Une journée en enfer : le dernier (vrai) Die Hard et grand film d'action des années 90 ?

Gaël Delachapelle | 20 septembre 2021
Gaël Delachapelle | 20 septembre 2021

Une Journée en enfer, ce soir à 21h05 sur W9.

Retour sur Une Journée en Enfer, le dernier des Die Hard, avec Bruce Willis et Samuel L. Jackson dans un buddy movie d'enfer.

Dans le paysage du cinéma d’action américain contemporain, la saga Die Hard tient une place de premier ordre, pour le meilleur comme pour le pire. En effet, si Piège de cristal (1988), le chef-d’œuvre de John McTiernan, a tout simplement révolutionné la structure du genre jusque dans ses fondements, la franchise de John McClane (Bruce Willis, héros hollywoodien toujours au mauvais endroit, au mauvais moment) a connu une déchéance progressive au fil des années.

En effet, son dernier opus en date, Die Hard : Belle journée pour mourir (2013), a été vécu comme une trahison terrible par les fans, en plus d’avoir définitivement tué dans l’œuf une saga légendaire du cinéma d’action américain, dont le héros était devenu une caricature de lui-même au fil du temps. Mais avant les quatrième et cinquième opus très controversés de la franchise, tout le monde s’accordait à peu près à considérer la trilogie originale comme culte, en particulier son troisième volet, Une Journée en Enfer.

Un miroir inversé de Piège de cristal, qui marque le retour du cinéaste John McTiernan à la réalisation, après qu'il ait laissé la place à Renny Harlin (Cliffhanger : Traque au sommet) sur le second opus, 58 minutes pour vivre. Mais en plus d’être une suite parfaite au premier film et l’un des meilleurs buddy movie du genre avec son duo culte, Une Journée en Enfer marque également une étape historique dans le cinéma d’action américain. À l’aube d’une nouvelle décennie où les attentats du World Trade Center vont tout simplement changer la donne du blockbuster hollywoodien.

On revient donc sur cette suite qui s’est imposée comme un autre monument du genre, et peut-être même comme l’un des derniers (si ce n’est LE dernier) d’une époque révolue du film d’action américain.

 

photo"Sans blague, Ecran Large parle encore de moi, c'est ça ?"

 

« Simon Says… »

On peut dire qu’Une Journée en Enfer a été un sacré bordel dans son écriture et son développement. En effet, plusieurs scénarios ont été envisagés avant celui pour lequel est crédité le scénariste Jonathan Hensleigh (qui poursuivra par la suite dans la veine des jeux de pistes ludiques, avec Jumanji). La première ébauche proposée était un Die Hard sur l’eau, avec John McClane et sa famille qui se retrouvaient face à des terroristes lors d’une croisière aux Caraïbes. Un script qui fut abandonné suite à la mise en chantier de Piège en haute mer avec Steven Seagal, avant d’être recyclé pour Speed 2 : Cap sur le danger (la saga est donc passée à côté d’une première catastrophe).

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
X-or
21/09/2021 à 17:43

J'ignorais la fin alternative.
Et sincèrement après le feu d'artifice du film, la fin retenue paraît en effet faiblarde.
Ça ne gâche pas le plaisir.
Si 1 gallon fait 2 gallon

Kyle Reese
21/09/2021 à 15:03

Je trouve le second lourd, trop appliqué à faire du DIe hard et de mettre tout en place pour que ça explose avec Mc Clane comme seul rempart à aux méchants. Le 3 est vraiment jubilatoire car il s'éloigne du shéma classique et multi copié après la sortie du 1 en créant un véritable jeu de piste à ciel ouvert dans la grosse pomme. Un terrain de jeu unique, NY est le Nakatomi Plaza, un véritable personnage à part entière. L’aéroport du 2 est juste un aéroport quoi.
Perso j'aime bien les 2 fins mais me suis plus habitué à celle de la sortie ciné qui reste dans le ton du film. La fin alternative semble sortie d'un tout autre film. Die Hard 3 est peut être celui qui résiste le mieux au temps maintenant. Ny comme bac à sable ce n'est pas tout les jours qu'on a droit à ça.

Mc cLane is Dead since 1995
21/09/2021 à 12:41

je l'ai vu en son temps et j'etais en Terminal ES,
je dois dire que j"ai été deçu par ce volet 3,
je le trouve tres cheap comparé au 1 et au 2,Jeremy Iron est classieux comme tout en vilain mias il ne peut rivaliser avec Alan Rickman du 1,
j'ai trouvé dans l'ensemble le 3 comme un remake du 2 en moins bien,
le 2 je l'ai beaucoup apprecie en son temps,j'etais alors ado, mais je le trouvais assez gore, il y avait un mechant black qui tranchait la gorge des recalcitrants avec son gros couteau,
la fin du 2 etait trop deconnante et pyrotechnique avec Bruce willis qui s'ejecte du boeing sur son siege ejectable avec l'explosion en arriere fond, c'etait pas du tout credible ..cartoonesque, quand il repasse de temps en temps à la tv, je ne regarde que quelques minutes et decroche aussitot car je le trouve tre vielli, çà ne marche plus le truc
j'ai regardé les 2 premiers sur les videocassetes vhs que je louais au videoclub
le premier est le meilleur, indepassable, il est credible , avec du second degre, mais c'est pas un festival de cascade et de pyrotechnie en mode WTF LOL

Monsieur Vide
21/09/2021 à 09:28

Les trois films sont supers ! La fin , changée de ce troisième donne un ton bizarre au film. C'est moins fun que les deux premiers tiers. Dommage.
Avec le temps je commence à lui préférer légèrement le second pour la ''funitude'' voyez vous.

Xbad
20/09/2021 à 22:21

Si je ne l'ai pas vu 100 fois celui là.... Que du bonheur, so culte

Sanchez
20/09/2021 à 21:40

Un chef d œuvre . Certes le film ne sait pas comment finir , mais le reste est tellement bon qu’on passe au dessus. La caméra portée, complètement révolutionnaire à l époque pour un film d action , imité dans Jason bourne 10 ans plus tard jamais égalé . Et surtout mcclane en gueule de bois qui nous fait une visite de New York avec un Samuel Jackson au sommet de son art. Les répliques incroyablement cultes pour l’un comme pour l autre, et en prime Jeremy irons dans le rôle du méchant. Aucun film na surpassé depuis cet coolitude asssocié à cette réalisation complexe et parfaite. Le 11 septembre est passé par là malheureusement

menemen
20/09/2021 à 20:11

Un dès plus grand film d'action.
Revu récemment, pense au plan aérien du TAXI traversant New-York au milieu des bouchons.
McTiernan, Putain !!
Je pense qu'on reverra plus ça au cinéma ou alors en CGI.

Dsluc
06/07/2021 à 13:38

Et bien moi, c'est justement ces fins (l'officielle et la rejetée) qui me font mettre ce film en 3ème position après le 2. Le 2 est souvent décrié, mais il reste une suite directe du 1er. Harlin a réussi à imposer sa patte tout en respectant le matériau original fixé par McTiernan. Qu'on aime ou pas ça, le public n'a du coup pas été déçu. La fin du 3 m'a tellement déçu que je ne peux pas mettre le film sur la seconde marche du podium, mais on est d'accord le reste est une tuerie avec un petit bémol pour le côté camera à l'épaule qui a inventé le concept de "on doit rien comprendre à ce qu'il se passe" repris à son paroxysme par Marc Forster sur Quantum Of solace . On voit ce qui s'est passé pour le 4 et surtout le 5.

Kyle Reese
05/07/2021 à 18:34

@alulu

"C'est cette fin qui apporte le titre au film". Ah oui tient, je n'avais pas fait le lien.

alulu
05/07/2021 à 16:55

@Kyle Reese

"Certes la fin coupée est meilleur dramatiquement quand on la prend de manière indépendante mais elle détonne avec le reste et fait du personnage un vengeur qu'il n'est pas."

C'est cette fin qui apporte le titre au film, Simon ne veut pas venger Hans. Perso, je préfère celle qui a été rejetée. Pour le début tonitruent, il me semble que McTiernan s'est inspiré de la série New York Police Blues.

Plus
votre commentaire