rayan tout le monde s en tape de Shang-Chi (partout)

votre commentaire