L'Armée des 12 singes : quand Bruce Willis sauvait le monde au lieu de tuer des terroristes

Arnold Petit | 21 août 2021
Arnold Petit | 21 août 2021

Quand il s'agit de lister des films d'anticipation, Les Fils de l'homme, La Planète des Singes, Blade Runner, Matrix, V pour Vendetta ou encore Minority Report reviennent généralement assez vite. Terry Gilliam est également cité dans la conversation pour Brazil, mais plus rarement pour son autre chef-d'oeuvre de science-fiction, sorti en 1995, L'Armée des 12 singes.

Né du caprice d'un producteur, le film s'apparente à un vrai miracle au sein du système hollywoodien, encore plus avec deux des plus grandes stars de l'époque à l'affiche, Bruce Willis et Brad Pitt. De plus, sa résonnance avec les événements actuels le rend d'autant plus pertinent. Et ça tombe bien, il est disponible en ce moment sur Amazon Prime Video.

 

photo, Bruce WillisAvant Armageddon

 

PRODIGY

Tout part d'un souvenir, un désir, en 1994. Le producteur Charles Roven s'apprête à cofonder Atlas Entertainment (et sera plus tard impliqué dans Rollerball et le scandale des écoutes avec John McTiernan, mais produira aussi tous les films DC depuis Batman Begins) et Robert Kosberg, un autre producteur, vient le voir pour lui proposer de produire avec Universal un remake hollywoodien d'un film français qu'il adore, La Jetée. Un court-métrage expérimental de 28 minutes sorti en 1962 et réalisé par Chris Marker, aussi magistral que bouleversant, mais quasiment inconnu aux États-Unis, hormis par quelques cinéphiles et les étudiants en cinéma.

Revenant au plus simple appareil (des photographies qui défilent les unes après les autres, sauf pendant un plan, sublime, poétique, où l'image se met à bouger) pour un récit d'une impressionnante complexité, ce photo-roman raconte l'histoire d'un homme marqué par une image d'enfance, comme l'explique la voix du narrateur.

Dans un futur dystopique, l'humanité s'est réfugiée dans les sous-sols pour survivre aux retombées radioactives des attaques nucléaires de la Troisième Guerre mondiale. Choisi grâce au souvenir d'un visage de femme qui hante ses rêves, un homme est envoyé dans le passé pour empêcher l'extinction de l'espèce humaine et arrive finalement jusqu'à cet instant fatidique, avec cette femme, sur la jetée de l'aéroport d'Orly, où un coup de feu retentit.

 

photo, Bruce Willis, Madeleine StoweCourse-poursuite contre-la-montre

 

Ébloui par le film, Charles Roven entreprend donc d'amener La Jetée à Hollywood, avec Robert Kosberg comme producteur exécutif sur le projet. David Webb Peoples et sa femme Janet Peoples sont appelés pour écrire un scénario tiré du court, qu'ils découvrent aussi pour la première fois. Le couple de scénaristes a débuté en écrivant The Day After Trinity, un documentaire sur J. Robert Oppenheimer, connu pour être "le père de la bombe atomique". Le choix parait donc plus que logique.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Don
23/08/2021 à 07:16

Non il ne sauve pas le monde, il voudrait.

Monsieur Vide
22/08/2021 à 17:50

Pour rebondir sur ce que dit plus bas @Kyle Reese, moi l'accordéon ( bandonéon d'ailleurs je pense dans ce cas) ça n'a jamais été mon truc mais lorsque le générique au cinéma est apparu j'ai instantanément adoré la musique malgré l'instrument. Un quelque choses de Ennio Morricone dans le thème. Moi ça m'a fait halluciner, et le reste du film aussi . Une séance inoubliable.

Monsieur Vide
22/08/2021 à 17:46

Le meilleur rôle de B.Willis assurément. Et un film incroyable !

Micju
22/08/2021 à 15:38

Brad Pitt est exceptionnel dans ce film.

dams50
21/08/2021 à 21:17

M'a fait penser à une lecture de jeunesse "La voyageur imprudent" de René Barjavel.
Sinon, excellent film, vu pendant mon service militaire avec toute une bande de 1ère pompe qui après la séance et quelques bières pondaient des théories toutes plus fumeuses les unes que les autres sur les lignes temporelles et les paradoxes que le passage de l'une à l'autre pouvaient engendrer. Très sympa.
Et puis ben il y avait Madeleine. Ha, Madeleine, ...

Ethan
21/08/2021 à 20:54

Un bon film

l'Indien zarbi à moitié a poil.
21/08/2021 à 16:23

JR
Étrangement j'avais vu La jetée avant grâce a ma tante qui travaillait dans une mjc.
C'était bouleversant.

l'Indien zarbi à moitié a poil.
21/08/2021 à 16:17

Quitte à répéter mes collègues, un implacable chef d'œuvre.
Des acteurs à leur top, un réalisateur de génie.
La perfection, quoi.

JR
21/08/2021 à 15:18

Le film est magnifique, mais j'ai une préférence pour la jetée qui étrangement, malgré sa forme, m'a plus stimulé. (le film se trouve sur YouTube ou vimeo)

Big film from the Golden âge Hollywood
21/08/2021 à 13:31

ah je l'ai vu en son temps, et j'étais en Terminal ES sur Montpellier,...
Madeleine Stowe était une pépite, je l'ai decouverte dans Blink il ya tres tres longtemps,
il y a des acteurs-trices, comme par exemple Linda Forentino qui jouait dans des films noirs et des top realisateurs ils font 2 ou 3 films et apres disparaissent des radars on sait pas pourquoi
Brad Pitt, Willis, au top, mais ces acteurs ne sont reellment bons que quand il y a des Terry Gilliam qui font leur cherf d'ouvre..

Plus
votre commentaire